Joffo Joseph_Un sac de billes

Sacdebille png

231 pages

4 eme de couverture :

Traduit en 18 langues " Un sac de billes ", livre d'une exceptionnelle qualité, est un des plus grands succès de librairie de ces dix dernières années.
Un très beau livre, émouvant et fort... Alphonse Boudard. Ce livre qui est celui de la peur, de l'angoisse, de la souffrance, aurait pu être aussi le livre de la haine, mais il est, en fin de compte, un cri d'espoir et d'amour. Bernard Clavel. Parmi les témoignages sans nombre consacrés aux temps maudits, celui-là est unique, par la nature de l'expérience, l'émotion, la gaieté, la douleur enfantine.
Et conté de telle manière, la douleur saisit, entraîne, porte le lecteur de page en page, jusqu'à la dernière ligne. Joseph Kessel. Une spontanéité, un humour, une tendresse, une émotion discrète qui en font un livre pas comme les autres. La croix.

****

Ce livre est tellement poignant ! Il traite de l’occupation Allemande en France. C’est un sujet connu mais en même temps on pense savoir des éléments de l’histoire qui s’éclaire au fil de cette lecture, je parle du ‘’ comment les Français vivaient à cette époque, comment ils ont réussi à tenir. En lisant ce livre un nouveau morceau de l’histoire s’ouvre à nous et on en profite. On se sent grandit après cette lecture. Il s’agit de deux enfants qui pour survivre et se sauver des nazis doivent quitter cette partie de la France qu’ils ont toujours connue pour une autre partie de la France inconnue. Mine de rien cela me touche particulièrement, et je pense que cela peut intéresser tous ceux qui ont eu de la famille en ces temps occupé, simplement en écoutant nos grand-parents nous parler de cette période assez sombre et horrible. Ces deux enfants, montrent ce quotidien français avant et pendant la guerre. Le fait d’avoir cet avant après donne une autre dimension de la guerre, beaucoup plus intense surtout parce qu’ils sont jeunes.

Pendant toute la durée du roman j’ai eu envie de prendre ses enfants dans mes bras, de leur dire que tout va bien, de les aider. Jojo et son frère sont très débrouillards, c’est très triste même parce qu’on voit qu’ils sont poussés à grandir beaucoup trop vite, sans avoir forcément le soutient, l’amour de leurs parents qui sont à des kilomètres de là. Au début du roman avant que la guerre n’éclate réellement, le père montre de la plus belle façon son amour pour ses fils en les protégeant. Il leurs ordonne de nier leur origine même sous la torture ils ne devaient pas avouer qu’ils étaient juifs. C’est qui est assez paradoxal c’est qu’ils ne se douter pas du tout du futur, ils ne pensaient pas qu’ils allaient être persécutés, torturer et même tué par centaines de milliers.

En clair : ce petit bout d’histoire nous nourris d’une énergie qu’on ne peut pas décrire avec de simples mots. C’est un témoignage fort et lourd de sens. Il mérite d’être découvert.

Historique Témoignage

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

Maxxie

Je dois lire ce livre, lire la bd et voir le film haha, je ne sais pas par où commencer.
Merci pour cette chronique :)

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×