Billets de aliceauxpaysdeslettres

  • Le silence des agneaux - Thomas Harris

    Le silence des agneaux

    377 pages 

     

    Le FBI est mis en échec par un psychopathe qui accumule les meurtres dans le seul but de récupérer leur peau. Lorsqu'il enlève la fille d'un sénateur, les fédéraux confient à la jeune Clarice Starling, encore élève stagiaire, l'inquiétante mission d'interroger le Dr Hannibal Lecter, emprisonné à vie pour meurtres et cannibalisme. L'ancien psychiatre, grâce à ses connaissances sur la psychologie des déviants criminels, reste la seule personne à pouvoir mettre le FBI sur la piste du tueur. Lecter accepte de communiquer avec Clarice mais à la condition qu'elle dévoile ses peurs, ses souvenirs d'enfance. En échange, il va peut-être l'aider à retrouver le tueur...

     

    * - * - * - * - * - * - * - * - * - *

     

    Une délicieuse lecture ! 

    C’est un livre qui est très bien construit, on est emporté aux côtés de Clarice Starling élève stagiaire au sein du FBI, et on ressent ses appréhensions, ses peurs, son stresse mais également son assurance tout au long de l’histoire ! L’action ne s’arrête pas, on est tout au long de la lecture à la poursuite d’un tueur qui vient désormais d’enlever la fille du sénateur. Entant que lecteur nous n’avons presque qu’aucun répit, il va s’en dire qu’il est impossible donc de s’ennuyer pendant cette lecture.

     

    Le Dr Hannibal Lecter et l'agent Clarice Starling.

     

    Le Dr Lecter est un personnage très intéressant, mais qui contrairement à certains ne me fait pas peur plus que ça, oui oui, je le trouve même gentil.. Allez savoir pourquoi. C’est un homme avec une grande mémoire, beaucoup de suspens et quelqu’un de mon point de vue très attachant. On ressent qu’il est traité comme un animal par la plupart des personnes qui l’entourent, et qu’il attire la curiosité des autres. Mais à l’inverse on comprend que la nouvelle recrue du FBI le fascine et l’intrigue également. Il se dégage quelque chose de fort entre ses deux personnages, une complicité et surtout une confiance presque absolue et inexpliquée.

    J’ai trouvé très impressionnant la façon dont réfléchissaient le Dr Hannibal Lecter et L’agent Starling et surtout la façon dont ils communiquent ensemble, sous forme d’échanges donnant-donnant afin que chacun y trouve son compte. De plus je ne trouve pas qu’Hannibal soit quelqu’un de dérangé, mais plutôt une personne très intelligente qui est incomprise puisqu’il mange des personnes soit par vengeance, soit pas nécessité, je pense que pour lui cette façon de manger les gens est égale à une condamnation sans procès, de la part du juge.

     

    Une adaptation cinématographique réussie

    Je n’ai malheureusement pas été surprise de la façon dont Starling trouve le tuer, de la façon dont se déroule l’histoire également car je venais de découvrir tous les films quelques temps avant, je ne comptais pas spécialement lire les livres mais je suis tombée sur celui-là dans une boite à livre et il m’a fait de l’œil, j’ai donc cédé. Evidemment j’ai lu celui-là en attendant de me procurer les livres avant et après, donc j’ai commencé cette saga dans le désordre..POur avoir vu le film et lu le lire, je n'ai pas de préférence entre l'un ou l'autre car certains détails évoqués dans le livre et non présents dans le films m'ont fait pencher pour lui mais certains scènes du film non décrites dans el livre à fait rééquilibrer la balance. 

     

    En conclusion

    C'est un très bon livre, et une très bonne adapation cinématographique, où les personnages sont merveilleusement bien joués par Anthony Hopkins et Jodie Foester dans les rôles d'Hannibal et de l'agent Starling.

     

     

     

  • Marquer les ombres - Véronica Roth

    Marquer les ombres

    471 pages

    Dans une galaxie dominée par une fédération de neuf planètes, certains êtres possèdent un “don”, un pouvoir unique. Akos, de la pacifique nation de Thuvhé, et Cyra, soeur du tyran qui gouverne les Shotet, sont de ceux-là. Mais leurs dons les rendent, eux plus que tout autre, à la fois puissants et vulnérables.
    Tout dans leurs origines les oppose. Les obstacles entre leurs peuples, entre leurs familles, sont dangereux et insurmontables. Pourtant, pour survivre, ils doivent s’aider – ou décider de se détruire.

     

    * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - *

     

    Une préparation mentale pour rentrer dans l'histoire

    Tout le monde a entendu parler de ce livre après le fulgurant succès de la saga divergente ! Je me suis dit, allez hop ! Pourquoi pas ? Après tout j’ai aimé son style d’écriture et la saga, recommençons à la lire. Je ne me suis attendu à rien, je n’avais pas vraiment entendu d’avis sur ce livre avant de commencer ma lecture et j’ai essayé au maximum de laisser de côté l’univers de divergente pour me plonger totalement dans le nouvel univers que l’auteur voulait nous faire découvrir.

     

    Une histoire trop détaillée avec beaucoup de choses à assimiler

    J’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans le livre avec le nombre de choses à assimiler, les noms des planètes, des personnages, leur spécificité, les liens qu’ils avaient les uns avec les autres, j’ai bien dû mettre au moins 3 jours à pouvoir comprendre le fonctionnement de l’univers et à retenir qui est qui. J’ai trouvé le livre très difficile avec la quantité d’information à  assimiler le tout sans actions, j’avais l’impression de passer une éternité sur la description complexe de quelque chose que je ne comprenais pas du tout. J’ai eu beaucoup de mal à m’accrocher mais j’ai tenu bon et je n’ai pas abandonné ma lecture. Mais je me suis sentie encore plus perdu lorsque l’on changeait de plan entre les deux personnages.

     

    Une deuxième partie plus rythmé et attrayante

    La deuxième partie était quant à elle plus dans l’action et plus rythmée, mais cela n’a pas fait pencher la bascule pour au moins l’équilibrer… J'ai compris vraiment tardivement le lien entre l'histoire et le titre que l'auteur lui à donné.

     

    En conclusion

    Je reste du coup très déçu du livre et je ne pense pas lire la suite de la saga car je n'ai pas été transportée dans l'histoire du début à la fin et j'en suis ressortie lessivée d'avoir fait énormément d'efforts pour comprendre ce que l'auteur nous proposais. Du coup, je pense plutôt rester sur le côté positif que j’ai éprouvé en lisant la saga divergente.

  • Métro 2034 - Dmitry Glukhovsky

    Metro 2035

    413 pages

     

    La Sevastopolskaya, une des stations habitées les plus méridionales du métro moscovite, produit une grande part de l'électricité qui alimente celui-ci. Harcelée par des monstres des tunnels sud, elle ne doit sa survie qu'au courage de ses défenseurs et à l'afflux constant de munitions en provenance de la Hanse. Cependant, la dernière caravane d'approvisionnement n’est jamais revenue de la ligne Circulaire, pas plus que les groupes de reconnaissance envoyés à sa recherche.

     

    * - * - * - * - * - * - * - * - *

     

    Une ambiance tout aussi froide

    Le deuxième tome a su gardé l’univers post-apocalyptique, l’atmosphère glauque et la froideur du métro moscovite du premier tome qui pour moi est un point essentiel lorsqu’il y a une suite, afin de rester dans la même ambiance.

     

    Des personnages nouveaux

    Malheureusement dans ce deuxième tome l’auteur a changé la plupart des personnages qui accompagne Artyom dans sa nouvelle aventure. C’est pour moi un bon point car si certains arrivent à les faire durer, il est impératif pour l'auteur de ne pas laisser tomber le lecteur dans l’ennui en ayant fait le tour des personnages. Juste un peu dommage car je n'en savais pas assez sur les anciens compagnons d'Artyom, j'aurais aimé en savoir un peu plus ou du moins savoir ce qu'ils étaient devenus. 

     

    Une simplicité de lecture plus prononcée que dans le premier tome

    J’ai, dans ce deuxième tome réussi à mieux me situer dans ce souterrain grâce à la limitation géographique. J’ai plus apprécié ce deuxième tome car l’action était plus au rendez-vous que dans le premier malgré un long temps d’attente avant le commencement.

     

    En conclusion 

    C'est donc pour moi un bon livre et une lecture divertissante qui nous permet de nous projeter dans un monde apocalytpique, peut être dans notre monde futur, qui sait ? J'achèterai dans les prochains temps le tome suivant de cette saga : Métro 2035

  • La mer infinie - Rick Yancey

    La mer infinie

    401 pages

     

    Comment débarrasser la Terre de ses sept milliards d'habitants ? Retirez aux hommes leur humanité. Cassie Sullivan et ses compagnons ont survécu aux quatre premières vagues destructrices lancées par les Autres. Maintenant que l'espèce humaine a été presque entièrement exterminée et que la 5e Vague déferle sur la planète, le groupe se trouve face à un choix : se préparer à affronter l'hiver en espérant le retour rapide d'Evan Walker, ou se mettre en quête d'éventuels survivants avant que l'ennemi ne referme sur eux son impitoyable piège. Personne ne peut prédire à quels abîmes de cruauté les Autres sont prêts à s'abaisser, ni à quelles hauteurs l'humanité saura se hisser. La bataille finale ne fait que commencer. Ils connaissent notre manière de penser. Ils savent comment nous exterminer. Ils nous ont enlevé toute raison de vivre. Ils viennent maintenant nous arracher ce pour quoi nous sommes prêts à mourir.

     

    * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - *

     

    Une attente trop enthousiaste ?

    Rien à voir avec le premier tome, j’étais pourtant impatiente de retrouver cet univers stressant et noir en présence de Cassie et Ben Parrish mais malheureusement pour moi, ce ne fût pas le cas..
    J’avais l’impression de stagner, de ne pas avancer dans l'aventure, de n'avoir aucune information supplémentaire, comme si l’histoire était en pause et que l'on se trouvait dans une parenthèse.

     

    Une meneuse replacée au deuxième plan

    Je me suis vraiment ennuyée d’avoir laissé Cassie de côté pour suivre essentiellement Ringer que je ne connaissais pas vraiment et dont je n'étais pas très  fan. Ça me tenait vraiment à cœur d’avancer avec Cassie, la personne qui nous avait amenée ici, et non un personnage qui n’était pas vraiment présent dans le premier tome et qui en plus de ça, ne répond à aucune de nos questions mais nous fait nous en poser plus ; j’ai sincèrement totalement été perdue par l’histoire.

     

    Des passages longs et sans actions

    Beaucoup de passages m’ont fait me poser des questions sur le fait d'abandonner ma lecture ou non. J’ai décidé de la poursuivre pour la plume de l’auteur fluide et addictive, car malgré l’ennui, le livre se lisait vite. Puis au fond de moi j'espérais que l'action vienne comme dans le premier tome. Le changement de plan des personnages m’a perturbé car il n’était pas très clair, j’avais vraiment du mal à savoir qui j'étais entrain de suivre.

     

    Une dernière chance pour le dernier tome ?

    Heureusement les dernières pages ont remonté le niveau et m’ont vraiment donné envie de lire la suite de la trilogie. Je ne vous cache pas que j’attends beaucoup de ce dernier tome, car j’ai malheureusement vraiment étais déçu de celui-ci…

     

  • Les jours meilleurs - Cecelia Ahern

     

    les jours meilleurs

    443 pages

     

    À force de traquer le scoop et de dévoiler la vie privée des gens dans les colonnes de la presse à scandale, Kitty est dans l'impasse. Sa carrière de journaliste piétine, et ses frasques lui valent une réputation désastreuse. Tout s'effondre quand elle apprend que Constance, la femme qui lui a tout appris, vit ses derniers instants. Elle se rend à son chevet et lui demande quelle histoire elle a toujours rêvé d'écrire. Mais la réponse arrive trop tard, sous la forme d'une liste de cent noms, sans aucune explication. Bien décidée à percer le mystère, Kitty tente de comprendre ce qui relie entre eux ces inconnus. En allant à leur rencontre, elle va découvrir des aspects pour le moins inattendus de la vie de Constance et peut-être même trouver un sens à la sienne.

     

    * - * - * - * - * - * - * - *

     

    Revenons sur l'histoire

    C’est l’histoire de Kitty, jeune journaliste qui a commis une erreur monumentale et impardonnable pour sa carrière et sa réputation. Et comme une mauvaise nouvelle n’arrive jamais seule, sa meilleure amie et patronne, Constance, décède d’un cancer en laissant derrière elle une liste de cent noms qui devait faire l’objet de l’histoire qu’elle rêvait d’écrire. Kitty part donc à la recherche de ces personnes et du lien qu’elles peuvent bien avoir, malheureusement, rien n’est jamais acquis d’avance et il lui faudra du courage et de la persévérance pour réussir à écrire cet article en hommage à Constance.

     

    Un message fort et percutant

    C’est un livre qui m’a beaucoup touché par son message principale que j’ai découvert bien assez vite je dois dire. Il nous fait prendre conscience que toutes personnes vies une histoire avec des hauts et des bas et que leur histoire est toute aussi admirable et incroyable qu’une personne ayant gagnée au loto. Il est vraiment plein de bons sens et d’énergie positive.Chacune des personnes sur cette liste est attachante à sa façon et leur histoire est fascinante. C’est un livre qui m’a vraiment touché au plus profond de moi car il est vrai que de nos jours nous ne voyons pas plus loin que le bout de notre nez et nous avons perdu les petits plaisirs du quotidien. L’auteur a décidé de changer notre vision des choses en nous ramenant aux racines et à ce bonheur qui se trouve dans le quotidien et l’ordinaire, nous retrouvons grâce à ce livre les petits plaisirs enfantins perdus en grandissant.

     

    L'erreur est humaine et pardonnable

    La lecture nous met le doigt sur l’erreur humaine et nous incite à être compréhensif envers elle, car tout le monde commet des erreurs et cela est parfois bien assez dur à vivre pour la personne, il n’est donc pas nécessaire pour les autres de la rabâcher ou de continue à humilier cette personne pour l’une des fautes qu’elle a pu commettre, que ce soit récemment ou il y a déjà plusieurs années.

     

    En conclusion 

    C’est donc pour moi une lecture coup de cœur et une auteur que je n’hésiterais pas à lire encore car elle ramène un vent frais et nouveau sur le monde littéraire.

  • Lien de cuir, lien du cœur - 1 découverte - Sixtine Lust

    Sixtine lust

    277 pages

     

    Afin de faire décoller son entreprise de création de bijoux, Elena monte à Paris. Elle s’installe en colocation et y rencontre Fabien à qui appartient la maison. Après des débuts houleux, tous deux finissent par se rapprocher petit à petit. Elena découvre que Fabien est non seulement webmaster, mais aussi propriétaire d’un club BDSM. En douceur, il lui fait découvrir ce monde sombre et sensuel au travers des gages et des défis. Mais il ne lui promet qu’une histoire de sexe sans sentiments et surtout cachée. Elle qui n'a vécu que des histoires traditionnelles se retrouve éprise d'un dominant qui ne souhaite pas s'investir dans une relation longue durée 24h / 24 ! Qui y laissera le plus de plume ?

     

    * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - *

     

    Je tiens à remercier l'auteure, Sixtine Lust pour sa confiance en moi et sa gentillesse, ainsi que pour l'envoi de son livre. 

     

    Avide de découvrir un autre style de lecture, je me suis laissée tentée pour un nouveau style un peu particulier, que je ne connaissais pas, le BDSM.

     

    Un univers différent, happée au premier instant

    On se laisse facilement prendre au jeu de Fabien et d’Elena tout en sachant que le style d’écriture serai soft et non trop hard pour une première dans cet univers. J’ai à ma surprise très vite accroché à l’histoire et aux personnages qui participent tous à l’histoire du début à la fin, ce que j’ai apprécié car aucun d’entre eux n’est là pour rien et chacun continuent à faire avancer l’histoire ou au contraire à mettre des barrières entre les ces deux nouveau partenaires. J’avoue que je n’ai pas pu lâcher le livre, je voulais savoir la suite, en savoir plus.

     

    Une découverte douce et pimentée

    J’ai beaucoup aimé l’approche de cette sexualité de manière douce et non précipité, ce qui permet tout comme Elena de nous familiariser avec l’inconnue.

    La rivalité entre elle et Rachel ainsi que le fait d’être dans une collocation de cinq personnes rajoute du piment à l’histoire.

    Toute au long de celle-ci l’auteur nous surprend, on découvre petit à petit quelques caractéristiques des personnages sans les avoirs soupçonnés.

     

    Un ressenti intense

    Le style d’écriture fluide et la sensation de confiance et d’amour dans cette façon différente d’aborder le sexe, retranscrit dans les lignes, nous fait apprécier l’histoire à sa juste valeur, sans apriori ni jugement. La fougue et la passion présentent entre Fabien et Elena se fait ressentir, leur envie est contagieuse. L’auteure est très douée pour faire apparaître et faire ressentir du plaisir au lecteur.

     

    En conclusion 

    C’est un livre que j’ai beaucoup aimé et qui m’a rendu impatiente à souhait de savoir la suite.

     

    Retrouvez son univers sur : Telechargement 1

  • Beautiful Secret - Christina Lauren

    Beautiful secret

    376 pages

     

    Lorsque Niall, le frère de Max (héros de Beautiful Stranger, le bad boy anglais de la finance et séducteur notoire à Wall Street) vit pour la première fois une passion dévorante. Il traverse New-York de long en large pour concrétiser sa course à l'amour et à la luxure à travers Big Apple ! Il peut compter dans sa démarche sur l'aide de son frère et de ses amis.

     

    * - * - * - * -  * - * - * - * - * - *

     

    Un tome différent des autres et des personnages plus attachants

    Nous avions jusque-là, dans les autres tomes masculin, l’habitude d'avoir des couples assez surprenants avec le mâle Alpha et une petite copine assez caractérielle qui se dévoilaient vite et étaient accros l’un à l’autre. Ils n’avaient aucune gêne pour faire l’amour dans des endroits fou à la vue de tous et dans différentes positions. Dans ce tome-là, le couple change pour devenir plus timide et mettre du temps à se chercher et à se dévoiler. Nous trouvons dans ce tome Niall un homme charmant et doué en affaire mais brisé par son ex-femme. Il est donc timide, méfiant ; il manque un peu de confiance en lui et est surtout mystérieux.  C’est ce côté timide et sans expérience de Niall qui m’a totalement fait craqué, il sort du cliché bel homme, macho et coureur de jupons. J’ai aimé le découvrir au fur et à mesure que Ruby le découvrait, sans précipitation et en douceur, en comprenant ses hésitations et ses craintes. Naill est pour moi mon personnage préféré de la série car c’est un homme discret qui se dévoile et apprend à se faire confiance, ce qui le rend totalement irrésistible. Ruby est totalement différentes de lui, elle se lâche totalement dans le jeu de séduction et devient torride.

     

    Le scénario inversé de Christina & Lauren

    La plume des auteurs est toujours aussi légère et addictive, on n’a vraiment pas envie de lâcher ce roman. J’ai vraiment Sur-Kiffé le scénario inversé comparé aux autres tomes, c’était juste fantastique ! Nous nous retrouvons avec Naill, un véritable gentleman et non un coureur de jupon et avec Ruby, une prédatrice sexy plutôt qu’avec une héroïne naïve.

     

    Une saga qui n'oublie pas ses précédents tomes

    C’est vraiment agréable de retrouver les personnages des autres tomes à chaque lecture et de les voir participer à l’histoire, c’est vraiment se mélange qui est rafraichissant, car chaque tome à deux héros principaux mais grâce à l’apparition des autres personnages les tomes sont reliés et c’est un plaisir de les lires et de ne pas être concentré que sur deux nouveaux personnages qui n’ont aucun lien avec les tomes précédents.

     

    C’est pour moi le meilleur des tomes masculin de la saga beautiful avec une bonne dose de romantisme et de sensualité, je valide donc en disant que ce tome est mon coup de cœur de la saga.

  • Oblivion le pouvoir des cinq - Anthony Horowitz

    Oblivion 2

    731 pages
     

     

    Cinq adolescents ordinaires

    Cinq pouvoirs extraordinaires.

    Une seule chance de sauver l’humanité.

     

    Dix ans se sont écoulés, depuis que Matt, Scott, Pedro, Jamie et Scarlett ont été séparés, dispersés aux quatre coins du globe. Dix ans qui, pour eux, n’ont duré qu’une seconde. Ils se réveillent dans un monde de cauchemar, un monde où tout a changé. Les Anciens, incarnation du Mal, ont pris le contrôle. Isolés, les Cinq n’ont aucune chance de les vaincre.

     

    Quelque chose va pourtant réuni les cinq adolescents. Une force irrésistible, qui les attire vers l’Antarctique, vers une terre de ténèbres et de glace où le maléfique Roi des Anciens prépare l’apocalypse. Une terre qui porte un nom : Oblivion

     

    * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - *

     

     

    Un dernier tome pour quitter la saga

     

    C’est le dernier tome de la série de ces 5 gardiens mais le seul que j’ai lu, mais j’ai pu comprendre toute l’histoire indépendamment des autres tomes. Il est divisé en cinq partie qui correspondent chacune à un gardien et à leur élément, c’est ce qui permet de comprendre l’histoire, car cela résume bien leur capacités.

     

     

    Les gardiens pour une fois tous réunis

     

    Chaque gardien est relié à un élément : Matt avec la Terre, Pedro avec le Feu, Jamie avec l’Eau, Scott avec la Glace et Scarlett avec l’Air. Les héros participent ensemble au combat final qui les entraine contre les Anciens qui représentent le Mal et tout ça se passe en Antarctique. Contrairement aux autres tomes où ils ne sont pas ensemble, car un tome est relié à un gardien. Ils sont, dans ce dernier tome attirés vers cet endroit, vers le repère du roi maléfique des Anciens, c’est là que la bataille finale aura lieu.

     

     

    Une bataille finale impressionnante dans un livre prenant

     

    Cette dernière bataille, avec tant de détails et d’action est digne des plus grands effets spéciaux du monde du cinéma, j’avais vraiment l’impression d’avoir été au milieu de l’action, au milieu de l’écran géant. C’est pour moi une bonne histoire et un livre génial qui aurait largement pu se suffire à lui-même.

     

     

  • La rousse qui croyait au père Noël - Suzanne Marty

    La rousse qui croyait au pere noel 1

    144 pages

    Flamme est apprentie comédienne et célibataire. Le 1er janvier, elle se pose un ultimatum : si elle n’a pas obtenu un seul rôle payé ou trouvé l’amour avec un grand A avant son anniversaire, elle abandonne la course aux rêves. Car est-il raisonnable à 39 ans de croire encore au père Noël ?

     

    * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ *

     

    Je tiens tout d'abord à remercier l'auteur, Suzanne Marty pour l'envoi de son livre sous forme de service presse.

     

    Flamme est une jeune femme rousse qui je trouve porte bien son nom. Malheureusement pour elle à l’approche de la quarantaine, elle se rend compte qu’elle ne rêvait pas de cette vie. On dit souvent heureux en affaires malheureux en amour, dommage pour Flamme, elle n’a ni l’un, ni l’autre et ce n’est pas faute d’avoir essayé… Plutôt figurante qu’actrice, célibataire endurcie il était temps qu’elle se pose un ultimatum pour pouvoir changer de vie, ou au moins réaliser quelques objectifs.

    Il est temps qu’elle reprenne sa vie en main, avant qu’il ne soit trop tard, elle décide donc de s’offrir les vacances qu’elle attend depuis un bon bout de temps, et ces vacances vont radicalement la changer !

    Ces vacances ne commencent pas en laissant les vieilles habitudes de Flamme de côté, mais petit à petit elle arrive à se libérer de sa coquille parisienne pour enfin revivre.

    Ce chick-lit est doté de petites touches d’humour, d’un style d’écriture fluide qui rendent ce roman léger et agréable à lire. On se demande si elle arrivera à trouver le prince charmant modern qu’elle recherche, qui il sera et surtout est-ce qu’il restera avec elle ? Le personnage de Flamme est très attachant, rêveuse avec une petite touche de réalisme, timide et drôle, mais bien vivante lorsqu’elle se dévoile, je me suis vraiment attachée à ce petit bout de femme original qui ne cours malheureusement pas les rues.

    Un livre de courte durée mais qui nous met une tonne de baume au cœur et nous fait sourire radieusement, c’était un agréable moment et une bonne surprise d’avoir rencontré ces personnages attachants, j’aurais juste aimé que l’histoire dure plus longtemps tellement je me sentais bien dans ce livre rafraichissant.  

    Ce fût un excellent moment en compagnie de Flamme qui nous fait rompre avec le quotidien et croire encore un peu au père Noël en retrouvant l’insouciance d’antan.

     

    Vous pouvez retrouver l'univers de Suzanne Marty sur : www.suzannemarty.fr

    et également sur les réseaux sociaux : Telechargement 1Twitter

     

  • Et si demain n'existait plus ? 2 Diane - Ludovic Metzker

    Et si demain n existait plus tome 2

    461 pages

     

    À travers le monde entier, une guerre se prépare entre les clans de Chasseurs et la W.C.C. désireuse d'en finir coûte que coûte avec ces êtres qui se proclament les « Enfants de la Terre ». Entièrement nue et amnésique, Diane se réveille au beau milieu d'une forêt et se trouve aidée par un groupe de la W.C.C. dont les membres sont loin d'imaginer qu'ils viennent de faire entrer le loup dans la bergerie. Si sa mémoire semble fragile, son instinct de meurtrière refait surface et cette fois-ci, Diane est bien décidée à se venger de ceux qui l'ont trahie et à percer le mystère de sa seconde résurrection.

     

    Je tiens tout d'abord à remercier l'auteur, Ludovic Metzker pour sa gentillesse et sa bonne humeur ainsi que BoD pour ce service presse.

     

    * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - *

     

    Nous commençons ce deuxième tome en apprenant le passé de Diane, cette personne si méprisable que nous avons eu la malchance de rencontrer dans le premier tome. Nous découvrons comment la terre a eu pitié d’elle et a décidé de lui offrir une deuxième vie. Nous suivons l’évolution du nouveau monde à travers des évènements sordides en visitant plusieurs pays, cela commence à Rome en Italie, nous continuons notre découverte près de Clermont-Ferrand en France pour ensuite voyager au-delà de l’océan Atlantique pour atterrir à la Nouvelle-Orléans aux Etats-Unis d’Amérique pour finir ce voyage à Vladimir en Russie. Nous en savons plus sur le fonctionnement des « Chasseurs », leurs règles, leur système et leur façon de punir les leurs. C’est grâce à cela que nous comprenons pourquoi Diane à perdue la mémoire.

     

    Tout au long du livre nous réfléchissons à notre quotidien, aux gestes malsains que nous destinons à la terre qui nous a accueillis à bras ouverts. Cette moralité nous fait réfléchir au fait que nos gestes sont importants et ont un impact et surtout que depuis la naissance de l’Homme, il n’a rien fait pour la remercier de nous laisser vivre sur elle.

     

    Diane est affreuse, je m’attendais à lire des passages horribles et dérangeants en finissant le premier tome mais je ne m’attendais pas à un tel degré d’atrocité. En les lisant j’avais l’impression que Diane me faisait du mal à moi et non aux personnages présents dans le livre, j’ai ressenti tellement de peur, de dégoût et de haine envers elle à ces moments-là.

     

    Nous avons fait la rencontre furtif de Katia qui ne nous laisse pas trop juger de sa méchanceté envers les humains par rapport à Diane.

    J’ai été surprise et à la fois heureuse d’avoir eu des nouvelles de la famille de Marie.

     

    Malgré toute ma haine envers Diane c’est avec étonnement que l’auteur a su me la faire apprécier à la fin du livre, oui je l’apprécie mais non je ne lui pardonne en rien son passé monstrueux.

     

    Je ne sais vraiment pas à quoi m’attendre dans le prochain tome avec Katia en premier plan, sera-t-elle pire que Diane ?  

     

    " # " # " # " # " # " # " # " # "

     

    "Retirez à un homme la chose qu'il aime par dessus tout et alors, vous en ferez un véritable monstre ! Nous ne naissons pas sociopathes, nous le devenons par la force des évènements !"

     

     

    Vous pouvez découvrir les ouvrages de BoD ici : https://www.bod.fr/boutique-en-ligne.html

    Vous pouvez découvrir l'univers de Ludovic Metzker sur : www.ludovicmetzker.com et sur Telechargement 1

     

  • Exilium Les legs noirs première partie - Frédéric Bellec

    Exilium 2

    320 pages

     

    C’était il y a quatre mois, lors de mon premier face-à-face avec les rigueurs de l’hiver saint-amandois. Trois discrets élèves du lycée où j’exerce comme pion m’ouvraient les yeux sur leur étrange faculté de se transformer en une improbable et redoutable créature. Je fus terrorisé. Mais ils m’aidèrent à surmonter mes peurs pour comprendre leur place dans l’ordre naturel des choses. Je devins leur meneur, et l’un d’entre eux mon gardien.

    C’était il y a quatre mois, lors de mon premier face-à-face avec les rigueurs de l’hiver saint-amandois. Trois discrets élèves du lycée où j’exerce comme pion m’ouvraient les yeux sur leur étrange faculté de se transformer en une improbable et redoutable créature. Je fus terrorisé. Mais ils m’aidèrent à surmonter mes peurs pour comprendre leur place dans l’ordre naturel des choses. Je devins leur meneur, et l’un d’entre eux mon gardien.
    Partager cette expérience dans mon premier témoignage fut éprouvant mais me servit de thérapie post-traumatique. Je restai convaincu qu’après cela plus rien ne pourrait m’effrayer.
    Jusqu’à ma confrontation avec quelque chose de plus grand, plus fort, imprévisible. Et pour la première fois : maléfique !
    Cet ouvrage relate les événements survenus après ceux rapportés dans mon premier témoignage.

     


    * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - *

     

    Je tiens tout d'abord à remercier l'auteur, Frédéric Bellec pour sa gentillesse ainsi que BoD pour ce service presse.

     


    Impatiente comme une puce de me retrouver à nouveau dans l’univers d’Exilium en compagnie de Fred et des Legs, c’est du coup dès réception que j’ai plongé dans la lecture de ce second tome. 

    J’ai été surprise lors de ma rentrée dans l’histoire car je pensais retrouver directement mes compagnons si fascinants pour en apprendre plus sur les évènements de l’hiver dernier mais je n’étais pas déçue car avec ce petit passage dans les années 1771, j’en ai su un peu plus sur cette mystérieuse apparition dans l’arbre de la cours. De retour à notre époque, la lecture fut un véritable délice ! Des évènements étranges se sont produits en présence de Lewis et sa dulcinée, on évolue donc avec cette peur, la peur de l’inconnue, car les questions se pressent et s’accumulent mais aucune réponse ne vient soulager cette envie de savoir. 

    Toujours aussi contente de retrouver le trio Lewis, Guilhem et Kevin, ils sont toujours autant attachants. J’ai beaucoup été touchées par Guilhem et Kevin, je ne peux vous en dire plus, si vous voulez savoir, il faudra le lire (ahah la sadique, bah ouais, sinon c’est un spoil) 

    On évolue constructivement aux côtés de Fred qui commence à assimiler les conseils de l’Abbé dans sa nouvelle fonction de meneur et on en découvre plus sur Maïwenn qui est surprenante ! Cette fille me fascine de par sa personnalité, sa maturité et son don exceptionnel. Je suis heureuse d’en avoir appris plus sur elle et j’espère vraiment la retrouver dans les prochains livres.

    Avec cette fin, j’ai vraiment l’eau à la bouche pour savoir comment l’histoire va évoluer, et enfin avoir des réponses à mes questions ! 

     

     

    " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # "

     

    "Le courage, c'est pas ne plus avoir peur, c'est de la surmonter. Celui qui vit sans peur ne peut pas être courageux. C'est parce que tu domines ta peur que tu peux prendre de bonnes décisions. Alors, ne touche à rien, reste comme tu es !" Guilhem

     

    Vous pouvez découvrir les ouvrages de BoD ici : https://www.bod.fr/boutique-en-ligne.html

    Vous pouvez découvrir l'univers d'Exilium sur : http://exilium.leroman.fr et sur Telechargement 1

     

  • Nos étoiles contraires - John Green

     Nos etoiles contraires

    331 pages

     

    Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu'elle s'y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d'autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l'attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.

     

    * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - *

     

    J’avais peur au début car je ne voulais pas me plonger à nouveau dans une histoire où lorsque je ferme le livre, les larmes coulent. Je ne voulais pas non plus un roman qui insiste sur la mal chance des personnes atteintes de maladies jusqu’à me faire ressentir de la pitié pour elles. J’ai été heureuse de découvrir ce roman, vraiment heureuse car c’est ce que j’ai ressentie en fermant ce livre, de la joie, du bonheur.

    J’ai adoré connaître les espoirs, les craintes, les déceptions et les rêves d’Hazel cette jeune fille au nom peu connue, atteinte d’un cancer en phase terminale mais j’ai encore plus adoré la légèreté que ce roman dégage avec l’autodérision qu’Hazel et Augustus, son amoureux, ont face à leur maladie, mélangé avec le fait d’être écrasé par la réalité de la maladie en contrepartie, j’ai pu éprouver un grand huit émotionnel, sans toutefois me lamenter sur le sort d’Hazel; car elle était heureuse.  Leur force m’a émue, car malgré leur maladie, ils ont la joie de vivre, la hargne pour la combattre et l’espoir de vaincre contre elle, ils ne se lamentent pas et n’attendent pas la guérison pour profiter de la vie. C’est un véritable livre d’amour sous tous ces angles et un véritable roman d’espoir qui nous force à profiter de la vie une fois fini, car en l’ayant lu, on comprend, on se rend compte que chaque instant compte et que tout est important, que rien que nous puissions faire aujourd’hui ne doit être reporté à demain, car personne ne sait si demain existera. John Green est un grand, indéniablement ! Nous apporter autant dans un roman aussi petit portant sur la maladie et la mort sans une once de pitié, mais avec énormément de bonheur, c’est vraiment exceptionnel !

     

    " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # "  # " # " # " # " # " # " # " # " # " # "

     

    « Tu m’as offert une éternité dans un nombre de jours limités, et j’en suis heureuse »

    Hazel Grace Lancaster

     

     

  • Je te veux - Heather L. Powell

    Je te veux

    526 pages

     

    Résumé : Solveig s'apprête à vivre un nouveau départ, direction les Bahamas, l'île de Cat Island, où son excentrique tante possède des chambres d'hôtes. Soleil, plage de sable fin et palmiers, c'est dans ce cadre paradisiaque que Solveig rencontre le multimilliardaire William Burton, et le coup de foudre est immédiat ! Un univers merveilleux s'offre alors à la jeune Parisienne. Seule ombre au tableau, le mystérieux jeune homme cache une faille, une blessure indéchiffrable...

     

    * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - *

     

    J’ai trouvé ce livre très entrainant, le décor est de suite planté, direction le soleil des Bahamas, la chaleur et les vacances pour Solveig. Le style d’écriture est fluide et l’histoire est passionnante du début à la fin. Je ne peux pas vous donner mon avis sans vous parler du personnage de William Burton, homme mystérieux et merveilleux à la fois qui m’a beaucoup plus. En plus d’être un homme très sexy et charmeur, j’ai adoré les petites attentions qu’il a portée à la jeune étudiante venue passer des vacances chez sa tante, cela change des histoires d’amour traditionnelles, c’est assez peu conventionnel. Je me suis amusée à chercher ce qu’il pouvait bien cacher à Solveig, les pourquoi de ses absences et de ses silences répétés. Mais sincèrement j’ai cherché pendant longtemps et à la fin, je m’attendais à tout, sauf à ça ! Son secret à rajouté à mon goût un côté « bad-boy » et extraordinaire au romantique personnage de William, qui jusque-là ne nous laissait pas indifférente. C’est une histoire bien construite qui mêle action, suspens et sentiments à merveille et ne nous permet pas de nous ennuyer. Je ne peux pas vous en dire plus, sinon je vous raconterez l’histoire, mais c’est pour moi une histoire dans laquelle on peut facilement se projeter qui vous fera passer un bon moment aux côtés de William qui j’en suis sûr vous fera craquer tout comme moi.

     

     

  • Alex - Pierre Lemaitre

    Alex

    397 pages

     

    Résumé : Qui connaît vraiment Alex ? Elle est belle. Excitante.

    Est-ce pour cela qu’on l’a enlevée, séquestrée, livrée à l’inimaginable ? Mais quand la police découvre enfin sa prison, Alex a disparu.

    Alex, plus intelligente que son bourreau. Alex qui ne pardonne rien, qui n’oublie rien, ni personne.

     

    * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - *

     

    C’est un livre qui m’a surpris par son début, il démarre sur les chapeaux de roues, on est vraiment mis à l’épreuve, presque à se perdre entre chasseur et chassé, gentil et méchant. L’histoire jongle entre Alex, une jeune femme kidnappée et Camille, un commissaire de police qui enquête sur cette affaire. Le livre se décompose en trois parties que je n’ai pas aimé de la même façon. J’ai adoré la première partie du livre et plus particulièrement les parties où nous étions aux côtés d’Alex, car les passages aux côtés de Camille étaient pour moi trop longs, on en apprenait beaucoup sur le passé de Camille, mais j’ai trouvé ces informations superflux, néanmoins j’ai aimé le fait qu’il n’arrive pas à avancer dans cette affaire.

     

    La deuxième partie est intéressante, mais encore une fois le fait d’être aux côtés d’Alex était plus intéressant, car effectivement on nous informe d’une chose du point de vue d’Alex et ensuite on par à la recherche d'indices et de pistes aux côtés de Camille qui trépigne pour finirt par découvrir ce que l'on savait déjà dans les passages précédents aux côtés d'Alex, un passage un peu ennuyant pour ma part et très répétitif, je m'attendais à découvrir autre chose que ce que je savais déjà.

     

    Enfin, la troisième partie est la seule où je n’ai quasiment pas accroché, je ne peux pas vous en dire plus, ça révélerait l’histoire, néanmoins les dernières pages où l’on apprend la vérité et le retournement de situation étaient exceptionnels. C’est donc un livre que j’ai aimé autant que détesté au point de faire des pauses - parfois très longues - dans ma lecture lorsque j'étais dans les passages ennuyeux. Mais à contrario j'ai beaucoup apprécié le changement de point de vus malgré les redondances, car on se met un peu à la place de chacun et on ressent leur émotions. L’écriture de l’auteur nous permet néanmoins de rester accrochée au livre au point de le réouvrir et de ne pas l'abandonner pour savoir le dénouement final.

     

     

    J'attendais beaucoup de ce livre par rapport aux éloges que j'ai pu entendre dessus, mais ce ne fut pas un coup de coeur pour moi, mais cette petite déception ne m'empechera pas de lire un autre ouvrage de cet auteur pour lui donne une nouvelle chance. 

  • Le secret des noix - Jacques-Victor Caramin

    Le secret des noix

    326 pages

    Résumé :

    Samuel est fils de paysan, malheureusement celui-ci se blesse pendant une journée de labeur aux champs. Il est transporté d’urgence au cabinet du généraliste Céline Marion. C’est là que Samuel fera la connaissance de Rebecca, fille du célèbre Lilian Schmidtz, l’un des plus gros producteurs de spiritueux de la région genevoise. La vie de Samuel a basculé, son amour pour Rebecca est intense et fougueux. Lilian Schmidtz voit d’un œil méprisant cette liaison entre sa fille et ce misérable, comme il aime à le dire. La tourmente régnera, les tracas, et l’injustice. L’argent et le pouvoir peuvent déplacer des montagnes, par contre l’amour peut les remettre à leurs places.

    * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - *

    Je tiens tout d’abord à remercier l’auteur, Jacques-Victor Caramin pour l’envoie de son livre en service presse ainsi que sa gentillesse.

     

    C’est un livre qui de base m’a intrigué par son titre « le secret des noix », car je me demandais ce que pouvait bien garder secret des noix mis à part le cerneau qu’elles contiennent. J’ai eu beaucoup de mal à entrer dans l’histoire car le livre commence avec un passage de la deuxième guerre mondiale et l’on passe ensuite à l’année 1970 avec les parents de Samuel, Maëva et Thomas, et du fait que j’avais lu le résumé je voulais déjà tout savoir sur l’histoire entre Samuel et Rebecca (Oui oui très impatiente la petite Alice). La plume de l’auteur m’a transporté et j’ai très vite accroché à la suite de l’histoire jusqu’au point de ne pas pouvoir lâcher le livre.

     

    En effet, l’histoire des deux amoureux est atypique, issus de milieu différents leur amour est accepté pour tous excepté par le père de Rebecca, Lilian Schmidtz qui de par ses moyens financiers met tout en oeuvre pour que sa fille ne revoit plus Samuel. Tout au long du livre nous vivons leur histoire à travers plusieurs points de vue, ce que je trouve génial pour comprendre intégralement une histoire sous tous les angles. Nous vivons alors les mésaventures de Rebecca causées par son père et on se prend un coup de poing au ventre car l’on imagine impossible qu’un parent puisse faire endurer autant de souffrance à l’un de ses enfants. L’histoire d’amour entre Samuel et Rebecca commença en 1988 pour se terminer en 2012 avec la fin du livre, c’est donc une longue période pour une histoire d’amour compliqué mais dans ce cas le temps été nécessaire afin de tout comprendre et de tenir le lecteur en haleine.

     

    Ce livre nous prouve que dans un couple il y a des hauts et des bas parfois assez douloureux mais que l’amour, le véritable amour peut traverser les montagnes et les océans. Au fur et à mesure que l’histoire continue tout s’est éclairé, le passage du début datant de 1942, le titre du livre avec le rapprochement aux noix ainsi que la couverture du livre avec le moulin, j’ai été vraiment surprise car je n’avais pas du tout songé à cette fin ni à ce rapprochement avec le titre et la couverture, c’est vraiment un livre très bien construit.

     

    Certains personnages m’ont troublé par leur mutisme et leur détachement tandis que d’autres m’ont impressionné par leur acharnement et leur détermination.

    C’est donc pour moi un livre très bien construit, plein de personnalité et qui nous fait réfléchir au vrai sens du mot « aimer ».

     

    " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # "

     

    " La plaie du gagnant, n'est pas de perdre ses gains, mais de survivre sans connaître la perte." Jacques-Victor Caramin 

  • Exilium L'internat - Frédéric Bellec

    Exilium 1

    423 pages

     

    « Cette semaine-là, de fortes chutes de neige exigèrent la fermeture du lycée où je travaillais comme ‘pion’, mais le maintien exceptionnel de l’internat permit l’hébergement de la poignée d’élèves bloqués sur place. Par ma proximité avec le lieu de travail, je fus le seul disponible pour assurer les nuitées. La semaine se présentait alors avec un calme insolent : encadrer sept adolescents occupés à compter les flocons au sein d’un établissement vidé de son âme. Sauf que nous n'étions pas seuls ! Au début, j’expliquais aux élèves effrayés que le vent et le froid étaient à l’origine des souffles et des craquements. Jusqu’à ce que leur fréquence nous accule à l’évidence : quelque chose sans aucun lien avec la météo avait infiltré le dortoir ! Alors que je pensais avoir trouvé le calme dans la campagne du Centre France, après mon départ de la Côte d’Azur pour la petite ville de Saint-Amand-Montrond, j’allais découvrir un énigmatique Berry, qu’au XIXe siècle Chateaubriand avait décrit comme une contrée " où se passaient des choses étranges " ! »

     

    Je tiens tout d’abord à remercier l'auteur, Frédéric Bellec pour sa gentillesse et sa confiance en moi pour un retour constructif sous forme de chronique ainsi que BoD pour ce service presse et l’envoi du livre.

     

    Le livre en apparence est magnifique, la couverture est original de par ses reliefs et de son illusion à faire jaillir une lumière bleu du “ili” de Exilium et du “1”.

    L’auteur a décidé d’écrire ce livre sous forme de journal retraçant son expérience d’une semaine au sein de l’Internat du lycée Jean-Moulin avec les quelques élèves qui n’ont pas pu rentrer chez eux à cause de la météo un peu trop neigeuse.

    Le livre est organisé avec les jours et les nuits de la semaine, nous avons la plupart du temps des précisions d’heures pour nous permettre de nous situer dans le temps.

    Le personnage principal, Frédéric, un AED de lycée est beaucoup apprécié par les élèves car il à la faculté de les écouter et de les comprendre sans les juger ou les envoyer balader, bref le pion rêvé (qui m’a d’ailleurs fait penser à un surveillant que j’ai eu l’occasion d’avoir au collège).

    Le livre commence rapidement à avoir un côté angoissant, il fait froid, la neige est plus que présente et nous oblige à rester confiné, l’internat est vieux et en plus il y a des histoires de fantômes dans les quartiers des filles qui transites depuis plusieurs années d’oreilles en oreilles auprès de toutes les générations de lycéens du lycée Jean-Moulin. On se sent oppressé et pris au pièges avec tous les internes présents dans ce dortoir. On souligne le courage dont Frédéric a su faire preuve pour gérer les peurs des jeunes adolescents sans oublier ses petites touches d’humour tout au long du roman qui sont les bienvenus; cela allégeait pour moi les passages un peu lourd où nous avions beaucoup d’informations à assimiler.

    J’ai été heureuse d’avoir vécu cette histoire aux côtés de Frédéric qui est un surveillant génial mais avant tout une personnes pleines de bons sens, de raisonnements et qui a le cœur sur la main, c’est un jeune homme pleins de ressources qui débat avec maturité sur la maltraitance des animaux, la bétise des religions et la discrimination pour apporter tout comme l’assistante sociale “l’acceptation de soi” à chaque lycéens en ayant besoin. Le raisonnement sur l’étendue de la connaissance existante non mise à disposition des citoyens nous force à se poser des questions sur le fonctionnement de notre société par rapport à plusieurs sujets comme celui des extra-terrestres.

    Après ce côté thriller, le mystère est résolu, j’avoue que je m’en veux énormément, avant de commencer un livre j’aime bien l’analyser en regardant comment il est écrit, composé et faire des recherches en même temps au cours de ma lecture sur ce que j’ai n’ai pas l’habitude de voir comme le titre du livre, le nom donné à ces créatures fantastiques etc.. J’ai un peu trop anticipé l’histoire et malheur j’ai découvert le dénouement de l’histoire au début en étant tombée sur les planches que l’auteur à mises à notre disposition pour mieux imaginer l’internat avec un plan et un dessin ainsi que des éléments qui nous révèlent l’intrigue si on en prend connaissance avant la lecture complète..

    Mais j’ai essayé de faire abstraction de ce que j’avais vu pour être totalement surprise, ce que je n’ai pas trop mal réussi fin de compte, donc un conseil : ne soyez pas trop curieux !

    J’ai vraiment été transportée dans ce nouveau monde avec ses merveilles et ses secrets au point d’avoir du mal à discerner le réel de la fiction. L’auteur finit ce livre sur une touche de mystère à moitié résolu qui donne envie de lire la suite pour en savoir plus sur ce monde prenant et surprenant ! 

     

    Et vous, êtes-vous capable de tout oublier pour tout réapprendre ?

     

     

    Vous pouvez découvrir les ouvrages disponibles sur BoD ici : https://www.bod.fr/boutique-en-ligne.html

    Vous pouvez découvrir l'univers d'exilium sur : http://exilium.leroman.fr et sur Telechargement 1

  • Et si demain n'existait plus ? 1 Marie - Ludovic Metzker

    Et si demain n existait plus tome 1

    317 pages
     

    Les Chasseurs sont des morts revenus miraculeusement à la vie et nous ressemblent physiquement en tous points de vue. Devenus cannibales, ils sont la seule explication aux différentes disparitions de millions de personnes à travers le monde !

    Hier, nous avons connu la plus grande catastrophe de tous les temps
    Aujourd'hui, nous allons devoir faire face à une menace bien plus inquiétante : ils sont les Chasseurs et nous... le gibier ! »

    Deux années se sont écoulées depuis la catastrophe qui a causé bien des pertes humaines. Malgré le danger émanant des Chasseurs, Marie est déterminée à faire l'impossible pour retrouver sa famille revenue à la vie mais quel en sera le prix à payer ?

     

    * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - *

     

    Je tiens tout d’abord à remercier L’auteur, Ludovic Metzker pour sa gentillesse ainsi que BoD pour ce service presse.

     

    Ce livre est un livre assez atypique, qui m’a entrainé avec surprise dans son histoire.

    L’histoire commence avec Marie, un personnage passionnant qui a malheureusement perdue ses filles et son mari, nous rentrons dans l’histoire avec la découverte du fonctionnement du nouveau monde comme nous l’appelons désormais, dirigé par la WCC et nous ne savons pas encore ce qui a causé l’apparition du nouveau monde et de ses chasseurs. Nous ne tardons pas les rencontrer et ce n’est en aucun cas une rencontre banale et amicale.

    L’histoire est bien trouvée avec toujours en fil conducteur la question « et si demain n’existait  plus ? » et celle du « chasseur / chassé ». L’auteur arrive à nous transmettre les sensations et les ressentis des personnages sans aucunes paroles, ce qui est totalement extraordinaire.

    Il a réussi à jouer avec une disposition du texte assez différente suivant les passages, ce qui rend le livre plus léger et plus attrayant je trouve, à un moment nous assistons à des questions réponses, et à un autre moment nous avons devant nous un extrait du rapport mis en place auprès des citoyens écrit par la WCC.

    Les personnages sont assez surprenants car ils font des choses inattendues, à chaque moment où l’on croit savoir ce qui arrivera au personnage, l’auteur nous le fait croire jusqu’au bout, jusqu’au moment où, pour notre plus grand plaisir, il change d’avis et change le devenir de celui-ci.

    J’avoue que j’ai eu du mal avec certains passages et scène racontant des atrocités, mais d’un côté ça permet de dire les choses comme elles sont, car souvent, elles sont oubliés car peu importante comparée à d’autres actes atroces.

    L’ancienne vie de Marie donne envie de fonder une famille et d’avoir un mari tout aussi aimant et intentionné ainsi que des enfants comme les siens.

    L’auteur à fait le pari de ne pas mettre de dialogue mais nous met de temps en temps des petites citations qui nous permettes de comprendre ce que pensent ou ce que ressentent les personnages à ce moment-là, pour moi le pari est réussi !  J’ai aimé  jouer avec ses citations.

    Enfin nous rencontrons Diane, une rencontre choquante, passionnante, je ne sais pas quoi en penser. Mais une chose est sûre, je sais que je la déteste, je la déteste tellement que ça me donne envie de lire le tome 2 portant son nom pour voir s’il est possible de la détester encore plus qu’actuellement et pour comprendre la source de cette méchanceté qui fait entièrement partie de son être.

    Pour finir, J’ai aimé ce livre, il m’a fait passer par plusieurs états, j’ai connu la compassion et l’empathie, ressenti de la jalousie et de l’admiration et j’ai éprouvé de la haine et du dégoût, tout ça dans un style d’écriture fluide et agréable qui nous force à garder le livre ouvert car l’on ne s’ennuie pas, il y a tant de choses à savoir sur ce nouveau monde, que je pense qu’il nous en reste tellement encore à découvrir.

     

    " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # "

    " Le réel danger n'est jamais celui qu enous rueveillons ou qu enous attendons. Le réel danger débarque à l'improviste. Il est cet invité qu enous n'avons jamais invité" - Ludovic Metzker

     

    Vous pouvez découvrir les ouvrages de BoD ici : https://www.bod.fr/boutique-en-ligne.html

    Vous pouvez découvrir l'univers de Ludovic Metzker sur : www.ludovicmetzker.com et sur Telechargement 1

  • La première fois que j'ai été deux - Archibald Ploom

     La premi re fois que j ai ete deux

    318 pages

     

    Nous sommes au début des années 2000, Karen Traban est en Terminale et vit seule avec une mère dépressive. Elle est brillante, musicienne et adore danser mais l'amour n'est jamais au rendez-vous, les garçons de son âge lui semblent sans intérêt. Quand un jeune anglais, Tom, arrive au milieu de l'année scolaire dans sa classe, Karen le prend immédiatement en grippe... Elle ne sait pas encore que ce jeune homme si différent des autres va changer sa vie.

     

    * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - *

     

    Je tiens à remercier Archibald Ploom pour sa gentillesse, sa confiance en moi et pour l’envoi de son livre.

     

    C’est un livre qui de prime abord me paraissait rafraîchissant, assez jeune, de par la couverture un peu vintage et le résumé assez prenant, mais on dit souvent qu’il ne faut pas juger un livre à sa couverture...

     

    Le livre commence doucement, on apprend pleins de choses sur Karen, jeune lycéenne de 17 ans. Ses fréquentations, son cursus scolaire avec en particulier une matière qu'elle déteste, puis vient l’arrivée de cet anglais plutôt mignon et atypique, Tom. On sait qu’elle ne court pas après les garçons et on ressent qu’elle est quand même mature par rapport aux autres; elles ne cherchent pas les conflits, n’aime pas sortir faire la fête, et est dotée d'une bonne culture général, notamment en matière de musique des années où le rock anglais était à son apogée. Le hasard fait que Tom et Karen se rencontrent et se rapprochent dans des conditions assez idéales, mais cela va évoluer, je ne peux pas trop vous en dire plus sur le sujet. Néanmoins pendant cette évolution, je me suis prise une claque monumentale ! Quelque chose de grandiose !

    Karen nous parle des sujets du quotidien qui l’entourent de façon simple et très mature toujours en portant un œil critique avec des arguments forts qui nous font comprendre son point de vue, mais plus que ça, qui nous font voir et interpréter le monde d’aujourd’hui différemment.

    Des sujets pourtant banales et anodins mais qui expliqués de cette façon nous remettent en question sur notre façon de penser et de voir les choses. J'ai adoré la maturité dans le livre mélangé avec des enfantillages, cela donnait un bon équilibre au livre.

    L’auteur nous donne envie de visiter l’Angleterre, durant le récit il nous retranscrit la vie à Londres, l’ambiance dans les parcs, les pubs, la façon d’être des gens, on sent qu’il fait bon vivre et cela donne envie de découvrir nous aussi cette atmosphère.

    La fin m’a émue, je ne m’attendais pas du tout à ça, j’ai étais prise au dépourvue, mais j’ai aimé la tournure de l’histoire. Je ne sais pas s’il y aura une suite, mais j'aimerais savoir ce que sont devenus Karen et Tom !

    C’est pour moi un livre avec de belles leçons de vie sur la manière que l’on a de se souvenirs, de s’aimer et de penser. Chapeau bas à l’auteur pour cette remise en question original et pertinente !

     

    " # "  # " #  " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # "  # " # "  # " # " # " #  " # "

     

    « On ne peut s’en doute pas lire tous les livres, mais on peut au moins vivre en leur compagnie »

     

  • Beautiful bitch - Christina Lauren

    Beautiful bitch 1

    160 pages

     

    Reprenant là où s'arrêtait Beautiful Bastard, Chloé Mills et Bennett Ryan poursuivent leur relation sulfureuse et loin d'être de tout repos...

    Juste au moment où la carrière de Chloé commence à décoller, Bennett aimerait que les choses ralentissent afin de pouvoir passer ne serait-ce qu'une nuit de folie avec sa copine. Mais après qu'il ait refusé de prendre non pour réponse, Chloé et Bennett se retrouvent soudain avec deux billets d'avion, dans une villa française et une surprenante conversation qui va les mener exactement là où Bennett le voulait : sous la couette.

    * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - *

    C'est un livre qui raconte la suite des aventures de Bennett  et Chloé et qui nous dévoile une autre facette de leur couple. On les voit autrement que stagiaire et patron, car comme vous le savez, Chloé à été embauchée et travail toujours d'arrache pied aux côtés de Bennett qui n'est désormais plus son supérieur. C’est un livre qui ne ramène pas énormément à l’histoire initial de Beautiful Bastard, mais qui nous réjouis car nous pouvons enfin les retrouver.  Personnellement, j’ai aimé connaitre le côté plus romantique, moins « bestiaux » de leur début. Je vous rassure ça ne change rien dans leurs parties de jambes en l’air, on est toujours aussi fou de lire qu’ils se sautent dessus, dans des positions et des endroits différents et insolites, surtout après cette dispute durant laquelle ils étaient mal en point tous les deux. L'écriture de Christina Lauren nous emmène toujours dans une lecture fluide et agréable qui nous fait apprécier le livre du début à la fin.

     

  • Ne t'arrête pas - Michelle Gagnon

    Ne t arrete pas 2

    396 pages

     

    Résumé : Noa se réveille sur une table d'opération, une cicatrice en travers de la poitrine. Elle ne sait pas où elle est, ni ce qui lui est arrivé. Alors elle prend la fuite, des tueurs lancés à ses trousses.
    La jeune fille, hackeuse de génie et solitaire, pense semer facilement ses poursuivants. Elle se trompe: pour la première fois de sa vie, si elle veut survivre, Noa a besoin d'aide. Car elle est la clé d'un terrible secret. Et ceux qui la traquent n'ont aucune intention de la laisser s'échapper.

     

    * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - *

     

    C’est un livre vraiment entrainant, qui démarre sur les chapeaux de roues avec le réveil de Noa sur la table d’opération. On est vite projeté dans cette course poursuite folle et démentielle. Ça fait plaisir de voir dans une histoire une jeune fille pour une fois mature et débrouillarde, dans un contexte totalement cohérent avec ce qu’elle a pu vivre. Le jargon informatique et les détails sont totalement bien employés et j'ai adoré en apprendre plus que j’en savais, comme par exemple l’action portée sur HBGary.

    L’histoire est vraiment absorbante et les personnages modernisent la vision que l’on a tous des “geeks” et “hackers”. J’ai adoré l’alliance de la médecine et de l’informatique qui fut pour moi tout aussi intéressant que fascinant. Seul petit bémol, pour moi, c’est le changement de point de vue entre Noa et Peter en milieu de page avec pour seul transition une ligne sautée ; cela faisait durer le rythme de leur course poursuite en parallèle, mais il faut vraiment être concentré pour comprendre pourquoi l’on change d’endroit, on a vite fait de se mélanger les pinceaux. Ça reste néanmoins une histoire intéressante, car elle nous divertit en nous apprenant des choses sur la médecine et la maladie de Pick (la PEMA) ainsi que sur l’informatique et les façons qu’utilisent les hackers pour pénétrer dans des systèmes sans se faire voir et avoir. Si comme moi vous êtes passionné par l’informatique, la médecine, que vous trouvez ça fascinant, n’hésitez surtout pas à lire ce livre, je suis sûre qu’il vous séduira !

     

    Je suis vraiment attirée par le deuxième tome de cette trilogie, que je viens de commander, et compte bien le lire dès que j’en aurais l’occasion.

     

×