Métro 2033 - Dmitry Glukhovsky

Metro 2033

640 pages

Résumé : 2033. Une guerre a décimé la planète. La surface, inha­bitable, est désor­mais livrée à des monstruo­sités mutantes. Moscou est une ville aban­don­née. Les survi­vants se sont réfu­giés dans les pro­fon­deurs du métro­politain, où ils ont tant bien que mal orga­nisé des micro­sociétés de la pénurie. Dans ce monde réduit à des stations en déli­quescence reliées par des tunnels où rôdent les dan­gers les plus insolites, le jeune Artyom entre­prend une mission qui pour­rait le conduire à sauver les derniers hommes d’une menace obscure... mais aussi à se découvrir lui-même à travers les rencontres improbables qui l’attendent.

 

* - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - *

 

Ce roman post-apocalyptique nous entraine dans le quotidien d’hommes qui luttent chaque jour pour survivre contre la monstruosité dans le Metro moscovite. Le focus est sur Artyom qui  part à s’aventurer dans ce labyrinthe sous-terrain poussé par son meilleur ami Hunter afin de demander de l’aide face à une nouvelle menace, et pas des moindres, les sombres qui ont récemment fait irruption et menace la station VDNKh. Le livre nous entraine parmi cette équipe d’explorateurs qui nous fait découvrir la folie qui a contaminé les hommes, les guerres civiles mais également tous les mystères qui peuplent les bas-fonds de Moscou. J’ai adoré faire ce périple avec Artyom car nous avons pu faire toute sorte de rencontres, aussi bien dangereuses qu’extraordinaires. Chaque station visitée permet à Artyom de se faire un nouveau compagnon qui ajoute chacun à leur tour de la richesse à ce voyage, du charismatique Khan et ses pouvoirs, au courageux Melnik qui accompagnera notre jeune héro jusqu'à la légendaire station de commandement D6. L’auteur nous fait bien comprendre l’atmosphère des souterrains moscovites au point de prendre une bonne bouffée d’air lorsque quelques instants nous passons la tête à la surface pour nous rendre compte de l’état encore déplorable de la vie à la surface. Seul petit bémol pour moi c’est l’orientation, j’ai eu beaucoup de mal à me situer géographiquement entre toutes ces stations malgré la présence du plan.

 

" # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # "

"Celui qui trouvera en lui-même assez de patience et de courage pour scruter toute sa vie les ténèbres sera le premier à y apercevoir un éclat de lumière."

 

Science-Fiction

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !
×