Science-Fiction

Rick Yancey_la 5e vague, tome 1

5evague

602 pages

4 eme de couverture :

1ère Vague : Extinction des feux
2e Vague : Déferlante
3e Vague : Pandémie
4e Vague : Silence

La 5e Vague arrive...
Ils connaissent notre manière de penser. Ils savent comment nous exterminer. Ils nous ont enlevé toute raison de vivre. Ils viennent maintenant nous arracher ce pour quoi nous sommes prêts à mourir…

À l’aube de la 5e Vague, sur une bretelle d’autoroute désertée, Cassie tente de Leur échapper…Eux, ces êtres qui ressemblent trait pour trait aux humains et qui écument la campagne, exécutant quiconque a le malheur de croiser Leur chemin. Eux, qui ont balayé les dernières poches de résistance et dispersé les quelques rescapés…
Pour Cassie, rester en vie signifie rester seule. Elle se raccroche à cette règle jusqu’à ce qu’elle rencontre Evan Walker. Mystérieux et envoûtant, ce garçon pourrait bien être son seul espoir de sauver son petit frère, voire elle-même. Du moins, si Evan est bien celui qu’il prétend… Mais la jeune fille doit d’abord faire des choix : entre confiance et paranoïa, entre courage et désespoir, entre la vie et la mort. Va-t-elle baisser les bras et accepter son triste sort, ou relever la tête et affronter son destin ? Car ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort.

****

J’ai réellement adoré ce livre de manière assez peu conventionnel. C’est une sensation très étrange de se plonger dans ce style de roman qui est finalement à double sens. Il nous fait autant penser au passé qu’à un éventuel avenir. Je trouve que c’est assez paradoxal parce que dans notre monde nous adorons les extraterrestres et là dans ce livre les extraterrestres veulent nous éradiquer.

Le roman est très complet, il y a de l’action, du suspense, de la peur et même de la romance. Pourtant je ne suis pas fan des récits contemporains sur la guerre mais j’ai retrouvé n très beau clin d’oeil à l’histoire mais en forgeant le futur. Le style d’écriture est assez fluide et elle nous happe, il y a des légères touches d’humour qui apporte un peu plus de fluidité Les scènes s’enchaînent à une vitesse qu’on pourrait croire que l’histoire essaie de nous échapper.

Les personnages ont tous un degré différent dans l’histoire qui est plus ou moins important. Que ce soit Nuggets, sa sœur, son nouveau copain ou bien son ancien béguin. J’avais vraiment envie de partager avec eux cette guerre. Ils sont tellement jeunes et innocents, qu’on a envie de les prendre avec nous. Puis j’ai trouvé que les relations entre les personnages sont très fortes parce qu’en temps de guerre il faut avoir ses alliés. Mais surtout j’ai adoré détester les lieutenants qui sont finalement des ennemies des humains. J’ai beaucoup aimé se contraste entre les personnages on ne sait plus qui il faut croire ou non parce que justement on ne sait pas.

En clair : ce livre est génial j’ai adoré du début à la fin, on ne peut pas le lâcher et c’est une très bonne sensation. Je vous le conseille.

Les chroniques de P.E.R._ Jean-François Deboulle

Leschroniquesdeper

149 pages

4 eme de couverture :

... nous courrons pour échapper à je ne sais qui ou quoi à travers un champ de graminées bleues phosphorescentes. Nos poursuivants sont à quelques dizaine de mètres de nous et nous n'avons nulle part où nous cacher. Soudain, deux vaisseaux de forme cubique, comme ceux de l'invasion, nous dépassent faisant voltiger au passage les graines des graminées qui s'élancent vers le ciel telles une nuée d'abeilles...
"Sur un fond post-apocalyptique teinté de science-fiction, suivez les aventures de Phoenix sur les routes d'Europe. Du suspens, de l'action et de l'humour qui ne vous feront attendre qu'une seule chose...la suite !"

 

Je dois tout d’abord dire un grand merci à l’auteur car il m’a fait passer un bon moment. On entre dans une atmosphère très typée par une invasion ou une guerre mondiale et c’était tout simplement génial. L’auteur ne s’arrête pas là : Il nous ajoute des animaux sortis tout droit de son imaginaire et qui ressemblent étrangement au nôtre. Il les décrit avec une précision presque chirurgicale que j’ai beaucoup appréciée. Le point négatif c’est que ce livre est très court, même trop court ! Il m’ même laisser sur ma fin. Ce qui est très sympathique c’est que le roman est séparé de façon claire entre les moments où le personnage a des flash-back ou même des visions. Je ne me suis pas perdu dans ce roman post apocalyptique. À la fin du roman, on pense à une suite, j’espère que j’ai vu juste !

 

Je n’ai pas eu le temps de bien connaître ses deux personnages assez virils on va dire parce qu’ils sont capables combattre des individus comme des bêtes sans trop se fatiguer, mais aussi ils survivent habilement à ce monde. On suit Phénix dans cette survie et Bull. Phénix est personnage assez complexe par rapport à Bull. Phénix nous raconte sa vie d’avant et pendant. On voit un homme qui avait une vie de famille, un travail tout à fait banal et qui depuis l’invasion a tout perdu, on sent un personnage noir mais en même temps attachant parce qu’on a envie de savoir comment il va surmonter cela. Bull est le personnage meilleur ami, qui va le suivre dans tout même s’il faut laisser ce qu’on aime le plus. Il a une fidélité sans failles. Le chien-loup présage aussi des bon moments pour la suite, dommage qu’il apparaisse si tard. Toute cette fine équipe va se coordonner pour trouver une fillette qui est leur seule chance de survie.

 

En clair : Pour moi c’est un livre réussi certes un peu court. L’univers est assez cool et l’humour est au rendez-vous ! Très bonne lecture à vous.

 

Et si demain n'existait plus ? 1 Marie - Ludovic Metzker

Et si demain nexistait plus

317 pages
 

Les Chasseurs sont des morts revenus miraculeusement à la vie et nous ressemblent physiquement en tous points de vue. Devenus cannibales, ils sont la seule explication aux différentes disparitions de millions de personnes à travers le monde !

Hier, nous avons connu la plus grande catastrophe de tous les temps
Aujourd'hui, nous allons devoir faire face à une menace bien plus inquiétante : ils sont les Chasseurs et nous... le gibier ! »

Deux années se sont écoulées depuis la catastrophe qui a causé bien des pertes humaines. Malgré le danger émanant des Chasseurs, Marie est déterminée à faire l'impossible pour retrouver sa famille revenue à la vie mais quel en sera le prix à payer ?

 

* - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - *

 

Je tiens tout d’abord à remercier L’auteur, Ludovic Metzker pour sa gentillesse ainsi que BoD pour ce service presse.

 

Ce livre est un livre assez atypique, qui m’a entrainé avec surprise dans son histoire.

L’histoire commence avec Marie, un personnage passionnant qui a malheureusement perdue ses filles et son mari, nous rentrons dans l’histoire avec la découverte du fonctionnement du nouveau monde comme nous l’appelons désormais, dirigé par la WCC et nous ne savons pas encore ce qui a causé l’apparition du nouveau monde et de ses chasseurs. Nous ne tardons pas les rencontrer et ce n’est en aucun cas une rencontre banale et amicale.

L’histoire est bien trouvée avec toujours en fil conducteur la question « et si demain n’existait  plus ? » et celle du « chasseur / chassé ». L’auteur arrive à nous transmettre les sensations et les ressentis des personnages sans aucunes paroles, ce qui est totalement extraordinaire.

Il a réussi à jouer avec une disposition du texte assez différente suivant les passages, ce qui rend le livre plus léger et plus attrayant je trouve, à un moment nous assistons à des questions réponses, et à un autre moment nous avons devant nous un extrait du rapport mis en place auprès des citoyens écrit par la WCC.

Les personnages sont assez surprenants car ils font des choses inattendues, à chaque moment où l’on croit savoir ce qui arrivera au personnage, l’auteur nous le fait croire jusqu’au bout, jusqu’au moment où, pour notre plus grand plaisir, il change d’avis et change le devenir de celui-ci.

J’avoue que j’ai eu du mal avec certains passages et scène racontant des atrocités, mais d’un côté ça permet de dire les choses comme elles sont, car souvent, elles sont oubliés car peu importante comparée à d’autres actes atroces.

L’ancienne vie de Marie donne envie de fonder une famille et d’avoir un mari tout aussi aimant et intentionné ainsi que des enfants comme les siens.

L’auteur à fait le pari de ne pas mettre de dialogue mais nous met de temps en temps des petites citations qui nous permettes de comprendre ce que pensent ou ce que ressentent les personnages à ce moment-là, pour moi le pari est réussi !  J’ai aimé  jouer avec ses citations.

Enfin nous rencontrons Diane, une rencontre choquante, passionnante, je ne sais pas quoi en penser. Mais une chose est sûre, je sais que je la déteste, je la déteste tellement que ça me donne envie de lire le tome 2 portant son nom pour voir s’il est possible de la détester encore plus qu’actuellement et pour comprendre la source de cette méchanceté qui fait entièrement partie de son être.

Pour finir, J’ai aimé ce livre, il m’a fait passer par plusieurs états, j’ai connu la compassion et l’empathie, ressenti de la jalousie et de l’admiration et j’ai éprouvé de la haine et du dégoût, tout ça dans un style d’écriture fluide et agréable qui nous force à garder le livre ouvert car l’on ne s’ennuie pas, il y a tant de choses à savoir sur ce nouveau monde, que je pense qu’il nous en reste tellement encore à découvrir.

 

" # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # "

" Le réel danger n'est jamais celui qu enous rueveillons ou qu enous attendons. Le réel danger débarque à l'improviste. Il est cet invité qu enous n'avons jamais invité" - Ludovic Metzker

 

Vous pouvez découvrir les ouvrages de BoD ici : https://www.bod.fr/boutique-en-ligne.html

Stéphanie Lagalle_Entre 2 mondes

Entre2mondes

176 pages

4 eme de couverture :

Illan vit sur la planète Hodrion. Le jour de ses dix-sept ans, la technologie nommée Destinée va lui désigner l'identité de sa moitié. Il n'y a pas de choix possible. Le visage qui apparaît sur l'écran est troublant, envoûtant, c'est Léna...une terrienne.

****

C’est une lecture très sympathique. L’idée du livre est assez originale. Il s’agit d’un jeune garçon de la planète horion. On lui annonce à 17 ans que sa moitié n’existe pas sur sa planète mais sur terre. c’est une littérature qui plaît plutôt au jeune mais cela n’est pas exclusif. J’aime beaucoup cette lecture, parce qu’elle a touché l’adolescente que j’ai été. La narration est très complète, on n'a pas se sentiment d’être lâché dans l’histoire, on a beaucoup d’informations au contraire c’est pour ça qu’on adore cette histoire.

 

Les personnages sont très attachants, le fait qu’on change de point de vue que ce soit celui d’Illan ou bien Lena nous donne cette omniscience de l’information qui est indispensable pour suivre correctement et confortablement l’histoire. Léna est vraiment la typique humaine, très mature un peu trop parfaite d’ailleurs mais ce n’est pas le personnage qui a retenu mon attention. L’histoire d’amour est assez mignonne, on se doute bien qu’Illan vient sur terre pour séduire Lena mais on a quand même très envie de savoir comment il y arrive. L’amour d’Illan éprouve pour Illan est incommensurable, on voit très bien qu’il fait tout pour la voir il change même de planète pour aller à la rencontre de Léna certes tout est orchestré mais on a cette petite envie de voir leur amour s’épanouir. Même si Illan est parsemé de doute il va suivre sa destinée. Au début j’aimais beaucoup la détermination de ce personnage mais plus l’histoire avance et plus les défauts d’Illan ressortent au contact des humains et c’est assez intéressant. Il devient possessif, jaloux, méchant. Ce sont la plupart des défauts communs des humains et il s’est très bien adapté finalement. Je pense que cette histoire est assez fantastique dans le sens que ce n’est pas possible de vivre sur deux planètee différentes et débuter une histoire d’amour. Est-ce qu’on détecterait chez l’auteur un souvenir d’un amour longue-distance ?

En clair : J’ai beaucoup aimé ce roman qui convient parfaitement aux adolescents, je leur conseille même si la curiosité les pousse. Il est très agréable sur la plage ou en vacances. Il nous fait voyager et nous fait rêver

Les chroniques P.E.R. - J-F Deboulle

 

Les chroniques p e r

149 pages

Résumé : ... Nous courrons pour échapper à je ne sais qui ou quoi à travers un champ de graminées bleues phosphorescentes. Nos poursuivants sont à quelques dizaines de mètres de nous et nous n'avons nulle part où nous cacher. Soudain, deux vaisseaux de forme cubique, comme ceux de l'invasion, nous dépassent faisant voltiger au passage les graines des graminées qui s'élancent vers le ciel telles une nuée d'abeilles...  "Sur un fond post-apocalyptique teinté de science-fiction, suivez les aventures de Phoenix sur les routes d'Europe. Du suspens, de l'action et de l'humour qui ne vous feront attendre qu'une seule chose...la suite !"

 

* - * - * -  * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - *

 

Je tiens tout d’abord à remercier J-F Deboulle pour l’envoi de son roman dédicacé et sa confiance en moi.
 

C’est un livre qui m’a beaucoup plus, j’ai adoré lire la plume de l’auteur et rigoler à son sens de l’humour qui est présent dans l'histoire mais sans excès. J’étais tellement bien dans l’univers du livre que j’ai essayé de faire durer ma lecture le plus possible.  

L’histoire commence directement, pas le temps d’imaginer à quoi s’attendre, on est directement prit dans cette version du monde dévasté par une arrivée extraterrestre. Les flash-backs nous permettent de comprendre mieux le commencement de cette invasion.  Nous vivons l’histoire et faisons les rencontres des créatures tout droit venues des P.E.R.  aux côtés de Phoenix et de Bull.

Les créatures venues des Portes d’Extinction de Races sont chacunes aussi extraordinaires que monstrueuses de par leur nom, leur apparence ou encore leur façon d’exterminer les hommes, l’auteur à ce don pour les décrire au point où on a vraiment l’impression de se retrouver en face d’elles en même temps que les deux personnages principaux.

Pour finir, j’ai vraiment adoré l’univers du livre et la facilité avec laquelle l’auteur nous y plonge entièrement. La fin du livre me laisse impatiente de lire la suite pour en savoir plus sur Xiu, Melmak ainsi que sur Léopold qui du fait de sa faible présence dans le livre et de son caractère déjanté, m’intrigue au plus haut point. En saurons-nous également plus sur les souvenirs effacés de Phoenix ? Reste plus qu'à attendre la suite !

Stephen King_22/11/63

221163

930 pages

4eme de couverture :

Jake Epping est un enseignant d'anglais à Lisbon Falls, dans le Maine, qui se fait un revenu complémentaire en enseignant aux adultes dans le programme GED. Il reçoit un essai de l'un des étudiants : une histoire macabre, déchirante, au sujet d'une nuit il y a 50 ans quand le père d'Harry Dunning est arrivé à la maison, a tué sa mère, sa soeur et son frère avec un marteau. Harry s'en est sortit avec une jambe mal en point, comme le prouve sa démarche actuelle.
Un peu plus tard, Al, l'ami de Jake, lui raconte un secret : sa boutique est un portail vers 1958. Il enrole Jake dans une folle mission afin d'empêcher le meurtre de John Kennedy. Ainsi sa nouvelle vie en tant que Jakes George Amberson, son nouveau monde d'Elvis et JFK, un monde de grosses voitures américaines, d'un solitaire en difficulté nommé Lee Harvey Oswald et d'une bibliothécaire prénommée Sadie Dunhill, qui devient l'amour de Jake et qui transgresse les règles normales du temps.

****

    Heureusement que la longueur n’entache pas la qualité du livre sinon j’aurais abandonné. Ce serait même le seul point négatif, la longueur du livre qui est vraiment importante. Après cette lecture on en sort nourri d’une connaissance nouvelle très hypothétique. Il met au grand jour ce qu’on a pensé pendant plusieurs années, que serait devenue le président Kennedy s'il avait survécu. Stephen King crée cette histoire afin de rendre réalistes nos différentes hypothèses pour sauver le président. J’ai beaucoup aimé cette idée complètement folle de sauver le président. Ça remet en cause toutes nos idées, nos façons de voir. Stephane King se fait plaisir, il joue avec le temps et les ‘’si’’. Remonter dans le temps et le rêve de tout le monde mais peu de gens penser à changer l’ordre des choses mais pourtant notre personnage principal est investie de cette mission et va essayer de la réussir. C’est mon premier de cet auteur et j’ai adoré l’écriture. Elle est tellement riche en détail que ce soit sur les références historiques ou seulement la narration. On sent la recherche derrière toute cette narration et c’est tellement agréable de sentir cette envie de plus. On se prend au jeu de cette quête pour sauver le président.

    Le roman est coupé en 6 parties qui étaient rattachées ensemble, même si l’on voulait les lire indépendamment on ne pourrait pas. Sinon on perd facilement le fil de l’histoire. Stephen King s’amuse à dissimuler des petits indices dans sa narration qui nous fait comprendre et assouvit cette soif de savoir qui a commencé à grandir pendant cette lecture. Je me suis beaucoup attaché aux différents personnages que ce soit du passé ou du présent. Ma préférence restera dans les années 60 avec la rencontre avec Sady. Le couple que formaient Sady et le professeur était vraiment mignon. Je me demandais justement comment cela faisait-il que deux générations vraiment différentes à cause de leurs époques peuvent tomber amour et finir par essayer de vivre ensemble. Le professeur était vraiment fait pour partir dans le passé parce qu’il a pu se fondre dans la masse mais rapidement on sent que les générations se distancent que George ne peut pas parler de son passé parce qu’il n’existe pas dans cette époque. Le fait d’avoir une double identité de devoir mentir même aux personnages qui vous aient chère et je trouve cela assez frustrant ! George avait ce pouvoir de changer les choses mais ne devait pas gâcher ses chances de réussite à cause de l’amour.

En clair : on passe un moment tellement agréable que ça longueur devient une option. On en savoure la finesse de l’écriture et on tombe en dépression à la fin de ce livre. Je le conseille aux courageux.

 

 

Métro 2033 - Dmitry Glukhovsky

Metro 2033

640 pages

Résumé : 2033. Une guerre a décimé la planète. La surface, inha­bitable, est désor­mais livrée à des monstruo­sités mutantes. Moscou est une ville aban­don­née. Les survi­vants se sont réfu­giés dans les pro­fon­deurs du métro­politain, où ils ont tant bien que mal orga­nisé des micro­sociétés de la pénurie. Dans ce monde réduit à des stations en déli­quescence reliées par des tunnels où rôdent les dan­gers les plus insolites, le jeune Artyom entre­prend une mission qui pour­rait le conduire à sauver les derniers hommes d’une menace obscure... mais aussi à se découvrir lui-même à travers les rencontres improbables qui l’attendent.

 

* - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - *

 

Ce roman post-apocalyptique nous entraine dans le quotidien d’hommes qui luttent chaque jour pour survivre contre la monstruosité dans le Metro moscovite. Le focus est sur Artyom qui  part à s’aventurer dans ce labyrinthe sous-terrain poussé par son meilleur ami Hunter afin de demander de l’aide face à une nouvelle menace, et pas des moindres, les sombres qui ont récemment fait irruption et menace la station VDNKh. Le livre nous entraine parmi cette équipe d’explorateurs qui nous fait découvrir la folie qui a contaminé les hommes, les guerres civiles mais également tous les mystères qui peuplent les bas-fonds de Moscou. J’ai adoré faire ce périple avec Artyom car nous avons pu faire toute sorte de rencontres, aussi bien dangereuses qu’extraordinaires. Chaque station visitée permet à Artyom de se faire un nouveau compagnon qui ajoute chacun à leur tour de la richesse à ce voyage, du charismatique Khan et ses pouvoirs, au courageux Melnik qui accompagnera notre jeune héro jusqu'à la légendaire station de commandement D6. L’auteur nous fait bien comprendre l’atmosphère des souterrains moscovites au point de prendre une bonne bouffée d’air lorsque quelques instants nous passons la tête à la surface pour nous rendre compte de l’état encore déplorable de la vie à la surface. Seul petit bémol pour moi c’est l’orientation, j’ai eu beaucoup de mal à me situer géographiquement entre toutes ces stations malgré la présence du plan.

 

" # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # "

"Celui qui trouvera en lui-même assez de patience et de courage pour scruter toute sa vie les ténèbres sera le premier à y apercevoir un éclat de lumière."

La 5ème vague - Rick Yancey

5eme vague 1

592 pages

 

Résumé :

1re vague : Extinction des feux

2e vague : Déferlante

3e vague : Pandémie

4e vague : Silence.

 

A l’aube de la 5e vague, sur une autoroute désertée, Cassie tente de leur échapper… Eux, ces êtres qui ressemblent trait pour trait aux humains et qui écument la campagne, exécutant quiconque a le malheur de croiser leur chemin. Eux, qui ont balayé les dernières poches de résistance et dispersé les quelques rescapés. Pour Cassie, rester en vie signifie rester seule. Elle se raccroche à cette règle jusqu’à ce qu’elle rencontre Evan Walker. Mystérieux et envoûtant, ce garçon pourrait bien être son ultime espoir de sauver son petit frère. Du moins si Evan est bien celui qu’il prétend.

Ils connaissent notre manière de penser. Ils savent comment nous exterminer. Ils nous ont enlevé toute raison de vivre. Ils viennent maintenant nous arracher ce pour quoi nous sommes prêts à mourir.

* _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ *

C’est surement l’un des meilleurs livres que je n’ai jamais lu ! Beaucoup d’écrivains ont écrit sur ce sujet mais Rick Yancey arrive à moderniser les stéréotypes qu’on avait tous des extraterrestres !

On se retrouve vite pris dans l’histoire à travers le personnage de Cassie, l’héroïne de la trilogie, qui a tout perdu, et qui essaye par tous les moyens de retrouver son petit frère.

J’ai adoré vivre l’histoire à travers elle, en connaissant ses pensées ; je me suis vraiment sentie projetée dans l’histoire, presque à sa place. L’action est au rendez-vous dans ce premier tome, on n’a pas le temps de s’ennuyer et la plume de Rick Yancey nous fait dévorer les mots et les pages à une vitesse folle.

Ce livre m’a fait passer par tous les états, pour tout vous dire j’ai stressée tout le long du livre car on ne sait pas ce qui se passera par la suite, j’ai eu des frissons lorsqu’elle était seule dans le froid et des larmes aux yeux lorsqu’elle a perdu ce qu’elle avait de plus cher. Une fois lancé, impossible de s’arrêter de lire, de revenir à la réalité, notre instinct de survie nous pousse à continuer la lecture jusqu’à avoir le fin mot de l’histoire, et enfin être hors de danger. Les personnages ont pour ma part tous un côté « attachant », qu’ils soient gentils ou un peu moins. Le style du livre m’a beaucoup plu, avec ses annonces de chapitre sous forme de page noir ; ça rend le livre encore plus unique et moins conventionnel. C’est véritablement un coup de cœur, qui m’a poussé à voir le film par la suite, et c’est justement l’un des films qui ne m’a pas déçu comparé à d’autres qui ont pu être adaptés à partir de livres. Je vous le conseille vivement et j’espère vous avoir donné envie de lire cette trilogie qui sera peut-être un coup de cœur jusqu’au dernier tome.

" # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # "

« Quand arrive le moment où vous devez cesser de fuir votre passé, pour vous retourner et affronter la chose que vous pensiez ne pas pouvoir affronter – ce moment où votre vie chancelle entre abandonner et vous lever – quand ce moment arrive, et il arrive toujours, si vous ne pouvez-vous redresser ni abandonner, voilà ce que vous faites : vous rampez »

 

 

Rempart - Adam Baker

 

Rempart

472 pages

 

Résumé :

 

« MAYDAY, MAYDAY, ICI LA RAFFINERIE REMPART DE KASKER REQUERANT ASSISTANCE URGENTE, A VOUS. »

 

Le rempart de Kasker : une plate-forme pétrolière laissée à l’abandon dans l’océan Arctique, surveillée par une équipe de quinze permanents luttant contre l’ennui et la dépression dans l’attente de la relève. Mais au-delà du cercle polaire, le monde a basculé dans le chaos.

Une pandémie meurtrière s’étend à l’échelle planétaire. Peu à peu, le silence envahit les ondes, les chaînes de télévision meurent une à une, et l’équipage perd lentement tout contact avec la civilisation extérieure.

Prisonniers de la banquise et désespérés, ils devront trouver un moyen de s’échapper de cet enfer de glace avant de succomber à la famine ou à l’hypothermie. Mais ils ignorent que la contagion meurtrière qui a ravagé la civilisation se dirige droit sur eux.

 

* - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - *

 

Durant toute l’histoire on passe d’un lieu à un autre, de rencontre en rencontre et d’évènements en évènements, on n’a vraiment pas le temps de s’ennuyer. Dès le début de l’histoire, on est prit intégralement dans l’environnement du rempart, on ressent le stress qu’ils ressentent sur la plate-forme en perdant le contact avec le monde extérieur. On a peur de manquer de nourriture, de chauffage, de lumière comme eux. L’auteur a vraiment réussi le challenge de nous faire vivre l’histoire comme si on y été.

Malgré le commencement assez dure de l’histoire sur l’obésité de Jane et les défauts que les autres lui reprochent tout au long de l’histoire, on voit bien au fil de la lecture que les apparences sont trompeuses et que malgré ce qu’on peut penser d’elle sur la raffinerie, elle fait ses preuves et ne lâche rien. C’est un personnage que j’ai beaucoup apprécié avec Ghost car ce sont des personnes simples avec un bon fond. Comparé à Nail, Mal, et Punch les accros de la musculation, aussi bêtes que leur pieds. Je pense néanmoins que l’auteur à fait le bon choix en mettant des personnes de genre masculin à bord de la raffinerie dont leurs seuls centres d’intérêt sont l’alcool, la drogue et les femmes. Nikki est pour moi la rencontre qui va faire basculer toutes l’histoire, la personne discrète et un peu réservée que l’on rencontre partout mais qui se dévoile après quelques temps.

Ce livre a totalement repensé la vision actuelle que l’on a des zombies en les modernisant. C’est un livre dont j’avais peur, car je pensais qu’il serait plus gore en étant centré sur les différentes façons qu’ont les zombies de rendre les humains comme eux. J’ai été surprise par la fin du livre, car je ne m’attendais pas à un tel retournement de situation. En tous cas, il donne envie de lire le suivant, même si l’histoire se passe dans une « fournaise »

 # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " #  " # " # " # " # " # " # " # " # "

Sur ce je vous laisse patienter pour la chronique du tome 2 sur ces paroles :

« Si vous agissez courageusement tous les jours de votre vie, si vous affichez votre confiance en vous, tant dans votre posture que dans le ton de votre voix, alors un jour ce courage et cette confiance deviendront innées. Oui, ce ne sera peut-être que de la frime, qu'un faux-semblant éhonté; mais si vous jouez le jeu assez longtemps, ça finira par devenir partie intégrante de votre être, au même titre que vos empreintes digitales. Inutile de vous dire de ne pas avoir peur. On ne peut pas contrôler le fil de ses pensées et de ses émotions, mais on peut contrôler ses actions. Au bout du compte, on est la somme de ce que l'on fait. » M. Stratford

Kass morgan - the 100

Les 100

364 pages

4 eme de couverture :

Personne n'a posé le pied sur Terre depuis des siècles... jusqu'à aujourd'hui.
Depuis qu'une guerre nucléaire a ravagé la planète, l'humanité s'est réfugiée dans des stations spatiales en orbite à des milliers de kilomètres de sa surface radioactive. Aujourd'hui, cent jeunes criminels sont envoyés en mission périlleuse : recoloniser la Terre. Cela peut leur donner une chance de repartir de zéro... ou de mourir dès leur arrivée.
Clarke a été arrêtée pour trahison, mais son véritable crime continue de la hanter au quotidien. Wells, le fils du Chancelier, est venu sur Terre pour ne pas être séparé d'elle, cette fille qu'il aime plus que tout. Mais saura-t-elle un jour pardonner son parjure aux conséquences fatales ? Bellamy, au tempérament de feu, a tout risqué pour rejoindre Octavia à bord de la navette : tous deux sont les seuls frères et soeurs que compte encore le genre humain. Glass, elle, a accompli la manoeuvre inverse et est parvenue à rester à bord de la station. Elle va vite comprendre que les dangers qui la guettent sont au moins aussi nombreux que sur Terre.
Face à un monde hostile ou chacun reste rongé par la culpabilité, les 100 vont devoir se battre pour survivre. Ils n'ont rien de héros, et pourtant, ils pourraient bien être le dernier espoir de l'humanité.

****

J’ai passé un excellent moment avec ce livre et j’étais comme frustrée qu’il se termine ! C’est un très bon livre. Il est très structuré, on ne peut pas se perdre dans l’histoire. L’histoire en soi peut éventuellement nous arriver dans le future pourquoi pas ? Le fait de voir comment des gens doivent cohabiter notamment 100 personnes est vraiment intéressant dans le sens ou ces personnes retournent sur terre alors qu’elles ne savent pas si elles vont survivre. On remarque que ce n’est pas facile de sortir d’une civilisation pour aller en terre ‘sauvage’. Comment réagirions-nous si l’on été dans ce genre de situation ? . Ce livre se dévore tout seul, nous entraîne dans une spirale qu’on ne peut pas contrôler.

Je dois avouer que ce tome est très centré sur l’amour et l’installation des personnages dans le récit. Les personnages sont très attachant que ce soit Clarke, Bellamy ou bien Glass, je me suis vraiment sentie proche d’eux même si ils ont des caractères différents et font parfois des choses qu’on n’apprécie pas je l’ai est trouvé plus approfondie et plus vrai que les autres personnages. Au fil du livre on apprend à détester ou aimer ses personnages tous plus différents les uns que les autres. Ces différents personnages offrent un vrai fil qui nous lient à cette saga.

En clair : J’ai beaucoup aimé ce commencement et j’aimerai beaucoup lire la suite de cette saga voir comment ces différents personnages s’en sortent, de voir leurs découverte sur cette terre qu’ils n’ont pas connue. Cette saga à un réel potentiel.


 

 

Veronica Roth - Divergente

Divergente 1

448 pages 

4 eme de couverture : 

Dans le Chicago dystopique de Béatrice, la société est divisée en cinq factions, chacune dédiée à la culture d'une vertu : les Sincères, les Altruistes, les Audacieux, les Fraternels, et les Érudits. Sur un jour désigné de chaque année, tous les adolescents âgés de seize ans doivent choisir la faction à laquelle ils consacreront le reste de leur vie. Pour Béatrice, la décision est entre rester avec sa famille et être qui elle est, les deux sont incompatibles. Alors, elle fait un choix qui surprend tout le monde, y compris elle-même.
Mais Tris a aussi un secret, celui qu'elle a caché à tout le monde parce qu'elle a été averti qu'il peut signifier la mort. Et comme elle découvre un conflit croissant qui menace de percer cette société en apparence parfaite, elle apprend aussi que son secret pourrait l'aider à sauver ceux qu'elle aime. . . ou pourrait la détruire.

****

Pour l’instant j’enchaîne les bonnes lectures et celle-là en fait bizarrement partie. L’histoire sur les différentes factions me plaît beaucoup parce qu’il met l’accent sur l’un des plus gros problèmes de notre société, la classification, on nous met dans des catégories alors qu’on peut prouver le contraire, qu’il n’existe pas de ‘’ factions’’. Dans ce livre on nous montre que l’humain est gentil et ranger dans une case. Ce mode de fonctionnement est un peu étrange et assez précaire parce que les différentes factions sont sous l’ordre d’une seule faction depuis plusieurs années. Ce qui m’a beaucoup plu c’est ce Ritt de passage que tous les jeunes de 16 ans doivent passer pour entrer dans l’âge adulte. Ce qui peut aussi dire la rupture totale des liens familiaux si les jeunes quittent la faction d’origine. On a vraiment envie que ça nous arrive ! J’avais déjà vu le filme ( oh misère) et ça n’a pas été un réel problème parce que toutes les scènes importantes ont été représenté parfaitement.

Les personnages sont assez bien construits ! Autant froid que bienveillant. J’ai adoré les audacieux même si je suis une érudite dans l’âme. Je ne m’en cache pas mon personnage préféré que ce soit dans le film comme dans le livre est Quatre. Puis vient Tris, je l’admire beaucoup dans l’ensemble mais elle reste quand même une adolescente qui apprend à grandir et certaines réactions sont assez horripilantes. Heureusement ce n’est pas long. Les personnages secondaires ont leurs places dans l’histoire même s'ils sont légèrement survolés mais on s’en fiche pas mal. On a envie de suivre leurs parcours, leurs joies, peine etc. Les méchants et même les faux méchants sont géniaux parce qu’on aime les détester. Puis il y a cette histoire d’amour entre Quatre et Tris qui donne un peu plus d’émotion à ce livre. On s’identifie vraiment au personnage et on est vraiment à fond dans l’histoire.

En Clair : Cette Saga a vraiment tout pour plaire, nous faire vivre des émotions romanesques, nous faire vivre un moment différent des autres. Nous rendre tous simplement divergent


 

 

Veronica Rossi - Never Sky

Couv43467739

384 pages

Les mondes les ont tenus séparés.
Le destin les a réunis.
Aria a vécu toute sa vie dans le dôme de protection de la Contemplation. Son monde entier a été confiné à ces lieux, elle n'a jamais pensé à rêver de ce qui se trouve au-delà de ces portes. Alors, quand sa mère disparait, Aria sait que ses chances de survivre dans ce désert à l'extérieur assez longtemps pour la retrouver sont minces. Aria rencontre ensuite un étranger nommé Perry qui est aussi à la recherche de quelqu'un. C'est aussi un sauvage mais il pourrait être son meilleur espoir de rester en vie. S'ils peuvent survivre, ils sont le meilleur espoir de l'un l'autre pour trouver des réponses.

****

Pourquoi pas se plonger dans une lecture très douche et accrocheuse. Il s’agit d’une ‘nouvelle civilisation’ qui ne connaît pas la maladie et par la force des choses se confronte à notre civilisation. Dans ce roman on est plongé dans une quête d’holographie. Il nous donne l’éventualité d’une suite à notre monde super protecteur garder par les écrans où les réfractaires au système deviennent des sauvages. L’histoire en elle-même est très bien construite, bon je l’avoue elle suit un schéma simple mais c’est très agréable on oublie tout simplement. Au fil du livre cette cohabitation entre Aria et Perry , un choc entre les deux mondes, le fait qu’il arrive à cohabiter montre que les mondes ne sont pas incompatibles !

J’ai été touché par ces personnages parce qu’ils sont tombés amoureux malgré tout et finissent par faire des concessions . On a commencé à suivre Aria et Perry, deux inconnues, qui ne pensait tout simplement pas à tomber amoureux et j’ai trouvé ça mignon. Les personnages sont as sez creusés, on n'a pas besoin de plus pour en apprécier la valeur du récit. J’ai beaucoup aimé le fait qu’il y est pas que le point de vue du personnage principal, Aria, on a aussi le point de vue de Pérégrine ce qui nous apporte une vrai omniscience de l’histoire et c’est un très bon point fort. On n'a pas le temps de s’ennuyer parce que le point de vue change à chaque chapitre.

En clair : J’ai ado-rée ce livre. C’est une saga qui promet de nombreuses aventures sympathiques !! je vous la conseille vivement !

 

 

Carina Rozenfeld - La quête des livres monde tome 3

La quete des livres monde 3


 

221 pages 

 

4 eme de couverture :

« Sans hésiter, il lui tendit la main. En trois pas elle fut devant lui, entrelaça ses doigts dans les siens. Ils n’eurent pas besoin d’échanger un mot. D’un mouvement commun, ils s’envolèrent vers la Lune. Jamais Zec n’aurait cru pouvoir voler dans cette liberté totale, sans peur qu’on le voie. Il en rêvait depuis si longtemps. » Zec et Éden sont deux adolescents originaires de Chébérith, une lointaine planète jadis effacée par l’Avaleur de Mondes. Ils ne pourront la ressusciter que s’ils retrouvent les trois Livres-Monde. Les deux premiers livres ont été réunis, mais leur ouverture a provoqué des distorsions qui ont mis à mal la santé d’Eyver au point de le plonger dans le coma. Sans lui, la quête des Livres-Monde s’arrête net, car il est le seul à pouvoir lire les indices laissés en chébérien dans le carnet de Mélior. Et la rentrée approche pour les quatre amis. Seul motif de satisfaction, l’Avaleur de Mondes n’est pas revenu depuis quelques jours. Mais tout bascule quand un message laissé sur le répondeur de Léa leur apprend qu’il existe d’autres Chébériens quelque part sur Terre… Le Livre du Temps clôt cette trilogie fantastique, variation étourdissante sur le thème du superhéros. 

 

**** 

 

Zec et ses amis doivent retrouver le dernier livre-monde le plus vite pour pouvoir recréer le monde de Chébérith qui est cher et Eyver et surtout connaître le monde qu'ils ont beaucoup entendu parler.

Il s'agit du dernier tome de cette sage et je dois dire que je suis si triste que cela se termine. Je reste quand même sur ma fin, je voulais une suite, un quatrième tome. Bien qu'à la fin on sentait qu'il n'y allait pas avoir de suite, j'aurais bien aimé savoir comment Zec et Eden retrouvent leurs familles respectives et comment ils vivaient tout simplement dans leurs mondes d'origine qu'ils venaient de connaître.

J'ai trouvé un peu dommage que la vie Chébérienne ne soit pas plus expliquée, dans les trois tomes on passe le sujet vraiment vite fait. Dans l'ensemble les personnages restent les mêmes, on s'y attache très vite. Et le fait d'avoir mis ces trois personnages et même une quatrième donne ce petit plus qui nous rend accros et nous fait passer un très bon moment. Louis apporte toujours la dose appropriée d'humour qui donne tout son charme. L'écriture ne perd pas de son efficacité. Le fait que Lea entre dans leur cercle donne une sorte d’ambiguïté à leurs relations, notamment Eden et Zec.

En clair : Ce livre donne la dose suffisante pour être heureux de nous combler. L'auteur à une bonne plume qui nous donne envie de continuer en nous attachant à ses personnages et à leur quête qui n'est pas facile. Ce livre est émouvant, bourré de péripétie et on ne s'attend pas a une fin comme ça. Si vous ne vous êtes pas encore décidé ou que vous ne savez pas quel livre choisir je vous le conseille fortement. Bonne lecture à vous.


 

Carina Rozenfeld - La quête des livres monde tome 2

La quete des livres monde 2

317 pages


4eme de couverture :

Zec et Eden sont deux adolescents originaires de Chébérith, une lointaine planète jadis détruite par l'Avaleur de Mondes. Au cours d'une première aventure, ils ont déjà récupéré le premier Livre-Monde, dans lequel est enregistré une partie de la mémoire de cette planète afin de la recréer un jour. A présent, ils doivent retrouver le second Livre-Monde. Mais un événement inattendu se met en travers de leur chemin. Leur quête s'annonce d'autant plus dangereuse que l'Avaleur de Monde rôde, plus que jamais décidé à achever ce qu'il a commencé : détruire Chébérith et tous ses habitants...

 

****


En le refermant je voulais tout de suite lire la suite. Ce livre me fait rêver, il est assez fantastique en restant dans la réalité même dans le second tome pour bien visualiser la scène et l'imprimer dans ces souvenirs. les détails se succèdent et c'est très plaisant
Zec et Eden sont très attachant on a envie de faire la quête avec eux pour que les livres monde soit réunient très vite. De plus la petite touche humaine et humoristique est louis, j'ai aimé son humour et sa détermination alors que ce n'est pas vraiment sont aventure, je le trouve aussi attachant que les personnages principaux au finale il est aussi l'un des plus important dans l'histoire. Malheureusement il est peu développé, j'aurais aimé en savoir plus sur sa vie.
L'histoire suit le même schéma que le premier tome mais j'ai trouvé ce tome plus intéressant peut-être parce que la quête se précise, la fin pointe un peu plus le bout de son nez ou les ''méchants'' qui veulent les livres se manifestent je ne sais pas.
Pour faire court j'ai été charmé par cet univers une nouvelle fois, c'est une lecture sympathique qui ne faut pas laisser dormir dans nos Pal mais s'y plonger. Profitez bien de vos lectures !

Carina Rozenfeld - La quête des livres monde

La quete des livres monde

 301 pages 
 
 4 eme de couverture 
Zec a 16 ans et vit une adolescence parfaitement normale...jusqu'au moment où, après une nuit très agitée, des ailes lui poussent dans le dos. Zec apprend bientôt qu'il est originaire d'un univers parallèle disparu dans le néant à cause de l'Avaleur de Mondes, et qu'il a pour mission de le ressusciter. Aidé d'Eden, une jeune fille ailée comme lui, il doit retrouver les trois Livres-Monde, cachés sur la terre, dans lesquels sont enregistrés les âmes, les lieux et l'histoire de ce monde perdu. Mais cette Quête s'annonce hautement dangereuse car l'Avaleur de Mondes est bien décidé à terminer ce qu'il a commencé...
 
****
 
C'est une histoire très contemporaine où l'on s'identifie très facilement. Je ne pensais pas qu'il serait toujours aussi touchant après une relecture... Je suis toujours touchée par ces personnages qui grandissent petit a petit, ce livre ne serait pas aussi intéressant si Zec, Eden et Louis n'en feraient pas partie. Ils sont unique et complémentaire mais surtout indispensable au déroulement de l'histoire. je trouve aussi que l'histoire est bien équilibré il n'y a pas une action qui est trop longue n'y courte, certes les moments où ils cherchent le livre sont plus important mais c'est un peu le but de cette trilogie.
L'écriture est fluide et ne dérange pas on peu très bien finir le livre en une fois sans le voir passer, les chapitres ne sont pas très long et sont numéroté ( inutile de voir sur quoi porte le prochain chapitre).
Je pense que l'auteur est passionnée est c'est ce qui rend l'histoire très agréable et je recommande cette trilogie pour les amoureux du fantastique, il surf un peu sur la vague des quêtes mais elle a son charme c'est mon coup de cœur. 

Stephenie Meyer - Les Âmes Vagabondes

617 pages 
 
4 eme de couverture : 
La Terre est envahie. L'humanité est en danger. Nos corps restent les mêmes, mais nos esprits sont contrôlés. Mélanie Stryder vient d'être capturée. Elle refuse cependant de laisser place à l'être qui tente de la posséder. Quelque part, caché dans le désert, il y a un homme qu'elle ne peut pas oublier. L'amour pourra-t-elle la sauver ?
 
****
 
C'est un livre que j'avais lu il y a très longtemps bien avant la sortie du film et pourtant que j'avais adoré je n'ai pas pu le relire entièrement une deuxième fois. mais je vais quand même y émettre un avis positive parce que je garde quand même une très bonne image de ce livre qui correspond très bien à l'univers de Stephenie, 
Ce livre commence doucement et nous explique les bases de cette histoire de nouveau monde avec des hôte venu de planètes différentes. Les humains sont alors dominés ( ou presque ). 
• Je trouve ( et c'est ce qui m'a décidé a le lire ) que l'histoire est différente de ce que j'ai pu lire auparavant. ( à l'époque je n'avais que Twilight comme référence ) 
• Différente dans le sens ou elle fait véhiculer un message qui touche tout le monde. Elle montre du doigt la peur de l'envahisseur. ( on a encore un peu de temps devant nous avant de paniquer ). 
• Ce qui est aussi montré dans cette période de '' non contrôle'' c'est la cohabitation entre Mel et Gaby à Cohabiter. Elles finissent par s'aimer comme des sœurs. et j'ai beaucoup aimé cette Aspect de cohabitation je n'ai pas lu beaucoup de livre '' Schizophrène '' 
• Dans les roman de Stephenie il y a de l'Amour qui dit amour pour elle dit Triangle Amour bon la en l’occurrence c'est un quatuor. C'est toujours sympas de lire ce genre de Romance c'est peut-être ma partie préféré !
• Et pour finir ces différents points il y a le plus important : la '' méchante '' franchement elle m'a fasciné. parce que c'est une âmes comme Gaby mais elle se bat en permanence contre cette hôte rebelle. On '' suit '' ce combat intérieur ( même si j'aurais voulu que ce soit un peu plus construit et qu'on voit vraiment cette aspect pas très rose de l'invasion ) 
Point de vue de l'écriture le style de Stephenie est reconnaissable entre tous surtout quand on est fan. Le point de vue est interne et donne beaucoup de proximité avec les personnages. 
En tout cas il faut lire au moins une fois dans sa vie ce livre pour les amoureux de science-fiction un peu à l'eau de rose. Je ne sais pas si ce livre va bien veillir mais je lui souhaite. 
×