Collins Wilkie - l'hôtel hanté

                                                                                                    Hotel hante

219 pages

4 eme de couverture :

Fiancée humiliée, veuve manipulatrice et soumise évoluant dans une famille en apparence respectueuse des usages de la haute société victorienne... Qui est vraiment la comtesse Narona ? Une intrigante prêt à tout pour toucher une prime d'assurance sur la vie de son époux, ou bien la victime de craintes superstitieuses sur laquelle le destin semble s'acharner ? Entre Londres et Venise, Collins campe les personnages aux facettes multiples et complexes qui seront, consciemment ou non, les complices d'une mort naturelle qui ne tardera pas à se révéler suspecte. Un des grands romans de Wilkie Collins !

****

En lisant ce livre on sent que c’est le précurseur du roman policier. C’est sûr que ce n’est pas un Agatha Christie mais plutôt un hercule Poirot. Il s’agit d’une affaire policière sur fond mystique. Au début je n’ai pas très bien compris le lien entre le titre et l’histoire. On comprend l’histoire vers la fin et c’est assez dommage. J’avais l’impression que le fait que l’intrigue soit déballée à la fin est comme une délivrance comme si l’auteur était en apnée tout au long du livre et qu’il n’en pouvait plus, cela peut-être fait exprès mais j’ai trouvé cela assez bizarre du coup je m’ennuyais un peu.

Les personnages ne sont pas assez creusés j’aurais aimé en savoir un peu plus pour apprécier le récit. Le plus grand point fort du roman est l’écriture. Collins Wilkie a une telle force d ‘écriture que l’on oublie tous ces points faibles pour juste lire cette histoire policière. Je dois avouer aussi qu’Agnés est un très bon fil conducteur et nous m’initien pour continuer. Dans ce livre il y a 4 parties une structure claire et simple parce qu’on peut lire les parties à peu près comme on veut.

En clair : C’est un autre style qu’on peut lire ou découvrir. En tant que précurseur il s’en sort très bien ce n’est pas non plus un navet. Bien sûr il se peut qu’il ne plaise pas mais on ne peut pas juger tant qu’on ne l’a pas lut.

 

 

 

Policier

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !
×