Créer un site internet

L'ortie - Arielle Caisne

L ortie

171 pages

 

Roman autobiographique d’une femme qui fut violée à l’âge de six ans par un jeune voisin de dix ans son aîné. Remarquablement écrit, ce récit raconte la détresse d’une enfant qui vit un drame sans qu’aucun des adultes qui l’entourent ne lui inspire la confiance pour dire, pour arrêter le cauchemar. C’est la souffrance indicible de ces viols répétés qui est cause de son alopécie.

 

* - * - * - * - * - * -  * - * -  * - * - * - * - * - * - *

 

J’ai lu ce livre étant jeune, je devais avoir 10 ans mais j’étais déjà très mature et comprenais déjà des choses qui pour d’autres enfants n’existaient pas encore, dont ils n’avaient pas conscience. C’est un livre très dur, qui m’a vraiment chamboulée étant jeune, au point que je me souvienne intégralement de l’histoire rien qu’en voyant la couverture du livre ou on y repensant. Il est d’autant plus difficile à lire du fait qu’il est autobiographique et que l’on sait que ce n’est vraiment pas évident de vivre avec ça tous les jours.

L’auteur a vécu cette atrocité à un âge si jeune, 6 ans par son voisin de 10 ans son ainé qui était censé la garder lorsque sa mère sortait. L’auteur nous fait bien comprendre l’innocence de la jeunesse et la méchanceté et le désintérêt que l’Homme peut avoir envers les siens.

 

On se rend compte qu’arrivé à l’âge adulte tous ses souvenirs sont intactes et que cet acte laisse malheureusement des traces nettes et indélébiles !

On lit les lignes et au fur et à mesure on se rend compte que c’est de plus en plus difficile à lire, je ne peux pas dire que l’on ressent ce que cette jeune fille a ressenti à ces instants là mais on est tellement mal d’être impuissant face à ces actions, on ne peut rien faire malgré que l’on soit dans la confidence, ce qui n’est pas le cas des autres personnes présentent dans cette autobiographie car aucun d’entre eux ne s’est rendu compte de quelque chose..

 

C’est un roman poignant sur l’enfance d’une petite fille qui a connu l’horreur et qui n’a pu se confier. Les mots utilisés par l’auteur nous montrent l’atrocité qu’elle a vécue pendant des années et qui a détruit son enfance. On voit comment il est dur encore à l’heure d’aujourd’hui de vivre avec ce passé et de se construire une vie normal sans y penser, car cet acte détruit une personne et détruit une vie.

 

Personnellement je ne comprendrais jamais un tel acte de violence et je trouverais toujours ça inhumain. 

 

Autobiographie

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !
×