Drame

Guillaume Musso - Sauve-moi

Sauve moi

500 pages

4 eme de couverture :

Lorsque, par une froide soirée d'hiver, Juliette et Sam se croisent en plein cœur de Broadway, c'est le coup de foudre instantané. Elle, jolie Française de 28 ans, multiplie les petits boulots en nourrissant des rêves d'actrice. Lui, la trentaine, est un jeune pédiatre new-yorkais dévoué corps et âme à son travail depuis le suicide de sa femme. Persuadés d'avoir enfin trouvé un sens à leur vie, ils vont s'aimer le temps d'un week-end intense, aussi magique qu'inoubliable. Mais Juliette doit retourner à Paris. Quant à Sam, il ne sait trouver les mots pour la garder à ses côtés. Du moins, pas assez vite. Car à peine l'avion de la jeune femme a-t-il décollé qu'il explose en plein vol...

****

En refermant ce livre, je n’étais pas satisfaite, j’étais enragée de cette fin. Ce livre a été littéralement dévoré. C’est une sensation étrange qui revient à chaque fois que je referme un Musso, une sensation de manque et de bien-être en même temps. Je ne cesserai pas de le dire ou de le crier mais Guillaume Musso est un génie ! Il nous fait vivre un moment tellement unique et intime qu’on se sent trahis quand ça s’arrête. Je me suis attachée à ce monde là , même plus que les autres. Je ne saurai dire pourquoi. Ce que j’aime le plus dans ces schémas, c’est le fait que la boucle est bouclée pour que ce soit un éternel recommencement, un renouveau.

J’ai beaucoup aimé les personnages, parce qu’on apprend tellement sur leurs passés qu’on ne plus les laisser vivre leurs vies. Sam est vraiment intéressant parce qu’il mène un combat contre le temps, l’amour et la vie. On veut tous gagner contre le temps et l’amour, même si le métier de Sam est aux antipodes de son combat amoureux. Je trouvais ça très mignon.

En clair : C’est un vrai coup de coeur ! Auteur à succès mais c’est très largement mérité de quoi nous rendre accros au prochain livre !

Tatiana de Rosnay - Elle s'appellait Sarah

Elle s appelait sarah

402 pages

 

4 eme de couverture :
Paris 2002. Julia Jarmond, journaliste américaine, est chargée de couvrir la commémoration du Vél d'Hiv. Découvrant avec horreur le calvaire de ces familles juives qui furent déportées à Auschwitz, elle s'attache en particulier au destin de Sarah et mène l'enquête jusqu'au bout, au péril de ce qu'elle a de plus cher.
Paris 16 juillet 1942. A l'aube la police française fait irruption dans un appartement du Marais. Paniqué, le petit Michel se cache dans un placard. Pour le protéger, sa grande soeur l'enferme et emporte la clef, en lui promettant de revenir. Mais elle fait partie des quatre mille enfants raflés ce jour-là...
 
**** 
 
Ce livre fait vivre une sensation nouvelle qu'on ne peut pas réellement décrire comme une sensation de souvenir, de passé, présent et de vérité. C'est une sensation agréable. On entre dans une histoire poignante ce n'est pas simplement un témoignage. C'est une corrélation entre le présent et le passé. Cette histoire est entre deux chaises, elle apporte autant d'histoires qu'il n'en faut tout en restant dans le présent et nous donnant à réfléchir sur comment nous devons porter cette part d'histoire assez forte dans nos mémoires. Il s'agit d'une femme qui recherche une fille juive vivant pendant la Seconde Guerre mondiale,parce que la petite juive a habité dans l'appartement que va occupé cette journaliste.
Les personnages sont très prenants surtout celui de la journaliste qui se prend de plus en plus dans cette quête de vérité quitte à tuer son couple ce qui la rend encore plus proche de nous, je trouve. Contrairement à Sarah parce que le passé est un peu vague. Je ne vais pas faire un résumé à peu près précis parce que je trouve que ça le dévalorise. Ce qui est vraiment intéressant c’est cette quête de vérité liée à l’appartement. Cette histoire est vraiment prenante parce que tout le monde peut être amené à savoir que ce soit l’arbre généalogique, ou bien les lieux historiques, que sais-je. Je trouve que c’est ce qui donne une réelle attractivité au livre et c’est très prenant. Elle nous transmet cette envie de vérité. On comprend aussi que cette quête la coupe de sa vie jusqu’à faire exploser son mariage, sa vie mais elle va soulager toute une famille.
En clair : pour moi c’est un réel coup de coeur que ce soit le livre ou le film, les sentiments sont les mêmes et je le recommande vivement. C’est une grande réussite.

Markus Zurak - La voleuse de livres

La voleuse de livre

 

632 pages


4 eme de couverture : 

Leur heure venue, bien peu sont ceux qui peuvent échapper à la Mort. Et, parmi eux, plus rares encore, ceux qui réussissent à éveiller Sa curiosité. Liesel Meminger y est parvenue. Trois fois cette fillette a croisé la Mort et trois fois la Mort s'est arrêtée. Est - ce son destin d'orpheline dans l'Allemagne nazie qui lui a valu cet intérêt inhabituel ou bien sa force extraordinaire face aux événements ? A moins que ce ne soit son secret... Celui qui l'a aidée à survivre. Celui qui a même inspiré à la Mort ce si joli surnom : la Voleuse de livres... 

****

Je ne sais pas quoi penser de ce livre. Je me sens vidée mais en même temps je retrouve cette avidité de vérité que j'ai retrouvé de des précédents livres et c'est une sensation très bizarre. Ce livre est axé sur une famille ‘’ hitlérienne ‘’ mais qui devient résistante en hébergeant un juif. Je dois avouer qu’une fois qu’on a lu des livres sur le massacre des juifs, on a du mal à être sympathique avec ses fanatiques. En soit ce livre est bien si l’on omet les personnages fanatiques à Hitler, heureusement, il y en a peu. J’ai beaucoup aimé cette histoire malgré tout. Elle est sur fond de guerre et de la monter au pouvoir d’Hitler.

Le point fort de ce roman, est le récit. C’est la mort qui raconte la fois où elle a rencontré la ‘’ voleuse de livre ‘’ et va nous raconter son histoire. Je me suis vraiment prise d’affection pour le personnage de la mort qui mine de rien prend une place importante dans l’histoire. Elle apporte cette petite touche qui nous rend ‘’ accro ‘’ et qui fait la différence par rapport aux autres livres témoignages. La mort ne se cantonne pas qu’a raconter, mais apporte une vrai touche d’humour. C’est assez paradoxale parce que la mort ne se prend pas au sérieux. Bien sur la plus grande partie du récit est basé sur Liesel qui va se laisser gagner par une humanité oublié de la vrai ‘’ race ‘’ grâce au juif hébergé. C’est ce que j’ai trouvé intéressant parce qu’il y aura toujours des personnes à cotre sens pour faire avancer les choses.

En clair : c’est une très belle découvert qui nous transporte dans une autre époque et nous apprend comment peut fonctionner un fanatique et c’est très enrichissant.

Frederico Moccia- 3 mètres au-dessus du ciel

3 metres au dessus du ciel

382 pages 


4 eme de couverture : 

Jeunes et déchaînés, ils s'aiment
jusqu'à décoller de terre,
jusqu'à toucher le ciel.
Plus que ça.
Au moins.., trois mètres au-dessus du ciel !
Mais ils ne sont pas seuls: il y a le lycée,
les parents, la bande de copains qui dérape
et franchit les limites... 

****

Il s'agit d'une histoire d'amour entre un bad boy et une fille très sage qui au fil du temps vont tomber amoureux puis s'ensuit des hauts et des bas.

L'histoire est un peu clichée et très prévisible par rapport au film mais cette histoire apporte une bouffée d'air frai dans notre quotidien fermé. Il s'agit d'un drame mais ça a tout son charme parce qu'on ne s'attend pas du tout à une fin comme celle-la. Cela donne une autre perspective à ce récit un peu cliché sur un amour impossible. J'ai beaucoup apprécié le fait de trouver ce livre après avec vue le film parce qu'en lisant ce livre j'ai revu des scènes du film, et si vous avez la possibilité de la faire je vous le conseille.

L'histoire en elle-même était bien écrite une fois qu'on s'était familiarisé avec la forme qui n'est pas ce qu'on peut lire aujourd'hui. J'ai trouvé très attachant les personnages parce qu'on se replonge dans une époque ultérieure et on a l'impression de vivre un petit bout de leur vie. Parfois je n'ai pas bien compris où voulaient en venir les personnages surtout le personnage principal. Je pense que le point positif est le fait qu'il est plusieurs points de vue mais le problème c'est qu'ils sont parfois à la suite sans indication de changement de point de vue et on s'y perd vite.

En clair : Je pense que cette histoire serait plus appréciée en étant vue en film parce que c'est une histoire qui n'est pas forcément facile à comprendre si on ne s'y intéresse pas un minimum et je trouve cela dommage. Si vous voulez vraiment connaître cet auteur vous pouvez choisir ce livre parce qu'il est quand même intéressant il faut juste bien se concentrer. Bonne lecture à vous.

J.K. Rowling - Une place à prendre

790 pages 
 
4 eme de couverture 
 

Bienvenue à Pagford, petite bourgade anglaise paisible et charmante : ses maisons cossues, son ancienne abbaye, sa place de marché pittoresque… et son lourd fardeau de secrets. Car derrière cette façade idyllique, Pagford est en proie aux tourmentes les plus violentes, et les conflits font rage sur tous les fronts, à la faveur de la mort soudaine de son plus éminent notable.

Entre nantis et pauvres, enfants et parents, maris et femmes, ce sont des années de rancunes, de rancœurs, de haines et de mensonges, jusqu’alors soigneusement dissimulés, qui vont éclater au grand jour et, à l’occasion d’une élection municipale en apparence anodine, faire basculer Pagford dans la tragédie.

 

****
 


           Je n'ai pas choisi ce livre parce que c'était J.KRowling mais parce que le synopsis était plutôt pas mal. Oui je n'ai pas lu les Harry Potter et dans ce cas ce n'est pas si mal. Je n'avais pas d'attente particulière, je savais que c'était un auteur très connu mais je ne connaissais pas son écriture et la j'en ai eu l'occasion. Tout d'abord cette histoire est dans notre '' air '' un air ou certaines personnes se croient être nos amis alors qu'en faite ce sont les pires qu'on est jamais connus. Il suffit d'un mort pour que les vrai visages se montrent et malheureusement c'est la réalité. Ce livre est assez crue et sérieusement dans l'air du temps. Je dois dire que c'était mon coup de cœur de septembre 2014. 
            Le style d'écriture est très entraînant, On a envie de savoir la suite. Le fait aussi que ce soit raconté par tous les personnages est un très grand plus. J'ai adoré me plonger dans les différentes vies à en détester certains, à m'attacher à d'autre. Ou alors me rendre compte à la fin que ce personnage n'était pas aussi pourrit mais essayer juste de s'en sortir avec son éducation. je trouve aussi intéressant de découvrir les points de vue de ses personnes face au deuil. On voit tout de suite les personnes qui tenaient vraiment au défunt et d'autre qu'y veulent juste le pouvoir. Pour moi c'est un livre très complet et que j'ai aimé découvrir. La version que j'avais n'était certes pas facile mais c'est une lecture que je recommande au moins pour comprendre le monde d'aujourd'hui, Je pense qu'il peut légèrement faire bouger les choses dans le bon sens encore faut-il le vouloir.  

×