Billets de reveusehorsdutemps

  • Sophie Nicholls_Une robe couleur de vent

    Une robe couleur de vent

    352 pages

    4 eme de couverture :

    Par un matin d'hiver, Fabbia Moreno et sa fille Ella arrivent dans la petite ville de York. Fabbia veut essayer de fuir les fantômes du passé en ouvrant un magasin de vêtements vintage : une boutique de rêve, comme les femmes de York n'en ont encore jamais vu. Car la flamboyante Fabbia possède un don pour dénicher la robe idéale et l'adapter à chaque cliente. Bientôt, derrière la vitrine du magasin, les destin s'entremêlent, les identités se révèlent et les amours s'épanouissent... mais aussi la méfiance et la jalousie. L'exubérance de Fabbia dérange, et la jeune Ella, à la peau cuivrée, est une adolescente bien mystérieuse. Parviendront-elles à s'intégrer dans la communauté ? Quel sombre secret cache Fabbia derrière ses robes rouges et son accent chantant ? Sa fille elle-même sait-elle tout du passé des siens ?

    ~

    L’auteure

    Je ne connaissais pas cette auteure. La couverture m’a beaucoup intrigué je m’attendais à une chouette histoire avec beaucoup de rebondissement, de secret et bien plus encore. Il s’agit du tout premier livre de cette auteure et j’avais envie de découvrir son univers et peut-être même voyager.

     

    L’histoire

    C’est un livre très douillet, une belle découverte. C’est une lecture très cocooning qu’on apprécie sous la couette avec un thé ou tout autre boisson. Il n’y a pas d’action particulière, On rencontre Fabia et sa fille Ella, on suit leur vie dans leurs boutiques d’anciens vêtements. Alors ce n’était pas ma période pour lire ce livre, je n’étais pas du tout dans l’esprit du livre. Je ne dis pas que je n’ai pas aimé mais je pense que je suis passé à coté de toute la beauté du livre de part ses nombreuses descriptions sur les tissues et surtout l’amour de Fabia pour les vêtements. C’est une livre qu’on pourrait comparer à un long fleuve tranquille, il se lit facilement et apporte des ondes positives. L’histoire est rythmée par le passé de Fabia et je trouvais que cela rendait le livre plus intéressant par ailleurs j’ai beaucoup moins aimé la fin très embryonnaire à mon goût.

     

    Les personnages

    Je trouve que les personnages sont assez typiques en tout cas pour Ella. Elle reste mon personnage préféré, elle apporte vraiment de la maturité malgré le regard adolescent. Ce personnage apporte aussi la profondeur, la magie et surtout la spontanéité ! Tout au long du livre et donc de sa vie je l’ai trouvé très indépendante et je l’ai limite admiré pour cette force. Je me suis vraiment concentré sur ce personnage malgré qu’il y es la mère et sa gentillesse combinée à la volonté féroce de protéger sa fille et son histoire et bien sûr le beau-père qui rend heureuse cette mère seule. Évidement je ne me suis concentré que sur Ella parce que c’est celle qui sort vraiment du lot.

     

    Conclusion

    Ce livre reste très divertissant, il conviendrait bien à ceux qui veulent de la légèreté et surtout ne veulent pas une lecture compliquée. Il reste un livre très doux à lire et qui fait quand même rêver, bien qu’il n’y ai pas d’action ! Il est parfait pour cet hiver

  • Aurélie Valognes_Mémé dans les orties

    Memedanslesorties

    264 pages 

    4 eme de couverture : 

    Ferdinand Brun, 83 ans, solitaire, bougon, acariâtre – certains diraient : seul, aigri, méchant –, s'ennuie à ne pas mourir. Son unique passe-temps ? Éviter une armada de voisines aux cheveux couleur pêche, lavande ou abricot. Son plus grand plaisir ? Rendre chèvre la concierge, Mme Suarez, qui joue les petits chefs dans la résidence. Mais lorsque sa chienne prend la poudre d'escampette, le vieil homme perd définitivement goût à la vie... jusqu'au jour où une fillette précoce et une mamie geek de 93 ans forcent littéralement sa porte, et son cœur.Un livre drôle et rafraîchissant, bon pour le moral, et une véritable cure de bonne humeur !

    ~

    L’auteure

    Je n’avais jamais lu un livre de cette auteur et le fait que j’en ai eu l’occasion j’ai sauté dessus. Je trouve cette auteur fantastique parce qu’elle nous créer une lecture doudou, un peu cocooning qu’on a besoin de temps en temps. Cette auteure à réussit à me faire passer un très bon moment même si j’étais sceptique par rapport à son personnage principal. C’était une très belle lecture.

     

    L’histoire

    On rencontre Ferdinand, 83 ans et son quotidien. Il déteste tout le monde, mais depuis qu’il a perdu la seule ‘personne’ à qui il tenait, sa fille décide de l’envoyer en maison de retraite. C’est là que l’histoire commence. Alors j’ai eu beaucoup de mal à le lire d’une traite pourtant j’ai adoré. L’histoire est très douce mais en même temps très rude. C’est une lecture que je trouve doudou, elle nous fait rire, nous rend gagas nous fait comprendre comment les personnes âgées vivent. J’ai trouvé cette histoire vraiment passionnante mais il faut s’accrocher à l’histoire. Dans le fond je comprends pourquoi il a de très beau avis. On passe un très bon moment.

     

    Les personnages

    Ferdinand est un personnage que j’ai détesté au début, c’est un personnage ronchon, qui n’aime pas le changement et qui se complaît dans cette vie de méchanceté. Je l’avoue qu’il m’énervait mais aussi me faisait rire parce qu’il était tellement caricatural que c’était presque ironique. Puis la vie a fait que le changement a touché Ferdinand. Il est devenu plus amical, plus généreux même plus heureux. La morale était que même les plus réfractaires aux changements finissent par changer. Au final cette lecture nous apprend tellement de choses que c’est vraiment une partie de plaisir de lire cette auteure.

     

    Conclusion

    C’est un livre en demi-teinte d’abord on déteste ce personnage rustre et puis on l’aime on est attendrie parce qu’il accomplit, les rencontre qu’il fait mais surtout qu’il n’est jamais trop tard pour changer. Je le conseille pour ceux qui veulent une lecture sympathique et qui créer un cocon. Foncez !

  • Raphaelle Giordano - Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une

    Tadeuxiemevie

    217 pages 

    4 eme de couverture : 

    Tout à la fois roman et livre de développement personnel, suivez Camille sur le chemin de la vie de ses rêves. Débordée par son travail, son couple et son rôle de mère, la trentenaire a perdu sa joie de vivre, mais une rencontre va tout changer... Dans la lignée des livres de Laurent Gounelle, un parcours initiatique touchant, mais aussi un inspirant coaching riche en techniques créatives. Comme Camille, apprenez à enchanter votre vie !

    ~

     

    L’auteure

    Cette auteure est vraiment très forte ! Je ne savais rien de cette auteure a part qu’elle avait de très bon avis. Quand j’ai eu l’occasion de le lire en livre numérique mon engouement était tel que je le voulais dans ma bibliothèque. C’est presque un livre que je relirais chaque année simplement pour me remémorer cette très belle lecture. L’auteure n’est pas simplement une auteure elle est beaucoup plus et pour moi elle a changé ma vie en beaucoup mieux et je l’en remercie !

     

    L’histoire

    On rencontre Camille mère de famille, qui fait un accident. Elle rencontre alors celui qui va devenir son routinologue. Il va alors aider Camille à comprendre ce qui ne va plus dans son quotidien et ce qu’il faut changer. Quand on entre dans ce roman nous ne nous doutons pas de l’ampleur que cela peut avoir sur nous. Si l’on suit les conseils de Claude, on comprend l’impact que ces gestes au quotidien. Ce que j’ai trouvé très sympas c’est que c’est effectuer comme les échelons du karaté. Claude offre à Camille une perle de Lotus à chaque étape qu’elle franchit. Même quand on lit sans suivre aucun conseil on a l’impression de grandir mentalement. Cette auteure à une réelle force pour nous faire changer et nous faire comprendre que la vie a besoin de changement.

     

    Les personnages

    Camille est un personnage qui s’englue dans sa vie bien rangée. La rencontre avec Claude va l’intriguer. C’est une personne qui suit l’opinion des autres, ne veut pas froisser mais surtout ne s’épanouit pas. Au fil du livre on la voit qui doute mais qui change petit à petit sa façon de voir. On a vraiment l’impression de partager avec Camille parce qu’on est aussi en thérapie finalement. C’est une lecture qui nous ouvre et nous fait comprendre avec certes des idées bateaux mais qui marche tout simplement. Et les personnages sont tellement sympathiques et attachants qu’on se laisse faire et la magie opère.

     

    Conclusion

    J’ai adoré ce livre du début à la fin. Il deviendra un livre que je lirais, relirais sans m’en lasser. Je vous le conseille très fortement. Il apporte tellement de légèreté d’accroche de vie que nous ne pouvons pas échapper à cette lecture. Il nous donne de bonnes ondes et l’on se sent mieux après.

  • Camille Grebe_ Un cri sous la glace

    Un cri sous la glace

    446 pages 

    4 eme de couverture :

    Emma, jeune Suédoise, cache un secret : Jesper, le grand patron qui dirige l’empire dans lequel elle travaille, lui a demandé sa main. Il ne veut cependant pas qu’elle ébruite la nouvelle.
    Deux mois plus tard, Jesper disparait sans laisser de traces et l’on retrouve dans sa superbe maison le cadavre d’une femme, la tête tranchée, que personne ne parvient à identifier.
    Peter, policier émérite, et Hanne, profileuse de talent, sont mis en tandem pour enquêter. Seul hic, ils ne se sont pas reparlés depuis leur rupture amoureuse dix ans plus tôt. Et Hanne a aussi un secret : elle vient d’apprendre que ses jours sont comptés.

    S’ensuit un double récit étourdissant où chaque personnage s’avère cacher des zones d’ombres. À qui donc se fier pour résoudre l’enquête ?

     

    ~

    L’auteure

    Un cri sous la glace est un livre qui était très longtemps dans ma pal et que j’avais envie de découvrir. C’est le deuxième livre de cette auteure, il s’agit d’un Thriller aux décors suédois qui sont très sympathiques. On découvre une auteure qui ne se laisse pas faire devant son imagination et on se laisse aller à l’intrigue.

     

    L’histoire

    Alors alors, c’est un roman qui démarre sur une scène de crime qui pour les amoureux de thriller peut paraître normal. Une femme décapitée est retrouvée chez un chef d’entreprise célèbre, Jasper. Seul autre problème Jasper aussi à disparu, tout porte à croire que c’est lui le tueur. L’histoire est composée de 3 points de différents sur celui des enquêteurs et d’une ‘copine ‘ à Jasper et je pense qu’on y fait pas autant attention qu’on devrait a ses différents points de vue. J’ai trouvé la fin un peu trop rapide, on avait l’impression qu’elle avait tout gardée pour elle depuis le début et que vers la fin elle ne pouvait plus se retenir, c’est assez frustrant. Au-delà de ça, on a une abondance d’information qui n’est pas négligeable ! On entre alors dans un jeu dangereux.

     

    Les personnages

    On rencontre Emma, jeune femme en apparence équilibrée, amoureuse de Jasper. Plus l’histoire se déroule et plus on croit à ce scénario, on déteste Jasper qui apparaît comme un meurtrier, un macho et un connard. On rencontre aussi Hanna, une sorte d’enquêtrice malade qui ne devrait plus exercer et enfin Peter, l’enquêteur, efficace mais pas trop, ex d’Hanna mais qui ne prend pas ses responsabilités vis-à-vis de son fils. Je me suis beaucoup attaché a ses différents personnages, malgré les hauts et les bas mais surtout Emma est un personnage formidable. On apprend à la connaître, on l'a suit, elle nous endort, on invente des stratagèmes loufoques mais au final Emma reste le personnage-clé de ce roman.

     

    Conclusion

    C’est un très bon thriller, la psychologie des personnages est envoûtante, un scénario bien ficelé seul bémol c’est la chute un peu trop brutale. Pour les amateurs de bon thrillers je le conseillerais quand même parce qu’il a ce petit quelque chose qui nous dit ‘j’aime ce roman’.

     

  • Amélie Romarin_Le dernier train

    Le dernier train



    122 pages 

    4 eme de couverture :

    « J’ouvre les yeux. À ma grande surprise, je découvre que je suis dehors. Je regarde le ciel sans comprendre. Des nuages blancs recouvrent toute la surface du ciel. Le bruit de la mer parvient encore à mes oreilles et je comprends que mon corps est posé sur le sable. Je tourne la tête à droite et puis à gauche. La plage. Je suis à la plage… » Lindsay, fraîchement diplômée, décide de tout quitter et de commencer une nouvelle vie…

     

    ~

    L’auteure

    Il s’agit d’une auteure autoéditée qui m’a parlé de son livre et je me suis dit pourquoi pas. Le titre de ce livre est très intrigant on peut s’imaginer pleins de scénario sans avoir ouvert ce livre. J’aimais beaucoup l’idée de lire son premier roman, on a une sorte de grande responsabilité mais franchement je n’ai pas été déçu !

     

    L’histoire

    Il s’agit d’une nouvelle assez courte mais efficace en soi. On rencontre Lindsay qui décide de partir en Flandre. Elle quitte tout ce qu’elle connaît, ses repères pour se constituer une nouvelle vie ailleurs. J’ai eu du mal avec ses monologues intérieurs qui était beaucoup trop narcissique mais ils restent nécessaires pour mieux comprendre ce personnage, comprendre pourquoi il agit ainsi et cela répond à la major partie de nos questions donc j’ai fini par passer outre. Le roman est assez linéaire dans l’ensemble avec un élément perturbateur qui apporte la douceur suffisante au roman pour qu’on l’apprécie pleinement. C’est assez perturbant de ce dire qu’elle a quitté sa famille, son copain ( parce qu’il ne voulait pas la suivre en wallonie) pour simplement rester seule en Flandre. Je suis quand même resté sur ma fin j’ai trouvé cette nouvelle très courte certes elle reste très efficace mais j’aurais aimé plus un après ou que sais-je. En tout cas cette fin ferme la boucle de cette histoire.

     

    Les personnages

    On apprend à connaître Lindsay, on ne comprend pas réellement cette volonté de couper les ponts avec sa famille, elle qui critique son oncle. Hors Lindsay est exactement comme son oncle elle quitte tout pour une nouvelle vie. Je crois que c’est le personnage qui m’a causé de l’incompréhension du moins au début. Puis Mathias a fait son entré. C’est le personnage masculin par excellence, celui qu’on rêve d’avoir, celui qui est patient, compréhensif, amoureux mais le cache. Mathias est mon personnage préféré. Certes il est très idéalisé mais il m’a fait tellement rêvé que cela ne peut faire que du bien.

     

    Conclusion

    J’ai apprécié cette découverte. Cette lecture n’est vraiment pas méchante, elle est très agréable et divertissante surtout quand Mathias est arrivé. Ce format-là le rend plus efficace. Qu’est-ce que vous attendez ? Laissez-vus tenter !

  • Sarah Pinborough_Mon amie Adèle

    Monamieadele

    448 pages 

    4 eme de couverture :

    LOUISE
    Mère célibataire, elle est coincée dans un quotidien minuté. Un soir pourtant elle embrasse un homme dans un bar… sans savoir qu’il est son nouveau patron.

    DAVID
    Psychiatre renommé et dévoué à sa femme, il regrette ce baiser mais ne peut s’empêcher de tomber amoureux de son assistante.

    ADÈLE
    L’épouse de David semble n’avoir aucun défaut. Si ce n’est de vouloir à tout prix devenir l’amie de Louise... Fascinée par ce couple modèle, Louise se retrouve malgré elle piégée au coeur de leur mariage. Et peu à peu, elle commence à entrevoir des failles.

    David est-il l’homme qu’il prétend être ?
    Adèle, aussi vulnérable qu’elle y paraît ?
    Et par quel secret inavouable sont-ils liés l’un à l’autre ?

    ~

    L’auteure

    Je ne connaissais pas cette auteure, je l’ai découvert sur Netgalley en service presse et je me suis dit pourquoi pas. Je ne regarde jamais les résumés je crois que c’est une question de surprise, mais la couverture m’intriguer beaucoup. Pourtant Sarah Pinborough n’est pas à premier roman mais son huitième ! On sent que ce roman est travaillé et j’ai d’autant plus envie de la découvrir dans d’autre romans pour la tester.

     

    L’histoire

    De prime abord j’ai trouvé l’histoire assez étrange, mais quelle fin ! Je pense que ce livre m’a vraiment retourné la tête, je ne sais plus qui croire. Je pense que tous ces personnages sont fous ! On rencontre Louise, mère célibataire qui va avoir une relation avec David, marié à Adèle. Louis va lier une amitié avec Adèle sans savoir qui est son mari. Je trouve génial le concept de ce livre ! On a l’impression qu’il est rédigé comme si on avait un cerveau malade, qu’on était détraqué ! Je dirais même l’idée qu’un psychopathe raconte son histoire. On outre c’est assez linéaire, on apprend de nombreuses vérités sur ses différents personnages sans trop savoir non plus. L’auteur joue avec nos nerfs et notre envie de savoir la vérité qui pour elle est conceptuelle. L’histoire est faite pour se brouiller automatiquement. On est complètement largué parce qu’on croit une vérité qui n’est pas réelle. C’est juste génial !

     

    Les personnages

    Je me suis attachée à ces personnages finalement puis détachés. j’ai eu l’impression que l’auteur jouait aussi avec mes émotions liées à l’attachement des personnages. Au fil des révélations j’avais l’impression que l’auteur voulait reprendre l’amitié à ces personnages qu’elle m’avait accordés. Adèle est un personnage manipulateur, égoïste et calculateur, David est un personnage tout à fait normal alors qu’aux yeux Adèle il la confine à la maison, lui offre tout et la contrôle. Dans tout ce petit monde une mort suspecte est cachée. Tout au long du roman j’essayais de comprendre mais au final il n’y a rien à comprendre parce que je crois que l’auteur a mis la barre très haute ou bien elle est complètement psychopathe.

     

    Conclusion

    C’est un très très bon roman ! On est vraiment lâché dans une intrigue de dingue et quand on le finit on est frappé littéralement par cette fin et on est laissés comme mort. Je vous le conseille fortement !

     

  • Lydia Valldeperez_ Dans le desert du vide tome 2

    Dansledesertduvide2

    284 pages 

    4 eme de couverture :

    Afin de fuir la misère de l'Espagne franquiste, Juan, après son mariage avec l'épouse qui lui a été imposée par sa famille, quitte d'Espagne et s'installe en France. Soledad ne tardera pas à le rejoindre. Ils vont travailler tous deux pour Romain, patron d'un vaste domaine rizicole dans les Bouches-du-Rhône. Ni l'un ni l'autre ne sait que Jaime est en vie, et qu'il est en réalité le meilleur ami de l'homme qui est leur patron. Comment vont-ils réagir lorsqu'ils l'apprendront ? De rebondissement en rebondissement, ce deuxième tome emporte le lecteur, à travers les magnifiques paysages de rizières en Camargue, vers un dénouement insoupçonné. Et ce sera la fin de la grande partie d'échecs qui faisait avancer ces personnages contre leur volonté, les contraignant à vivre des aventures poignantes. Qui sera le gagnant, au bout de l'histoire ?

    ~

    L’auteur

    Il s’agit du deuxième livre que je lis de cette auteure, qui soit dit en passant est adorable. J’ai lu avec plaisir ce deuxième tome même si je suis resté sur ma faim avec ce dénouement j’en voulais un autre. En tout cas l’auteur m’a fait découvrir cet univers et cette partie de l’histoire et je l’en remercie.

     

    L’histoire

    Ce deuxième tome a autant d’intrigues que le premier tome avec une merveilleuse fin tout de même. Je me demande fortement s'il y a un prochain opus mais en même temps il se suffit à lui-même. J’étais vraiment contente de retrouver ce deuxième tome, Soledad a veilli, elle entretient une relation avec Jean et va finir par travailler en France, c’est là que tout commence réellement finalement. L’histoire est assez linéaire et on ne s’ennuie pas avec tout ce qui s’y passe mais l’auteur ne perd pas le nord on sait ou elle veut nous emmener et c’est plaisant. De plus j’aime beaucoup le style d’écriture. On se laisse aller à cet univers qui n’est quand même pas commun parfois dérangeant avec des personnages qui se révèlent au fil de l’intrigue et je trouve ça topissime.

     

    Les personnages

    Les personnages restent fidèles à eux-même mais plus l’intrigue avance, les responsabilités arrivent et c’est là que les personnages se révèlent. La femme de Juan, une infidèle enceinte d’un autre, égoiste, j’avais tellement de peine pour Juan. Je voulais qu’il assume sa vrai paternité avec Soledad. Puis Soledad revoit Jaime son amour de toujours est pourtant ce n’est pas gagné, il ne peuvent pas être ensemble. Et puis la fin est arrivé et la ! qu’est-ce que c’est que cette fin ! Je ne suis pas d’accord ! Non je veux que cela se finisse bien ! Jaime a le droit d’être heureux !

     

    Conclusion

    J’ai beaucoup aimé cette lecture qui nous fait apprendre beaucoup de chose autant sur l’histoire que sur les personnages. C’est une histoire qui a son propre univers mais elle arrive à nous distraire, nous attache et nous fait même sourire. Peut-être même qu’il y aura une suite qui sait ?

  • Mélanie Taquet_Une vita pas si Dolce

    Unevitapassidolce

    317 pages 

    4 eme de couverture :

    Quand Nina s'envole pour l'Italie sur un coup de tête, elle frappe à la porte de La Dolce Vita, un Bed&Breakfast tenu par Hannah, sa meilleure amie de fac.Mais les retrouvailles des deux femmes ne sont pas à la hauteur de leurs espérances : Hannah est aux prises avec sa sorcière de belle-mère et ses problèmes de couple ; quant à Nina, elle refuse d'expliquer les raisons de sa venue et semble fuir la réalité, préférant se laisser distraire par les délices florentins au bras de Marco, un Napolitain pensionnaire du B&B.Pourquoi Nina a-t-elle quitté la France aussi subitement ? Quels secrets tente-t-elle de dissimuler ?Sous le soleil de Florence, les parts d'ombre et de lumière de chacun se révèlent tour à tour. Plongez dans ce roman choral éblouissant : une escapade en Italie dont vous ne voudrez plus revenir !

     

    ~

     

    L’auteur

    Auteure de deux romans, je découvre son deuxième en avant-première et je dois avouer que c’était une belle découverte, je n’ai pas saisi toute la finesse du livre. Cette auteure m’a quand même fait voyager et m’a changé les idées, elle nous prouve que tout le monde à un avis, une opinion et elle n’est pas souvent partagée mais aussi que tout le monde gère ses problèmes de différentes manières.

     

    L’histoire

    Ce livre est assez étrange, je n’ai pas réellement étais emballée par l’ambiance du livre mais il se lit quand même. J’ai beaucoup aimé le fait qu’il parle italien, la narration était plus intéressante. Du coup certains passages traduits français étaient pleins de fautes et d’autres passages non traduits étaient sans faute. Il s’agit de Nina qui plaque tout, sa famille, ses amies et part à Florence. Au départ on est plongé dans le mystère de Nina et puis sans crier gars on est plongé dans son secret. Je n’ai pas vraiment compris pourquoi il fallait attendre autant de temps, on comprend alors que ce personnage n’est pas le centre du monde et heureusement. L’ histoire est assez linéaire, ponctué de révélation sur les différents personnages et c’était assez sympa. On ne se perd pas dans la narration ni dans les détails inutiles.

     

    Les personnages

    Au fil de cette lecture on ne comprend pas pourquoi Nina agit ainsi. Sa meilleure amie l’accueil à bras ouverts et Nina n’est pas décidé sur la durée de son voyage même ce qu’elle veut faire. On ne sait rien. Plus la lecture avance et plus on comprend ce qu’il lui arrive et je dois dire que je ne le cautionne pas du tout. C’est un personnage où je ne me suis pas attaché, j’ai eu beaucoup plus de compassion pour hanna même avec Marcos. Michel le mari d’hanna est aussi un personnage assez attachant, le point négatif c’est qu’il est très macho et attaché à sa mère. Tous ces petits personnages créeent certaines scènes assez cocasses. Je pense que ce sont les scènes qui nous attachent à cette histoire.

     

    Conclusion

    Ce livre se lit facilement, il nous énerve et nous calme et on a envie que cela se termine bien avec les bons personnages. Je pense qu’il conviendrait beaucoup au nostalgique de l’Italie et au amoureux des histoires qui sorte de l’ordinaire.

     

  • Terri Osburn_Faits l'un pour l'autre

    Faitslunpourlautre 1

    382 pages 

    4 eme de couverture :

    Parfois, votre second choix s’avère être le bon…
    Toute sa vie, Beth Chandler a fait passer les envies des autres avant les siennes. Elle a étudié le droit pour faire plaisir à ses grands-parents. Elle a accepté d’épouser son petit ami accro au boulot, Lucas, pour lui faire plaisir. Et, malgré sa phobie des bateaux, la voilà embarquée sur un ferry pour aller rencontrer les parents de son fiancé, encore une fois pour leur faire plaisir.

    À bord, alors qu’elle est prise d’une crise de panique, Beth fait la connaissance d’un bel inconnu qui tente de la rassurer et qui, au passage, lui chavire le cœur. Mais elle découvre bientôt, paniquée, que son sauveur sexy n’est autre que Joe, le frère de Lucas. Une histoire d’amour avec le frère de son fiancé est-elle vraiment envisageable ? Certes Lucas se montre davantage intéressé par l’évolution de sa carrière que par celle de son couple, mais Joe se révèle être tout ce qu’elle n’aurait jamais cru désirer…

    ~

    L’auteur

    Il s’agit du premier livre que je lis de cette auteure, elle en a déjà écrit d’autres mais c’est le premier publié en France. Je dois dire qu’on passe un très bon moment avec ce livre. Je le décrirais un peu comme une lecture cocooning qu’on prend quand il fait froid avec un bon plaid. Ce service presse m’a fait découvrir un auteur qui m’a fait bouger de mon salon tout en me divertissant et ça c’est vraiment cool.

     

    L’histoire

    Dès qu’on ouvre ce livre on a l’impression qu’on entre dans un téléfilm allemand de l’après-midi. Vous voyez le genre ? J’ai beaucoup aimé ce livre parce qu’il a ce petit quelque chose qui nous rend addicts. L’histoire est peut-être simple et prévisible mais je l’ai suivis avec tellement de plaisir. C’est une lecture d’été mais aussi dans nos moments cocooning en hiver. Il s’agit de Beth, fiancé à Lucas et qui va rencontrer sa belle-famille mais les choses ne vont pas se passer comme prévu. On découvre assez vite comment cette histoire se termine et pourtant on espère autre chose. La narration reste très simple et efficace, on ne se perd pas dans les détails, c’est très linéaire et pourtant je me suis éclatée à vouloir sauver cette île. Cette histoire n’a pas besoin de point négatif, elle a tout pour plaire !

     

    Les personnages

    Les personnages sont très stéréotypés mais je les ai trouvés tellement super que ce n’était pas dérangeant. j’ai peut-être eu du mal avec Lucas et Cassie. Lucas c’est le genre de personne mariée avec son travail. Il est peu présent dans le roman je dirais même un fantôme. Cassis est l’ex copine de Joe, qui va vouloir détruire par jalousie et revanche. Beth, le personnage principal, est le personnage que j’ai préféré autant que Joe, le frère de Lucas. Beth est un peu le personnage d’aujourd’hui, elle reste fidèle à Lucas, lui dit oui à tous, n’a pas réellement de personnalité et elle finit par se révéler et je trouve que c’est assez audacieux parce que Lucas n’est pas son type, il la tire peut-être vers le haut mais elle n’est pas vraiment heureuse, elle se voile la face. C’est un problème profond très contemporain ! Joe, c’est un personnage qui plaît parce qu’il est drôle, attachant, aimant et même s’il est amoureux il se cache parce qu’il sait que cela blesserait son frère. J’ai trouvé cette romance tellement naturel et facile, mais l’amour, le vrai, n’arrive qu’une seule fois et il faut la saisir. On ne peut pas se contenter d’un amour en carton.

     

    Conclusion

    J’ai beaucoup aimé ce livre. Il est tellement doux, léger. On se laisse aller à cette intrigue, on aime ces personnages, cette histoire et on la dévore sans prétention ! Foncer !

     

  • Ana Ker_Tinder surprise

    Tindersurprise

    256 pages 

    4 eme de couverture :

    Le Prince charmant n'existe pas. Mais sur Tinder, vous serez la reine. Quatorze jours pour devenir une trentenaire épanouie et heureuse grâce à Tinder, une application de rencontres pour mobile. C'est le pari fou de Joséphine Simon, au bout du rouleau sentimental, et qui désespère ses copines. Du musclé, du tendre, du radin, du tatoué, du romantique, du biker ou du rasta : bienvenue au supermarché de l'Homme. Il n'y qu'à liker ou à noper pour consommer. Simple comme bonjour. Quoi que... Ana Ker, une jeune femme d'aujourd'hui, nous offre un mode d'emploi de l'amour moderne en vingt rencontres hilarantes. Drôle, intelligent, ultra-contemporain.

    ~

    L’auteure

    J’ai découvert ce livre par mes suggestions livresques et l’on va dire que le nom est très accrocheur. On pense à une histoire drôle vivante et avec qui on passe de très bons moments. Je ne me suis pas trompé. Je trouve cette auteure bourrée de talent, elle manie l’humour avec beaucoup de justesse et elle incorpore des personnages qui sont à la portée de tous. Je la remercie pour ce merveilleux moment !

     

     

    L’histoire

    L’histoire est assez simple dans le fond, il s’agit de Joséphine, peu chanceuse en amour et qui va être obligé/mise au défi de rencontrer 20 garçons en 10 jours ouvrables. Cette idée est assez drôle parce qu’elle est très dans l’air du temps. Au début j’étais assez réservé parce que je ne connaissais pas plus que cela Tinder mais ce n’est pas grave ! Le personnage nous guide dans cette quête avec beaucoup d’humour. Je trouve que c’est une belle leçon inversée, car au fil du livre on a l’impression que Joséphine entre dans un super marché d’homme et elle n’a plus qu’à choisir l’homme qu’elle veut. C’est assez drôle. De plus le livre est constitué comme des fiches récapitulatives de l’homme rencontré, on a vraiment l’impression que ce soit nous qui cherchons à rencontrer ses différents hommes. L’écriture est vraiment très accrocheuse et simple ce qui rend que meilleure cette lecture.

     

    Les personnages

    J’ai adoré ce personnage tellement simple qu’on s’identifie à elle du premier coup. Elle est vraiment dans l’air du temps et tellement drôle qu’elle est très attachante. D’un autre côté elle nous explique ce défi avec une lucidité déconcertante. Elle découvre ce nouveau monde, celui du supermarché masculin. Cela m’a fait beaucoup rire parce qu’elle n’y connaît pas grand-chose mais qu’au final elle en devient accro. Elle se rend compte que l’amour ne se commande pas mais surtout que sur des sites de rencontres on peut rencontrer toute sorte de personnage et c’est vraiment sympathique de voir ce monde-ci.

    Conclusion

    C’est une super bonne lecture, ce n’est pas un coup de coeur mais cela s’en approche très fortement. C’est une lecture légère et très divertissante. On rit du début à la fin sans se prendre la tête. Il reste dans l’air du temps et c’est très appréciable. Je le conseille à tous les curieux ! Foncez !

  • Amélie Nothomb_Stupeur et tremblements

    Stupeur et tremblements

    186 pages 

    4 eme de couverture  : 

    Au début des années 90, la narratrice est embauchée par Yumimoto, une puissante firme japonaise. Elle va découvrir à ses dépens l'implacable rigueur de l'autorité d'entreprise, en même temps que les codes de conduite, incompréhensibles au profane, qui gouvernent la vie, sociale au pays du Soleil levant. D'erreurs en maladresses et en échecs, commence alors pour elle, comme dans un mauvais rêve, la descente inexorable dans les degrés de la hiérarchie, jusqu'au rang de surveillante des toilettes, celui de l'humiliation dernière.

    ~

     

    L’auteure

    Je pense réellement que j’ai reçu une claque. C’est même le livre qu’il me fallait en ce moment pour passer un bon moment de lecture. J’ai vu en ce livre le mot dévoré. Je comprends l’engouement que nous pouvons ressentir quand on lit Amélie, et je trouve que d’avoir partagé ce petit moment avec elle m’a redonné l’envie de dévorer des livres. Pourtant ce n’est pas un livre qui attire, c’est une auteure qui fascine et pourtant je l’ai fait. J’ai découvert son univers assez particulier et je la remercie du fond du coeur.

     

    L’histoire

     

    On entre dans un univers assez particulier, on entre dans le monde du travail au Japon. Je dois avouer que c’est assez particulier, les actes, les façons de penser, les traditions, tout est différent de nous. Je me suis beaucoup indignée de tout cela mais en même temps cela m’a fait rire.  Une telle envie de détruire une personne parce que c’est une fille, ce n'est plus vraiment actuel, quoi que. C’est un roman qui dénonce mais en même temps créer une autodérision qui est super intéressante. On découvre Amélie, belge qui vient au Japon dans l’entreprise Yumimoto pour faire interprète sauf que ce n’est pas du tout le cas. J’avais l’impression de voir une stagiaire encombrante. Ses supérieurs la prenaient pour un boulet et ce qui est intéressant c’est qu’on voit le vrai visage du travail. Amélie explique très humblement que les coutumes japonaises sont très strictes et que tout le monde est formaté pour travailler pour vivre et non l’inverse. Ce livre regorge vraiment d’humour, d’autodérision. On passe par plusieurs émotions comme la compassion et j’ai adoré ce voyage.

     

    Les personnages

    J’ai découvert Amélie, je me suis attaché à elle parce qu’elle avait l’air à portée de main. Elle explique sa dégringolade avec beaucoup d’humour et presque de folie. Tout au long du livre elle supporte sa supérieure qu’elle trouve très belle. Alors que sérieusement il y a de quoi s’énerver. Elle subit les ordres des autres, du moins au départ avec beaucoup d’humilité. J’ai quand même trouvé ce personnage assez explosif face à ses compatriotes Japonais. On voit beaucoup le choc des cultures dans ce roman parce qu’une personne Européenne a une éducation très différente des Asiatique et je pense que l’auteur a très bien démontré ces choques de culture.

     

    Conclusion

    C’est un livre que vous devez découvrir, il parle de tellement de choses avec tellement de subtilité. Je pense qu’il peut même être interprété différemment et c’est ce qui fait la richesse de ce texte. Je n’ai qu’une seule chose à vous dire faites-vous votre opinion ! Et profiter de vos lectures !

     

     

     

  • Kass Morgan_ the 100, tome 2

    The100t2

    368 pages 

    4 eme de couverture :

    5e Jour.
    Sous la menace d'un ennemi invisible, Wells s'efforce d'empêcher les 100 d'imploser, bien décidé à protéger les derniers humains sur Terre.
    11e Jour.
    À bord de la Colonie, Glass ne sait pas combien de temps il lui reste à vivre : elle veut profiter de la moindre seconde avec Luke.
    17e Jour.
    Dans la forêt hostile, Bellamy ferait n'importe quoi pour secourir sa soeur Octavia, quitte à se sacrifier pour elle.
    21e Jour.
    Après une cruelle série de drames, Clarke se demande si les 100 sont enfin en sécurité ou s'ils ne sont que des morts en sursis...

    ~

    L’auteur

    C’est une auteure que j’avais découverte dans le premier tome de ‘the 100’ et j’avais vraiment envie de continuer cette saga qui ne ressemble pas aux autres et qui nous offre un bon moment de lecture. Il s’agit de sa seule saga connue pour l’instant mais j’espère qu’elle a d’autres projets livresques parce que cela peut être vraiment intéressant.

     

    L’histoire

    Ce tome 2 nous replonge dans cet univers que j’avais complètement mis de côté par faute de temps et je dois avouer que j’ai eu un réel plaisir de me replonger dedans. L’univers se dévoile un peu plus et je me suis sentis de plus en plus impliqué dans cette histoire. Il s’agit toujours de ce groupe de 100 personnes maintenant un peu moins qui essaie de survivre à la terre dévastée par un cataclysme. Un nouveau personnage va faire son entré, un personnage qui va nous donner un second souffle, mais surtout de l’espoir pour ce groupe qui se détruit au fil des jours. Alors maintenant que j’ai refermé ce livre je trouve l’histoire vraiment pas mal, on se divertit, on rêve et on apprécie ce moment .Mais dans l’ensemble ce n’est pas transcendant. Je pense qu’on a besoin de voir la série pour bien apprécier cette saga. La structure du texte est très linéaire et le fait de changer de points de vue donne un petit plus non négligeable dans notre attachement à cette histoire.

     

    Les personnages

    On a le point de vue de Bellamy dès qu’on entre mais pas que, on a aussi Clark, Gladys et Wells. j’ai adoré ces personnages, ils sont tous addicts à leurs manières, que ce soit leurs qualités, leurs défauts. Et le fait qu’on est aussi le point de vue de Glass rajoute ce lien qu’on a entre la terre et leurs ancienne planète. Les flashs back les rendent tellement humains que je crois que ce sont les moments que j’appréciais le plus !

     

    Conclusion

    C’est une bonne lecture en soi, qui est surtout axé sur les jeunes offres une réelle evasion. Je pense qu’il faut tester cette saga toutes générationsconfondues. Pour moi ça a été une bonne lecture avec beaucoup de moment de bof mais je lirais le tome 3 pour me faire une idée définitive.

  • Mary Higgins Clark_Le bleu de tes yeux

    Lebleudetesyeux

    380 pages

    4 eme de couverture :

    Depuis que son mari s'est fait tuer, la productrice de télévision Laurie Moran vit dans la peur d'être assassinée avec son fils Timmy. Le meurtrier, un homme aux yeux d'un bleu électrique, les a prévenus que leur tour viendrait. Huit ans après les faits, Laurie se lance dans la réalisation d'une nouvelle émission consacrée aux affaires non élucidées.

    ~

    L’auteur

    Je crois que cette auteure ne se présente plus ! Emblème du thriller, pilier de la littérature. C’est de ce fait que j’ai commencé ce livre trouvé dans une boîte à livre, eh oui ! J’avais des attentes par rapport à la réputation de cette auteure mais au final j’ai été surprise par son récit et j’ai bien aimé. Je pense même qu’il me reste 57 autres livres de Mary Higgins Clark. Elle est sa réputation !

     

    L’histoire

    Quand on finit un livre de Mary Higgins Clark, on a l’impression de revenir d’une autre époque. Tout au long du livre je me suis crue dans les années 50/80, je ne sais pas comment l’expliquer. L’histoire est très simple, intrigue, suspense et dénouement. C’est une recette qui fonctionne parce que Mary à la plume qui fait la différence. Les chapitres sont de plus en plus courts en fonction du suspense contenue et du style que l’auteur veut nous montrer. Plus l’histoire avance plus l’étau se resserre. Il s’agit d’une nouvelle émission que Laurie veut lancer pour sauver sa carrière, son idée est de ressortir les vielles affaires non élucidés dans le but éventuel de les résoudre à la télévision. C’est une histoire à deux vitesses parce que d’un côté il y a le meurtre du mari de Laure et d’un autre le meurtre de Betsy. On est du coup happé par les deux histoires et on a deux fois plus de sensations !

     

    Les personnages

    Les personnages sont tous évoqué quasiment au début ce qui nous donne une belle palette, mais cela peut aussi nous freiner ! Les filles de cette téléréalité sont assez étranges on a l’impression qu’elle cache quelque chose et même si ce n’est pas le cas elles entretiennent le mystère.Tous les personnages invités pour cette émission avaient un mobile évident. L’auteure nous laisse dans nos interrogations, nous brouille dans nos raisonnements. C’est tout à son honneur elle nous tient dans l’intrigue jusqu’à la fin.

     

    l’idée de la téléréalité

    Je pense que c’est toujours actuel de faire des émissions qui rejouent des scènes quotidiennes ou qui restituent un événement. Dans ce livre on a l’impression que chacun s’est créer un rôle justement pour paraître mieux. Mais plus elles sont interrogées et plus les masques tombent. Le rôle que la télévision a sur nous et assez dangereux autant que d’accepter une somme d’argent considérable. C’était une très belle idée de nous montrer ce décors-là parce qu’on n’a pas forcément la curiosité d’aller de l’autre côté de la scène et j’ai adoré !

     

    Conclusion

    C’est une histoire géniale et on sent qu’elle a été écrite avec du talent. On a l’impression d’être au coeur de cette émission et on a envie d’y participer, on a envie de savoir qui a tué Betsy et qui a tué le mari de Laure. Rien de tel qu’une petite frustration pour lire un bon livre. Bonne lecture à vous

  • Veronica Roth_Marquer les ombres

    Marquerlesombres

    471 pages

    4 eme de couverture :

     

    Dans une galaxie dominée par une fédération de neuf planètes, certains êtres possèdent un “don”, un pouvoir unique. Akos, de la pacifique nation de Thuvhé, et Cyra, soeur du tyran qui
    gouverne les Shotet, sont de ceux-là. Mais leurs dons les rendent, eux plus que tout autre, à la fois puissants et vulnérables.
    Tout dans leurs origines les oppose. Les obstacles entre leurs peuples, entre leurs familles, sont dangereux et insurmontables. Pourtant, pour survivre, ils doivent s’aider – ou décider de se détruire.

     

    L’histoire

    j’ai passé un assez bon moment avec cette lecture. Il est assez original pour ma part car c’est mon premier dans sa catégorie et cet univers. Cette une lecture qui change de ce qu’on peut lire d’habitude a part si on a dévoré la saga ‘Le trône de fer ‘. C’est même une lecture géniale. L’auteur nous montre une autre facette de sa personnalité et c’est tout à son honneur. On pense à un univers à la Games of Throne mais sur une autre planète. Le style d’écriture reste fidèle à l’auteur, assez simple et accrocheur. La narration prévoyait deux personnages mais au final il y a eu très peu d’Akos et beaucoup de Cyra. Ce n’est pas un problème en soi mais j’aurais aimé en savoir plus sur lui. La narration reste quand même accrocheuse et on veut toujours savoir la suite.

     

    Les personnages

    Les personnages sont très hétérogènes du coup on peut aimer ou non les personnages. J’ai aimé détester le frère de Cyra qui reste un personnage très tyrannique et qui veut dominer les deux peuples et de faire esclaves ceux de l’autre peuple. C’est assez bateaux mais cela fait son effet je crois même que c’est devenu mon personnage préféré. Il a tellement de méchanceté en lui car on l’a toujours traité en moins que rien. Puis Cyra qui tombe amoureuse de son esclave, elle est aux antipodes de son frère. Elle est plus compréhensive et douce. J’ai beaucoup aimé le duos Cyra Akos, parce qu’ils sont complémentaires et malgré leurs statuts se respectent comme s’ils avaient le même. N’est-ce pas le début de la modernité ?

     

    Conclusion

    C’est un livre qui se lit facilement, il faut aimé cet univers pour le comprendre à sa juste valeur peut-être que cela n’a pas été le cas. J’aimerais beaucoup en parler avec ceux qui l’ont aimé. J’ai mis du temps à faire cette chronique parce que je ne savais pas comment la faire. Cette auteure m’a plu mais dans divergente. Bonne lecture à vous

     

  • Alyson Noel_ Beautiful Idols : Rivalité

    Rivalite

    396 pages 

    4 eme de couverture :

    Tout le monde veut devenir quelqu’un
    Layla Harrison n’en peut plus de flemmarder sur la plage. Elle rêve de devenir reporter et de décrocher des scoops. Aster Amirpour arracherait bien les yeux du prochain directeur de casting qui lui dira encore: « On cherche des métis, mais pas ton genre ». Tommy Phillips rêve de s’offrir une guitare à douze cordes et de prendre sa revanche sur son père , un roi des nuits hollywoodiennes qui l’a abandonné.
    Madison Brooks, elle, a pris son destin en mains. Depuis longtemps. Elle est la star montante la plus glam de Hollywood. 
    Son nom est sur toutes les lèvres et elle n’a pas eu besoin de faire grand-chose pour ça. Juste cacher son passé et chausser des Louboutin.
    Mais Layla, Aster et Tommy entrent dans la compétition.
    Sur l’invitation d’un VIP du monde de la nuit californienne, ils vont concourir pour devenir la nouvelle star du Clubbing. Aventure ou cauchemar ?
    Alors que leurs rêves commencent à peine à scintiller et à percer le smog de L.A…. Madison Brooks disparaît. Ils sont tous soupçonnés. Est-ce le prix à payer pour leurs espoirs et leurs mensonges?

    ~

    Dans une ville qui se nourrit de jeunesse et de beauté, Hollywood Boulevard ressemble plutôt à une ex-sirène de l'écran qui aurait eu des jours meilleurs. Et le soleil omniprésent est un implacable compagnon qui se chargede faire ressortir ses rides et ses taches de vieillesse.​

    L’auteur

    Alison Noël est une auteure que j’avais déjà lue avec la série ‘Eternel’, que j’avais tout simplement dévoré, une histoire fantastique qui est a l’opposé de celui-ci. Elle est aussi l’auteur de la série ‘Radiance’, de la série ‘les chasseurs d’âmes’.Elle est aussi l’auteur de nombreux one shots ‘ il faut sauver Zoé’, ou bien ‘ l’été ou ma vie à changé’. Au départ j’étais un peu déroutée. L’auteur change complètement de genre pour nous raconter les coulis d’une sorte de téléréalité avec 3 personnages-clés, autant dire que l’idée déboîte.


     

    L’histoire

    Comment dire j’ai connu mieux de cette auteure ou alors j’ai grandi différent. Je me souviens que plus jeune j’adorais cette auteure au point qu’elle était ma préférée, encore maintenant je relis de temps en temps ‘Eternel’. Sans aucun doute cette série est dans l’air du temps et va forcément plaire aux jeunes. Il s’agit de Layla, Tommy et Asher qui se lancent dans un concours, ce concours consiste à avoir le meilleur chiffre d’affaires dans l’un des clubs d’Ira, l’organisateur de ce concours. L’idée en soi n’est pas trop mal, mais l’histoire met du temps à se lancer, certes on connaît toute la psychologie des personnages, l’histoire est bien lancée mais ça reste très plat si l’on n'est pas très fan de téléréalité, de boîte de nuit ect. Si c’est le cas vous allez vous ennuyer ! Mais quand l’histoire démarre enfin, je pense que c’est le rebondissement ultime, une star disparaît et la police enquête. Et j’ai eu l’impression que les trois personnages sont impliqués !


     

    Les personnages

    Les personnages sont dans l’air du temps, on n'a pas de problème de compréhension. Je pense que Layla est le personnage qui n’a rien mais qui essaie de tout faire pour réussir en utilisant les coups bas. Asher, c’est la fille qui a tout mais avec une famille qui n’accepte pas ce qu’elle est, c’est une famille très stricte. Enfin Tommy, le dragueur de service, toujours là quand il faut où il faut. Ces trois personnages vont finir par s’allier pour clamer leurs innocences par rapport à cette disparition. De plus le personnage qui m’a le plus accrocher à l’histoire est Ira, il est un peu comme un papa poule mais sait quand il faut virer des personne de la compétition, rendre les compétiteurs fous mais surtout faire sortir la vraie nature des compétiteurs. Je pense que l’auteur à créer tous ces personnages pour montré les différentes personnalités dans sa globalité, évidemment, les dessous de ces compétitions. Les coups bas, les alliances, toutes les stratégies c’est assez intéressant de les lire et puis ça divertie.


     

    Conclusion

    C’est une histoire qui convient très bien aux jeunes et à ceux qui aiment le show-biz, dans le fond c’est surtout une histoire de compétition. Il se lit très vite. J’aimerais quand même savoir la suite parce que cette histoire de disparition m’intéresse. Bonne lecture à vous.

    ~

    Un souffle de vent caressa sa joue, transportant un discret bruit de pas et un parfum qui lui parut étrangement familier, sans qu'elle parvienne à l'identifier. Pourtant, elle attendit un instant avant de se retourner, quelques secondes, le temps de faire un vœu en croisant les doigts, tout en suivant des yeux la trajectoire d'une étoile filante qu'elle avait d'abord prise pour un avion et qui traçait un grand arc brillant sur le ciel de velours noir.

     

    Tour irait bien.

     

    Elle n'avait aucune raison de s'inquiéter.

     

  • Lydia Valldepérez_ Dans le désert du vide : Déchirure

    51llu3oloul

    426 pages 

    4 eme de couverture :

    1933. La guerre d’Espagne se profile à l’horizon. Soledad, Juan et Jaime vivent dans un petit village du golfe de l’Ebro, au cœur de la Catalogne espagnole. Soledad, fille d’un propriétaire terrien, au destin dramatiquement lourd à porter dès ses treize ans. Juan, un garçon très pauvre qui s’épuise à travailler pour faire vivre ses vieux parents tout en rêvant d’égalité et de justice. Jaime, un jeune étudiant en médecine, fils de notable, catholique, mais sympathisant à la cause républicaine. Les évènements tragiques d’une guerre fratricide, républicains contre franquistes, vont les jeter sur des chemins douloureux. La guerre va faire de Juan et Jaime deux amis inséparables, et ils aimeront la même fille, Soledad. A travers le regard de trois êtres sensibles et attachants entraînés dans un conflit qui les dépasse, « Dans les Déserts du Vide » emporte le lecteur dans les affres de la guerre civile espagnole, le tenant en haleine jusqu’à un dénouement surprenant, et laisse une marque durable dans le cœur et la mémoire.

    ~

    L’auteure

    Je suis toujours admirative des auteurs indépendants parce qu’ils doivent tout faire tout seul. Je remercie cette auteure de m’avoir fait confiance pour ces deux tomes. Je ne la connaissais pas et ça a été très sympathique d’échanger avec elle. Cette auteure m’a fait découvrir l’Espagne de 1933 et je lui suis très reconnaissante.

     

    L’histoire

    Au premier abord l’histoire est assez étrange, elle vous saute à la gorge et vous êtes obligé de subir ce qu’elle vous offre puis, une fois qu’elle vous connaît elle se radoucit pour au final ne plus vous lâcher. Dans le fond j’ai beaucoup aimé cette lecture mais je vous vois venir il faut s’accrocher, je sais les premiers chapitres sont très durs mais il faut s’accrocher. L’histoire se passe dans l’entre-deux-guerre, on est tout de suite plongé dans les mœurs de l’époque qui vont sûrement vous choquer au début du moins. J’ai eu peur que ce livre tourne autour de sujets malsains cela fait certes partie de l’histoire mais heureusement ce n’est pas la globalité du livre, je pourrais même dire seulement quelques chapitres. Ce qui est aussi sympa dans ce livre c’est qu’il y a aussi un fond de guerre. Finalement je me suis laissée emporter par cette histoire pas comme les autres et le fait qu’il y est 4 points de vue différents ne nous ennuie pas loin de là !

     

    les personnages

    Mine de rien je les ai trouvés attachants mais à leur manière même si nous n’avons rien en commun. Soledad et jaime sont mes préférés mais leur destin m’a énervé, je les voulais ensemble ! Soledad c’est un personnage tellement malchanceux et j’avais beaucoup de compassion pour elle et pourtant face à l’amour elle est très réticente et reste fidèle à jaime qu’elle croit mort. J’aurais aimé une vraie histoire d’amour entre eux. J’ai l’impression que le personnage de Soledad a la malédiction des hommes, c’est-à-dire que tous les hommes qu’elle rencontre ou veut épouser finiront par la quitter. Je trouvais cela assez déroutant parce que les mœurs étaient très sévères, j’avais de la pitié pour elle. Il avait aussi Juan, un homme éperdument amoureux de Soledad mais qui va être piégé par sa famille et obligé d’en épouser une autre. Je pense que ce sont les mœurs qui m’ont le plus dérangé. Le fait que la femme se face déshonorée volontairement ou involontairement pour le reste de sa vie c’est un déchet. Je n’étais vraiment pas d’accord avec ça.

     

    la conclusion

    C’est un roman qui offre beaucoup sur tout, que j’ai beaucoup aimé. C’est un roman qui dérange mais remet les choses à leur place. Au final on est content de notre vie. Il nous apprend la rudesse de la vie. J’ai adoré cette recherche que l’auteur y a ajoutée. Je le recommande.

  • Gustave Flaubert_Madame Bovary

    Madamebovary

    349 pages 

    4 eme de couverture :

    Pour son malheur, Emma Bovary est née femme et vit en province. Mère de famille contrainte de demeurer au foyer, elle mène une existence médiocre auprès d'un mari insignifiant. Pourtant, Emma est nourrie de lectures romantiques et rêve d'aventures, de liberté et surtout de passion. L'ennui qui la ronge n'en est que plus violent, au point de la pousser à l'adultère.


     

    ~

    "N'importe! elle n'était pas heureuse, ne l'avait jamais été. D'où venait donc cette insuffisance de la vie, cette pourriture instantanée des choses où elle s'appuyait?"


     

    L’auteur

    Ce n’est pas mon premier livre de cet auteur. J’ai une relation assez conflictuelle avec cet auteur. Parce que tout le monde l’adore, en tout cas plus que les autres auteurs de sa génération. J’ai lu « Éducation Sentimental » et « Madame Bovary » et pourtant il me manque encore ce petit plus qui me fera dire ça c’est un auteur que j’aime. C’est un auteur très connu, il a fait beaucoup de livres connus ou moins connus. Mais je ne pense pas qu’il faille commencer par ces deux-là ou alors il faut vraiment être dans la bonne période et en avoir envie.


     

    L’histoire

    Je pense que l’histoire est assez connu, appréciée ou détestée. Après avoir lu ce livre, je comprends tout ce que disent les gens à propos de ce livre. Il est étrange et triste à la fois. Il nous laisse un sentiment de soulagement quand on le referme. Je pense même que ce livre aura du mal à décoller son étiquette de livre de cours. Je l’avoue l’histoire n’est pas transcendante mais il se lit quand même. Je peux aussi comprend que des personnes aiment ce livre, il n’est pas complètement négatif. Il faut vraiment le lire quand on en a envie ou besoin parce que ce n’est pas un livre que l’on doit imposer. L’histoire en soi est assez simple, il s’agit de la vie d’Emma qui n’est pas satisfaite de sa vie et va finir par la rêver. On suit ce personnage dans toutes ses péripéties. Je ai trouvé l’histoire aux reflets de son époque. Ce livre est composé en plusieurs parties, c’est le style de l’époque. Je n’ai pas vraiment fait attention à quoi elles correspondaient c’est assez flou peut-être aux grandes étapes de sa vie.


     

    Les personnages

    Les personnages sont de leur époque, très distinguée, riche, propres sur eux. Emma a une vie plus sulfureuse et je ne sentais pas proche de ce personnage mais en même temps si. C’est un personnage qui est marié à une autre mais qui rêve une autre vie ça reste aussi un sujet actuel. On peut dire que les personnages sont peu attachants mais on a une telle compassion et une telle pitié pour ces personnages tellement caricaturaux que cela en deviendrait presque lyrique.


     

    L’idée du rêve

    C’est un peu pour cela que ce livre est une torture pour les étudiants et le must pour les enseignants et je peux comprendre, on a vraiment de quoi faire avec la notion du rêve. Tout d’abord son contexte, Emma voit des hommes dans les fêtes mondaines et en rêve toutes les nuits pour pallier sa vie qu’elle n’aime pas, de fil en aiguille ses rêves vont être de plus en plus fort et de plus en plus créatif. Le rêve a été le seul échappatoire qu’Emma a trouvée pour se sauver de son mari, c’est assez triste. Il nous berce et nous offre la possibilité de changer de vie pendant la durée du sommeil et Gustave Flaubert l’a bien démontré.


     

    Conclusion

    je n’ai pas trouvé ce livre très transcendant mais il n’est pas non plus totalement mauvais. Ce livre reste une œuvre classique à part entière, il faut juste qu’il trouve le public qui le traitera à sa juste valeur.

     

    ~

    "Vous est-il arrivé parfois, de rencontrer dans un livre une idée vague que l'on a eue, quelque image obscurcie qui revient de loin, et comme l'exposition entière de votre sentiment le plus délié?".

     

  • John Steinbeck_Des souris et des hommes

    Dessourisetdeshommes

    175 pages 

     

    4 eme de couverture :

    Lennie serra les doigts, se cramponna aux cheveux.
    - Lâche-moi, cria-t-elle. Mais lâche-moi donc. Lennie était affolé. Son visage se contractait. Elle se mit à hurler et, de l'autre main, il lui couvrit la bouche et le nez. - Non, j'vous en prie, supplia-t-il. Oh, j'vous en prie, ne faites pas ça. George se fâcherait. Elle se débattait vigoureusement sous ses mains... - Oh, je vous en prie, ne faites pas ça, supplia-t-il. George va dire que j'ai encore fait quelque chose de mal.
    Il m'laissera pas soigner les lapins.

     

    ~

    - Tu resteras là sans rien dire. S’il s’aperçoit combien t’es idiot, il nous embauchera pas, mais s’il te voit travailler avant de t’entendre parler, ça ira. T’as compris ?
    - Pour sûr, Georges, pour sûr que j’ai compris.

     

    L’auteur

    Je ne connaissais pas cet auteur, mais cette année, je me suis enfin dit pourquoi pas. Il a un plume assez dure on pourrait l’apparenter à des mains caleuses. C’est un auteur qui a son actifs 29 livres, qui pour la plupart me tente aussi comme la lune noire, le raisin de la colère ou bien à l’est d’Eden. On peut dire que ce n’est pas un débutant et qu’il a un style bien à lui, très dur mais en même temps amical. Je dirais même sur certain passage très bizarre. En tout cas j’ai fait une très belle découverte.

     

    L’histoire

    Dans cette globalité j’ai trouvé cette histoire très triste. Il s’agit de deux cowboys sur la route de leur nouveau travail. Ils rêvent de vivre et travailler dans leur propre ferme. Ce livre est court mais en même temps il ne faut pas plus pour apprécier la justesse de la plume. C’est assez lyrique parce qu’il apporte beaucoup d’espoir et de légèreté. Je me suis laissée entraîner dans cette histoire pleine de détermination. On retient de ce livre qu’il ne faut jamais lâcher, qu’il faut croire en ses rêves et tout faire pour les réaliser. Mais surtout pour l’auteur l’amitié c’est sacrée. Qu’on le veuille ou non c’est un très bon roman si l’on se met dans le contexte de l’époque. Certes il y a des scènes qui peuvent choquer mais c’est lié à l’époque.

     

    Les personnages

    Ils sont très particuliers, on a l’impression de suivre les deux personnages emblématiques des Daltons, George représente Joe et Lennie représente Averelle. C’est assez agaçant même un peu cliché qu’on s’attache à se faible d’esprit et ce meneur. Lennie c’est un peu comme un enfant avec des muscles et un corps d’homme. À l’époque on ne connaissait pas les maladies du cerveau ou bien le choc post-traumatique et ont traité les personnages atteints de ces troubles de débile ou de benêt. C’est assez triste mais en même temps George s’occupe de lui-même s'il en a marre et on peut dire que leur amitié et incassable.

     

    La conclusion

    J’ai conscience que ce livre ne peut pas plaire à tout le monde, c’est une évidence, mais on ne peut pas partir ignorent, il faut le tester pour savoir s'il vous plaira.

     

    ~

    Ce qui compte, c'est parler, C'est être avec un autre. Voilà tout.

     

  • Maya Banks_À fleur de toi, tome 2

    A fleurdetoi

    461 pages

    4 eme de couverture :

    Jace Crestwell et Ash McIntyre sont les meilleurs amis du monde et partagent tout leur entreprise, leur succès... et leurs nombreuses conquêtes. Jusqu'au jour où Jace croise la route de Bethany. Sans bien comprendre ce qui lui arrive, une évidence s'impose à lui : voilà une femme qu'il désire pour lui seul. Pour la première fois, il connaît le sentiment de jalousie.
    Comment écarter Ash sans mettre leur amitié en péril ? Et, surtout, comment sortir Bethany des démons de son passé ?

    ~

    Les contes de fées existaient bien, même pour les filles comme elle. Elle avait rencontré son prince charmant et – pensa-t-elle, en jetant un coup d’œil amusé à ses escarpins – elle avait même les chaussures de princesse pour le prouver !

     

    L’histoire

     

    Dans le tome 1, nous avons eu des prémices sur la relation qu’entretenaient Ash et Jace avec les filles. Je dois avouer que je m’attendais légèrement à la scène et au fait qu’un des deux allait tomber amoureux de la nana d’un soir. On entre dans un autre style, les plans à trois. Certaines scènes sont parfois très crues et ça peut nous paraître assez choquant mais je vous rassure il n’y en a qu’une. On reconnaît très vite le style de l’auteur qui nous raconte avec brio l’histoire du Trio. Je me suis éclaté à suivre leurs parcours leurs façons de vivre. Je dois quand même l’avouer que cette histoire est étrange mais sympathique. C’est une narration assez simple et addictive, il n’y a pas de problème avec ça c’est même un pur bonheur. Dans la forme c’est une histoire érotique mais plus on creuse que ce soit les personnages ou bien leurs vies, d’autres problèmes se montrent. Ce roman est très centré sur la pauvreté, je trouvais cela très actuelle et très énervant parce qu’on n’y remédie pas à ce fléau. Jace essaie d’améliorer le quotidien de ce foyer pour femme mais ce n’est qu’une petite goutte. L’histoire est construite sur un je t’aime moi non plus qui est assez déconcertant mais aussi sur une attraction particulière de Jace l’obligeant à être possessif et protecteur.

     

    Les personnages

    On retrouve les personnages du tome 1 c’est-à dire Jace et Ash, ces deux tombeurs et on apprend à les connaître encore mieux. Je trouve que ce duo fonctionne très bien tant qu’une fille ne dérègle pas cette entente. C’est dans ce tome qu’arrive Bethany. Ce trio fonctionne très bien jusqu’à ce qu’il éclate.

     

    Bethany

    Je pense que c’est un personnage qui apporte un message très fort. Elle est SDF et doit subvenir à son frère d’adoption. Elle accepte alors la proposition de Jace et Ash. Bien que ce soit un personnage que je n’ai pas souvent compris parce qu’elle a des réactions de gamine, écervelée. De plus elle ne veut pas de l’aide de Jace et ne croit pas en l’amour de ce dernier. On ne sait pas réellement où elle veut aller. C’est assez frustrant. J’avais l’impression qu’une fois qu’une personne a connue la rue, elle veut y rester coûte que coûte.

     

    Jace

    L’homme d’affaires, qui tombe amoureux de cette inconnue et qui lui demande un plan à trois ce qui est très normal. Depuis il va essayer de séduire cette jeune femme et lui montrer son amour. Il apprend qu’elle est à la rue et va tout faire pour la garder. Je dois avouer que ce personnage reflété plus l’amour que le personnage féminin. Ce n’était pas trop grave parce qu’on reste scotché à Jace.

     

    Ash

    Ash c’est le meilleur ami, celui avec qui il fait tout même partager ses conquêtes d’un soir et ne comprend pas le comportement de Jace à l’égard de Bethany pour lui ce n’est qu’un coup d’un soir et n’arrive pas à accepter que son ami le ‘quitte’ pour une fille. Alors je dois avouer que dès le tome 1 j’ai trouvé leur amitié très exiguë. Bien heureusement tout se finit bien j’attends de voir avec qui Ash va finir !

     

    Conclusion

    C’est un roman qui se lit bien, une romance un peu exiguë et une amitié qui se transforme. L’auteure nous livre un autre point de vue de ce cercle d’amis que je trouve très bien construit. Je pense que ce livre ne ce présente plus. À ceux qui veulent le découvrir, foncer !

    ~

    Jace à Bethany

    -Tu devrais faire ça plus souvent, tu sais.

    -Faire quoi ? Demanda-t-elle en fronçant les sourcils.

    -Sourire.

     

  • Alfred de Musset_ Confession d'un enfant du siècle

    Confession d un enfant du siecle 1

    331 pages

    4 eme de couverture :

    Alors ces hommes de l'Empire, qui avaient tant couru et tant égorgé... se regardèrent dans les fontaines de leurs prairies natales, et ils s'y virent si vieux, si mutilés, qu'ils se souvinrent de leurs fils, afin qu'on leur fermât les yeux.

    Ils demandèrent où ils étaient ; les enfants sortirent des collèges, et ne voyant plus ni sabres, ni cuirasses, ni fantassins, ni cavaliers, ils demandèrent à leur tour où étaient leurs pères.

    Mais on leur répondit que la guerre était finie, que César était mort, et que les portraits de Wellington et de Blücher étaient suspendus dans les antichambres des consulats et des ambassades, avec ces deux mots au bas : Salvatoribus mundi. Alors s'assit sur un monde en ruines une jeunesse soucieuse.

    ~

    "Mon histoire n’est pas longue à dire : je ne puis ni l’aimer, ni en aimer une autre, ni me passer d’aimer ."

    L’auteur

    Alfred de Musset, grand poète et dramaturge romantique du XIXe siècle. On le connaît par sa liaison avec la célèbre George Sand. Je ne connaissais pas plus que cela cet auteur mais le défi Classique et là pour nous faire découvrir ou redécouvrir d’autres auteurs. Cet auteur a une plume exceptionnelle, elle nous fait lire des monologues entiers sans qu’on se lasse. C’est une très belle découverte et j’aimerai beaucoup découvrir ses autres œuvres.

     

    L’histoire

    Je pense que du début à la fin j’ai dit Whaou. Dans la première phrase, on nous annonce la couleur celle de l’amour. Toute sorte d’amour sera évoqué, celui bafoué ou non. J’étais vraiment à fond dans ce classique. C’est mon préféré de cette année, même un mini coup de cœur. Certes il ne plaira pas à tout le monde, mais je pense fortement qu’il va envoûter les amoureux de la belle littérature, celle des grands poètes torturés qui manient les mots avec souplesse et amour. Pour faire court c’est l’histoire d’Octave qui découvre les joies comme les peines liées à l’amour. Il nous explique avec précision ses moments avec des monologues riches et intenses. Un être torturé qui essaie d’oublier, d’aimer, se détruire. Je pense qu’entre nos époques, l’amour n’a pas changé. La structure est en 4 parties faisant référence aux différentes étapes de l’amour et de sa vie.

     

    Les personnages

    Je souriais beaucoup en voyant ce personnage tomber éperdument amoureux puis finir par devenir fou et suspicieux. Octave est un personnage tellement riche et intéressant que cette lecture est passé trop vite. C’est un personnage qui découvre l’amour, qui se rend compte qu’il n’est pas comme il avait espéré. Il part de désillusion en désillusion pour finir complètement névrosé par cet amour détruit, piétiné. La magie des mots nous berce et nous fait comprendre qu’il faut faire confiance et surtout aimer réellement une personne et pas ce contenté d’une personne qui ne nous convienne pas.

     

    La conception de l’amour

    L’amour dans ce livre est assez conceptuel. Si l’on devait prendre à la lettre ce que dit Octave toutes les femmes sont mauvaises, créer des adultaires et sont libertines. C’est un personnage qui est tombé à la mauvaise époque car il préfère la monogamie, hors c’est une période très libertine dans sa condition. Octave est condamné à se contenter de prostitué pour son plaisir alors que lui voudrait une femme, sa femme. C’est assez triste au final parce qu’il ne la trouvera pas avant d’être fous et détruit. Heureusement il y a de tout dans l’amour et tout le monde trouve chaussure à son pied.

     

    Conclusion

    C’est un livre que j’ai adoré pourtant le long monologue des poètes torturé ne m’intéresse pas. Alfred de Musset a une plume qui nous accros et nous détend. On le lit avec délectation alors pour les curieux n’attendez pas !

    ~

    "Il y a de certains amours dans la vie qui bouleversent la tête, les sens, l'esprit et le cœur ; il y en a parmi tous un seul qui ne trouble pas, qui pénètre, et celui-là ne meurt qu'avec l'être dans lequel il a pris racine."

     

×