Chick-lit

  • Aurélie Valognes_Mémé dans les orties

    Memedanslesorties

    264 pages 

    4 eme de couverture : 

    Ferdinand Brun, 83 ans, solitaire, bougon, acariâtre – certains diraient : seul, aigri, méchant –, s'ennuie à ne pas mourir. Son unique passe-temps ? Éviter une armada de voisines aux cheveux couleur pêche, lavande ou abricot. Son plus grand plaisir ? Rendre chèvre la concierge, Mme Suarez, qui joue les petits chefs dans la résidence. Mais lorsque sa chienne prend la poudre d'escampette, le vieil homme perd définitivement goût à la vie... jusqu'au jour où une fillette précoce et une mamie geek de 93 ans forcent littéralement sa porte, et son cœur.Un livre drôle et rafraîchissant, bon pour le moral, et une véritable cure de bonne humeur !

    ~

    L’auteure

    Je n’avais jamais lu un livre de cette auteur et le fait que j’en ai eu l’occasion j’ai sauté dessus. Je trouve cette auteur fantastique parce qu’elle nous créer une lecture doudou, un peu cocooning qu’on a besoin de temps en temps. Cette auteure à réussit à me faire passer un très bon moment même si j’étais sceptique par rapport à son personnage principal. C’était une très belle lecture.

     

    L’histoire

    On rencontre Ferdinand, 83 ans et son quotidien. Il déteste tout le monde, mais depuis qu’il a perdu la seule ‘personne’ à qui il tenait, sa fille décide de l’envoyer en maison de retraite. C’est là que l’histoire commence. Alors j’ai eu beaucoup de mal à le lire d’une traite pourtant j’ai adoré. L’histoire est très douce mais en même temps très rude. C’est une lecture que je trouve doudou, elle nous fait rire, nous rend gagas nous fait comprendre comment les personnes âgées vivent. J’ai trouvé cette histoire vraiment passionnante mais il faut s’accrocher à l’histoire. Dans le fond je comprends pourquoi il a de très beau avis. On passe un très bon moment.

     

    Les personnages

    Ferdinand est un personnage que j’ai détesté au début, c’est un personnage ronchon, qui n’aime pas le changement et qui se complaît dans cette vie de méchanceté. Je l’avoue qu’il m’énervait mais aussi me faisait rire parce qu’il était tellement caricatural que c’était presque ironique. Puis la vie a fait que le changement a touché Ferdinand. Il est devenu plus amical, plus généreux même plus heureux. La morale était que même les plus réfractaires aux changements finissent par changer. Au final cette lecture nous apprend tellement de choses que c’est vraiment une partie de plaisir de lire cette auteure.

     

    Conclusion

    C’est un livre en demi-teinte d’abord on déteste ce personnage rustre et puis on l’aime on est attendrie parce qu’il accomplit, les rencontre qu’il fait mais surtout qu’il n’est jamais trop tard pour changer. Je le conseille pour ceux qui veulent une lecture sympathique et qui créer un cocon. Foncez !

  • Alyson Noel_ Beautiful Idols : Rivalité

    Rivalite

    396 pages 

    4 eme de couverture :

    Tout le monde veut devenir quelqu’un
    Layla Harrison n’en peut plus de flemmarder sur la plage. Elle rêve de devenir reporter et de décrocher des scoops. Aster Amirpour arracherait bien les yeux du prochain directeur de casting qui lui dira encore: « On cherche des métis, mais pas ton genre ». Tommy Phillips rêve de s’offrir une guitare à douze cordes et de prendre sa revanche sur son père , un roi des nuits hollywoodiennes qui l’a abandonné.
    Madison Brooks, elle, a pris son destin en mains. Depuis longtemps. Elle est la star montante la plus glam de Hollywood. 
    Son nom est sur toutes les lèvres et elle n’a pas eu besoin de faire grand-chose pour ça. Juste cacher son passé et chausser des Louboutin.
    Mais Layla, Aster et Tommy entrent dans la compétition.
    Sur l’invitation d’un VIP du monde de la nuit californienne, ils vont concourir pour devenir la nouvelle star du Clubbing. Aventure ou cauchemar ?
    Alors que leurs rêves commencent à peine à scintiller et à percer le smog de L.A…. Madison Brooks disparaît. Ils sont tous soupçonnés. Est-ce le prix à payer pour leurs espoirs et leurs mensonges?

    ~

    Dans une ville qui se nourrit de jeunesse et de beauté, Hollywood Boulevard ressemble plutôt à une ex-sirène de l'écran qui aurait eu des jours meilleurs. Et le soleil omniprésent est un implacable compagnon qui se chargede faire ressortir ses rides et ses taches de vieillesse.​

    L’auteur

    Alison Noël est une auteure que j’avais déjà lue avec la série ‘Eternel’, que j’avais tout simplement dévoré, une histoire fantastique qui est a l’opposé de celui-ci. Elle est aussi l’auteur de la série ‘Radiance’, de la série ‘les chasseurs d’âmes’.Elle est aussi l’auteur de nombreux one shots ‘ il faut sauver Zoé’, ou bien ‘ l’été ou ma vie à changé’. Au départ j’étais un peu déroutée. L’auteur change complètement de genre pour nous raconter les coulis d’une sorte de téléréalité avec 3 personnages-clés, autant dire que l’idée déboîte.


     

    L’histoire

    Comment dire j’ai connu mieux de cette auteure ou alors j’ai grandi différent. Je me souviens que plus jeune j’adorais cette auteure au point qu’elle était ma préférée, encore maintenant je relis de temps en temps ‘Eternel’. Sans aucun doute cette série est dans l’air du temps et va forcément plaire aux jeunes. Il s’agit de Layla, Tommy et Asher qui se lancent dans un concours, ce concours consiste à avoir le meilleur chiffre d’affaires dans l’un des clubs d’Ira, l’organisateur de ce concours. L’idée en soi n’est pas trop mal, mais l’histoire met du temps à se lancer, certes on connaît toute la psychologie des personnages, l’histoire est bien lancée mais ça reste très plat si l’on n'est pas très fan de téléréalité, de boîte de nuit ect. Si c’est le cas vous allez vous ennuyer ! Mais quand l’histoire démarre enfin, je pense que c’est le rebondissement ultime, une star disparaît et la police enquête. Et j’ai eu l’impression que les trois personnages sont impliqués !


     

    Les personnages

    Les personnages sont dans l’air du temps, on n'a pas de problème de compréhension. Je pense que Layla est le personnage qui n’a rien mais qui essaie de tout faire pour réussir en utilisant les coups bas. Asher, c’est la fille qui a tout mais avec une famille qui n’accepte pas ce qu’elle est, c’est une famille très stricte. Enfin Tommy, le dragueur de service, toujours là quand il faut où il faut. Ces trois personnages vont finir par s’allier pour clamer leurs innocences par rapport à cette disparition. De plus le personnage qui m’a le plus accrocher à l’histoire est Ira, il est un peu comme un papa poule mais sait quand il faut virer des personne de la compétition, rendre les compétiteurs fous mais surtout faire sortir la vraie nature des compétiteurs. Je pense que l’auteur à créer tous ces personnages pour montré les différentes personnalités dans sa globalité, évidemment, les dessous de ces compétitions. Les coups bas, les alliances, toutes les stratégies c’est assez intéressant de les lire et puis ça divertie.


     

    Conclusion

    C’est une histoire qui convient très bien aux jeunes et à ceux qui aiment le show-biz, dans le fond c’est surtout une histoire de compétition. Il se lit très vite. J’aimerais quand même savoir la suite parce que cette histoire de disparition m’intéresse. Bonne lecture à vous.

    ~

    Un souffle de vent caressa sa joue, transportant un discret bruit de pas et un parfum qui lui parut étrangement familier, sans qu'elle parvienne à l'identifier. Pourtant, elle attendit un instant avant de se retourner, quelques secondes, le temps de faire un vœu en croisant les doigts, tout en suivant des yeux la trajectoire d'une étoile filante qu'elle avait d'abord prise pour un avion et qui traçait un grand arc brillant sur le ciel de velours noir.

     

    Tour irait bien.

     

    Elle n'avait aucune raison de s'inquiéter.

     

  • La rousse qui croyait au père Noël - Suzanne Marty

    La rousse qui croyait au pere noel 1

    144 pages

    Flamme est apprentie comédienne et célibataire. Le 1er janvier, elle se pose un ultimatum : si elle n’a pas obtenu un seul rôle payé ou trouvé l’amour avec un grand A avant son anniversaire, elle abandonne la course aux rêves. Car est-il raisonnable à 39 ans de croire encore au père Noël ?

     

    * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ *

     

    Je tiens tout d'abord à remercier l'auteur, Suzanne Marty pour l'envoi de son livre sous forme de service presse.

     

    Flamme est une jeune femme rousse qui je trouve porte bien son nom. Malheureusement pour elle à l’approche de la quarantaine, elle se rend compte qu’elle ne rêvait pas de cette vie. On dit souvent heureux en affaires malheureux en amour, dommage pour Flamme, elle n’a ni l’un, ni l’autre et ce n’est pas faute d’avoir essayé… Plutôt figurante qu’actrice, célibataire endurcie il était temps qu’elle se pose un ultimatum pour pouvoir changer de vie, ou au moins réaliser quelques objectifs.

    Il est temps qu’elle reprenne sa vie en main, avant qu’il ne soit trop tard, elle décide donc de s’offrir les vacances qu’elle attend depuis un bon bout de temps, et ces vacances vont radicalement la changer !

    Ces vacances ne commencent pas en laissant les vieilles habitudes de Flamme de côté, mais petit à petit elle arrive à se libérer de sa coquille parisienne pour enfin revivre.

    Ce chick-lit est doté de petites touches d’humour, d’un style d’écriture fluide qui rendent ce roman léger et agréable à lire. On se demande si elle arrivera à trouver le prince charmant modern qu’elle recherche, qui il sera et surtout est-ce qu’il restera avec elle ? Le personnage de Flamme est très attachant, rêveuse avec une petite touche de réalisme, timide et drôle, mais bien vivante lorsqu’elle se dévoile, je me suis vraiment attachée à ce petit bout de femme original qui ne cours malheureusement pas les rues.

    Un livre de courte durée mais qui nous met une tonne de baume au cœur et nous fait sourire radieusement, c’était un agréable moment et une bonne surprise d’avoir rencontré ces personnages attachants, j’aurais juste aimé que l’histoire dure plus longtemps tellement je me sentais bien dans ce livre rafraichissant.  

    Ce fût un excellent moment en compagnie de Flamme qui nous fait rompre avec le quotidien et croire encore un peu au père Noël en retrouvant l’insouciance d’antan.

     

    Vous pouvez retrouver l'univers de Suzanne Marty sur : www.suzannemarty.fr

    et également sur les réseaux sociaux : Telechargement 1Twitter

     

  • Elie Grimes_Les gentilles filles vont au paradis, les autres là où elles veulent

    Lesgentillesfilles

    448 pages

    4 eme de couverture :

    Les gentilles filles vont au paradis, les autres là ou elles veulent_ Elie Grimes

    Zoey est la soeur de Dalton et la meilleure amie d’Adrian, à qui sa tante Vic voudrait bien la voir mariée. À trente ans à peine, elle a monté sa propre entreprise de traiteur avec son assistante, devenue amie, Sally, qui aime bien Dalton.
    Elle n’écoute jamais les conseils de Fran, sa mère, ou de Nana, sa grand-mère adorée, car elle préfère se confier le soir à son chat, Sushi. Sinon, la vie de Zoey
    n’est pas compliquée. Encore moins quand elle rencontre Matthew Ziegler, le critique gastronomique le plus influent de New York, un type parfaitement imbuvable qui semble bien décidé à mettre sa cuisine à l’épreuve, jusque dans les moindres détails…

    ****

    Ce livre est vraiment frais, quand je l’ai ouvert j’avais l’impression d’avoir allumé ma télévision et je regarder un téléfilm c’était assez perturbant mais agréable à la fois. J’ai beaucoup aimé la construction des chapitres, L’auteur a mis sur chaque chapitre un conseil pour être ‘’ gentille’’ comme ‘’ les gentilles filles ne boivent jamais trop ‘’ ou humoristique ‘’ les gentilles filles boivent un litre et demi d’eau par jour ‘’ et tout au long du chapitre on suit Zoey pour voir si elle réussit ou non ces conseils. Ce qui est drôle c’est qu’on pense qu’elle n’est pas gentille justement. On s’identifie à ces conseil et on vérifie dans nos vies si on est trop gentilles ou non. Cette idée est vraiment sympathique. L’histoire est vraiment bienveillante c’est un réel plaisir de s’y penser. Je pense que ce livre attire par son titre mais divertie par son contenu. Il s’agit de Zoey qui est cuisinière et qui va rencontrer Mattew Ziegler, un critique culinaire. Je dois avouer que dans ce livre les descriptions sont généreuses, sa structure peut-être identifier comme une recette de cuisine.

     

    Les personnages sont attachants, on a l’impression de vouloir être Zoey et d’avoir Mattew comme copain. L’histoire est construite en pseudo triangle amoureux parce qu’il y a Zoey et Mattew mais au milieu il y a Adrian, le meilleur ami. J’ai beaucoup aimé les joutes verbales que ce soit Zoey Adrian ou bien Zoey Mattew. Ça apportait une autre dimension de divertissement. Le personnage de Zoey évolue tout au long du livre. Au départ c’est une personne plutôt susceptible, aigrie, et assez amère et le fait que son groupe d’amis éclate en milles morceaux on lui fait comprendre qu’elle doit changer et au fur et à mesure elle comprend et répare ses erreurs. À la fin du livre on a le droit à notre petite récompense c’est-à-dire une recette de tarte au citron de la grand-mère de Zoey une sorte de cadeau de plus que l’auteur à put nous apporter lors de cette lecture.

    En clair : J’ai beaucoup aimé cet univers gourmand car il apporte un air nouveau, on sent l’été, le soleil, la mer. Je pense que vous pouvez passer à côté d’une bonne lecture ! Il a toutes les qualités pour plaire

     

  • Week-end surprise_ Agnès Abéccassis

    Weekendsurprise

    240 pages

    4 eme de couverture :

    Elle, c’est Brune. Lui, c’est Léonard. Ils s’adorent, en toute amitié. Enfin, Léonard l’adore, mais Brune n’y voit que de l’amitié. Pour un animateur radio, il a du mal à se faire entendre. Normal : niveau drague, c’est un prince charmant déguisé en Benny Hill. Ses textos voilés lui feront-ils ouvrir les yeux ? Elle, c’est Prunelle, l’amie de Brune. Elle vient de rencontrer Simon, carrément odieux. Par mail, la rencontre. Il la provoque, elle l’envoie bouler. ça aurait dû en rester là. Mais le net permet parfois l’éclosion de bien étranges relations… Eux, ce sont Nestor et Noé, les jumeaux de Brune. Deux ados bourrés d’humour et de répartie. …Sauf lorsqu’il s’agit d’évoquer Lefebvre, le terrible prof qui leur gâche la vie ! Et puis il y a cette envie d’évasion, car Brune voudrait bien décompresser. Vous avez dit “décompresser” ? Une semaine dans la vie d’une femme, entre crises de nerfs, crises de rire, et crise tout court. Une comédie hilarante et tendre, à emmener avec soi en week-end !

    ****

    Un roman très sympathique que l’on peut lire entre deux grandes lectures sans problème. Ce livre n’a pas menti il est vraiment hilarant, et très divertissant. J’ai énormément ri. C’est une histoire très actuelle alors on ne peut pas passer à côté de l’histoire et de son sens. Il s’agit d’une mère seule qui élève ses jumeaux en les passants en priorité. Le personnage principal raconte son histoire avec beaucoup d’humour et d’autodérision. Elle à une vision décalée du monde actuel et on ne peut qu’en rire. Elle donne des conseils de survies pour les mères seules et je trouvais cela vraiment chouette. Le roman commence sur une scène banale comme la rencontre parents/ professeurs ou le professeur principal juge cette femme seule comme une mère indigne finalement. Les scènes s’enchainent dans cette même dynamique et plus l’histoire avance et plus on voit cette mère débordée par la vie et qu’elle a seulement besoin de vacances.

    On s’attache à ce petit bout de femme qui est très drôle et apporte vraiment beaucoup dans ce livre. Tous les personnages forment un ensemble harmonieux et on aime suivre leurs histoires. En soi ce n’est pas une histoire sensationnelle mais on passe un très bon moment, on se laisse guider, on rit, on suit ce personnage on a envie de l’aider de devenir son amie et je trouve que ce livre nous apporte cette fraîcheur dans ce monde de brutes.

    En clair : J’ai adoré cette lecture, je l’ai dévoré. C’est une lecture légère qu’on ne voit pas passer. Finalement on ne se sent pas seule et ça nous fait chaud au coeur. C’est un livre hilarant et on adore !

     

  • Brenda Janowitz - Comment j'ai survécu au mariage de mon ex

    Commentjaisurvecueaumariagedemonex

    386 pages

    4 eme de couverture :

    Quand mon ex m'a appelée pour m'inviter à son mariage, j'ai accepté sans hésiter. D'autant que j'étais moi-même quasiment fiancée à Douglas, l'Écossais le plus sexy de New York. Ça, c'était avant que Douglas me plaque pour une bimbo. Je suis effondrée. Mais pas question d'aller seule à ce mariage ! J'ai donc deux semaines pour reconquérir mon mec. Ou lui trouver une doublure...

    ****

    Ce livre est tellement léger et tellement aérien que c’est facile de le dévorer entièrement. C’est une lecture transitoire et c’est très agréable de souffler un peu dans nos lectures. L’histoire est assez ironique, il s’agit de Brook, une femme qui croit en l’amour éternel et qui va se faire inviter par son ex. Au moment de la demande Brook était accompagné mais l’ironie de la chose et qu’elle va se faire larguer juste avant le mariage de ce fameux ex. Elle essaie donc de trouvé l’imposteur de Douglas. C’est assez triste en soi parce que ce n’est pas un crime d’être célibataire à 30 ans. Dans ce livre on a l’impression que cette rupture est la fin du monde.

    Je me suis beaucoup identifiée aux différents personnages. C’est assez étrange mais Brooke me correspond assez. Elle n’accepte pas la rupture, elle reste focaliser là-dessus et elle oublie un peu le reste. Brook est un peu le stéréotype de la fille superficiel qui ne sait pas où est l’important, ces priorités ne sont pas les bonnes et ses intentions aussi mais le fait qu’elle soit bien entourée la rendent plus palpable. On a plus l’impression que Brook est authentique. Ce livre est bourré d’humour que ce soit du début comme de la fin, la narration est faite pour nous faire passer le meilleur des moments possible et franchement c’est réussi !

    En clair : Formidable ! Géniale, léger ! Un livre bourré de plume, de pyjama de cocooning pour nous faire passer un agréable moment !


     

  • Melissa Senate - Célibataire à New-York

    Celibataire a new york

    384 pages

    4 eme de couverture :

    Dure, dure, la vie d'une célibataire à New York... La mienne menace de virer carrément au désastre ! Voilà trois ans que je travaille à la Posh, une maison d'édition new-yorkaise, où je passe mes journées à travailler sur les biographies de pseudo- stars qui se croient tout permis. Ma vie sentimentale ? A presque trente ans, pas le moindre prince charmant en vue ! Enfin, il y a bien J-le- tombeur, accessoirement mon chef direct. Mais dès qu'il pointe son nez à moins de dix mètres de moi, je deviens rose- framboise ! Et je ne vous ai pas encore dit que ma famille a les yeux braqués sur ma chère cousine Dana, une peste invétérée qui, elle, s'apprête à épouser (on se demande par quel miracle !) l'homme le plus beau et le plus riche de la terre... Au Plaza, s'il vous plaît. Pas facile d'être célibataire à New York ! Et encore, là ce n'est que le début de l'histoire...


     

    ****


     

    L’idée de la femme est assez maltraité dans ce livre parce qu’on a l’impression qu’elles sont obligées d’être comme la société le veut. C’est-à-dire avoir déjà un foyer vers 30 ans ou bien avoir simplement un copain pour les repas de famille ou les événements. Et je trouve dommage que la femme n’est pas réellement le choix. Certes les femmes sont conditionnées depuis leurs plus jeune âge mais elles ont quand même le choix ! Aujourd’hui si l’on n’a pas trouvé quelqu’un c’est de notre faute et je ne suis pas d’accord !

    Jane, la personnage principale est très intéressante parce qu’elle reflète la société actuelle. J’ai beaucoup aimé me plonger dans son univers parce qu’on peut s’identifier très facilement à elle.Un peu naïve et peu conventionnelle, je trouve que c’est une fille très moderne. J’ai beaucoup aimé ses rendez-vous, c’était assez drôle, parce que finalement l’amour ne se commande pas, il se fait par hasard. Je trouve aussi que la morale est très bonne mais bien sûr le livre est prévisible, je ne m’en cache pas. L’humour de Jane est vraiment top et c’est très agréable de suivre ses différentes péripéties. Je me suis beaucoup amusée.

    En clair : c’est un livre bourré d’humour , il détend un max et sent beaucoup les vacances d’été. Ce serait vraiment bête de le laisser de côté par sa couverture.


     

     

  • Kelk Lindsay - 10 bonnes raisons d'être célibataire

    10 bonnes raisons d etre celibataire

     

    273 pages 


    4 eme de couverture : 
    Un de perdu, dix de retrouvés !
    Depuis que Simon m’a larguée, rien ne va plus. Moi, Rachel Summers, je suis de nouveau célibataire – ce qui ne m’était pas arrivé depuis belle lurette. La déprime, quoi. Heureusement, après une bonne cuite, Emelie et Matthew, mes deux meilleurs amis, ont concocté pour moi une liste sur-mesure : celle qui me fera découvrir les joies du célibat.
    Sur les murs de mon appartement, j’ai écrit : « Simon est un connard ». C’est un bon début. Il me reste quinze jours pour changer de look, partir à l’étranger, me faire tatouer, enfreindre la loi et dégoter l’homme de ma vie. Alors, pari tenu ?


     

    ****

     

    Je trouve que ce livre est très divertissant et reste sur un sujet de valeur sûr . Il s’agit d’une femme qui se fait larguer après 5 ans de vie commune et qui grâce à une liste va réussir à se sortir de cette rupture. Ce livre décrit vraiment nos situations amoureuses dans cette phase de relation. Il véhicule des ondes très positives et donne même de l’espoir à celles qui sont dans cette situation et qui n’arrive pas à remonter la pente. Il donne vraiment de bonnes idées pour se reconstruire rapidement. Bien sûr ce livre montre aussi qu’il ne faut surtout pas rester enfermé chez soi lors d’une rupture mais qu’au contraire il faut bien s’entourer.

    Je pense que ce livre peut aider beaucoup de personnes. Ce livre tombe très bien parce qu’on est tous un peu dans notre période ‘’ liste ‘’ alors pourquoi ne pas faire une liste ‘’ vivre sans mon ex ‘’. En soi l’histoire est assez simple et légère qui reste quand même dans un univers réaliste. Les personnages sont très attachants, surtout les deux meilleurs amis. J’aurais aimé en avoir des comme eux mais c’est ce qui fait le charme de ce livre. On s’identifie très rapidement aux différents personnages et c’est vraiment appréciable.

    En clair : ce livre n’est pas à laisser dans le placard mais à emmener dans votre valise cet été, il se déguste avec un mojito ou une sangria et une bonne rasade de soleil. Bien sûr ce livre est à consommer sans modération. Bonnes lectures à vous. 

     

  • Sophie Kinsella - Confession d'une accro au shopping

    Confession d une accro au shopping

     

    371 pages 


    4 ème de couverture : 

     Selon Rebecca Bloomwood, "si l'on pouvait porter des vêtements neufs tous les jours, la dépression nerveuse n'existerait plus". Droguée au shopping, notre héroïne s'expose à un nombre de tracas aussi impressionnant que le montant du relevé de sa carte de crédit. Témoin de la riche correspondance qu'elle entretient avec son banquier... Comble de l'ironie: Beckie est journaliste à Réussir vos épargnes, où son travail consiste à expliquer à ses lecteurs comment gérer leur budget. Les dettes s'amoncellent... Un dernier shopping pour se remonter le moral ? Impossible, toutes ses cartes sont bloquées. De solutions empiriques en effroyables mensonges, c'est la panique. De quoi miner aussi son début d'histoire d'amour avec le séduisant homme d'affaires Luke Brandon. A ce stade, une issue heureuse ne tiendrait-elle pas du miracle ?

     

     ****

     

    Je pense que ce livre est connu des plus ferventes lectrices, alors je ne vais pas m'étendre, il s'agit d'une accroc au shopping qui aux dépens d'elle-même va avoir des dettes énormes, trouvé les filons pour en tirer profit et trouver l'amour, cela fait quand même beaucoup. Je dois avouer qu'au début il ne m'attirait pas du tout au début mais à force de m'accrocher il n'est pas mal, il dénonce la réalité d'aujourd'hui la '' fièvre acheteuse'' qui peut toucher n'importe qui même ceux qui font attention.

    Cette Saga est un peu stéréotypée sur la femme ''faible'' devant l'achat. Ce livre m'a beaucoup fait grincer des dents même si ça reste un livre léger. Je ne suis pas du tout comme le personnage principal et de lire cette réalité et ses '' pratiques '' me rendait hystérique. Beckie m'énervait tellement, au fil du livre, on se rend compte que sa vie finit par la dépasser et on compatit. Au final Beckie reste très attachante et sa vie reste quand même top si on enlève tous ses problèmes d'argent.


    En clair : J'ai beaucoup aimé comprendre comment fonctionne une '' accro au shopping'' et mine de rien c'est un roman léger mais plein de bon sens, le fait qu'elle trouve l'amour à la fin rend le livre encore plus à portée de main. C'est une très belle réussite et je le conseille pour toutes celles qui ne l'ont pas encore lu et pour celles où c'est déjà je les invite à en discuter. Bonnes lectures à vous.

×