Nouvelle

  • Carson McCullers_Le coeur hypothéqué

    Coeur hypotheque

    352 pages

    4 eme de couverture :

    « L'ennui, c'est qu'il continuait à voir Sara comme dans un brouillard. Et tout le reste aussi, à cette époque. À croire que tout se brouillait dans sa tête et qu'il devenait fou. (…) Il avait toujours faim, et toujours le sentiment de quelque chose qui se préparait. Quelque chose de terrible qui le détruisait. Mais il refusait que ce pressentiment atteigne son esprit. (…)
    Il était sur le point de devenir un homme, et il avait dix-sept ans. »

     

    ~

     

    Tout le monde, un jour ou l’autre, a envie de s’en aller – et ça n’a rien à voir avec le fait qu’on s’entende ou qu’on ne s’entende pas avec sa famille. On éprouve le besoin de partir, poussé par quelque chose qu’on doit faire, ou qu’on a envie de faire, et certains même partent sans savoir exactement pourquoi.

     

    L’histoire

    Ce livre est sous forme de recueil de nouvelle publié dans différents journaux. Il s’agit de faits de la vie quotidienne que l’auteur décrit avec précision et neutralité qui nous intrigue. Ce que j’ai trouvé intéressant c’est le rapport aux lecteurs, sur certaines nouvelles on a des commentaires du lecteur. Je trouve que cela donne une autre dimension au récit, même s’il y avait peu de ses avis du lecteur. On voit quand même le lien entre le lecteur et l’auteur. Je trouve que c’est un auteur qui manie le banal avec beaucoup de talent.

     

    Les personnages

    Je ne peux pas parler de tous ces petits personnages, qu’il présente brièvement dans chaque nouvelle. Certaines se suivent avec un personnage clef. C’est un auteur qui change de personnage, d’ethnie parfois selon le message qu’il veut faire passer. À travers ses différents personnages, l’auteur est un grand militant, que ce soit pour la lutte des classes ou la fin des tiers dans une bagarre de foyer. L’auteur nous montre des personnages assez spectateurs du voisinage, un peu comme nous finalement parce qu’on n’agit pas auprès de nos voisins. L’auteur peut aussi présenter des personnages qui fuient leur ville en étant juif. Chaque nouvelle a son message caché et c’est très intéressant.

     

    Le rapport à la normalité

    Je ne lis pas souvent des nouvelles et encore moins sur le quotidien. On a plus l’habitude de lire des nouvelles d’action, avec un but, une mission. Le fait que l’auteur raconte des scènes de la vie quotidienne, remet les choses en place. On ne les voit plus à cause de leurs banalités. Ces différentes scènes peuvent toucher beaucoup de monde parce que tout le monde peut le vivre ou le vive. Je trouve que c’est un sujet très audacieux.

     

    Conclusion

    C’est une très belle découverte, ce livre coupe de toutes les lectures actuelles et change les idées. Il mérite d’être découvert par les curieux qui veut tester cet auteur. Il vous permettra de regarder la vie quotidienne avec un autre regard. Bonne lecture à vous.

     

  • Maxime Chattam_ Carnage

    Carnages

    93 pages

    4 eme de couverture :

    "Harlem Est. 18 novembre. 8h28.
    Ils sont tous là, dans le hall de l'entrée du lycée. Plus que quelques minutes avant le début des cours. Parmi les élèves, un adolescent prépare son arme. Le carnage peut commencer...
    Quand l'inspecteur Lamar Gallineo arrive sur les lieux, c'est pour découvrir le cadavre du tueur qui a retourné son arme contre lui. L'affaire dépasse rapidement le fait divers : de nouvelles tueries ont lieu dans d'autres établissements.
    Lamar doit à tout prix enrayer cette macabre épidémie. Mais les apparences sont trompeuses. Toujours."

    ****

    À ce jour c’est la meilleure nouvelle que j’ai pu lire ! Et puis redécouvrir Maxime Chattam dans un autre style rend vraiment la chose géniale. Cette nouvelle est vraiment dans l’air du temps. C’est presque même un frisson qui nous parcourt à chaque page. Il s’agit d’une nouvelle sur attentats dans les lycées commis par leurs propres élèves. C’est une terreur qu’on a tous en tant que parents mais aussi en tant qu’élève. Maxime Chattam nous a raconté l’envers du décor finalement. Il nous fait vivre cette horreur à 100 %. Ses recherches aboutissent vraiment à une nouvelle d’une extrême finesse et il se dévore comme du petit lait. On entre vraiment dans l’action dès les premières pages, et ça change de mes autres lectures. Ce livre est vraiment bien construit on est propulsé dans l’histoire et on voit les scènes de façon impuissante. C’est un juste retour des choses en quelque sorte dans cette mini enquête. L’inspecteur est un personnage très attentif aux détails et très critique. De plus Maxime Chattam soulève un autre problème, la xénophobie envers les noirs, le tueur est un personnage ‘’blanc ‘’ qui tue dans les lycées juste parce qu’il veut un retour des choses et le fait que le policier soit noir cela prouve que les temps changent. Nous en tant que lecteurs cela ne nous ‘’choque ‘’ pas mais le personnage principal si. J’ai même trouvé cette haine envers le policier décalé par rapport à notre époque. Je pensais que la xénophobie était éradiquée mais Maxime Chattam nous le fait rappeler durement que cette paix ne tient qu’à un fil.

    En clair : C’est une lecture rapide, prenante mais surtout qui traite de sujets actuels qui nous touche forcément. J’ai passé un moment formidable avec ce thriller.

     

Bloggers

Cherchez-vous un magasine 100 % livresque jeunesse ou bien young adulte ?

Bloggers' est fait pour toi ! De plus il regroupe des actualités divers, des conseils de lecture, des concours et bien plus encore ! 

Ça te dis ? c'est par là 

Abonne-toi tu verras c'est magique !

 

 

×