Contemporain

  • Agnès Martin-Lugand_Les gens heureux lisent et boivent du café

    Lesgens

    187 pages 

    4 eme de couverture :

    « Ils étaient partis en chahutant dans l’escalier. […] J’avais appris qu’ils faisaient encore les pitres dans la voiture, au moment où le camion les avait percutés. Je m’étais dit qu’ils étaient morts en riant. Je m’étais dit que j’aurais voulu être avec eux. »

    Diane perd brusquement son mari et sa fille dans un accident de voiture. Dès lors, tout se fige en elle, à l’exception de son cœur, qui continue de battre. Obstinément. Douloureusement. Inutilement. Égarée dans les limbes du souvenir, elle ne retrouve plus le chemin de l’existence. C’est peut-être en foulant la terre d’Irlande, où elle s’exile, qu’elle apercevra la lumière au bout du tunnel.

    ~

    L’auteure

    J’avais entendu beaucoup de bien de cette auteure et j’avais envie de me faire ma propre opinion sur elle. Elle n’en est pas à son premier mais c’est sur celui-ci que j’ai eu envie de me plonger. C’est une histoire qui fait du bien, malgré la douleur qu’on éprouve dans ce récit ! Je dois avouer qu’elle a fait fort, j’aimerais beaucoup découvrir d’autre roman de cette auteure !

     

    L’histoire

    C’est une très belle lecture, très lourde de sens, dès les premiers instants on sent cette force émotionnelle qui ne nous quitte pas. On a l’impression de plonger dans la même dépression et c’est un sentiment puissant que j’ai apprécié le temps de cette lecture. On commence ce livre sur une phrase poignante sur la mort de son mari et de sa fille, cela ne peut que présager une très bonne lecture. J’ai trouvé ce livre fort car il montre l’état de dépression avancé et son combat pour ce sortir de cette spirale. J’ai adoré cette force littéraire, elle nous fait comprendre que tout peut arriver mais c’est pour nous aider à mieux rebondir. L’histoire en soi est assez bateau mais j’ai beaucoup aimé. Il s’agit de Diane qui a la mort de son mari et de sa fille va vivre 6 mois en Angleterre afin de changer d’air. Sa vie, sa dépression l’étouffe, son meilleur ami lui a ouvert les yeux, pourtant ce n’est pas si simple.

     

    Les personnages

    J’ai trouvé les personnages tellement touchant. Diane est dévastée, on a envie de l’aider pour qu’elle aille mieux. On a envie de lui dire que tout ira bien puis elle va se terrer en Angleterre et rencontrer quelqu’un. Edward est un personnage très renfermé, qui n’a pas été très gâté par l’amour et qui va entretenir une relation assez enflammée avec Diane. C’est à ce moment-là que je me suis dit la vie nous réservent toujours des surprises, et quand elle le fait il faut les saisir ! Toute notre vie on peut être amoureux, ou trouver quelqu’un qui nous corresponde réellement. J’ai trouvé ça tellement mignon que je me suis demandé si l’on pouvait aimer à nouveau sans avoir oublié qu’on a déjà aimé. Pour Diane se serait un devoir de mémoire. Diane a tellement changé tout au long du livre mais c’est grâce à Edward et tous ceux qui l’entourent et l’aime. Nous devons toujours rester auprès des personnes qui nous rendent meilleurs sans demander de retour.

     

    Conclusion

    J’ai adoré ce livre , il est tellement fort mais doux à la fois ! Il nous déprime mais nous rend heureux en même temps. Ce livre m’a donné une belle claque littéraire et ça je l’en remercie. Je l’ai enfin lu et je ne regrette pas parce qu’il est génial ! Qu’est-ce que vous attendez pour aller le lire ?

  • Virginie Grimaldi_Le premier jour du reste de ma vie

    Lepremierjour

    283 pages 

    4 eme de couverture :

    Marie a tout préparé pour l’anniversaire de son mari : gâteaux, invités, décoration de l’appartement... Tout, y compris une surprise : à quarante ans, elle a décidé de le quitter. Marie a pris « un aller simple pour ailleurs ». Pour elle, c’est maintenant que tout commence. Vivre, enfin. Elle a donc réservé un billet sur un bateau de croisière qui fait le tour du monde. À bord, Marie rencontre deux femmes qui, elles aussi, sont à la croisée des chemins. Au fil de leurs aventures, parfois loufoques, elles pleurent et rient ensemble, à la reconquête du bonheur. Leurs vies à toutes les trois vont être transformées par ce voyage au bout du monde… Tout quitter pour tout recommencer : une comédie tendre et savoureuse !

    ~

    L’auteure

    J’en ai beaucoup entendu parler de cette auteure, en bien, et je me suis dit pourquoi pas ? C’est une auteure qui écrit des histoires qui font du bien, qui remonte le moral et donne de l’espoir. Elle est ai déjà à son 4e romans et je dois avouer que je l’ai dévoré alors pourquoi pas en découvrir d’autre de cette auteure !

     

    L’histoire

    Je l’avoue je l’ai dévoré mais littéralement ! C’est un livre qui fait du bien qui rend heureux et qui nous fait comprendre que la vie est pleine de surprise mais surtout qu’elle soit courte. On ne doit pas s’embêter dans une relation qui est toxique ou bien le travail, ami et j’en passe. Il donne une bouffée d’air et rend notre vie plus sereine. Je pense qu’a un moment ou un autre on a besoin d’un livre comme ça et une fois que c’est le bon moment il faut foncer ! L’histoire est très simple, il s’agit de Marie mariée à Rodolphe, qui l’a trompé, et tous deux mènent une vie de personne âgées. Elle va alors prendre sa vie en main et partir en croisière. Je me suis sentis tellement mieux au fil du livre du moins j’en avais l’impression. On ne pense plus à rien quand on lit ce livre on vit l’instant présent et ça ne m’était pas arrivée depuis un moment déjà. J’avais l’impression que ce livre me disait et pourquoi pas toi ?

     

    Les personnages

    J’ai trouvé ces personnages super attachant que ce soit Marie ou ses futures copines. J’avais vraiment l’impression d’être la 4e copine qui suit les différentes aventures. J’avais envie de rire avec elles de les soutenir ou même de les aider. Et bien-sûr il ne faut pas oublier Loic ! Le coup de coeur de Marie, un amour survenu alors qu’elle ne le voulait pas. Je trouvais cela tellement attendrissant. On n'a pas besoin de se prendre la tête avec ce livre, on se blottit sous la couette et c’est partie !

     

    Conclusion

    J’ai adoré ce livre ! Je crois que je pourrais même le crier sur les toits tellement j’ai adoré. C’est un livre qui apporte tellement de choses qu’on ne peut pas passer à côté ! On se laisse aller à sa douceur et le bien-être qui nous procure et on passe une bonne journée ! C’est une très belle découverte !

  • Sophie Nicholls_Une robe couleur de vent

    Une robe couleur de vent

    352 pages

    4 eme de couverture :

    Par un matin d'hiver, Fabbia Moreno et sa fille Ella arrivent dans la petite ville de York. Fabbia veut essayer de fuir les fantômes du passé en ouvrant un magasin de vêtements vintage : une boutique de rêve, comme les femmes de York n'en ont encore jamais vu. Car la flamboyante Fabbia possède un don pour dénicher la robe idéale et l'adapter à chaque cliente. Bientôt, derrière la vitrine du magasin, les destin s'entremêlent, les identités se révèlent et les amours s'épanouissent... mais aussi la méfiance et la jalousie. L'exubérance de Fabbia dérange, et la jeune Ella, à la peau cuivrée, est une adolescente bien mystérieuse. Parviendront-elles à s'intégrer dans la communauté ? Quel sombre secret cache Fabbia derrière ses robes rouges et son accent chantant ? Sa fille elle-même sait-elle tout du passé des siens ?

    ~

    L’auteure

    Je ne connaissais pas cette auteure. La couverture m’a beaucoup intrigué je m’attendais à une chouette histoire avec beaucoup de rebondissement, de secret et bien plus encore. Il s’agit du tout premier livre de cette auteure et j’avais envie de découvrir son univers et peut-être même voyager.

     

    L’histoire

    C’est un livre très douillet, une belle découverte. C’est une lecture très cocooning qu’on apprécie sous la couette avec un thé ou tout autre boisson. Il n’y a pas d’action particulière, On rencontre Fabia et sa fille Ella, on suit leur vie dans leurs boutiques d’anciens vêtements. Alors ce n’était pas ma période pour lire ce livre, je n’étais pas du tout dans l’esprit du livre. Je ne dis pas que je n’ai pas aimé mais je pense que je suis passé à coté de toute la beauté du livre de part ses nombreuses descriptions sur les tissues et surtout l’amour de Fabia pour les vêtements. C’est une livre qu’on pourrait comparer à un long fleuve tranquille, il se lit facilement et apporte des ondes positives. L’histoire est rythmée par le passé de Fabia et je trouvais que cela rendait le livre plus intéressant par ailleurs j’ai beaucoup moins aimé la fin très embryonnaire à mon goût.

     

    Les personnages

    Je trouve que les personnages sont assez typiques en tout cas pour Ella. Elle reste mon personnage préféré, elle apporte vraiment de la maturité malgré le regard adolescent. Ce personnage apporte aussi la profondeur, la magie et surtout la spontanéité ! Tout au long du livre et donc de sa vie je l’ai trouvé très indépendante et je l’ai limite admiré pour cette force. Je me suis vraiment concentré sur ce personnage malgré qu’il y es la mère et sa gentillesse combinée à la volonté féroce de protéger sa fille et son histoire et bien sûr le beau-père qui rend heureuse cette mère seule. Évidement je ne me suis concentré que sur Ella parce que c’est celle qui sort vraiment du lot.

     

    Conclusion

    Ce livre reste très divertissant, il conviendrait bien à ceux qui veulent de la légèreté et surtout ne veulent pas une lecture compliquée. Il reste un livre très doux à lire et qui fait quand même rêver, bien qu’il n’y ai pas d’action ! Il est parfait pour cet hiver

  • Raphaelle Giordano - Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une

    Tadeuxiemevie

    217 pages 

    4 eme de couverture : 

    Tout à la fois roman et livre de développement personnel, suivez Camille sur le chemin de la vie de ses rêves. Débordée par son travail, son couple et son rôle de mère, la trentenaire a perdu sa joie de vivre, mais une rencontre va tout changer... Dans la lignée des livres de Laurent Gounelle, un parcours initiatique touchant, mais aussi un inspirant coaching riche en techniques créatives. Comme Camille, apprenez à enchanter votre vie !

    ~

     

    L’auteure

    Cette auteure est vraiment très forte ! Je ne savais rien de cette auteure a part qu’elle avait de très bon avis. Quand j’ai eu l’occasion de le lire en livre numérique mon engouement était tel que je le voulais dans ma bibliothèque. C’est presque un livre que je relirais chaque année simplement pour me remémorer cette très belle lecture. L’auteure n’est pas simplement une auteure elle est beaucoup plus et pour moi elle a changé ma vie en beaucoup mieux et je l’en remercie !

     

    L’histoire

    On rencontre Camille mère de famille, qui fait un accident. Elle rencontre alors celui qui va devenir son routinologue. Il va alors aider Camille à comprendre ce qui ne va plus dans son quotidien et ce qu’il faut changer. Quand on entre dans ce roman nous ne nous doutons pas de l’ampleur que cela peut avoir sur nous. Si l’on suit les conseils de Claude, on comprend l’impact que ces gestes au quotidien. Ce que j’ai trouvé très sympas c’est que c’est effectuer comme les échelons du karaté. Claude offre à Camille une perle de Lotus à chaque étape qu’elle franchit. Même quand on lit sans suivre aucun conseil on a l’impression de grandir mentalement. Cette auteure à une réelle force pour nous faire changer et nous faire comprendre que la vie a besoin de changement.

     

    Les personnages

    Camille est un personnage qui s’englue dans sa vie bien rangée. La rencontre avec Claude va l’intriguer. C’est une personne qui suit l’opinion des autres, ne veut pas froisser mais surtout ne s’épanouit pas. Au fil du livre on la voit qui doute mais qui change petit à petit sa façon de voir. On a vraiment l’impression de partager avec Camille parce qu’on est aussi en thérapie finalement. C’est une lecture qui nous ouvre et nous fait comprendre avec certes des idées bateaux mais qui marche tout simplement. Et les personnages sont tellement sympathiques et attachants qu’on se laisse faire et la magie opère.

     

    Conclusion

    J’ai adoré ce livre du début à la fin. Il deviendra un livre que je lirais, relirais sans m’en lasser. Je vous le conseille très fortement. Il apporte tellement de légèreté d’accroche de vie que nous ne pouvons pas échapper à cette lecture. Il nous donne de bonnes ondes et l’on se sent mieux après.

  • Mélanie Taquet_Une vita pas si Dolce

    Unevitapassidolce

    317 pages 

    4 eme de couverture :

    Quand Nina s'envole pour l'Italie sur un coup de tête, elle frappe à la porte de La Dolce Vita, un Bed&Breakfast tenu par Hannah, sa meilleure amie de fac.Mais les retrouvailles des deux femmes ne sont pas à la hauteur de leurs espérances : Hannah est aux prises avec sa sorcière de belle-mère et ses problèmes de couple ; quant à Nina, elle refuse d'expliquer les raisons de sa venue et semble fuir la réalité, préférant se laisser distraire par les délices florentins au bras de Marco, un Napolitain pensionnaire du B&B.Pourquoi Nina a-t-elle quitté la France aussi subitement ? Quels secrets tente-t-elle de dissimuler ?Sous le soleil de Florence, les parts d'ombre et de lumière de chacun se révèlent tour à tour. Plongez dans ce roman choral éblouissant : une escapade en Italie dont vous ne voudrez plus revenir !

     

    ~

     

    L’auteur

    Auteure de deux romans, je découvre son deuxième en avant-première et je dois avouer que c’était une belle découverte, je n’ai pas saisi toute la finesse du livre. Cette auteure m’a quand même fait voyager et m’a changé les idées, elle nous prouve que tout le monde à un avis, une opinion et elle n’est pas souvent partagée mais aussi que tout le monde gère ses problèmes de différentes manières.

     

    L’histoire

    Ce livre est assez étrange, je n’ai pas réellement étais emballée par l’ambiance du livre mais il se lit quand même. J’ai beaucoup aimé le fait qu’il parle italien, la narration était plus intéressante. Du coup certains passages traduits français étaient pleins de fautes et d’autres passages non traduits étaient sans faute. Il s’agit de Nina qui plaque tout, sa famille, ses amies et part à Florence. Au départ on est plongé dans le mystère de Nina et puis sans crier gars on est plongé dans son secret. Je n’ai pas vraiment compris pourquoi il fallait attendre autant de temps, on comprend alors que ce personnage n’est pas le centre du monde et heureusement. L’ histoire est assez linéaire, ponctué de révélation sur les différents personnages et c’était assez sympa. On ne se perd pas dans la narration ni dans les détails inutiles.

     

    Les personnages

    Au fil de cette lecture on ne comprend pas pourquoi Nina agit ainsi. Sa meilleure amie l’accueil à bras ouverts et Nina n’est pas décidé sur la durée de son voyage même ce qu’elle veut faire. On ne sait rien. Plus la lecture avance et plus on comprend ce qu’il lui arrive et je dois dire que je ne le cautionne pas du tout. C’est un personnage où je ne me suis pas attaché, j’ai eu beaucoup plus de compassion pour hanna même avec Marcos. Michel le mari d’hanna est aussi un personnage assez attachant, le point négatif c’est qu’il est très macho et attaché à sa mère. Tous ces petits personnages créeent certaines scènes assez cocasses. Je pense que ce sont les scènes qui nous attachent à cette histoire.

     

    Conclusion

    Ce livre se lit facilement, il nous énerve et nous calme et on a envie que cela se termine bien avec les bons personnages. Je pense qu’il conviendrait beaucoup au nostalgique de l’Italie et au amoureux des histoires qui sorte de l’ordinaire.

     

  • Amélie Nothomb_Stupeur et tremblements

    Stupeur et tremblements

    186 pages 

    4 eme de couverture  : 

    Au début des années 90, la narratrice est embauchée par Yumimoto, une puissante firme japonaise. Elle va découvrir à ses dépens l'implacable rigueur de l'autorité d'entreprise, en même temps que les codes de conduite, incompréhensibles au profane, qui gouvernent la vie, sociale au pays du Soleil levant. D'erreurs en maladresses et en échecs, commence alors pour elle, comme dans un mauvais rêve, la descente inexorable dans les degrés de la hiérarchie, jusqu'au rang de surveillante des toilettes, celui de l'humiliation dernière.

    ~

     

    L’auteure

    Je pense réellement que j’ai reçu une claque. C’est même le livre qu’il me fallait en ce moment pour passer un bon moment de lecture. J’ai vu en ce livre le mot dévoré. Je comprends l’engouement que nous pouvons ressentir quand on lit Amélie, et je trouve que d’avoir partagé ce petit moment avec elle m’a redonné l’envie de dévorer des livres. Pourtant ce n’est pas un livre qui attire, c’est une auteure qui fascine et pourtant je l’ai fait. J’ai découvert son univers assez particulier et je la remercie du fond du coeur.

     

    L’histoire

     

    On entre dans un univers assez particulier, on entre dans le monde du travail au Japon. Je dois avouer que c’est assez particulier, les actes, les façons de penser, les traditions, tout est différent de nous. Je me suis beaucoup indignée de tout cela mais en même temps cela m’a fait rire.  Une telle envie de détruire une personne parce que c’est une fille, ce n'est plus vraiment actuel, quoi que. C’est un roman qui dénonce mais en même temps créer une autodérision qui est super intéressante. On découvre Amélie, belge qui vient au Japon dans l’entreprise Yumimoto pour faire interprète sauf que ce n’est pas du tout le cas. J’avais l’impression de voir une stagiaire encombrante. Ses supérieurs la prenaient pour un boulet et ce qui est intéressant c’est qu’on voit le vrai visage du travail. Amélie explique très humblement que les coutumes japonaises sont très strictes et que tout le monde est formaté pour travailler pour vivre et non l’inverse. Ce livre regorge vraiment d’humour, d’autodérision. On passe par plusieurs émotions comme la compassion et j’ai adoré ce voyage.

     

    Les personnages

    J’ai découvert Amélie, je me suis attaché à elle parce qu’elle avait l’air à portée de main. Elle explique sa dégringolade avec beaucoup d’humour et presque de folie. Tout au long du livre elle supporte sa supérieure qu’elle trouve très belle. Alors que sérieusement il y a de quoi s’énerver. Elle subit les ordres des autres, du moins au départ avec beaucoup d’humilité. J’ai quand même trouvé ce personnage assez explosif face à ses compatriotes Japonais. On voit beaucoup le choc des cultures dans ce roman parce qu’une personne Européenne a une éducation très différente des Asiatique et je pense que l’auteur a très bien démontré ces choques de culture.

     

    Conclusion

    C’est un livre que vous devez découvrir, il parle de tellement de choses avec tellement de subtilité. Je pense qu’il peut même être interprété différemment et c’est ce qui fait la richesse de ce texte. Je n’ai qu’une seule chose à vous dire faites-vous votre opinion ! Et profiter de vos lectures !

     

     

     

  • La rousse qui croyait au père Noël - Suzanne Marty

    La rousse qui croyait au pere noel 1

    144 pages

    Flamme est apprentie comédienne et célibataire. Le 1er janvier, elle se pose un ultimatum : si elle n’a pas obtenu un seul rôle payé ou trouvé l’amour avec un grand A avant son anniversaire, elle abandonne la course aux rêves. Car est-il raisonnable à 39 ans de croire encore au père Noël ?

     

    * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ *

     

    Je tiens tout d'abord à remercier l'auteur, Suzanne Marty pour l'envoi de son livre sous forme de service presse.

     

    Flamme est une jeune femme rousse qui je trouve porte bien son nom. Malheureusement pour elle à l’approche de la quarantaine, elle se rend compte qu’elle ne rêvait pas de cette vie. On dit souvent heureux en affaires malheureux en amour, dommage pour Flamme, elle n’a ni l’un, ni l’autre et ce n’est pas faute d’avoir essayé… Plutôt figurante qu’actrice, célibataire endurcie il était temps qu’elle se pose un ultimatum pour pouvoir changer de vie, ou au moins réaliser quelques objectifs.

    Il est temps qu’elle reprenne sa vie en main, avant qu’il ne soit trop tard, elle décide donc de s’offrir les vacances qu’elle attend depuis un bon bout de temps, et ces vacances vont radicalement la changer !

    Ces vacances ne commencent pas en laissant les vieilles habitudes de Flamme de côté, mais petit à petit elle arrive à se libérer de sa coquille parisienne pour enfin revivre.

    Ce chick-lit est doté de petites touches d’humour, d’un style d’écriture fluide qui rendent ce roman léger et agréable à lire. On se demande si elle arrivera à trouver le prince charmant modern qu’elle recherche, qui il sera et surtout est-ce qu’il restera avec elle ? Le personnage de Flamme est très attachant, rêveuse avec une petite touche de réalisme, timide et drôle, mais bien vivante lorsqu’elle se dévoile, je me suis vraiment attachée à ce petit bout de femme original qui ne cours malheureusement pas les rues.

    Un livre de courte durée mais qui nous met une tonne de baume au cœur et nous fait sourire radieusement, c’était un agréable moment et une bonne surprise d’avoir rencontré ces personnages attachants, j’aurais juste aimé que l’histoire dure plus longtemps tellement je me sentais bien dans ce livre rafraichissant.  

    Ce fût un excellent moment en compagnie de Flamme qui nous fait rompre avec le quotidien et croire encore un peu au père Noël en retrouvant l’insouciance d’antan.

     

    Vous pouvez retrouver l'univers de Suzanne Marty sur : www.suzannemarty.fr

    et également sur les réseaux sociaux : Telechargement 1Twitter

     

  • Emma Straub_Modern lovers

    Modernlovers

    416 pages

    4 eme de couverture :

    Zoe, Elizabeth, Andrew et Lydia formaient un groupe de rock estimé dans leur jeunesse. Des années plus tard, Zoe, mariée avec Jane, élève Ruby, insolente et capricieuse. Elizabeth et Andrew ont également un enfant et Lydia s'est suicidée. Pendant l'été, les couples battent de l'aile, les adolescents se dévergondent, la crise de la quarantaine explose et le passé resurgit.

    ~

    Rien dans la jeunesse n'était juste : les jeunes n'avaient rien fait pour la mériter, les vieux n'avaient rien fait pour la perdre.

     

    L’auteur

    Il s’agit du premier livre que j’ai lu de cette auteure. Emma Straub a aussi écrit ‘les vacanciers’. Il s’agit d’une auteure assez surprenante qui joue avec le présent et les sujets actuels qui nous touchent de près et c’est très intéressant. Je pense que si j’ai l’occasion de lire son premier livre je le ferais.

     

    L’histoire

    En soi c’est une histoire très contemporaine, je n’ai pas accroché plus que ça mais ce n’est pas un avis négatif. Ce livre peu en intéresser plus d’un, je m’explique, le livre est formé en 4 parties, Il y a 2 couples et leurs 2 enfants. Ce livre traite de plusieurs sujets comme le fait d’avoir des parents homosexuels, de cacher son infidélité, croire en des rêves qui ne sont plus fondés. L’auteur a une plume très simple et compréhensible on est tout de suite plongé dans ses petites vies. Dans le fond ce livre n’est pas méchant, il montre les bons points comme les mauvais de notre société. On ne peut pas se perdre on ne peut que lire.

     

    Les personnages

    Les personnages sont assez étranges, et en même temps tellement palpables. On les suit dans leurs vies et leurs problèmes et on nourrit une certaine compassion. Cela ne m’a pas dérangé le couple Jane et Zoey parce qu’il est actuel et il vit comme un couple hétéro. La relation de Zoey et sa meilleure amie Élisabeth est quand même très étrange, on a l’impression d’un couple inachevé et en même temps Élisabeth est très protectrice et intrusive dans la vie de Zoey. Andrew est, je pense, le personnage le plus mystérieux mais surtout manipulable et naïf. Ses 4 parents ne voient même pas ce qui se joue sous leurs yeux, c’est-à-dire le couple que forment leurs enfants. De plus ces personnages sont liés par leur jeunesse et c’est d’autant mieux de les suivre parce que de nombreux flashs-back surviennent. Elle a ajouté des personnages qui tiennent la route et qui puissent très bien rendre accros ces lecteurs.

     

    Conclusion

    C’est une histoire qui nous divertit sans plus. On le lit simplement sans arrière-pensées. Les personnages nous attachent à l’histoire. Pour les curieux qui veulent le lire allez-y. Pour un contemporain il nous divertit sans nous monter la tête.

    ~

    La maternité est le seul job qui devient de plus en plus dur chaque année, sans jamais, jamais d'augmentation de salaire.

     

  • Anne-fleur Multon_Allô Sorcières, viser la lune

    Allo sorcieres

    168 pages

    4 eme de couverture :

    Aliénor, Itaï, Azza et Maria ont 13 ans et habitent chacune aux 4 coins de la planète, mais de leur rencontre sur un forum, naissent tout à la fois une grande amitié ET une chaîne Youtube à succès !

    Des vidéos sur l'astronomie, par Aliénor, aux conseils d'Itaï en jeu vidéo, d'Azza en pâtisserie et de Maria en photo, les filles partagent leurs passions et voient grossir leur confiance et leur communauté.

    Quand Itaï se voit écartée d'un championnat d'e-gaming prétendument masculin, elles ont l'outil en main pour médiatiser l'affaire et lutter contre cette injustice !

     

    ~

    Etre raciste, ça voulait dire se méfier, mépriser ou même détester des personnes dont la couleur de peau ou la culture étaient différentes des nôtres.

     

    L’auteur

    Je viens de découvrir cette auteure qui fait beaucoup parler de son livre. Je dois avouer qu’elle a tapé fort, son livre ne touche pas que les enfants mais aussi des parents ou bien des adolescents. Il s’agit certes d’un premier roman mais je trouve qu’elle a vraiment saisi le genre jeunesse pour conquérir tout le monde. Même si son livre est qualifié de jeunesse n’ayez pas peur il ne l’est qu’à moitié !

     

    L’histoire

    J’ai dévoré ce livre ! Il est frais, léger mais surtout addictif et chaleureux. Ce livre va plaire à toutes celles et ceux qui ont encore une âme d’enfant ! l’histoire en soi n’est pas de la grande intrigue mais elle est très efficace. Le vocabulaire est très actuel, on ne peut que sourire aux nombreuses références. Dans un autre sens c’est très effrayant parce qu’une gamine de 13 ans soit aussi connecté qu’une adolescente de 15 ans. Il s’agit d’Aliénor, 13 ans, qui vit en Guyan, elle rencontre ses futures meilleures amies sur Twitter. Itaï, Azza et Maria, chacune vivant dans un pays éloigné, mais une compétition de jeux vidéo vont toutes les rapprocher. Ce livre aborde beaucoup de sujets avec un regard enfantin et c’est d’autant plus intéressant, parce qu’inconsciemment il change le regard des enfants sur ces différents sujets. Aliénor nous montre ce que c’est le racisme parce qu’elle a un père blanc et une mère métisse, elle nous montre aussi que peu importe la distance, l’amitié peut aussi naître mais surtout elle nous apprend à être déterminée et courageuse et qu’il n’y a pas d’âge pour ça.

     

    Les personnages

    Elles sont très dans l’air du temps donc il n’y a pas de problème niveau adaptation. Elle nous parle. Aliénor est pleine de vit et j’avais l’impression en la lisant de l’avoir à côté de moi entrain de me raconter sa vie en sautillant partout d’excitation c’était vraiment super. J’ai eu l’impression de devenir son amie. On a envie de la suivre et de connaître ses 3 autres copines qui finalement sont complémentaires à Aliénor. Maria la timide rêveuse, Itaï, la gameuse, et Azza, celle qui arrive à faire 6 choses en même temps. On crée du lien avec ses différents personnages, on les trouve adorables mais surtout elles ont toutes ou presque des parents formidables.

     

    Conclusion

    C’est un livre à découvrir que vous soyez jeune ou moins jeune, il a le mérite de vous faire rire. Certes il est très enfantin et on a parfois l’impression de retomber à nos 13 ans mais il nous divertit et nous rend plus joyeux je vous le conseille vivement ! Surtout aux grincheux ! Bonne lecture à vous.

     

    ~

    Mais tout d'un coup, j'avais le ventre un peu serré : mes copines allaient-elles m'aimer ?
    Même si on se connaissait toutes très bien, on ne s'était jamais vraiment vues, et je craignais soudain de les décevoir.

     

  • Agnès Abécassis_Café ! Un garçon s'il vous plaît

    Cafeungarcon

    384 pages

    4 eme de couverture :

    Tout commence par un bon café. Il suffit de demander.
    Sauf quand on se goure dans la formule… vous avez commandé un garçon ?
    En voici un sur un plateau, se dit Lutèce, en retrouvant la trace de son premier amour. Mais le temps aura-t-il su préserver la fraicheur de leurs souvenirs ?
    Et puis arrive Tom, le flic tendre. Quand Régine le trompe et qu’il le découvre, par dépit, il la trompe aussi. Avant de réaliser qu’elle n’avait pas fauté…
    Ava, c’est l’artiste qui aime trainer dans les cafés pour y chercher l’inspiration.
    Un jour, on lui commande le portrait d’une actrice célèbre. L’occasion pour se carrière de décoller ! Mais rien ne se passe comme prévu, et elle qui pensait boire du petit lait risque de devoir attendre un peu avant de sabrer le champagne.
    Une histoire pleine de rires, de larmes, de chocolat et d’un soupçon de crème.
    Leur point commun à tous ? L’amour est réellement leur tasse de thé.

    ~

    Le cirque, c’est sympa une heure ou deux sous un chapiteau. Le pratiquer des journées entières dans sa vie quotidienne, ça virait à la monstrueuse parade d’emmerdements.

     

    L’histoire

    On entre dans un univers contemporain fort sympathique, on se laisse entraîner avec beaucoup de plaisir en voulant comprendre la signification du titre. L’auteur reste fidèle à elle-même. Je l’ai trouvé légèrement moins drôle que le précédant livre que j’ai lu mais ce n’est que mon avis. L’histoire traite de sujet actuel mais différent. Ce qui est intéressant dans les histoires d’Agnès Abecassis c’est qu’on a des sujets de surface comme la rupture, la mise en couple ou bien un amour perdu. Je trouve que quand on creuse un peu ces différents thèmes, on voit la jalousie maladive, la mesquinerie et même l’instabilité de l’emploi. C’est une histoire qu’on lit avec plaisir, je l’ai dévoré. Le livre est très linéaire et cohérent, les chapitres ne sont pas longs et très efficaces. Les scènes sont très encrées dans la réalité, et c’est vraiment addictif et sympathique.

     

    Les personnages

    L’auteure installe 3 personnages munis d’une mission précisent que l’auteur finit par résoudre au fil de notre lecture. Les personnages sont très différents, ils n’ont pas le même âge, le même milieu, ni la même éducation, on voit vraiment le style caméléon de l’auteure. Tous ces personnages restent liés malgré les différentes vies qu’ils mènent.

     

    Ava

    Une artiste née, qui se ‘trimballe’ avec un clown. C’est un personnage très adulte par rapport à son ancien compagnon qui ne veut pas comprendre qu’elle le quitte une nouvelle fois. C’est un personnage qui cherche l’amour, pourtant je trouve que c’est une femme très indépendante, elle a fait un tableau pour une grande stars qu’elle expose pour le festival de Canne, ce n’est pas rien. J’ai aimé ce personnage parce qu’il représente la femme d’aujourd’hui. Ce n’est pas mon personnage préféré mais elle est vraiment l’idée de la femme idéale.

     

    Tom

    Tom est un personnage assez jaloux, possessif et qui démarre au quart de tours, policier de métier, j’ai eu du mal avec ce personnage. Il est certes gentil mais bizarre. C’est un garçon à qui on a présenté la femme de sa vie. C’est assez facile quand on lit ça mais quand on voit le lien entre les personnages on n’est pas étonné. C’est un personnage qui est dans l’action quitte à accuser sa copine de tromperie et rompre sa propre relation sur de simple suspicion. Alors j’ai eu du mal avec ce personnage parce qu’il m’avait l’air très machiste mais en même temps, Tom est dans l’air du temps. De nos jours il y a de plus en plus d’hommes jaloux qui écoutent leurs folies avant d’agir et c’est très dommage.

     

    Luthèce

    Je pense que c’est mon personnage favoris. Il s’agit d’une grand-mère qui a perdu son grand amour, Antoine, et qui découvre que son amour de jeunesse est encore en vie. J’ai trouvé ce personnage tellement pétillant, tellement accessible et tellement iconique que je l’ai suivis avec plaisir. J’avais l’impression que ce personnage n’avait pas d’âge parce qu’elle a des réactions tellement intemporelle et actuelle que le plaisir de lecture était dans ce personnage. C’est réellement une grand-mère moderne. C’est un personnage où l’on s’identifie très facilement ce qui est très agréable.

     

    Conclusion

    J’ai adoré ce roman qui apporte une certaine fraîcheur, un plaisir de lecture qui est vraiment agréable. Découvrir ces personnages et les suivre était vraiment super et le fait de refermer ce livre, j’avais perdu des amis. C’est une très belle lecture qui je conseille à ceux qui veulent se détendre tranquillement à la plage ou n’importe quel endroit car cette auteure et un caméléon né !

     

  • Le secret des noix - Jacques-Victor Caramin

    Le secret des noix

    326 pages

    Résumé :

    Samuel est fils de paysan, malheureusement celui-ci se blesse pendant une journée de labeur aux champs. Il est transporté d’urgence au cabinet du généraliste Céline Marion. C’est là que Samuel fera la connaissance de Rebecca, fille du célèbre Lilian Schmidtz, l’un des plus gros producteurs de spiritueux de la région genevoise. La vie de Samuel a basculé, son amour pour Rebecca est intense et fougueux. Lilian Schmidtz voit d’un œil méprisant cette liaison entre sa fille et ce misérable, comme il aime à le dire. La tourmente régnera, les tracas, et l’injustice. L’argent et le pouvoir peuvent déplacer des montagnes, par contre l’amour peut les remettre à leurs places.

    * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - *

    Je tiens tout d’abord à remercier l’auteur, Jacques-Victor Caramin pour l’envoie de son livre en service presse ainsi que sa gentillesse.

     

    C’est un livre qui de base m’a intrigué par son titre « le secret des noix », car je me demandais ce que pouvait bien garder secret des noix mis à part le cerneau qu’elles contiennent. J’ai eu beaucoup de mal à entrer dans l’histoire car le livre commence avec un passage de la deuxième guerre mondiale et l’on passe ensuite à l’année 1970 avec les parents de Samuel, Maëva et Thomas, et du fait que j’avais lu le résumé je voulais déjà tout savoir sur l’histoire entre Samuel et Rebecca (Oui oui très impatiente la petite Alice). La plume de l’auteur m’a transporté et j’ai très vite accroché à la suite de l’histoire jusqu’au point de ne pas pouvoir lâcher le livre.

     

    En effet, l’histoire des deux amoureux est atypique, issus de milieu différents leur amour est accepté pour tous excepté par le père de Rebecca, Lilian Schmidtz qui de par ses moyens financiers met tout en oeuvre pour que sa fille ne revoit plus Samuel. Tout au long du livre nous vivons leur histoire à travers plusieurs points de vue, ce que je trouve génial pour comprendre intégralement une histoire sous tous les angles. Nous vivons alors les mésaventures de Rebecca causées par son père et on se prend un coup de poing au ventre car l’on imagine impossible qu’un parent puisse faire endurer autant de souffrance à l’un de ses enfants. L’histoire d’amour entre Samuel et Rebecca commença en 1988 pour se terminer en 2012 avec la fin du livre, c’est donc une longue période pour une histoire d’amour compliqué mais dans ce cas le temps été nécessaire afin de tout comprendre et de tenir le lecteur en haleine.

     

    Ce livre nous prouve que dans un couple il y a des hauts et des bas parfois assez douloureux mais que l’amour, le véritable amour peut traverser les montagnes et les océans. Au fur et à mesure que l’histoire continue tout s’est éclairé, le passage du début datant de 1942, le titre du livre avec le rapprochement aux noix ainsi que la couverture du livre avec le moulin, j’ai été vraiment surprise car je n’avais pas du tout songé à cette fin ni à ce rapprochement avec le titre et la couverture, c’est vraiment un livre très bien construit.

     

    Certains personnages m’ont troublé par leur mutisme et leur détachement tandis que d’autres m’ont impressionné par leur acharnement et leur détermination.

    C’est donc pour moi un livre très bien construit, plein de personnalité et qui nous fait réfléchir au vrai sens du mot « aimer ».

     

    " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # "

     

    " La plaie du gagnant, n'est pas de perdre ses gains, mais de survivre sans connaître la perte." Jacques-Victor Caramin 

  • Lisa Williamson_Normal(e)

    Normal

    379 pages

     

    « La voilà, l’occasion pour moi de tout déballer.

    Cinq petits mots : Je. Veux. Être. Une. Fille. Une phrase qui refuse de sortir. Qui me réduit au silence. Maman s’attend certainement à ce que je lui dise que je suis gay. Il y a sans doute des mois qu’elle se prépare à cette conversation. Sauf qu’elle et papa ont tout interprété de travers.

    Je ne suis pas gay. Je suis juste une fille coincée dans un corps de mec. »

    Et puis, intervient papa, qui a envie d'être normal, de nos jours ? Tu imagines l'épitaphe ? «Ci-gît machin. Qui a vécu une existence parfaitement normale.»

     

    L’histoire

    C’est le premier dans sa catégorie à parler d’un sujet aussi fort dans la littérature jeunesse. J’aime beaucoup cette idée de confronter les jeunes au transgenre. Parfois il peut y avoir des enfants dans le même cas et qui restent cloîtrés dans leur silence et ce livre a juste montré du doigt ce qui peut arriver et ce n’est rien d’anormal. Il s’agit de David et Leo, lycéens à Eden Park qui se révèle ne pas être ceux qu’on pense, en effet ils sont transgenres. Ils vont nous livrer une histoire touchante qui va nous attendrir jusqu’à l’os et changer notre regard sur le monde. Je ne connaissais pas réellement cette partie de la vie mais je l’ai trouvée tellement intéressante que je voulais en savoir plus. Dans le fond c’est une très jolie histoire qui nous montre les deux facettes, la fille avec David et le garçon avec Leo.. Au fil du livre plusieurs points sont abordés. On ne reste pas focalisé sur le ‘transgenre’ on a des sujets comme les quartiers défavorisés, où le fait de faire des études n’est pas le plus important et à l’opposé les quartiers aisés où les relations sont plus tendres plus compréhensibles. Entre Leo et David, une grande amitié va naître. J’aimais beaucoup cette interaction entre les deux. L’histoire est très bien faite on n'est pas en manque d’information et cela coule tout seul.

     

    Les personnages

    David est un garçon coincé dans un corps de fille. On découvre son quotidien ses meilleurs amis, chapitre après chapitre, c’est un personnage très mature, sensible, et drôle. C’est assez intéressant de rentrer dans son univers parce qu’il nous offre son plus grand secret. Il vit avec ce ‘problème’. C’est un garçon qui se fait bizuter, qui continue de croire en son rêve de devenir une fille. Je trouve ce personnage tellement touchant parce qu’il apporte ce regard sensible attachant, on a juste envie de lui dire que tout va s’arranger. C’est un personnage qui nous raconte son histoire et nous parle de la ‘normalité’ et se considère comme anormale parce qu’il ne peut pas suivre les codes de la société parce qu’il est différent. Il a une très belle évolution parce qu’il finit par se dévoiler en fille, il ose. Je dois avouer que c’est assez courageux parce qu’à cet âge on peut voir la débilité du monde et sa méchanceté et ce personnage apportent un réel espoir pour ceux qui s’identifient à ce personnage.

     

    Sa famille

    je trouve que David à beaucoup de chance d’avoir une famille comme la sienne aussi compréhensive parce que ce n’est pas le cas de tout le monde ! Il vient d’une famille plutôt aisée, il a une vie normale. David dresse un portrait de sa famille assez cool, sa sœur est un peu superficielle, et assez dans son temps. Ses parents sont assez cool, il reste à l’écoute de son fils, n’apporte pas de jugement et ils l’aident au mieux. Je pense même que c’est le comportement à avoir dans une telle situation. Je trouvais que ces personnages avec beaucoup dans valeur dans cette lecture parce qu’il nous montre en quelque sorte comment réagir.

     

    ~

     

    Leo est un personnage qui offre beaucoup de fil à retordre. Au départ on ne sait pas on entre dans son univers très défavorisé ou il s’occupe de sa petite sœur. Il a une mère absente et il voue un culte à son père qui est partie à sa naissance. On a vraiment le contexte dès qu’on entre dans sa vie. C’est un personnage plus renfermé, plus secret, plus rude. Il va être le personnage qui va dévoiler David, lui donner un but. J’ai aussi beaucoup aimé ce personnage parce qu’il apporte ce côté sombre et cette expérience de la vie que David n’a pas et cela faisait beaucoup avancer l’histoire. Je pense même que sans lui on n'aurait pas de surprise ni des révélations importantes.

     

    Sa famille

    sa famille et le contraire de celle de David. C’est un peu du clair/ obscur. C’est une famille qui vit dans la misère la plus totale, Leo veut retrouver son père sauf que ça mère ne veut pas lui dévoiler son secret. Je trouve que même si sa mère n’est pas du tout un modèle elle n’en reste pas moins admirable. Elle a même fait un acte très fort pour protéger son fils, elle accepte beaucoup de choses pour son fils. Cette femme aide son fils à sa manière et cela nous touche beaucoup quand on le sait.

     

    Conclusion

    Un message très fort nous est véhiculé, et on prend conscience de l’importance de comprendre ce qu’est le transgenre. On n’est comme on est. Cette lecture peut nous faire changer d’avis et qui sait peut-être aider d’autre personne à se rendre compte qu’il faut vivre comme on est à l’intérieur et pas comme on veut qu’on soit. C’est une lecture très douce et qui est tellement jolie qu’on n'a pas d’appréhension de lecture alors foncez !

     

    Tout plutôt que réfléchir. Parce que réfléchir, ça veut dire prendre des décisions. Et prendre des décisions, ça suggère qu'on a le choix. Et que le choix, c'est justement ce qui me manque en ce moment.

     

  • Archibald Ploom_La première fois que j'ai été deux

    Archibaldploom

    318 pages

    4 eme de couverture :

     

    Nous sommes au début des années 2000, Karen Traban est en Terminale et vit seule avec une mère dépressive. Elle est brillante, musicienne et adore danser mais l'amour n'est jamais au rendez-vous, les garçons de son âge lui semblent sans intérêt. Quand un jeune anglais, Tom, arrive au milieu de l'année scolaire dans sa classe, Karen le prend immédiatement en grippe... Elle ne sait pas encore que ce jeune homme si différent des autres va changer sa vie. "La première fois que j'ai été deux" est un grand roman d'amour où les sentiments sont intimement liés au cours d'une Histoire qui vit l'Europe s'embraser avant de se reconstruire. Entre la Pologne de ses grands parents, l'Allemagne d'un jeune soldat tombé en 1944 et l'Angleterre de Tom, Karen va découvrir qu'un premier amour peut influencer une vie entière "La première fois que j'ai été deux" est un roman profond et intimiste qui peint le passage de l’adolescence à l’âge adulte. On assiste au dévoilement du destin de deux familles emportées par l’Histoire. Archibald Ploom nous propose un récit voyageur et une fresque historique que la naissance d’un amour vient ponctuer comme un message d’espoir.

    ~

    Quand j’ai réceptionné ce livre je ne pensais pas à toutes les conséquences qu’il allait avoir. Je pensais que cela allait être une histoire à l’eau de rose sans rien en échange mais non ! Je ne m’attendais pas du tout à cela. Archibald Ploom a brillamment caché ses combats, qui sont aussi les nôtres finalement, dans l’univers de Karen. Quand on commence le livre, on a peur que cela devienne trop adolescent parce qu’il est vue par Karen. À la surface de l’histoire il s’agit d’une histoire d’amour ni plus ni moins entre Karen, l’étudiante française et Tom, l’étudiant anglais fou de Rock. Dans le fond de l’histoire on sent une maturité et une détermination à se rebeller contre des procédés et des manquements de la société qui sont tristes. Archibald Ploom traite de plusieurs sujets qui nous font réfléchir, notamment le devoir de mémoire. Nous devons tous l’entretenir, que cela soit en regardant des documentaires ou en visitant des monuments mais surtout ne pas la dénigrer parce que sans elles ont est plus grand-chose. Il traite aussi du fait que nous sommes tous conditionnés dans des cases de métiers qui au final ne nous correspondent pas, Karen a fait le choix de ne pas rentrer dans des cases et de faire le métier qu’elle aime. L’auteur montre avec dextérité deux sujets que nous rencontrons le plus souvent, l’amour et la mort. Il nous fait comprendre que l’amour jetable n’est pas la bonne solution et qu’il ne fut pas se jeter sur le premier venu, L’amour se construit. D’autre part il nous montre que la mort peut sonner à notre porte à tout instant et qu’il faut vivre à fond. J’avais l’impression d’être entré dans un manège à sensation forte et qu’une fois sortie je me sentais nouvelle.

     

    Les personnages sont faits de façon à ce qu’on s’identifie soit à Karen soit à Tom. J’ai beaucoup aimé ces personnages, ils n’étaient pas de vrai adolescent il étaient plus mûrs que leurs âges et c’était assez sympathique Je me suis facilement identifié à Karen ce qui m’a facilité cette lecture. Le protagoniste masculin apporte beaucoup au livre parce qu’il a un charme anglais, une courtoisie qu’on ne trouve plus facilement et c’est un personnage dont j’aurais aimé avoir le point de vue, serait-ce pour un second tome ? Leur amour était tellement fort et déraisonné qu’on pourrait croire que l’amour est aussi facile. J’ai découvert le monde du rock et redécouvert certaines chansons que j’avais appréciées, je sentais aussi un dégoût des autres styles de musique dans le personnage de Karen mais ce n’était pas gênant, le rock est tellement appréciable.

     

    En clair : cette lecture nous donne un second souffle, un autre regard sur la vie. On ressent la sagesse de l’auteur et ses combats et je le conseille à toute celles qui ont la chance de le lire.


     

     

  • Laure Manel_La délicatesse du homard

    Delicatesseduhomard png

    275 pages

    4 eme de couverture :

    Elle est partie aussi loin qu'elle a pu, pour rejoindre le début du bout du monde... et venir s'échouer au pied d'un rocher face à la mer d'Iroise.
    Elle dit s'appeler Elsa.
    Elle ne veut pas qu'on lui pose de questions.
    Qui est-elle ? Que cache-t-elle ?
    Et lui, que cache sa rudesse ? Lui qui l'accueille sans même savoir pourquoi ...

    Un roman à deux voix. Deux voix qui se racontent, et se taisent. Deux voix qui laissent place aux pas des chevaux, au vent qui plie les herbes sur la dune, au ressac sur le rivage et aux souvenirs échoués sur le sable.

    ****

    Au départ je ne pensais pas que ce livre pourrait devenir un coup de coeur. Dans un contemporain on ne s’attend pas à une narration mielleuse mais plutôt authentique et bourrue. On entre dans le vif du sujet dès les premières pages, on découvre François, un homme solitaire et assez bourru, qui va alors sauver cette inconnue sur les rochers. Ce simple geste va sauver deux vies. Plus l’histoire s’ouvre à nous et plus on se lance dans une découverte de l’autre. François doit apprivoiser Axelle, qu’il considère comme un animal blessé. C’est une histoire à prendre avec les pincettes, Axelle est une femme très fragile et perdue, l’auteur a voulu nous cacher la vérité jusqu’à ce que nous soyons prêts à l’entendre et même si on pensait tout savoir, le personnage d’Axelle nous échappait. Le fait que l’auteur choisisse de changer de point de vue à tous les chapitres ne nous dérangent pas au contraire j’ai trouvé qu’on avait une réelle omniscience de l’information et elle a très bien généré cette narration parce qu’elle reprenait les points importants et continué ce fil conducteur à aucun moment je ne perdais le fil.

     

    Les personnages sont une identité propre qu’on aime suivre. j’ai adoré François parce que c’est un personnage avec une carapace mais on voit qu’il y a bien plus que ça. Je pense que c’est le personnage qui c’est le moins dévoilé et pourtant on avait l’impression de le connaître. Axelle est un personnage plus complexe, elle est instable, pas sur d’elle, elle a peur de s’imposer. Elle m’a légèrement agacé par son obstination du départ car j’étais un peu triste pour François qui s’est attaché à elle. Je n’avais pas l’impression au départ qu’Axelle ne soit amoureuse de François. Surtout il y avait un écart surdimensionné entre son point de vue et comment elle interagissait avec François. J’avais l’impression d’avoir deux personnages et je trouve cela assez intéressant parce qu’Axelle était tellement renfermée que sans ce point de vue on aurait pas réellement comprit pourquoi elle agissait ainsi pour elle était suicidaire, pourquoi elle détestait sa famille ou bien pourquoi elle ne voulait pas s’engager. c’est toutes ces questions qu’on se pose au fil du livre et j’avais eu peur qu’Axelle n’y réponde pas. Ce personnage avait tellement de secrets mais une fois dévoilés, les larmes coulent on a de la rage envers tout son passé et on se dit maintenant François et là pour l’aider à vivre. Je ne sais pas si ce sujet et en partit un vécu mais j’avais vraiment l’impression que ça venait du plus profond de l’âme de l’auteur. Il nous fait comprendre à demi-mot que la vie mérite d’être vécu et qu’elle ne s’arrête pas totalement elle bifurque. Il faut toujours donner sa chance à la vie parce qu’elle regorge de bonne chose.

     

    En clair : c’est un réel coup de coeur pour ce livre, je ne remercierai jamais assez l’auteur pour m’avoir transporté pour m’avoir fait passer un très bon moment. Le livre nous fait pleurer et une fois refermé je me sentais vide, j’avais l’impression que ces personnages m’abandonnaient vers d’autres lecteurs, j’avais l’impression de les trahir. J’ai vécu un très bon moment et il sera dur de se défaire d’une si jolie histoire.

  • Carène Ponte_ Tu as promis que tu vivrais pour moi

    Tu as promis que tu vivrais pour moi

    216 pages

    4 eme de couverture :

    Quand on a trente ans, on n’est jamais préparé à perdre sa meilleure amie. C’est pourtant le drame que Molly doit affronter quand Marie est emportée par la maladie en quelques mois à peine. Juste avant de mourir, celle-ci demande à Molly de lui faire une promesse : vivre sa vie pleinement, pour elles deux. Elle y tient, alors Molly accepte.
    Mais par où commencer ? Lâcher son travail de serveuse ? Rompre avec Germain, l'homme avec lequel elle vit ? Certes, il est comptable et porte des chaussons, mais il est gentil.
    Lorsque Molly reçoit quelques jours après l’enterrement un mystérieux paquet contenant douze lettres de Marie, elle comprend que celle qui lui manque tant n’avait pas l'intention de se contenter de paroles en l'air et que son engagement va l’entraîner bien plus loin que ce qu’elle imaginait…

    ****

    Il m’était impossible de lâcher ce livre et la raison est très simple, j’ai adoré. Que ce soit sa forme, son originalité, tout me faisait ressentir une émotion. Il s’agit de Molly qui perd sa meilleure amie Marie, à la suite de cet enterrement, elle reçoit les lettres de sa meilleure amie. Cette histoire apporte des rêves autant que des espoirs. On a peut-être tous secrètement rêvé d’avoir des lettres pour mieux vivre après un décès. On est dans l’ambiance dès le début du roman, on ressent énormément de chose, Molly perd sa meilleure amie, la personne la plus importante de sa vie, et son monologue était tellement intense que je pensais avoir perdu ma meilleure amie. Le style de l’auteur est fait pour que Molly soit une personne à part entière, on se reconnaît en elle dès les premières pages. C’est une sensation très agréable. Les chapitres sont datés ce qui nous encre encore plus dans ce présent. La narration à la première personne nous familiarise, nous capte, nous maintienne. J’avais l’impression que si je refermais ce livre j’allais trahir Molly et sa meilleure amie.

    Le personnage central est Molly mais aussi Marie, John et Germain. J’ai trouvé l’idée de l’auteur vraiment très intéressante. Marie reste vivante par des lettres qui s’ouvrent chaque mois. Elle orchestre toute la vie de Molly afin qu’elle comprenne que Germain n’était pas l’homme de sa vie. J’ai trouvé cette attention très touchante parce que même si elle ne peut être présente elle veut tout faire pour que Molly soit heureuse mais qu’elle comprenne que sa vie est ailleurs. C’est un peu une histoire comme ps : i love you. C’est assez triste en soi mais c’est une réalité. Je pense que Marie n’aurait pas le même impact si elle avait été un personnage à part entière. Je trouvais cette quête d’une vie meilleure tellement instructive parce qu’on peut se dire ‘’ oui moi aussi je me complais dans une vie confortable ‘’, Marie nous fait comprendre que justement la vie est courte il qu’il faut profiter de la vie le plus vite possible.

    En clair : J’ai adoré tout simplement ce livre, il est bourré d’émotions de bonnes ondes, il transmet la joie de vivre et on n’a pas envie de sortir de cet univers parce qu’on a envie d’y vivre. Je le recommande à toutes celles qui ont besoin de réconfort ou non.

  • Gayle Forman_Les coeurs félés

    Les coeurs feles

    262 pages

    4 eme de couverture :

    N'avez-vous jamais fait ce rêve étrange et glaçant : celui où vous savez pertinemment que vous n'êtes pas folle mais où personne autour de vous ne semble du même avis ?
    Pour Brit, du haut de ses seize ans, ce cauchemar devient réel quand son père la conduit de force à Red Rock, un centre de redressement qui prétend mater les enfants rebelles. Brit doit y suivre une thérapie pour guérir des maux qui n'existent que dans la tête de son père.
    Dans cet enfer d¹humiliations et de brimades, Brit se raccroche à des amies qui vont l'empêcher de sombrer dans la folie. Des amies qui vont l'aider à survivre. Ensemble elles vont se redresser. Ensemble elles vont résister.
    Les Coeurs fêlés est un formidable roman d¹amitié, cette amitié qui seule permet de tout supporter, de tout affronter et surtout de tenter l'impossible : devenir soi-même.

     

    ****

     

    Je pense que de prime abord, on pourrait penser que c’est une formidable histoire d’amitié. Je ne le nie pas, mais cette histoire beaucoup plus. L’auteur va au-delà des façade. Elle ba va beaucoup plus loin dans la narration. Dans ce roman elle dénonce ! Il s’agit de Brit, envoyée dans une école de redressement et va nouer des liens d’amitié avec plusieurs codétenue. Cette histoire est assez focalisé par cette amitié, on la savoure. Elle est comme notre bouée de sauvetage dans ce camp. C’est une sorte de solidarité par la répression. Je trouvais cette amitié très bien placée parce que ce camp de redressement n’est qu’une façade, une grande propagande. Les parents ne savent pas où ils ont envoyé leur fille, ils ne savent pas ce qu’elles subissent. Ils pensent qu’elles sont bien accueillies. Gayle Formann traite de plusieurs sujets comme l’amitié, l’amour, l’endoctrinement est ça rend son livre plus complet encore.

     

    Les différents personnages sont très hétéroclites et c’est un réel plaisir de les suivre. Je dois avouer que j’ai compris le geste du père, d’un côté c’est un acte d’amour à cause de son ex-femme qui elle est devenue folle. Il a peur de la reproduction sociale. c’est déjà de la naïveté que de l’envoyer dans ce camp. Au fil de la lecture on remarque que toutes ces détenues sont les plus sages. Le personnage de Britt est assez mature ce qui donne le fond de l’histoire une profondeur et je me demandais vraiment pourquoi elle était dans ce camp. Il fallait un personnage comme Britt qui va au bout des choses, elle dénonce finalement que ce camp corrige des personnes qui n’en ont pas besoin ou très peu et fait vivre un enfer à ses détenues.

    En clair : j’ai adoré découvrir cet univers. La force et la détermination de Britt, cette force de vivre que transmet ce livre, cette liberté nous donne la force, cette énergie qui nous caractérise.

  • Demain j'arrête - Gilles Legardinier

    Demain j arrete

    398 pages

    Résumé :

    Comme tout le monde, Julie a fait beaucoup de trucs stupides. Elle pourrait raconter la fois où elle a enfilé un pull en dévalant des escaliers, celle où elle a tenté de réparer une prise électrique en tenant les fils entre ses dents, ou encore son obsession pour le nouveau voisin qu'elle n'a pourtant jamais vu, obsession qui lui a valu de se coincer la main dans sa boîte aux lettres en espionnant un mystérieux courrier… Mais tout cela n'est rien, absolument rien, à côté des choses insensées qu'elle va tenter pour approcher cet homme dont elle veut désormais percer le secret. Poussée par une inventivité débridée, à la fois intriguée et attirée par cet inconnu à côté duquel elle vit mais dont elle ignore tout, Julie va prendre des risques toujours plus délirants, jusqu'à pouvoir enfin trouver la réponse à cette question qui révèle tellement : pour qui avons- nous fait le truc le plus idiot de notre vie ?


    * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ *

     

    C’est mon premier livre de Gilles legardinier et j’ai été étonnée par la plume de cet auteur. Le livre m’a transporté dans un quotidien banale avec un sens de l’humour simple mais pourtant si efficace. Julie est un personnage très attachant, tout comme son groupe de copines et toutes les personnes qui l’entourent. Lorsqu’elle met tout en œuvre pour tenter d’approché et de conquérir ce nouveau voisin au nom rigolo, ça en devient drôle, voir même hilarant. Ce livre nous fait réfléchir sur notre quotidien, si le fait de changer une chose infime pourrait tout changer au point de rendre notre quotidien meilleur et plus léger à vivre. J’ai été surprise de l’intensité de la plume de legardinier, car il arrive avec aisance à se mettre dans la peau d’une femme, tout au long des chapitres je me suis sentie concernée dans toute les bêtises de Julie. Pour moi, c’est un livre comparable à un rayon de soleil, il a rendu mon quotidien moins triste et plus merveilleux, il a su me faire apprécier les choses banales du quotidien. Il m'a fait rigoler en public jusqu'à me rendre ridicule. Un vrai livre coup de cœur, étonnant et surprenant, ce fût un pur régal !

  • E. Lockhart _ Nous les menteurs

    Nouslesmenteurs

    287 pages

    4 eme de couverture :

    Une famille belle et distinguée. Une île privée.
    Une fille brillante, blessée ; un garçon passionné, engagé.
    Un groupe de quatre adolescents - les Menteurs - dont l'amitié sera destructrice.
    Une révolution. Un accident. Un secret.
    Mensonges sur mensonges.
    Le grand amour. La vérité.

    Je ne sais pas vraiment quoi penser de ce livre il est à la fois très prenant mais aussi très détestable. Cette histoire est assez paradoxale parce qu’elle a un côté poétique avec la narration avec une dose d’humour et de l’autre le fond de l’histoire est assez étrange et sombre. C’est un roman qui a fait beaucoup de bruit à sa sortie et je commence à comprendre pourquoi. Le seul fait de montrer du doigt les personnes très riches, de surcroît, Américains crée un engouement particulier. Je trouve ça assez excitant de découvrir ce monde que je ne connais pas beaucoup finalement et c’est assez pervers mine de rien. Je trouve que ce livre est une sorte de boucle nous commençons par la fin ou le début on ne sait pas parce que le récit est fait pour que la boucle soit boucléE. La narration est assez particulière parce qu’on a les pensées crues de Cadence en même temps que la description, ça apporte la poésie qui ajoute le petit plus. Au fil de la lecture on voit la chute d’une vie et le fait que ce soit une fille aisée ne change rien.

    Le personnage de Cadence est assez étrange parce que finalement n’est pas un personnage lambda. C’est un personnage principal qui a perdu la mémoire et qui retrouve une vie assez normale mais très simplifiée et sa mémoire va essayer de refaire surface. Je ne me suis pas autant attaché à ce personnage que je l’aurais dû. Le fait du mensonge ou de l’omission de la vérité est quelque chose que je n’arrive pas vraiment à comprendre en temps normale mais c’est assez étrange mais pour Cadence j’ai trouvé cela important de ne pas lui révéler la vérité. Ce qui est vraiment dommage et peut-être même contemporain, les personnages partagent un lien très fort mais seulement sur l’ile après ils ne se connaissant plus … pourtant ils sont de la même famille. Les mensonges s’enchaînent et la vérité sur la perte de la mémoire de Cadence émergent et là tout bascule.

    En clair : Je ne sais pas vraiment quoi en penser. c’est une histoire assez différente de ce que l’on peut lire dans son genre. Et l’histoire s’ouvre comme une fleur à chaque chapitre pour vous rendre encore plus indécis sur votre avis.

  • Clarisse Sabard _ Les lettres de Rose

    Lettresderose png

    382 pages

    4 eme de couverture :

    Lola a été adoptée à l’âge de trois mois. De nos jours, à presque 30 ans, elle travaille dans le salon de thé de ses parents, en attendant de trouver enfin le métier de ses rêves : libraire. Mais sa vie va basculer lorsqu’elle apprend que sa grand-mère biologique, qui vient de décéder, lui a légué un étrange testament : une maison et son histoire dans le petit village d’Aubéry, à travers des lettres lui apprenant ses origines. Elle découvre ainsi la vie de son arrière grand-mère Louise, de sa grand mère Rose et de sa mère Nadège, ainsi que les dérangeantes circonstances de sa naissance. Mais tous les habitants ne voient pas d’un bon œil cette étrangère, notamment Vincent, son cousin. Et il y a également le beau Jim, qui éveille en elle plus de sentiments qu’elle ne le voudrait. Réveiller les secrets du passé lui permettra-t-elle d’avancer vers son avenir ?

    ****

    N’avez-vous jamais rêvé de découvrir une autre vie quelque part et finir par se dire que c’est réellement la vie qu’on voulait ? Eh bien ce livre-là nous offre cette rêverie délicieuse pour une rêveuse d’un autre temps. Ce livre est assez complet ! Je l’ai adoré sans retenue comme un grand cru qui se dévoilerait à son âge clé. C’est une sorte de quête d’identité générationnelle ! Il s’agit de Lou, enfant adoptée depuis la naissance qui va être amenée par un notaire à rechercher la vérité sur sa vraie famille. La fameuse lettre de Rose va être l’élément-clé qui va décider Lou à déterrer les secrets de sa famille. l’histoire est assez linéaire malgré les différentes époques qui se succèdent. J’ai trouvé ce roman tellement fluide, il n’y a pas de désordre entre les époques. On n’a vraiment pas cette impression de courir après l’intrigue mais c’est elle qui nous poursuit même quand on referme le livre. On se laisse guider et on adore !

    Les personnages sont nos meilleurs amis dans cette histoire, que ce soit les personnages du passé comme du présent. Le récit crée ce cocon qui nous lie et rend cette histoire des plus réels. Le physique de Lou peut étayer la thèse de la réincarnation par les gènes. Quand on regarde et qu’on superpose les deux vies, celle de Lou et son arrière grand-mère , on voit que c’est un éternel recommencement et j’avais vraiment pensé à une hérédité de vie. Les différents caractères, gestes, émotions sont tellement intéressant, complexe que je pourrais en parler pendant trop longtemps. Mais surtout ce livre est entièrement féminin il n’y a pas de point de vue masculin !

    En clair : J’ai adoré ce voyage dans le temps à travers les époques . On se laisse facilement happer par l’histoire avec cette petite touche d’humour, d’amitié mais surtout d’amour qui vous fera passer un très bon moment livresque !

  • Laurent Gounelle - Le jour où j'ai appris à vivre

    Lejouroujaiapprisavivre

    288 pages

    4 eme de couverture :

    Et si tout commençait aujourd'hui ?
    Imaginez : vous vous baladez sur les quais de San Francisco un dimanche, quand soudain une bohémienne vous saisit la main pour y lire votre avenir. Amusé, vous vous laissez faire, mais dans l’instant son regard se fige, elle devient livide. Ce qu’elle va finalement vous dire… vous auriez préféré ne pas l’entendre. À partir de là, rien ne sera plus comme avant, et il vous sera impossible de rester sur les rails de la routine habituelle.
    C'est ce qui va arriver à Jonathan dans ce nouveau roman de Laurent Gounelle. À la suite de cette rencontre troublante, il va se retrouver embarqué dans une aventure de découverte de soi ponctuée d’expériences qui vont changer radicalement sa vision de sa vie, de la vie. Ce roman, dont l’intrigue est basée sur des expériences scientifiques réelles, éclaire d’une lumière nouvelle notre existence et nos relations aux autres, et apporte un souffle d’air pur dans notre vie.

    ****

    N’avez-vous jamais pensé à lire des lectures qui font du bien ? Qui font réellement réfléchir à nos habitudes ? Eh bien je vous offre la possibilité d’en lire un. Bien sûr la lecture d’un très bon auteur ne se refuse pas me direz-vous ! Ce livre fait vraiment du bien, je pense qu’il changeait les choses. Il n’est pas forcément pour les gens qui vont mal mais aussi ceux qui vont bien. Ce livre fait réfléchir et nous rend différents. Du point de vue de la réflexion. Pourquoi doit-on continuer à être capitaliste alors que nous pouvons juste être honnêtes et ne pas vendre juste pour vendre. C’est une réelle thérapie parce qu’il offre la possibilité de changer de vie, de comprendre ce qu’au quotidien nous oublions ou qui parfois qu’on n'a jamais appris. J’ai vraiment compris qu’on pouvait vivre différemment, penser différemment, on le doit même ! Cela rendrait le monde tellement meilleur, malheureusement on n'a pas le réflexe de la bonne action !

    Ce livre est une vraie toile d’araignée tout est lié mais ce que j’ai surtout apprécié dans ce récit est l’effet boule de neige c’est-à-dire qu'une bonne action en emmène d’autres bonne actions. Les personnages sont tellement intéressants et complets que je pourrais en parler pendant des heures. Que ce soit Jonathan, Angela, Michael, Margie ou bien le garçon qui filme les personnes anonymement. Tous ces petits personnages offrent une vraie réflexion sur notre vie actuelle et ils apportent tous une solution qu’on suit ou non. Je pense que le personnage qu’on a le plus écouté, une sorte de voix de la sagesse est Margie. C’est elle qui nous fait réellement comprendre comment nous pouvons changer. J’ai trouvé qu’elle avait vraiment toutes les réponses suffisante à ce que nous nous sentons mieux. Elle avait vraiment des arguments qui font la différence et on a vraiment l’impression que c’est une personne de confiance. Je ne saurais vous expliquer ce sentiment mais quand on referme le livre c’est vraiment le personnage qui nous manque ! Elle a vraiment aidé Jonathan et c’est là que l’effet Boule de neige est remarqué parce qu’il déteint sur les autres. Comme les bonnes actions en amènent d’autres, nous finissons aussi par en réaliser.

    En clair : C’est un excellent livre qui convient à tous ! Il est même réellement recommandé ! Il mérite vraiment l’engouement qu’il suscite parce qu’il offre une réelle aide. Après l’avoir lu on se sent tellement mieux !

×