Jeunesse

  • Catherine Girard-Audet- La vie compliquée de Léa Oliver

    Laviecompliqueedeleaoliver

    318 pages 

     

    4 eme de couverture :L'existence de Léa Olivier est chamboulée lorsque ses parents lui annoncent qu'elle devra quitter son village natal pour s'installer avec eux et son grand frère Félix à Montréal. Grâce aux clavardages et aux courriels échangés avec sa best Marilou, son chum Thomas et ses "nouveaux amis", Léa nous raconte les hauts et les bas de son adaptation dans la grande métropole : un frère trop beau et trop populaire, des notes d'anglais plutôt médiocres, une relation à distance houleuse, une gang de nunuches qui lui causent des ennuis...Bref, La vie compliquée de Léa Olivier!
     

    L'auteure

    Grâce à ce service presse j'ai pu découvrir cette auteure que je voyais quasiment partout. Il s'agit d'un roman jeunesse 9/13 ans. Catherine Girard-Audet a une écriture assez enfantine qu'on suit avec beaucoup de plaisir. '' La vie compliquée de Lea Olivier'' n'est pas sa première saga il y a d'autre comme '' L'envers des contes de fée '' qui sont publiés en broché mais aussi en bd, ainsi que ''mini-maude '' et d'autres one shots. C'est une série qu'on pourrait facilement conseiller.

    L'histoire

    C'est une bonne petite romance qui nous divertit. J'ai été même surprise de m’intéresse à ce genre de lecture, mais comme on dit on a un début à tout. Je trouve que même si l'on à dépassé l'age pour ce roman, l'auteur sait comment  toucher notre enfance pour nous faire apprécier son récit. Cette histoire m'a beaucoup rappelé mes propres souvenirs et c'était vraiment sympa. On rencontre Léa qui mène une vie normale, un copain, une meilleure amie puis ses parents décident suite à une mutation du père de partir pour Montréal,sauf que Lea n'était pas de cet avis. Dans le fond ce n'est pas une histoire révolutionnaire mais cela se lit très facilement et comment dire c'est l'essentiel. J'ai beaucoup aimé ce petit livre. Certes cela reste un roman jeunesse mais pourtant on reste accroché et on continue cette histoire avec envie.

    Les personnages

    Cette petite qui est finalement séparée de son copain, comprend qu'elle ne peut pas lui faire confiance et au final c'est réciproque, Thomas ne crée pas le climat de confiance qu'elle voudrait. Lea vit par procuration la vie de Thomas à cause de la distance. C'est très bien représenté parce que je me suis sentis avoir à nouveau 13 ans, à me compliquer la vie pour un rien, à me mettre dans des états pour un garçon ect. Il n'y a pas réellement d'évolution pour le personnage de Léa même quand elle s'est retrouvée toute seule, pourtant la fin laisse présager que le tome 2 aura des changements, je demande à voir.

    Conclusion

    C'est une très belle lecture, on passe un très bon moment de détente, sans prise de tête. Pour les adultes/enfants, on peut avoirs des souvenirs qui remontent à la surface et je le conseille au préadolescent parce que c'est dans l'air du temps. Je lirais la suite avec plaisir .

  • Simone Elkeles - Irresistible alchimie

    Irrestiblealchimie

    411 pages

    Il s'agit d'une lecture faite avec Life is a real book

    4 eme de couverture :

    Brittany est l’image même de la jeune fille parfaite. Belle, blonde et intelligente, elle vient d’une famille aisée et sort avec le capitaine de l’équipe de football. Elle sait bien maîtriser ses émotions, mais elle cache une douloureuse fêlure : elle s’oppose à ses parents qui veulent placer dans une institution, sa soeur aînée, gravement handicapée.
    Alex Fuentes est d’origine mexicaine, il est bien sûr séduisant en diable, mais c’est le bad boy du lycée. Il fait partie d’un gang impliqué dans des trafics de drogues, comme son père, qui en est mort.
    En dernière année au lycée Fairfield, Brittany et Alex sont obligés de travailler en binôme leur cours de chimie. Alors que tout les oppose, leur attirance est immédiate. Et leur amour sera contrarié par des événements brutaux qui ne cesseront de s’amonceler sur eux. Membre d’une bande armée qui sème la terreur, Alex est malgré lui rattrapé par les exigences du chef du gang. Et Brittany, malgré ses efforts passionnés pour le sortir de là, ne parviendra pas à le protéger.

    ****

    Je ne sais vraiment pas quoi pensé de ce livre, je ne sais pas si j’ai aimé ou non. C’était assez handicapant de lire ce livre en ayant lu aux préalables 3 mètres au-dessus du ciel parce que ça nous trouble énormément et on fait beaucoup de lien qui fausse notre appréciation. Si l’on arrive à se détacher se livre est assez sympa. L’histoire est assez simple il s’agit de Brit et Alex qui vont devoir travailler ensemble pour leurs cours de chimie. Je dois avouer que si vous êtes du genre pointilleux sur les cliches, vous n’allez peut-être pas le lire en entier, cela peut vraiment bloquer dans cette lecture et ce serait vraiment dommage.

    Au fil de cette lecture on voit cette alchimie explosé entre les deux personnages principals même si leurs milieux sont extrêmement différents. J’ai beaucoup aimé ces différents personnages, on a deux points de vue dans l’histoire et c’est très plaisant parce qu’on a les deux milieux, leurs sentiments, leur vision et c’est vraiment agréable cette omniscience du récit. Le fait que le récit soit assez contemporain nous touche au plus près et on s’y reconnaît facilement. Les personnages sont très différent l’un de l’autre. D’un côté il y a Britt, fille superficielle qui est de bonne famille, qui plus est très énervante en façade. De l’autre il y a Alex le bad boy par excellence en façade aussi. Qui est très plaisant dans cette lecture c’est qu’on voit ces personnages assez stéréotypés au final changer, évoluer ensemble pour qu’au final l’amour finit par gagner. Ce livre véhicule une très bonne image, du fait que l’amour soit plus fort que tout. Il ne faut pas se priver d’un amour sincère juste parce que les autres ne sont pas d’accord. Cela donne une réelle profondeur aux personnages. Inconsciemment on s’attache à eux en les voyant grandir malgré eux. En soi l’histoire est assez simple mais on se laisse vite happer à leur histoire d’alchimie et on apprécie.

    En clair : ce livre est vraiment sympathique, léger, plutôt pour la jeunesse. On s’attache vite aux personnages et on a envie que cette histoire d’amour aboutisse et dure dans le temps. Cela peut être une lecture transitoire entre deux gros livres car elle se lit très rapidement et très facilement.

  • Simone Elkeles_Irrésistible attraction

    Irresistibleattraction

    477 pages 

    4 eme de couverture :

    Pour échapper à la police de Mexico, Carlos Fuentes s'installe chez son frère Alex, qui s'est rangé des gangs dans le Colorado.
    Kiara, une jeune lycéenne sage, un peu garçon manqué, lui sert de guide dans ce monde policé qu'il ne connaît pas. Carlos, poussé par ses habitudes de bad-boy, ne tarde pas à replonger ; et, pour éviter la prison, il doit suivre un stage de réinsertion et accepter de vivre chez le professeur Westford, père de la jeune fille, qui a déjà sorti son frère Alex de la galère. Malgré leurs différences, les deux adolescents apprennent à se connaître et s'attirent de plus en plus.
    Mais Carlos, s'il veut vivre pleinement son amour pour Kiara, doit d'abord rompre une fois pour toutes avec la culture des gangs.

     

    L’auteure

    Il s’agit d’une lecture commune avec mon amie Life is a real book. J’avais déjà lu le premier tome de cette auteure. Elle a un style de lecture qui est accessible et qui nous fait rêver à un hypothétique grand amour. Elle a trouvé la recette gagnante pour nous faire vivre une belle histoire pour qu'on la partage à tout le monde !

     

    L’histoire

    Ce deuxième tome est vraiment vraiment pas mal du tout ! On s’attaque au deuxième frère Fuentes, Carlos. Il garde un côté très bad boy qui fait rêver. C’est certes un bad boy mais avec un coeur en guimauve. Je trouve que c’est ce qui m’a fait craquer mais il ne faut pas abuser non plus. Dans cette histoire Carlos change de vie. Il part dans le Colorado, chez son frère. Piégé en possession de drogue il va devoir s’installer dans la famille de Kiara. C’est là que tout commence. Je dois avouer que je l’ai dévoré en 3 jours. C’est une romance qui est très prévisible mais douce. On la suit avec plaisir, on en a besoin de temps en temps quand même. Ne mentez pas c’est inévitable ! Ce tome est formé comme le précédent tome mais je n’ai pas trouvé ça super dérangeant. On est tellement content de découvrir ce frère-ci.

     

    Les personnages

    On apprend à connaître Carlos mais aussi Kiara. Ce sont des personnages tellement mignons ensemble. C’est une histoire d’amour classique mais tellement bien écrite qu’on n’y fait pas attention. Kiara arrive à percer la carapace de Carlos au fil du livre à le pousser dans ses retranchements. L’auteure ajoute l’humour à leur couple typique maintenant et j’ai trouvé cela très intéressant j’ai passé un bon moment.

     

    Conclusion

    C’est une très belle lecture, très détente cocooning. On en a besoin de temps en temps. Cela fait rêver les midinettes mais aussi réveiller les moins jeunes. Cela reste un roman jeunesse mais il faut le tester pour l’adorer ! Alors foncez !

  • Simone Elkeles_Irrésistible fusion

    Irresistiblefusion 1

    411 pages 

    4 eme de couverture :

    Les frères Fuentes sont de retour ...
    Après Alex et Carlos, voilà Luis !

    Nikki Cruz s'est juré de ne plus faire confiance aux garçons, surtout s'ils sont liés de près ou de loin avec le gang des Latino Blood.
    Contrairement à ses frères Alex et Carlos, Luis Fuentes s'est toujours à l'écart des problèmes. Brillant et ambitieux, il veut réussir sa vie honnêtement et séduire la jolie Nikki.
    Mais quand on est un Fuentes, on a le danger dans le sang ... Et les Latino Blood sont prêts à tout pour ne pas laisser Luis s'échapper.

    Le plus jeune des frères Fuentes échappera-t-il au destin de la famille ?

    ~

    L’auteure

    Après avoir dévoré les deux premiers tomes c’est tout naturellement que j’enchaine sur le troisième tome de cette auteure, en lecture commune avec Life is a real book. La plume reste la même on est toujours attiré par ces personnages stéréotypés mais à qui on veut ressembler. J’ai adoré cette auteure, elle fait du très bon boulot. Dans la globalité elle a écrit une très belle trilogie !

    L’histoire

    J’ai beaucoup aimé ce roman, certes il ne change pas réellement des autres romans. C’est assez répétitif, si l’on est pointilleux. Cette fois-ci nous rencontrons le troisième frère Fuentes, Luis. C’est techniquement le plus sage des trois frères et celui qui a des rêves rangés et pourtant ! Luis va rencontrer Nikki au mariage d’Alex. L’histoire d’amour ne débute que 2 ans après. Les gênes nous rattrapent toujours et Luis va en faire les frais. C’est-à-dire que les Latinos Blood vont réapparaître dans le schéma de sa vie. C’est assez prévisible la suite de l’histoire mais j’ai espéré jusqu’à la fin que je me trompais mais bien sur que non les problèmes ont la vie dur ! Pourtant j’ai adoré cette histoire-ci. Le petit plus de ce roman c’est que tous les frères et leur copine sont réunis et j’ai trouvé cela vraiment sympa. Un autre lien nous unit à cette trilogie.

     

    Les personnages

    J’ai trouvé les personnages différents à chaque livre et c’est vraiment sympa. Nikki a déjà un passé assez lourd surtout avec les latinos blood et elle ne veut surtout pas revivre ça avec luis mais elle reste très méfiante par rapport à cette relation. Et d’un autre côté on a Luis super amoureux qui est sûr de lui, malgré les événements qui vont l’obliger à faire des choix. Je dois avouer que ce tome change quand même parce que rien n’est facile. Il y a beaucoup de faits qui font qu’ils ne peuvent pas être ensemble. De plus on a les deux points de vue comme tous les tomes de cette trilogie et ça c’est vraiment le plus de tous ces romans !

     

    Conclusion

    J’ai adoré ce roman mais pas que ! La saga est une réelle bouffée d’air frais. Certes elle est très cliché mais pourquoi pas ? Elle nous vend du rêve et je crois que c’est l’essentielle quand on veut passé on bon moment en bonne compagnie. Alors laissez-vous tenter !

     

  • Polly Shulmann_La malédition de Grimm

    Grimm

    516 pages 

    4 eme de couverture :

    Elizabeth Drew, 15 ans, s’ennuie au lycée, peine à s’y intégrer, et ne s’entend pas avec la nouvelle femme de son père. Sur les conseils de son prof préféré, elle se présente à un entretien d’embauche pour un emploi de bibliothécaire. Or, il ne s’agit pas d’une bibliothèque ordinaire : aucun livre à l’horizon, seulement des objets, certains inspirés des romans de G. H. Wells, d’autres issus des contes des frères Grimm – comme les bottes de sept lieues ou le miroir magique de la belle-mère de Blanche-Neige…
    Bientôt, Elizabeth apprend la vérité : les objets entreposés dans la galerie Grimm sont magiques ! Mais ce n’est pas tout : les gens peuvent les louer, à leurs risques et périls. Car la magie est parfois dangereuse, et le genre de caution que doit laisser l’emprunteur est assez insolite : son sens de l’humour ou son premier-né, ou encore ses souvenirs d’enfance...

    ~

    L’auteure

    Je dois avouer que l’histoire m’a beaucoup intrigué que ce soit le titre ou bien la couverture. Polly Shulmann a aussi écrit un one shot en plus de cette trilogie. Je dois avouer qu’elle a une très grande imagination mais surtout une écriture très accessibles. On a vraiment envie de continuer cette saga avec beaucoup de plaisir, les références sont accessible et on a envie de découvrir ou redécouvrir ces références au-delà du livre. C’est vraiment sympathique.

     

    L’histoire

    C’est une lecture que j’ai trouvée très douce même si je n’étais pas du tout dans l’état d’esprit du livre. J’ai eu l’impression d’une ‘Je t’aime moi non plus’ J’avais envie de le lire mais en même temps si le livre était fermé, je ne me poussais pas à le lire. c’est assez étrange. L’histoire en soi est vraiment pas mal. On rencontre Élisabeth, une fille ordinaire qui va trouver un travail dans une bibliothèque, c’est là que tout commence. Je n’ai pas trouvé de point faible à ce livre, il reste très jeunesse mais je suis sur qu’il peut plaire à un très large public. On apprend beaucoup de choses sur les comptes de Grimm et je trouvais cela très instructif on a envie de faire nos propres recherches. J’ai trouvé cette attention très bien, une sorte de petit plus au récit.

     

     

    Les personnages

    Tous les personnages créent un lien avec nous et cela les rend très attachants. D’un autre côté on apprend à se méfier d’eux c’est assez déroutant. On ne sait plus qui croire, qui aimer et qui détester. Bien sûr j’ai trouvé un peu gros le fait qu’Élisabeth réussisse en si peu de temps à tout résoudre alors qu’elle n’a rien de spéciale. Il y a aussi une histoire d’amour qui était très exiguë. Clairement on ne sait pas si c’est ou non parce qu’on doute par le manque d’information. J’ai trouvé dommage que le livre soit aussi lent parce que du coup toutes les informations manquantes nous sont balancées à la fin comme si elle se débarrassait de tout ça à la fin. J’aurais aimé plus.

     

    Conclusion

    Je le conseille fortement, je l’ai trouvé plutôt pas mal. Il entretient notre âme d’enfant et nous fait rêver encore un peu. C’est une lecture simple et accrocheuse. Il faut vraiment être dans l’état d’esprit sinon ça peut être compliqué.

  • Lisa Jane Smith_Journal d'un vampire tome 7

    Tvdt7

    425 pages 

    4 eme de couverture :

    Elena et ses proches amis sont désormais étudiants à Dalcrest, cette même université où les parents de la jeune fille se sont rencontrés. La vie semble enfin
    leur sourire de nouveau à tous, les sentiments d'Elena sont plus clairs ; quant à Stefan et Damon, ils paraissent avoir trouvé un terrain d'entente. Mais voilà que des étudiants commencent subitement à disparaître du campus. Aussitôt Elena est persuadée que des forces maléfiques les ont suivis depuis Fell's Church et que le cauchemar va recommencer.
    Alors que la panique générale s'est emparée du groupe, Elena découvre l'existence d'un secret qui la bouleverse profondément. Elle comprend qu'une nouvelle tragédie est imminente et qu'elle pourrait bien ne pas y survivre. A moins que l'un des frères vampires - mais lequel ? - parvienne à la sauver.

     

    ~

     

    L’auteure

    Alors c’est une auteure que je lis depuis plus de 6 ans déjà. L.J. Smith est celle qui m'a fait découvrir tout l'univers fantastique et c'est une auteur que j'apprécie beaucoup ! Heureusement que j’ai continué cette saga malgré tout parce que je crois au talent de cette auteure. Et on va avouer quand même que les derniers tomes de cette saga partaient un peu en cacahuète mais l’auteure s’est reprise ! Évidemment je n’en parle pas beaucoup parce que je pense que tout le monde a eu à un moment ou un autre eu vent de cette auteure, alors je passe les détails !

     

    L’histoire

    Je crois qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. Je dois avouer que ce tome m’a beaucoup plu. J’avais presque l’impression de retrouver les bon débuts de cette saga et l’essence même de ce qui m’a séduite dans cette histoire. À un seul détail près tout était plus sombre. Dans ce tome Elena et ses amies partent pour l’université de Dalcrest et il se trouve que dans cette école, le mal y règne en maître. Les élèves meurent de façon atroce et Elena et sa bande vont enquêter pour mettre fin à cette anarchie. Le seul point négatif c’est que je trouvais cette enquête trop rapide … Ou peut-être parce que je l’ai littéralement dévoré. On ne saura jamais. L’auteure garde sa ligne directrice c’est-à-dire que l’enquête est sur fond d’histoire d’amour, d’amitié mais surtout de meurtre.

     

    Les personnages

    Les personnages restent fidèles à eux-mêmes, on a l’impression de revoir d’anciens amies. C’est plutôt réconfortant. Ils grandissent au fil des tomes et on s’attache à eux, on devient leurs amies. Je trouve que l’auteure a fait un effort considérable, il y a presque tous les points de vue. J’avais un point de vue plus omniscient sur cette histoire et c’est peut-être aussi pour ça que je l’ai dévoré. J’avais même envie de participé à leur enquête tellement je m'y suis prise au jeu.

     

    Conclusion

    J’ai beaucoup aimé ce tome, beaucoup mieux que les autres car je l’ai dévoré ! Il confirme le fait que cette saga vaut le coup et qu’il faille seulement s’accrocher. J’ai retrouvé l’âme de l’auteur et ça n’a pas de prix !

  • Bertrand jullien-Nogarède_ La première fois que j'ai été deux

    Img 20180606 081809

    350 pages 

     

    L’auteur

     

    Tout d’abord je tiens à remercier l’auteur de cette confiance qu’il a eu et maintenant c’est un auteur publié et cela donne une petite fierté de l’avoir aidé. Il s’agit du tout premier roman de Bertrand Jullien-Nogarède et j’avoue que je n’avais pas d’attente particulière mais je n’avais pas pensé aux conséquences que ce livre a pu m’apporter ! Je pensais que cela allait être une histoire à l’eau de rose sans rien en échange mais non ! Je ne m’attendais pas du tout à cela. Bertrand Jullien-Nogarède a brillamment caché ses combats, qui sont aussi les nôtres finalement et qu’on découvre dans l’univers de Karen. J’espère que ce ne sera pas son seul roman parce qu’il a vraiment une bonne plume.

     

    L’histoire

     

    Quand on commence le livre, on a peur que cela devienne trop adolescent. À la surface de l’histoire il s’agit d’une histoire d’amour ni plus ni moins entre Karen, l’étudiante française et Tom, l’étudiant anglais fou de Rock. Dans le fond de l’histoire on sent une maturité et une détermination à se rebeller contre des procédés et des manquements de la société qui sont tristes. Bertrand Jullien-Nogarède traite de plusieurs sujets qui nous font réfléchir, notamment le devoir de mémoire. Nous devons tous l’entretenir, que cela soit en regardant des documentaires ou en visitant des monuments mais surtout ne pas la dénigrer parce que sans elles ont est plus grand-chose. Il traite aussi du fait que nous sommes tous conditionnés dans des cases de métiers qui au final ne nous correspondent pas, Karen a fait le choix de faire le métier qu’elle aime, sans se soucier de l’avis des autres.

    De plus L’auteur montre avec dextérité deux sujets que nous rencontrons le plus souvent, l’amour et la mort. Il nous fait comprendre que l’amour jetable n’est pas la bonne solution et qu’il ne faut pas se jeter sur le premier venu, L’amour se construit. D’autre part il nous montre que la mort peut sonner à notre porte à tout instant et qu’il faut vivre à fond. J’avais l’impression d’être entré dans un manège à sensation forte et qu’une fois sortie je me sentais nouvelle.

     

    Les Personnage

     

    Les personnages sont faits de façon à ce qu’on s’identifie soit à Karen soit à Tom. J’ai beaucoup aimé ces personnages, ils n’étaient pas de vrai adolescent ils étaient plus mûrs que leurs âges et c’était assez sympathique. Je me suis facilement identifié à Karen ce qui m’a facilité cette lecture. Le protagoniste masculin apporte beaucoup au livre parce qu’il a un charme anglais presque exotique finalement, une courtoisie qu’on a presque oubliée. Je pense que j’aurais beaucoup aimé le point de vue de ce personnage. Serait-ce pour un second tome ? Leur amour était tellement fort et déraisonné qu’on pourrait croire que l’amour est aussi facile. J’ai découvert le monde du rock et redécouvert certaines chansons que j’avais appréciées, je sentais aussi un dégoût des autres styles de musique dans le personnage de Karen mais ce n’était pas gênant, le rock est tellement appréciable.

     

    En clair : cette lecture nous donne un second souffle, un autre regard sur la vie. On ressent la sagesse de l’auteur et ses combats et je le conseille à toutes celles qui ont la chance de le lire.


     

  • Ransom Riggs_ Miss Peregrine et les enfants particuliers

    Lesenfantsparticuliers

    432 pages 

    4 eme de couverture :

    Jacob est un ado comme les autres, excepté qu'il se pose des questions sur son mystérieux grand-père. Quelles sont ces étranges photos d'enfants qu'il lui montrait quand il était petit ? Les histoires qu'il lui contait sur eux étaient-elles vraies? Et pourquoi disparaissait-il aussi souvent ?
    Tout s'accélère le jour où il le retrouve blessé dans son jardin. Jacob a vu des monstres, il en est sûr, et personne ne veut le croire. Il ne lui reste qu'à suivre les dernières instructions qu'a murmuré son grand-père avant de rendre son dernier souffle...

    ~

    L’auteur

    Je connaissais de nom cette saga et j’étais attiré par les sujets qu'elle aborde. Comme le fait d’avoir une sorte de communauté d’enfants particuliers qu’il faut protéger. Simplement je l’ai lu bien après la sortie des films. C’est la seule saga connue pour l’instant et j’avoue qu’elle est vraiment très prometteuse si l’auteur veut se lancer dans d’autres projets.

     

    L’histoire

    Je l’ai dévoré ! Vraiment. Il se lit super vite. J’ai été happer dès le début par cet univers presque palpable. On est tout de suite plongé dans un monde qu’on pense créer de toutes pièces. L’auteur met des photographies qui nous attache les pieds au sol. On rencontre Jacob, petit-fils d’un particulier qui a pu s’échapper. À sa mort il va alors chercher la vérité sur ce qui pensait être des contes de fées. Tout va s’excellerait pour Jacob. J’ai trouvé la narration simple, douce et très accrocheuse. Le fait que ce soit un seul point de vue, nous lie à Jacob sans qu’on soit en manque d’information. Je me suis sentis tellement bien dans ce livre. On le dévore tel un accro !

     

    Les personnages

    Ils sont tellement particuliers et attachants qu’on les suit tête baissée. On veut savoir leur évolution, leur sentiment et d’autres choses. Ce sont des enfants qui ont un grand coeur. Ils ont certes une personnalité différente mais qui plaît à chacun. C’est de leur particularité qu’ils tirent leur force. Je trouvais l’idée véhiculée tellement bonne et optimiste. C’est une lecture jeunesse qui se lit très vite mais qui nous fait voyager longtemps.

     

    Conclusion

    J’ai adoré ce livre, je l’ai dévoré en deux jours. J’étais triste de quitter ce monde qui était tellement bien ! Je le conseille très fortement.

  • Lucy Keating_Dreamology

    Dreamlogy

    346 pages 

    4 eme de couverture :

    Et si le garçon de ses rêves était bien réel ? Depuis son enfance, Alice mène une double vie. La vie réelle, où elle habite seule avec son père... et sa vie en rêves ! Toutes ses nuits sont peuplées d'aventures extraordinaires, de voyages, de rencontres, et surtout d'un garçon de son âge : Max. Au fil des années, ils sont tombés fous amoureux et Alice ne pense qu'à se coucher le soir pour le retrouver. Mais le jour de sa rentrée au lycée, Alice voit Max. En chair et en os. Le garçon de ses nuits existerait-il vraiment ?

     

    ~

    L’auteure

    Je ne connaissais pas cette auteure et je me suis dit pourquoi pas, il s’agit de son premier roman, depuis elle a sorti le livre ‘mot à mot ‘ et je dois avouer que sa plume est vraiment pas mal. Pour un premier roman, je trouve qu’elle a beaucoup de potentiel. De plus l’idée des rêves est vraiment bonne. Certes c’est un roman jeunesse mais je pense qu’il peut plaire à beaucoup plus de monde que ça.

     

    L’histoire

    Qui n’a jamais rêvé d’être connecté avec quelqu’un en rêve et de pouvoir le rencontrer plus tard ? Eh bien dans ce livre c’est possible. Il est tellement doux amusant et surtout nous fait rêve. C’est un roman qui se lit sans prise de tête. On a l’impression qu’elle nous tend la main pour la rejoindre et passer un bon moment. J’avais quelque appréhension du fait que ce soit un roman jeunesse mais non. Tout au long du livre on va avoir cette connexion au rêve sur fond de romance. Pourtant Alice et Max veulent se débarrasser de ses rêves. Au final je pense que leurs rêves n’étaient pas anodin puis que ce qui était intéressant c’est de voir ces personnages découvrir la réalité. On idéalise une personne et au final ce n’est pas vrai.

     

    Les personnages

    On s’identifie aux personnages et on les suit avec plaisir. J’ai vraiment eu envie que cette histoire se finisse bien. Alice est restée accrocher à ses rêves depuis l’enfance alors que Max a vécu sa vie. Max rejette alors les rêves partager. Leur relation est tellement idéalisée qu’on la suit sans problème, ce n’est pas cliché et on la dévore sans problème.

     

    Conclusion

    C’est une très belle lecture qu’on se laisse guider. On rêve, on se détend et on se laisse faire. Et le tour est joué. Je le conseille à tous ceux qui serait tenté !

  • Rebecca Donovan_ Ma raison de vivre

    Ma raison de vivre

    524 pages 

    4 eme de couverture :

    - Et si je ne veux pas être ami avec toi?
    - Alors nous ne serons pas amis.
    - Et si j'ai envie d'être plus qu'un ami?
    - Alors nous ne serons rien du tout.
    Emma a tout fait pour empêcher Evan d'entrer dans sa vie. Non pas parce qu'il la laisse indifférente, bien au contraire, mais parce que personne ne doit savoir. Savoir qui elle est vraiment, quelle est son histoire et, surtout, ce qui l'attend tous les soirs, quand elle rentre chez elle...

    ~

    L’auteure

    Je ne connaissais pas du tout, je l’ai découverte seulement en regardant mon actualité et je me suis dit pourquoi pas. Ça a l’air d’être de la jeunesse, un peu romantique pourquoi pas mais je me suis trompé. Il s’agit de la saga respire, je pense que plusieurs d’entre vous la connaisse et j’avais envie de la découvrir.

     

    L’histoire

    Je l’avoue c’est une histoire vraiment très forte. Je n’ai pas pleuré certes mais la fin m’a vraiment choqué. Pour tout dire je ne m’y attendais pas du tout, même si c’était très probable. Ce livre aborde un sujet assez lourd, la maltraitance sur enfant et j’ai eu l’impression de vivre cette histoire. Je pense que c’est pour ça que je ne l’ai pas dévoré, au contraire, j’avais peur de la suite. En arrière-plan nous avons une histoire d’amour très sympathique. C’est vraiment astucieux, parce qu’on peut respirer dans cette tragédie. Je trouve que c’est un sujet vraiment dur mais c’est tellement courant que c’est un devoir d’en parler. Cette histoire monte crescendo parce qu’au début on ne sait pas ce qui se passe et puis plus on avance plus ça se dessine. On constate seulement cette triste vie.

     

    Les personnages

    Ce sont des personnages très intéressants. Au début je n’ai pas du tous compris pourquoi tout ces secrets, ces non-dits. Je me suis même demandé si ce n’est pas fait exprès, que ce soit une personne hautaine qui n’aime pas les autres. Puis petit à petit l’intrigue nous révèle ses secrets et là on compatit. L’histoire d’amour lui offre un vrai échappatoire. Et je pense que grâce à ça elle n’a pas perdu le nord. J’ai quand même trouvé qu’elle lui résistait beaucoup, certes pour le protéger mais quand même, j’avais envie que ce soit facile.

     

    Conclusion

    J’ai trouvé ce livre très intéressant. On a vraiment une intrigue, un problème. On lit ce livre par besoin et on le finit parce qu’on veut savoir la suite. On compatit à ce personnage et on les aime comme ils sont. Je pense qu’on doit lire des livres comme ça pour nous remettre les choses en place. Faut juste se dire que ce n’est pas un livre facile mais qui se lit avec envie. Je le conseille à ceux qui veulent savoir.

  • Jennifer Mathieu_La vérité sur Alice

    Alice 1

    204 pages 

    4 eme de couverture :

    "Les gens ne deviennent pas méchants et vicieux du jour au lendemain. Mais laissez leur un temps d'adaptation, et ils seront capables du pire."
    Au lycée de Healy, la vérité est une question de point de vue. Alice Franklin est une trainée. Tout le monde le sait. C'est forcément vrai puisque c'est écrit partout sur les murs des toilettes. On dit qu'elle a couché avec deux garçons d'affilée et qu'elle a provoqué la mort de l'un d'entre eux.
    Tout le monde a sa vérité sur Alice : son ancienne meilleure amie, l'entourage de la victime, son admirateur secret...
    Quelle sera la votre ?

    ~

    L’auteure

    Je ne connaissais pas cette auteure avant d’ouvrir ce livre, je pensais que c’était son premier livre mais elle a déjà publié Moxit mais qui n’est pas paru en France. Alors c’est une auteure qui a une plume qui nous accroche mais l’univers et les personnages qui nous détachent. Elle nous fait transparaître une histoire qui certes reflète la réalité mais qu’on ne penser pas arriver en vrai à une personne. On voit l’imagination de l’auteure qui est plutôt pas mal mais dérange. C’est un livre qui plaît ou non.

     

    L’histoire

    L’écriture nous accroche mais le sujet est assez étrange. Je ne l’ai pas aimé, j’ai du lever les yeux au moins des centaines de fois sans compter les soupires. C’est histoire cependant qu’on ne doit pas prendre à la légère parce que cela peut être une réalité. Certes c’est une analyse de surface avec un vocabulaire crue et vulgaire mais je m’attendais franchement à mieux. On va suivre la vie d’Alice à travers ce qu’on dit d’elle. On balance des rumeurs pour se rendre plus grand qu’on est et rabaisser Alice. Depuis la mort d’un élève, ou Alice est désignée comme la suspecte tout s’enchaîne pour elle. J’aurais beaucoup aimé entendre plus l’avis d’Alice pour tirer l’histoire au claire mais je n’ai pas eu cette chance.

     

    Les personnages

    J’ai trouvé les différents personnages très méchants entre eux comme si c’était une marque de puissance d’être méchant et de rabaisser une seule personne. Certes Alice n’est pas toute blanche mais il y a des limites. Autant son ancienne meilleure amie qui n’hésite pas à descendre Alice et raconter des rumeurs pour cacher sa propre faute Je crois que c’est le personnage qui m’a la plus dégoutté. Prétendre une amitié alors qu’on veut seulement être populaire, non on ne renie pas ses amis. Même Kurt, son amoureux secret, est impliqué de près ou de loin. Ce qui est un bon point c’est que l’on a une belle palette de point de vue extérieur à Alice du coup on est encore plus énervée. Malheureusement ce livre reflète une génération qui est la nôtre et qui n’est vraiment pas jolie et fait vraiment peur.

     

    Conclusion

    Je n’ai vraiment pas aimé, je n’arrivais pas à comprendre pourquoi tout ça ? Pourquoi toute cette déflagration, cette envie de détruire une réputation. Ça me passe au-dessus. Je ne sais pas s'il peut intéresser quelqu’un mais comme on dit on ne peut pas dire ‘je n’aime pas’ tant qu’on ne l'a pas lu !

     

  • Jilly Gagnon_#famous

    Famous

    295  pages 

    4 eme de couverture :

    Rachel n’est pas vraiment l’archétype de la fille populaire. Plutôt branchée théâtre, elle ne se sent pas concernée par les préoccupations de ses camarades de lycée. Sauf peut-être quand il s’agit de Kyle Bonham… Mais elle est assez
    lucide pour savoir que le beau gosse ne la regardera sans doute jamais !
    Kyle est bien le seul garçon qui a le pouvoir de rendre son uniforme de serveur au Burger Ban sexy. Mais entre la cuisson des frites et le flot ininterrompu d’histoires de coeur désastreuses, sa vie est peu excitante.
    Ces deux-là étaient loin d’imaginer qu’une simple photo de Kyle, prise en cachette par Rachel et postée sur Twitter avec le hastag #cuteboy, allait changer leur vie à tout jamais. En quelques heures, alors que le nombre de retweets
    ne cesse d’augmenter, Kyle et Rachel sont connus à travers tous les États-Unis. Une chaîne de télévision va même les contacter pour rapporter leur histoire. Mais forcément, cette célébrité soudaine attise les jalousies, et les haters ne
    les épargnent pas, surtout Rachel…
    Raconté du point de vue de chacun des deux héros, #Famous pose la question : est-il possible de vivre une histoire d’amour quand tout le monde s’en mêle ?

     

    ~

     

    L’auteure

     

    Je ne connaissais pas cette auteure avant de découvrir ce livre. En regardant le titre et la couverture, je me doutais bien que c’était une lecture jeunesse mais je ne pensais pas autant. Il s’agit de son premier roman et au final je trouvai que l’auteure soulève un problème qui commence à devenir de plus en plus récurent. Il s’agit de la médiatisation mais j’aurais aimé autre chose, je ne me l’eure pas, cela reste un livre jeunesse assez réussit !

     

    L’histoire

    Alors pour moi c’est un livre vraiment centré sur les jeunes donc je n’ai pas eu le petit plus qui m’intéressait, je l’ai lu mais sans plus je m’attendais à quelque chose de plus profond mais ce n’est pas un livre mauvais au contraire, il montre beaucoup de choses mais beaucoup trop en surface pour moi. Le sujet traité est très actuel, c’est la médiation par le buzz d’internet. Je crois que c’est ce qui m’a le plus attiré au départ. Il s’agit de Rachelle qui crée le buzz en photographiant le garçon qu’elle aime en secret et l’envoie à sa meilleure amie. Cette dernière rajoute un hashtag qui va alors prendre des proportions énormes. J’ai trouvé que l’auteure à pris beaucoup de risque avec ce sujet parce qu’il est très dangereux. On voit des aspects qui sont réelles, et qui peuvent changer une vie. On ne contrôle pas ce qu’il y a sur la toile malheureusement. Je pense même que c’est très malsain comme sujet, parce qu’au lieu de prévenir, j’avais l’impression qu’il incitait les jeunes à ça. J’ai été légèrement énervée par tout ce profit aux dépends des acteurs du buzz c’est aberrant.

     

    Les personnages

    Je trouve que les personnages sont beaucoup trop jeunes pour être mises en scène comme ça. Le fait aussi qu’ils sont une vie très active sur les réseaux alors qu’ils ne sont qu’au collège, c’est limite. C’est assez dérangeant, dans le fond c’est une histoire d’amour assez simple et mignonne. Pour les jeunes c’est une bonne lecture, qui doit être comprise dans le bon sens sinon ça peut poser des problèmes. C’est un livre à deux facettes elle nous montre une premiere facette et nous en suggère une autre facette.

     

    Conclusion

    Je n’étais pas la cible de ce livre mais il m’a quand même montré cet univers que je ne connais pas encore assez bien. Il peut convenir a un public jeune uniquement. C’est une lecture que nous devons prendre à la légère je pense que c’est le message de l’auteure parce que l’histoire n’est pas assez profonde pour qu’on s’en inquiète.

     

  • Amélie Romarin_Le dernier train

    Le dernier train



    122 pages 

    4 eme de couverture :

    « J’ouvre les yeux. À ma grande surprise, je découvre que je suis dehors. Je regarde le ciel sans comprendre. Des nuages blancs recouvrent toute la surface du ciel. Le bruit de la mer parvient encore à mes oreilles et je comprends que mon corps est posé sur le sable. Je tourne la tête à droite et puis à gauche. La plage. Je suis à la plage… » Lindsay, fraîchement diplômée, décide de tout quitter et de commencer une nouvelle vie…

     

    ~

    L’auteure

    Il s’agit d’une auteure autoéditée qui m’a parlé de son livre et je me suis dit pourquoi pas. Le titre de ce livre est très intrigant on peut s’imaginer pleins de scénario sans avoir ouvert ce livre. J’aimais beaucoup l’idée de lire son premier roman, on a une sorte de grande responsabilité mais franchement je n’ai pas été déçu !

     

    L’histoire

    Il s’agit d’une nouvelle assez courte mais efficace en soi. On rencontre Lindsay qui décide de partir en Flandre. Elle quitte tout ce qu’elle connaît, ses repères pour se constituer une nouvelle vie ailleurs. J’ai eu du mal avec ses monologues intérieurs qui était beaucoup trop narcissique mais ils restent nécessaires pour mieux comprendre ce personnage, comprendre pourquoi il agit ainsi et cela répond à la major partie de nos questions donc j’ai fini par passer outre. Le roman est assez linéaire dans l’ensemble avec un élément perturbateur qui apporte la douceur suffisante au roman pour qu’on l’apprécie pleinement. C’est assez perturbant de ce dire qu’elle a quitté sa famille, son copain ( parce qu’il ne voulait pas la suivre en wallonie) pour simplement rester seule en Flandre. Je suis quand même resté sur ma fin j’ai trouvé cette nouvelle très courte certes elle reste très efficace mais j’aurais aimé plus un après ou que sais-je. En tout cas cette fin ferme la boucle de cette histoire.

     

    Les personnages

    On apprend à connaître Lindsay, on ne comprend pas réellement cette volonté de couper les ponts avec sa famille, elle qui critique son oncle. Hors Lindsay est exactement comme son oncle elle quitte tout pour une nouvelle vie. Je crois que c’est le personnage qui m’a causé de l’incompréhension du moins au début. Puis Mathias a fait son entré. C’est le personnage masculin par excellence, celui qu’on rêve d’avoir, celui qui est patient, compréhensif, amoureux mais le cache. Mathias est mon personnage préféré. Certes il est très idéalisé mais il m’a fait tellement rêvé que cela ne peut faire que du bien.

     

    Conclusion

    J’ai apprécié cette découverte. Cette lecture n’est vraiment pas méchante, elle est très agréable et divertissante surtout quand Mathias est arrivé. Ce format-là le rend plus efficace. Qu’est-ce que vous attendez ? Laissez-vus tenter !

  • La mer infinie - Rick Yancey

    La mer infinie

    401 pages

     

    Comment débarrasser la Terre de ses sept milliards d'habitants ? Retirez aux hommes leur humanité. Cassie Sullivan et ses compagnons ont survécu aux quatre premières vagues destructrices lancées par les Autres. Maintenant que l'espèce humaine a été presque entièrement exterminée et que la 5e Vague déferle sur la planète, le groupe se trouve face à un choix : se préparer à affronter l'hiver en espérant le retour rapide d'Evan Walker, ou se mettre en quête d'éventuels survivants avant que l'ennemi ne referme sur eux son impitoyable piège. Personne ne peut prédire à quels abîmes de cruauté les Autres sont prêts à s'abaisser, ni à quelles hauteurs l'humanité saura se hisser. La bataille finale ne fait que commencer. Ils connaissent notre manière de penser. Ils savent comment nous exterminer. Ils nous ont enlevé toute raison de vivre. Ils viennent maintenant nous arracher ce pour quoi nous sommes prêts à mourir.

     

    * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - *

     

    Une attente trop enthousiaste ?

    Rien à voir avec le premier tome, j’étais pourtant impatiente de retrouver cet univers stressant et noir en présence de Cassie et Ben Parrish mais malheureusement pour moi, ce ne fût pas le cas..
    J’avais l’impression de stagner, de ne pas avancer dans l'aventure, de n'avoir aucune information supplémentaire, comme si l’histoire était en pause et que l'on se trouvait dans une parenthèse.

     

    Une meneuse replacée au deuxième plan

    Je me suis vraiment ennuyée d’avoir laissé Cassie de côté pour suivre essentiellement Ringer que je ne connaissais pas vraiment et dont je n'étais pas très  fan. Ça me tenait vraiment à cœur d’avancer avec Cassie, la personne qui nous avait amenée ici, et non un personnage qui n’était pas vraiment présent dans le premier tome et qui en plus de ça, ne répond à aucune de nos questions mais nous fait nous en poser plus ; j’ai sincèrement totalement été perdue par l’histoire.

     

    Des passages longs et sans actions

    Beaucoup de passages m’ont fait me poser des questions sur le fait d'abandonner ma lecture ou non. J’ai décidé de la poursuivre pour la plume de l’auteur fluide et addictive, car malgré l’ennui, le livre se lisait vite. Puis au fond de moi j'espérais que l'action vienne comme dans le premier tome. Le changement de plan des personnages m’a perturbé car il n’était pas très clair, j’avais vraiment du mal à savoir qui j'étais entrain de suivre.

     

    Une dernière chance pour le dernier tome ?

    Heureusement les dernières pages ont remonté le niveau et m’ont vraiment donné envie de lire la suite de la trilogie. Je ne vous cache pas que j’attends beaucoup de ce dernier tome, car j’ai malheureusement vraiment étais déçu de celui-ci…

     

  • Kass Morgan_ the 100, tome 2

    The100t2

    368 pages 

    4 eme de couverture :

    5e Jour.
    Sous la menace d'un ennemi invisible, Wells s'efforce d'empêcher les 100 d'imploser, bien décidé à protéger les derniers humains sur Terre.
    11e Jour.
    À bord de la Colonie, Glass ne sait pas combien de temps il lui reste à vivre : elle veut profiter de la moindre seconde avec Luke.
    17e Jour.
    Dans la forêt hostile, Bellamy ferait n'importe quoi pour secourir sa soeur Octavia, quitte à se sacrifier pour elle.
    21e Jour.
    Après une cruelle série de drames, Clarke se demande si les 100 sont enfin en sécurité ou s'ils ne sont que des morts en sursis...

    ~

    L’auteur

    C’est une auteure que j’avais découverte dans le premier tome de ‘the 100’ et j’avais vraiment envie de continuer cette saga qui ne ressemble pas aux autres et qui nous offre un bon moment de lecture. Il s’agit de sa seule saga connue pour l’instant mais j’espère qu’elle a d’autres projets livresques parce que cela peut être vraiment intéressant.

     

    L’histoire

    Ce tome 2 nous replonge dans cet univers que j’avais complètement mis de côté par faute de temps et je dois avouer que j’ai eu un réel plaisir de me replonger dedans. L’univers se dévoile un peu plus et je me suis sentis de plus en plus impliqué dans cette histoire. Il s’agit toujours de ce groupe de 100 personnes maintenant un peu moins qui essaie de survivre à la terre dévastée par un cataclysme. Un nouveau personnage va faire son entré, un personnage qui va nous donner un second souffle, mais surtout de l’espoir pour ce groupe qui se détruit au fil des jours. Alors maintenant que j’ai refermé ce livre je trouve l’histoire vraiment pas mal, on se divertit, on rêve et on apprécie ce moment .Mais dans l’ensemble ce n’est pas transcendant. Je pense qu’on a besoin de voir la série pour bien apprécier cette saga. La structure du texte est très linéaire et le fait de changer de points de vue donne un petit plus non négligeable dans notre attachement à cette histoire.

     

    Les personnages

    On a le point de vue de Bellamy dès qu’on entre mais pas que, on a aussi Clark, Gladys et Wells. j’ai adoré ces personnages, ils sont tous addicts à leurs manières, que ce soit leurs qualités, leurs défauts. Et le fait qu’on est aussi le point de vue de Glass rajoute ce lien qu’on a entre la terre et leurs ancienne planète. Les flashs back les rendent tellement humains que je crois que ce sont les moments que j’appréciais le plus !

     

    Conclusion

    C’est une bonne lecture en soi, qui est surtout axé sur les jeunes offres une réelle evasion. Je pense qu’il faut tester cette saga toutes générationsconfondues. Pour moi ça a été une bonne lecture avec beaucoup de moment de bof mais je lirais le tome 3 pour me faire une idée définitive.

  • Oblivion le pouvoir des cinq - Anthony Horowitz

    Oblivion 2

    731 pages
     

     

    Cinq adolescents ordinaires

    Cinq pouvoirs extraordinaires.

    Une seule chance de sauver l’humanité.

     

    Dix ans se sont écoulés, depuis que Matt, Scott, Pedro, Jamie et Scarlett ont été séparés, dispersés aux quatre coins du globe. Dix ans qui, pour eux, n’ont duré qu’une seconde. Ils se réveillent dans un monde de cauchemar, un monde où tout a changé. Les Anciens, incarnation du Mal, ont pris le contrôle. Isolés, les Cinq n’ont aucune chance de les vaincre.

     

    Quelque chose va pourtant réuni les cinq adolescents. Une force irrésistible, qui les attire vers l’Antarctique, vers une terre de ténèbres et de glace où le maléfique Roi des Anciens prépare l’apocalypse. Une terre qui porte un nom : Oblivion

     

    * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - *

     

     

    Un dernier tome pour quitter la saga

     

    C’est le dernier tome de la série de ces 5 gardiens mais le seul que j’ai lu, mais j’ai pu comprendre toute l’histoire indépendamment des autres tomes. Il est divisé en cinq partie qui correspondent chacune à un gardien et à leur élément, c’est ce qui permet de comprendre l’histoire, car cela résume bien leur capacités.

     

     

    Les gardiens pour une fois tous réunis

     

    Chaque gardien est relié à un élément : Matt avec la Terre, Pedro avec le Feu, Jamie avec l’Eau, Scott avec la Glace et Scarlett avec l’Air. Les héros participent ensemble au combat final qui les entraine contre les Anciens qui représentent le Mal et tout ça se passe en Antarctique. Contrairement aux autres tomes où ils ne sont pas ensemble, car un tome est relié à un gardien. Ils sont, dans ce dernier tome attirés vers cet endroit, vers le repère du roi maléfique des Anciens, c’est là que la bataille finale aura lieu.

     

     

    Une bataille finale impressionnante dans un livre prenant

     

    Cette dernière bataille, avec tant de détails et d’action est digne des plus grands effets spéciaux du monde du cinéma, j’avais vraiment l’impression d’avoir été au milieu de l’action, au milieu de l’écran géant. C’est pour moi une bonne histoire et un livre génial qui aurait largement pu se suffire à lui-même.

     

     

  • Nos étoiles contraires - John Green

     Nos etoiles contraires

    331 pages

     

    Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu'elle s'y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d'autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l'attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.

     

    * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - *

     

    J’avais peur au début car je ne voulais pas me plonger à nouveau dans une histoire où lorsque je ferme le livre, les larmes coulent. Je ne voulais pas non plus un roman qui insiste sur la mal chance des personnes atteintes de maladies jusqu’à me faire ressentir de la pitié pour elles. J’ai été heureuse de découvrir ce roman, vraiment heureuse car c’est ce que j’ai ressentie en fermant ce livre, de la joie, du bonheur.

    J’ai adoré connaître les espoirs, les craintes, les déceptions et les rêves d’Hazel cette jeune fille au nom peu connue, atteinte d’un cancer en phase terminale mais j’ai encore plus adoré la légèreté que ce roman dégage avec l’autodérision qu’Hazel et Augustus, son amoureux, ont face à leur maladie, mélangé avec le fait d’être écrasé par la réalité de la maladie en contrepartie, j’ai pu éprouver un grand huit émotionnel, sans toutefois me lamenter sur le sort d’Hazel; car elle était heureuse.  Leur force m’a émue, car malgré leur maladie, ils ont la joie de vivre, la hargne pour la combattre et l’espoir de vaincre contre elle, ils ne se lamentent pas et n’attendent pas la guérison pour profiter de la vie. C’est un véritable livre d’amour sous tous ces angles et un véritable roman d’espoir qui nous force à profiter de la vie une fois fini, car en l’ayant lu, on comprend, on se rend compte que chaque instant compte et que tout est important, que rien que nous puissions faire aujourd’hui ne doit être reporté à demain, car personne ne sait si demain existera. John Green est un grand, indéniablement ! Nous apporter autant dans un roman aussi petit portant sur la maladie et la mort sans une once de pitié, mais avec énormément de bonheur, c’est vraiment exceptionnel !

     

    " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # "  # " # " # " # " # " # " # " # " # " # "

     

    « Tu m’as offert une éternité dans un nombre de jours limités, et j’en suis heureuse »

    Hazel Grace Lancaster

     

     

  • Anne-fleur Multon_Allô Sorcières, viser la lune

    Allo sorcieres

    168 pages

    4 eme de couverture :

    Aliénor, Itaï, Azza et Maria ont 13 ans et habitent chacune aux 4 coins de la planète, mais de leur rencontre sur un forum, naissent tout à la fois une grande amitié ET une chaîne Youtube à succès !

    Des vidéos sur l'astronomie, par Aliénor, aux conseils d'Itaï en jeu vidéo, d'Azza en pâtisserie et de Maria en photo, les filles partagent leurs passions et voient grossir leur confiance et leur communauté.

    Quand Itaï se voit écartée d'un championnat d'e-gaming prétendument masculin, elles ont l'outil en main pour médiatiser l'affaire et lutter contre cette injustice !

     

    ~

    Etre raciste, ça voulait dire se méfier, mépriser ou même détester des personnes dont la couleur de peau ou la culture étaient différentes des nôtres.

     

    L’auteur

    Je viens de découvrir cette auteure qui fait beaucoup parler de son livre. Je dois avouer qu’elle a tapé fort, son livre ne touche pas que les enfants mais aussi des parents ou bien des adolescents. Il s’agit certes d’un premier roman mais je trouve qu’elle a vraiment saisi le genre jeunesse pour conquérir tout le monde. Même si son livre est qualifié de jeunesse n’ayez pas peur il ne l’est qu’à moitié !

     

    L’histoire

    J’ai dévoré ce livre ! Il est frais, léger mais surtout addictif et chaleureux. Ce livre va plaire à toutes celles et ceux qui ont encore une âme d’enfant ! l’histoire en soi n’est pas de la grande intrigue mais elle est très efficace. Le vocabulaire est très actuel, on ne peut que sourire aux nombreuses références. Dans un autre sens c’est très effrayant parce qu’une gamine de 13 ans soit aussi connecté qu’une adolescente de 15 ans. Il s’agit d’Aliénor, 13 ans, qui vit en Guyan, elle rencontre ses futures meilleures amies sur Twitter. Itaï, Azza et Maria, chacune vivant dans un pays éloigné, mais une compétition de jeux vidéo vont toutes les rapprocher. Ce livre aborde beaucoup de sujets avec un regard enfantin et c’est d’autant plus intéressant, parce qu’inconsciemment il change le regard des enfants sur ces différents sujets. Aliénor nous montre ce que c’est le racisme parce qu’elle a un père blanc et une mère métisse, elle nous montre aussi que peu importe la distance, l’amitié peut aussi naître mais surtout elle nous apprend à être déterminée et courageuse et qu’il n’y a pas d’âge pour ça.

     

    Les personnages

    Elles sont très dans l’air du temps donc il n’y a pas de problème niveau adaptation. Elle nous parle. Aliénor est pleine de vit et j’avais l’impression en la lisant de l’avoir à côté de moi entrain de me raconter sa vie en sautillant partout d’excitation c’était vraiment super. J’ai eu l’impression de devenir son amie. On a envie de la suivre et de connaître ses 3 autres copines qui finalement sont complémentaires à Aliénor. Maria la timide rêveuse, Itaï, la gameuse, et Azza, celle qui arrive à faire 6 choses en même temps. On crée du lien avec ses différents personnages, on les trouve adorables mais surtout elles ont toutes ou presque des parents formidables.

     

    Conclusion

    C’est un livre à découvrir que vous soyez jeune ou moins jeune, il a le mérite de vous faire rire. Certes il est très enfantin et on a parfois l’impression de retomber à nos 13 ans mais il nous divertit et nous rend plus joyeux je vous le conseille vivement ! Surtout aux grincheux ! Bonne lecture à vous.

     

    ~

    Mais tout d'un coup, j'avais le ventre un peu serré : mes copines allaient-elles m'aimer ?
    Même si on se connaissait toutes très bien, on ne s'était jamais vraiment vues, et je craignais soudain de les décevoir.

     

  • Rick Yancey_la 5e vague, tome 1

    5evague

    602 pages

    4 eme de couverture :

    1ère Vague : Extinction des feux
    2e Vague : Déferlante
    3e Vague : Pandémie
    4e Vague : Silence

    La 5e Vague arrive...
    Ils connaissent notre manière de penser. Ils savent comment nous exterminer. Ils nous ont enlevé toute raison de vivre. Ils viennent maintenant nous arracher ce pour quoi nous sommes prêts à mourir…

    À l’aube de la 5e Vague, sur une bretelle d’autoroute désertée, Cassie tente de Leur échapper…Eux, ces êtres qui ressemblent trait pour trait aux humains et qui écument la campagne, exécutant quiconque a le malheur de croiser Leur chemin. Eux, qui ont balayé les dernières poches de résistance et dispersé les quelques rescapés…
    Pour Cassie, rester en vie signifie rester seule. Elle se raccroche à cette règle jusqu’à ce qu’elle rencontre Evan Walker. Mystérieux et envoûtant, ce garçon pourrait bien être son seul espoir de sauver son petit frère, voire elle-même. Du moins, si Evan est bien celui qu’il prétend… Mais la jeune fille doit d’abord faire des choix : entre confiance et paranoïa, entre courage et désespoir, entre la vie et la mort. Va-t-elle baisser les bras et accepter son triste sort, ou relever la tête et affronter son destin ? Car ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort.

    ****

    J’ai réellement adoré ce livre de manière assez peu conventionnel. C’est une sensation très étrange de se plonger dans ce style de roman qui est finalement à double sens. Il nous fait autant penser au passé qu’à un éventuel avenir. Je trouve que c’est assez paradoxal parce que dans notre monde nous adorons les extraterrestres et là dans ce livre les extraterrestres veulent nous éradiquer.

    Le roman est très complet, il y a de l’action, du suspense, de la peur et même de la romance. Pourtant je ne suis pas fan des récits contemporains sur la guerre mais j’ai retrouvé n très beau clin d’oeil à l’histoire mais en forgeant le futur. Le style d’écriture est assez fluide et elle nous happe, il y a des légères touches d’humour qui apporte un peu plus de fluidité Les scènes s’enchaînent à une vitesse qu’on pourrait croire que l’histoire essaie de nous échapper.

    Les personnages ont tous un degré différent dans l’histoire qui est plus ou moins important. Que ce soit Nuggets, sa sœur, son nouveau copain ou bien son ancien béguin. J’avais vraiment envie de partager avec eux cette guerre. Ils sont tellement jeunes et innocents, qu’on a envie de les prendre avec nous. Puis j’ai trouvé que les relations entre les personnages sont très fortes parce qu’en temps de guerre il faut avoir ses alliés. Mais surtout j’ai adoré détester les lieutenants qui sont finalement des ennemies des humains. J’ai beaucoup aimé se contraste entre les personnages on ne sait plus qui il faut croire ou non parce que justement on ne sait pas.

    En clair : ce livre est génial j’ai adoré du début à la fin, on ne peut pas le lâcher et c’est une très bonne sensation. Je vous le conseille.

  • Lauren Oliver_ Le dernier jour de ma vie

    Beforeifall

    450 pages

    4 eme de couverture :

    Et s’il ne vous restait plus qu’un jour à vivre ? Que feriez-vous ? Qui aimeriez-vous embrasser ? Et surtout à quel sacrifice seriez-vous prête pour changer votre destin ?" Samantha Kingstone a tout pour elle : le petit copain le plus craquant du monde, trois meilleures amies géniales, et une cote de popularité illimitée. Ce vendredi de février aurait dû être un jour comme les autres. Un jour parfait dans une vie de rêve. Mais ce vendredi de février est le dernier pour Sam. Pourtant elle va obtenir une deuxième chance. Ou plutôt six chances. Six jours pour démêler le mystère entourant sa mort. Six occasions de découvrir la vraie valeur de tout ce qui l’entoure. Ce vendredi est le dernier jour de la vie de Sam. Ou le premier ?

     

     

    Tant de choses deviennent belles quand on sait les regarder.’

     

        J’ai eu beaucoup d’avis positif sur ce livre et beaucoup de coup de coeur. L’histoire démarre sur un accident de voiture, ce qui nous entre directement dans le vif du sujet c’est-à-dire ‘pouvons-nous avoir une seconde chance ?’ Mon ressenti sur ce sujet est assez vaste mais j’avais une appréhension. J’avais peur que le fait que cela tombe dans le cliché ou même que je m’ennuie. Heureusement ce n’est pas le cas. Il s’agit de Samantha, fille assez superficielle, qui au fil du livre va comprendre que sa seconde chance va être sa porte de sortie pour revivre. La narration interne est très bien choisie parce que Samantha est le personnage-clé. Cette narration est comme une boucle. Chaque jour Samantha revit la même journée depuis sa mort, et je me demande du coup si les personnes qui décèdent avant d’avoir fini de vivre, recommencent inlassablement leur dernière journée, ce serait une sorte de peine pour ceux qui meurent prématurément. La narration me donnait le tournis et un sentiment de claustrophobie. Au début je ne comprenais pas pourquoi tous les jours recommençaient, bizarrement elle ne revit pas exactement la même journée. Nos actes ont une incidence sur le fil de cette journée qui recommence inlassablement. C’est très enrichissant parce qu’on a une autre vision de la mort, certes de façon assez hypothétique. Cela nous intrigue tous c’est ce qui est le plus important !

     

        Les différents personnages sont très détestables. Je les ai tout de suite mis dans la catégorie des écervelés. Elles sont toutes les 4 le stéréotype de la fille superficielle, très nombriliste mais surtout très méchante. Je pense que ce genre de personnage a besoin de cette ‘mort’ pour comprendre qu’elles agissent mal. Samantha en a fait les frais, je dois avouer que c’était celle qui était la moins atteinte par ce syndrome. C’était très intéressant de voir comment Samantha évolue au fil de l’histoire. Elle finit par comprendre ou essaie de comprendre quel est son salut. Je me suis prise d’affection pour elle, parce qu’elle est coincée dans ce dernier jour et elle doit comprendre comment elle a mal agi. Ce qui était assez intéressant c’est qu’elle se souvenait à chaque fois de tous ce qu’elle avait fait dans les différentes versions et cela faisait avancer l’histoire. Il y a 7 chapitres on peut alors penser que Dieu lui aurait donné 7 jours pour comprendre comment se racheter. On a une légère connotation religieuse mais cela serait trop poussé.

     

    En clair : j’aurais aimé plus mais pourtant ce livre se suffit déjà à lui-même. Il nous fait réfléchir au-delà du récit tout en nous divertissant. Le style de l’auteur nous accroche et on a envie d’un Happy end. C’est une belle lecture au final même si j’ai quand même eu un avis mitigé sur cette lecture. Je le conseille pour les curieux qui aime découvrir de nouveaux récits.

     

    Voilà ce que font les meilleures amies : elles vous retiennent quand vous vous approchez trop près du bord.’