Blog

  • Stupeur et tremblements - Amélie Nothomb

    Stupeur et tremblements

    187 pages

     

    Au début des années 90, la narratrice est embauchée par Yumimoto, une puissante firme japonaise. Elle va découvrir à ses dépens l'implacable rigueur de l'autorité d'entreprise, en même temps que les codes de conduite, incompréhensibles au profane, qui gouvernent la vie, sociale au pays du Soleil levant. D'erreurs en maladresses et en échecs, commence alors pour elle, comme dans un mauvais rêve, la descente inexorable dans les degrés de la hiérarchie, jusqu'au rang de surveillante des toilettes, celui de l'humiliation dernière.

    * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - *

    Ce livre est une véritable claque en pleine figure !

    Le fonctionnement de l'entreprise

    On apprend d’abord en douceur le fonctionnement d’une entreprise Japonaise et la méchanceté que celle-ci peut avoir à l’égard des femmes avec des engueulades et des réprimandes publiques pour rien. On voit petit à petit que personne ne viendra en aide à Amélie-San et que des codes de conduites sont à respecter rigoureusement au pays du soleil-levant.

     

    La différence déducation entre les filles et les garçons

    Puis vient le moment où l’on apprend comment les jeunes filles sont élevées et comment elles sont forcés par l'éducation de s’adapter à la mentalité de la société pour ne pas briser la réputation qu’elles possèdent. On voit comment elles sont privées de toute imagination, de tout droits et de tout rêves, et toute les obligations ridicules qu'elles doivent respecter; on comprend vite que la seule possibilité et le seul droit qui leur permet de rester digne est le suicide. Pour nous, occidentaux c'est une éducation totalement déséquilibré comparée à celle inculquée aux garçons qui eux n'ont pas autant d'interdiction. Cette éducation donne l’impression de priver ces êtres humains de sexe féminin de tout sentiments, de toute liberté de pensée, jusqu’au point de les modéliser et de les utiliser entant que simple objet qui malheureusement ne détiennent aucune fonction et ne sert pour finir à rien.

     

    Des coutumes totalement différentes

    Lorsque l’on vient d’un pays occidental et que nous avons été élevés dans le bonheur, le plaisir et surtout l’égalité, c’est très difficile de concevoir ce genre d’éducation. On ne trouve aucun fondement dans ces réprimandes, ces interdictions et cette dévalorisation continuelle qui leur sont inculquées. La considération et le respect sont importants au Japon et très dur à avoir en étant une femme et d'autant plus si l'on est une femme étrangère. 

     

    La dénonciation du harcèlement moral

    Ce livre est un véritable coup de poing, il met la lumière sur ce phénomène qu’est le harcèlement moral au sein des entreprises, ce livre est vraiment effroyable car nous voyons l’évolution négative d’Amélie-San au sein de la hiérarchie.

     

    Une détermination sans faille

    La détermination d'Amélie montre bien que ce que les autres pensent de nous importe peu du moment que nous avons de l’estime pour nous-même, en effet chaque personne est douée lorsqu’elle fait une chose qui l’intéresse et qui lui tient à cœur, il suffit de trouver ce qui lui plait et elle vous montrera qu'elle est capable de réaliser des miracles.

     

    En conclusion

    Pour finir j'ai bien aimé ire ce livre assez atypique puisqu'il n'y a pas de chapitre, c'est mon premier Nothomb et sincèrement j'ai beaucoup aimé, c'est une lecture fluide et courte mais qui demande énormément d'attention pour comprendre tout ce qu'elle a voulu nous faire comprendre.

    Nous comprenons bien à la fin pourquoi ce titre "Stupeur et tremblements" à été choisi pour ce livre.

  • Jennifer Mathieu_La vérité sur Alice

    Alice 1

    204 pages 

    4 eme de couverture :

    "Les gens ne deviennent pas méchants et vicieux du jour au lendemain. Mais laissez leur un temps d'adaptation, et ils seront capables du pire."
    Au lycée de Healy, la vérité est une question de point de vue. Alice Franklin est une trainée. Tout le monde le sait. C'est forcément vrai puisque c'est écrit partout sur les murs des toilettes. On dit qu'elle a couché avec deux garçons d'affilée et qu'elle a provoqué la mort de l'un d'entre eux.
    Tout le monde a sa vérité sur Alice : son ancienne meilleure amie, l'entourage de la victime, son admirateur secret...
    Quelle sera la votre ?

    ~

    L’auteure

    Je ne connaissais pas cette auteure avant d’ouvrir ce livre, je pensais que c’était son premier livre mais elle a déjà publié Moxit mais qui n’est pas paru en France. Alors c’est une auteure qui a une plume qui nous accroche mais l’univers et les personnages qui nous détachent. Elle nous fait transparaître une histoire qui certes reflète la réalité mais qu’on ne penser pas arriver en vrai à une personne. On voit l’imagination de l’auteure qui est plutôt pas mal mais dérange. C’est un livre qui plaît ou non.

     

    L’histoire

    L’écriture nous accroche mais le sujet est assez étrange. Je ne l’ai pas aimé, j’ai du lever les yeux au moins des centaines de fois sans compter les soupires. C’est histoire cependant qu’on ne doit pas prendre à la légère parce que cela peut être une réalité. Certes c’est une analyse de surface avec un vocabulaire crue et vulgaire mais je m’attendais franchement à mieux. On va suivre la vie d’Alice à travers ce qu’on dit d’elle. On balance des rumeurs pour se rendre plus grand qu’on est et rabaisser Alice. Depuis la mort d’un élève, ou Alice est désignée comme la suspecte tout s’enchaîne pour elle. J’aurais beaucoup aimé entendre plus l’avis d’Alice pour tirer l’histoire au claire mais je n’ai pas eu cette chance.

     

    Les personnages

    J’ai trouvé les différents personnages très méchants entre eux comme si c’était une marque de puissance d’être méchant et de rabaisser une seule personne. Certes Alice n’est pas toute blanche mais il y a des limites. Autant son ancienne meilleure amie qui n’hésite pas à descendre Alice et raconter des rumeurs pour cacher sa propre faute Je crois que c’est le personnage qui m’a la plus dégoutté. Prétendre une amitié alors qu’on veut seulement être populaire, non on ne renie pas ses amis. Même Kurt, son amoureux secret, est impliqué de près ou de loin. Ce qui est un bon point c’est que l’on a une belle palette de point de vue extérieur à Alice du coup on est encore plus énervée. Malheureusement ce livre reflète une génération qui est la nôtre et qui n’est vraiment pas jolie et fait vraiment peur.

     

    Conclusion

    Je n’ai vraiment pas aimé, je n’arrivais pas à comprendre pourquoi tout ça ? Pourquoi toute cette déflagration, cette envie de détruire une réputation. Ça me passe au-dessus. Je ne sais pas s'il peut intéresser quelqu’un mais comme on dit on ne peut pas dire ‘je n’aime pas’ tant qu’on ne l'a pas lu !

     

  • Jilly Gagnon_#famous

    Famous

    295  pages 

    4 eme de couverture :

    Rachel n’est pas vraiment l’archétype de la fille populaire. Plutôt branchée théâtre, elle ne se sent pas concernée par les préoccupations de ses camarades de lycée. Sauf peut-être quand il s’agit de Kyle Bonham… Mais elle est assez
    lucide pour savoir que le beau gosse ne la regardera sans doute jamais !
    Kyle est bien le seul garçon qui a le pouvoir de rendre son uniforme de serveur au Burger Ban sexy. Mais entre la cuisson des frites et le flot ininterrompu d’histoires de coeur désastreuses, sa vie est peu excitante.
    Ces deux-là étaient loin d’imaginer qu’une simple photo de Kyle, prise en cachette par Rachel et postée sur Twitter avec le hastag #cuteboy, allait changer leur vie à tout jamais. En quelques heures, alors que le nombre de retweets
    ne cesse d’augmenter, Kyle et Rachel sont connus à travers tous les États-Unis. Une chaîne de télévision va même les contacter pour rapporter leur histoire. Mais forcément, cette célébrité soudaine attise les jalousies, et les haters ne
    les épargnent pas, surtout Rachel…
    Raconté du point de vue de chacun des deux héros, #Famous pose la question : est-il possible de vivre une histoire d’amour quand tout le monde s’en mêle ?

     

    ~

     

    L’auteure

     

    Je ne connaissais pas cette auteure avant de découvrir ce livre. En regardant le titre et la couverture, je me doutais bien que c’était une lecture jeunesse mais je ne pensais pas autant. Il s’agit de son premier roman et au final je trouvai que l’auteure soulève un problème qui commence à devenir de plus en plus récurent. Il s’agit de la médiatisation mais j’aurais aimé autre chose, je ne me l’eure pas, cela reste un livre jeunesse assez réussit !

     

    L’histoire

    Alors pour moi c’est un livre vraiment centré sur les jeunes donc je n’ai pas eu le petit plus qui m’intéressait, je l’ai lu mais sans plus je m’attendais à quelque chose de plus profond mais ce n’est pas un livre mauvais au contraire, il montre beaucoup de choses mais beaucoup trop en surface pour moi. Le sujet traité est très actuel, c’est la médiation par le buzz d’internet. Je crois que c’est ce qui m’a le plus attiré au départ. Il s’agit de Rachelle qui crée le buzz en photographiant le garçon qu’elle aime en secret et l’envoie à sa meilleure amie. Cette dernière rajoute un hashtag qui va alors prendre des proportions énormes. J’ai trouvé que l’auteure à pris beaucoup de risque avec ce sujet parce qu’il est très dangereux. On voit des aspects qui sont réelles, et qui peuvent changer une vie. On ne contrôle pas ce qu’il y a sur la toile malheureusement. Je pense même que c’est très malsain comme sujet, parce qu’au lieu de prévenir, j’avais l’impression qu’il incitait les jeunes à ça. J’ai été légèrement énervée par tout ce profit aux dépends des acteurs du buzz c’est aberrant.

     

    Les personnages

    Je trouve que les personnages sont beaucoup trop jeunes pour être mises en scène comme ça. Le fait aussi qu’ils sont une vie très active sur les réseaux alors qu’ils ne sont qu’au collège, c’est limite. C’est assez dérangeant, dans le fond c’est une histoire d’amour assez simple et mignonne. Pour les jeunes c’est une bonne lecture, qui doit être comprise dans le bon sens sinon ça peut poser des problèmes. C’est un livre à deux facettes elle nous montre une premiere facette et nous en suggère une autre facette.

     

    Conclusion

    Je n’étais pas la cible de ce livre mais il m’a quand même montré cet univers que je ne connais pas encore assez bien. Il peut convenir a un public jeune uniquement. C’est une lecture que nous devons prendre à la légère je pense que c’est le message de l’auteure parce que l’histoire n’est pas assez profonde pour qu’on s’en inquiète.

     

  • Les sans-lumière - Franck Amiot

    Les sans lumiere

    204 pages

     

    Taref, scientifique de génie au sein d’un groupe d’intellectuels émérites, fait une découverte majeure. Le cristal de Sélegonite, permettant l’interaction entre l’esprit et la matière, ouvre le champ à un nouvel ordre social. Les membres du Clan fondent alors une société secrète, Les Sans-Lumière, dont la pensée s’enrichit constamment grâce à la Sélegonite. Le Clan devient vite la cible des pouvoirs en place. Un combat de l'ombre s'engage pour retarder au maximum la Dernière Résolution.

     

    * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - *

     

    Une couverture atypique

    De prime à bord ce livre m’a plu de par sa couverture de couleur verte et son image de couverture intrigante. Le livre n’est pas très gros, mais les pages sont bien remplie de texte, avec parfois pas d’espace du tout. Cela rend la lecture plus longue à mon goût mais ne gâche pas moins le plaisir de cette lecture intéressante.

     

    Une découverte inexplicable

    C’est un livre qui met d’abord la lumière sur un spéléologue, Obst. On découvre vite qu’il va tomber sur quelque chose d’assez atypique et inexplicable, quelque chose que personne ne comprend car à l’heure actuelle personne n’a jamais pu expliquer cela malgré que d’autres personnes de sa profession ai vécu la même expérience. A partir de là commence les questions, et une course poursuite démarre pour avoir une réponse cohérente à ces évènements étranges et inconnus.

     

    Les sans-lumière, le bon côté de l'Homme

    On prend conscience au fil de la lecture que l’Homme a peur de ce qu’il ne connait pas et qu’au lieu d’essayer de comprendre, il préfère se protéger en attaquant ce qu’il qualifie directement de « l’ennemi », le tout en utilisant les grands moyens.

    J’ai bien aimé la communauté des sans-lumière, ils sont à la fois discrets, intelligents et gentils, leur but est bon et ils sont à l’écoute des leurs, tout le monde peut exprimer sa pensée. L’idée de mélanger la science, la télépathie et en mettant en avant que la terre elle-même a pu créer la sélegonite, le noyau qui fait fonctionner leur communauté est une idée de génie car cela sensibilise le lecteur au monde d’aujourd’hui.

    Le choix de ne pas rendre leur communauté facile d’accès et de devoir utiliser la spéléologie pour pouvoir y accéder réduit le nombre de personnes susceptibles de les trouver et de découvrir leur secret.

     

    Une lumière restée éteinte

    Je n’ai malheureusement pas trouvé de suspens, il y a quelques rebondissements mais j’aurais bien aimé ressentir une émotion plus forte durant ces moments-là. J’ai trouvé dommage de tout de suite tout savoir sur les sans-lumière car à certains moments le fais de changer de point de vue et de presque tout savoir sur cette communauté m’a permis d’anticiper ce qui va suivre ou au moins d’en savoir la cause, j'ai donc l'impression d'être passée à côté de sentiments que l'auteur voulait nous faire ressentir.

     

    Conclusion

    Pour conclure j’ai trouvé que c’est un livre qui apporte un sujet nouveau, peut-être une modernisation des extraterrestres, qui fait réfléchir et nous poser des questions sur le fonctionnement du monde actuel et sur nos façons de faire et d’agir. Une question sur le fonctionnement de la société actuelle se pose désormais à nous ; L’auteur a su faire passer différents messages poignant durant cette lecture réflexive.

  • Agnès Martin-Lugand_Les gens heureux lisent et boivent du café

    Lesgens

    187 pages 

    4 eme de couverture :

    « Ils étaient partis en chahutant dans l’escalier. […] J’avais appris qu’ils faisaient encore les pitres dans la voiture, au moment où le camion les avait percutés. Je m’étais dit qu’ils étaient morts en riant. Je m’étais dit que j’aurais voulu être avec eux. »

    Diane perd brusquement son mari et sa fille dans un accident de voiture. Dès lors, tout se fige en elle, à l’exception de son cœur, qui continue de battre. Obstinément. Douloureusement. Inutilement. Égarée dans les limbes du souvenir, elle ne retrouve plus le chemin de l’existence. C’est peut-être en foulant la terre d’Irlande, où elle s’exile, qu’elle apercevra la lumière au bout du tunnel.

    ~

    L’auteure

    J’avais entendu beaucoup de bien de cette auteure et j’avais envie de me faire ma propre opinion sur elle. Elle n’en est pas à son premier mais c’est sur celui-ci que j’ai eu envie de me plonger. C’est une histoire qui fait du bien, malgré la douleur qu’on éprouve dans ce récit ! Je dois avouer qu’elle a fait fort, j’aimerais beaucoup découvrir d’autre roman de cette auteure !

     

    L’histoire

    C’est une très belle lecture, très lourde de sens, dès les premiers instants on sent cette force émotionnelle qui ne nous quitte pas. On a l’impression de plonger dans la même dépression et c’est un sentiment puissant que j’ai apprécié le temps de cette lecture. On commence ce livre sur une phrase poignante sur la mort de son mari et de sa fille, cela ne peut que présager une très bonne lecture. J’ai trouvé ce livre fort car il montre l’état de dépression avancé et son combat pour ce sortir de cette spirale. J’ai adoré cette force littéraire, elle nous fait comprendre que tout peut arriver mais c’est pour nous aider à mieux rebondir. L’histoire en soi est assez bateau mais j’ai beaucoup aimé. Il s’agit de Diane qui a la mort de son mari et de sa fille va vivre 6 mois en Angleterre afin de changer d’air. Sa vie, sa dépression l’étouffe, son meilleur ami lui a ouvert les yeux, pourtant ce n’est pas si simple.

     

    Les personnages

    J’ai trouvé les personnages tellement touchant. Diane est dévastée, on a envie de l’aider pour qu’elle aille mieux. On a envie de lui dire que tout ira bien puis elle va se terrer en Angleterre et rencontrer quelqu’un. Edward est un personnage très renfermé, qui n’a pas été très gâté par l’amour et qui va entretenir une relation assez enflammée avec Diane. C’est à ce moment-là que je me suis dit la vie nous réservent toujours des surprises, et quand elle le fait il faut les saisir ! Toute notre vie on peut être amoureux, ou trouver quelqu’un qui nous corresponde réellement. J’ai trouvé ça tellement mignon que je me suis demandé si l’on pouvait aimer à nouveau sans avoir oublié qu’on a déjà aimé. Pour Diane se serait un devoir de mémoire. Diane a tellement changé tout au long du livre mais c’est grâce à Edward et tous ceux qui l’entourent et l’aime. Nous devons toujours rester auprès des personnes qui nous rendent meilleurs sans demander de retour.

     

    Conclusion

    J’ai adoré ce livre , il est tellement fort mais doux à la fois ! Il nous déprime mais nous rend heureux en même temps. Ce livre m’a donné une belle claque littéraire et ça je l’en remercie. Je l’ai enfin lu et je ne regrette pas parce qu’il est génial ! Qu’est-ce que vous attendez pour aller le lire ?

  • Virginie Grimaldi_Le premier jour du reste de ma vie

    Lepremierjour

    283 pages 

    4 eme de couverture :

    Marie a tout préparé pour l’anniversaire de son mari : gâteaux, invités, décoration de l’appartement... Tout, y compris une surprise : à quarante ans, elle a décidé de le quitter. Marie a pris « un aller simple pour ailleurs ». Pour elle, c’est maintenant que tout commence. Vivre, enfin. Elle a donc réservé un billet sur un bateau de croisière qui fait le tour du monde. À bord, Marie rencontre deux femmes qui, elles aussi, sont à la croisée des chemins. Au fil de leurs aventures, parfois loufoques, elles pleurent et rient ensemble, à la reconquête du bonheur. Leurs vies à toutes les trois vont être transformées par ce voyage au bout du monde… Tout quitter pour tout recommencer : une comédie tendre et savoureuse !

    ~

    L’auteure

    J’en ai beaucoup entendu parler de cette auteure, en bien, et je me suis dit pourquoi pas ? C’est une auteure qui écrit des histoires qui font du bien, qui remonte le moral et donne de l’espoir. Elle est ai déjà à son 4e romans et je dois avouer que je l’ai dévoré alors pourquoi pas en découvrir d’autre de cette auteure !

     

    L’histoire

    Je l’avoue je l’ai dévoré mais littéralement ! C’est un livre qui fait du bien qui rend heureux et qui nous fait comprendre que la vie est pleine de surprise mais surtout qu’elle soit courte. On ne doit pas s’embêter dans une relation qui est toxique ou bien le travail, ami et j’en passe. Il donne une bouffée d’air et rend notre vie plus sereine. Je pense qu’a un moment ou un autre on a besoin d’un livre comme ça et une fois que c’est le bon moment il faut foncer ! L’histoire est très simple, il s’agit de Marie mariée à Rodolphe, qui l’a trompé, et tous deux mènent une vie de personne âgées. Elle va alors prendre sa vie en main et partir en croisière. Je me suis sentis tellement mieux au fil du livre du moins j’en avais l’impression. On ne pense plus à rien quand on lit ce livre on vit l’instant présent et ça ne m’était pas arrivée depuis un moment déjà. J’avais l’impression que ce livre me disait et pourquoi pas toi ?

     

    Les personnages

    J’ai trouvé ces personnages super attachant que ce soit Marie ou ses futures copines. J’avais vraiment l’impression d’être la 4e copine qui suit les différentes aventures. J’avais envie de rire avec elles de les soutenir ou même de les aider. Et bien-sûr il ne faut pas oublier Loic ! Le coup de coeur de Marie, un amour survenu alors qu’elle ne le voulait pas. Je trouvais cela tellement attendrissant. On n'a pas besoin de se prendre la tête avec ce livre, on se blottit sous la couette et c’est partie !

     

    Conclusion

    J’ai adoré ce livre ! Je crois que je pourrais même le crier sur les toits tellement j’ai adoré. C’est un livre qui apporte tellement de choses qu’on ne peut pas passer à côté ! On se laisse aller à sa douceur et le bien-être qui nous procure et on passe une bonne journée ! C’est une très belle découverte !

  • Charlie N. Holmberg_The paper magician tome 1

    Papermagician

    221 pages 

    4 eme de couverture :

    C'est le cœur brisé que Ceony Twill, 19 ans, débarque chez le magicien Emery Thane. Sortie major de sa promotion à l'école Tagis Praff, elle se voit contrainte d'embrasser la magie du papier, elle qui rêvait de travailler le métal. Or une fois qu’elle sera liée au papier, matériau qu’elle dédaigne, elle sait que c'est pour le restant de sa vie.

    Dès le début de son apprentissage chez l'excentrique mais si charmant Emery, Ceony découvre un monde merveilleux qu'elle ne soupçonnait pas : animer des créatures de papier, donner vie à des récits grâce aux images qui les illustrent, prédire l'avenir… Mais son bonheur se ternit quand elle se trouve confrontée aux dangers de la magie interdite.

    Une Exciseuse - pratiquant la magie noire liée à l'élément de chair - attaque le magicien et lui arrache le cœur avant de s'enfuir avec son précieux butin. Pour le sauver, Ceony devra affronter l'horrible sorcière assoiffée de sang et se lancer dans un périlleux périple qui la mènera dans les méandres du cœur de son mentor dont elle va découvrir les lourds secrets.

    ~

    L’auteure

    Alors je ne connaissais pas cette auteure avant de découvrir cette saga. Ma bêtise a voulu que je demande le troisième tome en service presse alors que je n’avais pas lu le premier ! Du coup c’est chose fêtes du moins pour le tome 1. Il s’agit de sa première saga et je dois avouer qu’elle instaure un très beau décor j’ai beaucoup aimé ! Qui sait peut-être qu’un jour je lirais d’autres livres de cette auteure.

     

    L’histoire

    Alors je dois avouer que je suis très mitigée sur cette lecture. J’ai adoré cet univers que l’auteur instaure qui pour moi n’était pas commun. Mais aussi les idées qui véhiculent nous touchent réellement comme l’apprentissage et le monde du travail. Ce sont des questions actuelles. Alors mon point faible mais cela peut-être interprété selon la personne. C’est le fait que le personnage principal accepte sa destinée bien qu’elle ne corresponde pas du tout au métier. Bon je l’avoue les éventements on fait qu’elle excepte mais au départ elle ne voulait pas. L’histoire en soi n’est pas trop mal, on découvre Ceony qui contrainte de renoncé à son métier de rêve va devoir apprendre la magie du papier. Et puis tout ne va pas se passer comme prévu et Ceony va devoir sauver son professeur en entrant dans sa vie la plus intime. J’ai trouvé l’histoire assez sympathique, elle nous captive et parfois même nous fait rire !

     

    Les personnages

    Je dois avouer que ce prof, Emery Thane, est vraiment loufoque et je l’ai vraiment aimé. Mais dans ce tome ce n’est pas lui qui est à l’honneur mais Ceony ! Au tout début du roman je l’ai trouvé révolté, dégoutée même voire fataliste. Il faut savoir que c’est un personnage qui n’a pas eu l’affectation qu’elle voulait et que du coup elle doit tomber en bas de l’échelle si je puis dire. Elle ne va pas avoir dans son coeur son nouveau professeur qu’elle accuse d’être dans le coup de cette déchéance. Par la force des choses elle va changer, elle va comprendre qu’en sauvant son professeur, elle avait beaucoup de points communs avec lui. Elle se lit d’affection par le passé du professeur. J’ai trouvé cela assez attendrissant, et je pense que cela pourrait vraiment plaire parce que c’est un bon jeunesse.

     

    Conclusion

    C’est une belle découverte. C’est une histoire qui nous transporte juste ce qu’il faut pour nous faire rêver le soir. Son monde est vraiment très réaliste et j’avais envie de m’y plonger pour de vrai voire comment se monde évolu" et bien d’autre chose. On se laisse aller dans cette intrigue et on craque pour ces personnages attachants.

  • Lynda Laplante_Insoupçonnable

    Insoupconnable

    544 pages 

    4 eme de couverture :

    Le baptême du feu est éprouvant pour la jeune Travis, qui vient d’intégrer la brigade criminelle. Compétente, ambitieuse et fagotée n’importe comment, elle est subjuguée par son chef qu’elle trouve sexy et qui la traite rudement. Quant à ses collègues, ils sont sans pitié... Sa mission, retrouver l’obsédé qui s’en prend à des prostituées, leur attachant les mains dans le dos au moyen de leur soutien-gorge avant de les étrangler de trois tours de collant après des sévices sexuels d’une rare violence. Un suspect est identifié, mais il semble impossible à coincer, faute de preuves. Et voilà que travis cède à son charme...

    ~

    L’auteure

    C’est une auteure que je ne connaissais pas, ce livre m’a été donné et sa couverture m’a beaucoup intriguée. Lynda Laplante à déjà 8 livres à son actif et du coup j’ai choisi Insoupçonnable pour commencé. Elle a aussi écrit le Dahlia rouge, Royal Flush ou bien Bella Mafia. Donc pourquoi pas la découvrir dans un de ces romans ?

     

    L’histoire

    J’ai trouvé ce Thriller vraiment pas mal. Il pourrait s’apparenter à un thriller psychologique parce que l’intrigue est tellement bien ficelée que nous ne nous doutions pas de qui cela pourrait être jusqu’à la fin. On ne sait pas qui est le malade qui a tué toutes ces prostituées. Je crois qu’après ce livre on a une panne de lecture, parce qu’on est tellement pris dans cette intrigue qui est compliquée à digérer qu’on n’a plus envie de se plonger dans d’autre livres. On a les différents profils de ces prostitués et de la dernière victime qui ne ressemble pas aux autres. Elle est décrite avec des mots tellement crus qui jure avec son jeune âge et son innocence. C’est ce qui fait l’horreur du crime.

    J’ai adoré cette histoire. Ce qui est bien dans ce livre c’est qu’elle nous laisse faire notre propre enquête et je trouve ce schéma bien sympathique. J’avais quelque doute parce que c’est un livre assez ancien et j’avais peur qu’il fasse partie des premiers thrillers mais pas du tout ! Attention à vous !

     

    Les personnages

    Je trouvais que dès le début les personnages instauraient une distance avec nous mais ce n’est pas pour autant qu’on les déteste. C’est très étrange j’avais l’impression de déranger ses personnages dans leur enquête mais pourtant il me tolérait ! On suit cette jeune policière, Travis, qui doit se battre dans un monde très masculin. C’est un personnage qui prend des risques. Elle évolue au fil du livre, elle se rapproche du danger quitte à le toucher du bout des doigts. Je dois avouer que le reste de l’équipe est assez plat, a part le capitaine qui est assez distant durant la moitié du livre et qui va changer du tout au tout quand il apprend que Travis se met en danger. J’ai trouvé leur histoire d’amour un peu bizarre est facile, comme un cheveu sur la soupe mais passons. Travis est le personnage qu’on retient le plus !

     

    Conclusion

    C’est un bon thriller qui traverse le temps. Certes, il ne plaira pas à tout le monde mais je suis sur que les amateurs de bons thrillers vont adorer ! Ce livre est l’incarnation des premières horreurs et manipulation qu’on peut trouver dans les premiers thrillers. Je vous le conseille pour une bonne découverte !

     

  • Fight for love Tome 1 Real - Katy Evans


    Real

    323 pages

     

    Star de la ligue underground, Tate Remington est un boxeur à l’animalité exacerbée dont le pouvoir de séduction rend folles toutes les filles autour du ring. Depuis qu’il a croisé son regard, la seule femme à laquelle il pense, celle qu’il a choisie, c’est Brooke, ancienne athlète de haut niveau qui, suite à un accident, s’est reconvertie dans la thérapie sportive. Mais pour que leur histoire devienne bien réelle, Remington devra dévoiler à Brooke les aspects les plus sombres de sa personnalité bipolaire…

     

    * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - *

    Un premier tome entrainant 

    On plonge dès les premières pages dans cet univers sportif et combattant, l’univers de la boxe avec un champion en titre adoré de tous mais qui n’est vraiment pas comme les autres: Reptiiiiid !

    C’est un personnage très différent, voire mystérieux que l’on découvre petit à petit à travers ses championnats, ses entrainements et ses récupérations musculaires. On découvre très vite qu’il est bipolaire, qu’il nous cache quelque chose et que tous ce qu’il souhaite c’est cette fille dans les gradins : Brook. Mais quel est son secret, que nous cache-t-il ?

     

    Le personnage de Rémy 

    Le personnage de Remy m’a énormément plus du fait qu’il soit atypique et qu’il change tout le temps d’émotion mais surtout parce qu’il détient un côté animal-sexy. C’est un personnage vraiment attachant, qu’il est impossible de ne pas aimer.

     

    Le personnage de Brook 

    Contrairement au personnage de Rémy, celui de Brook ne m’a pas plus du début à la fin,  au fur et à mesure que la lecture avancée, j’étais moins attachée à elle car son personnage manque de profondeur. Elle n’apporte à Remington que des problèmes en plus de n’avoir pas énormément de caractères. Il est évident que Remington Tate fait le livre à lui seul.

     

    Un roman délicieux 

    J’ai bien aimé leur relation et les petits rebondissements tout au long du récit, mais également la communication entre les deux personnages avec des musiques. Un délicieux mélange de férocité, d'animalité, de tendresse et d'amour au sein de ce bouquin qu vous fera défiler les pages à une vitesse lumière.

     

    La possibilité de lire le roman avec des chansons choisies par l’auteur donne un réel plus à ce livre.

  • Alyson Noël_Blacklist Tome 2

    Blacklist t2jpg

    378 pages

    4 eme de couverture :

    Une bloggeuse, une comédienne et un musicien – Layla, Aster et Tommy – ont participé à la compétition des night clubs de Los Angeles pour une seule et même raison : gagner. Mais ils n’avaient pas prévu que, sur le chemin de la gloire, ils rencontreraient un obstacle de taille : Madison Brooks. Depuis que la star montante de Hollywood est portée disparue, ils sont devenus la cible des médias. Pris dans le scandale, ils risquent de tout perdre et de retomber dans l’oubli. Ils décident alors de s’allier pour retrouver le coupable. Rivaux hier, partenaires aujourd’hui, cette course à la vérité va leur prouver que certains secrets… doivent parfois le rester.

     

    ~

     

    L’auteure

    Alyson Noël est une auteure jeunesse que j’ai beaucoup aimée étant plus jeunes notamment avec sa saga Eternels mais elle a écrit beaucoup d’autres saga comme Radiance ou bien Les chasseurs d’âmes et bien d’autre. Quand j’ai vu ce service presse, je me suis dit pourquoi pas ! Ce livre est différent de ces dernières sagas et je me suis lancée. C’est une auteure qui aime prendre des risques et juste pour ça c’est une très bonne chose. C’est un livre jeunesse qui devrait beaucoup plaire aux jeunes.

     

    L’histoire

    En refermant le livre j’ai eu un sentiment de bof, je m’attendais à mieux. Évidemment si on se met à la place du public visé c’est une très bonne suite. Elle n’est pas complètement mauvaise. C’est une intrigue simple et très contemporaine parce que de nos jours la police ne va plus au bout des choses. Pour la police Asher est la coupable parfaite tous les indices prouvent qu’Asher en est l’auteure. Bien sur, lecteur que nous sommes savons qu’elle n’est pas coupable et leur petite enquête personnelle va les emmener à la vérité mais à quel prix ?

    La narration est très linéaire, les points de vue s’enchaînent facilement. On ne peut pas se perdre ou décrocher. L’auteure a fait en sorte de pimenter son récit sans trop en faire. Sa cible reste les adolescents. Malgré un premier tome qui annonçait un second tome rempli d’actions, je ne l’ai pas trouvé comme annoncé et c’est dommage.

     

    Les personnages

    Les différents personnages se dévoilent au fil du roman, on pense, on élabore des stratégies pour dissocier ceux qui mentent de ceux qui disent la vérité. On se méfie de certains personnages, on ne sait pas vraiment ou l’histoire nous emmène mais la seule chose qu’on sait c’est qu’Asher est innocente. Même si Madison veut qu’Asher reste suspecter. Dans l’ensemble c’est assez bien tourné parce qu’on ne sait pas, on se laisse porter par l’intrigue. Méfiez-vous d’Ira il devient de plus en plus bizarre dans ce roman.

    Conclusion

    Un roman très jeunesse, qu’on lit sans plus. Une saga qui plaira aux amoureux des téléréalités, de la jet-set et qui sait peut-être aux amateurs de thriller ? Pour moi ça n’a pas été la lecture de l’année mais pourtant je ne me suis pas ennuyée !

  • Morgane Moncombe_Viens, on s'aime

    Viensonsaime

    360 pages 

    4 eme de couverture :

    L'amour fleurit parfois là où on ne l'attend pas.
    Beaucoup s'accordent à dire que l'amitié fille-garçon n'existe pas. Et pour cause ! Lorsque Loan et Violette se sont rencontrés, ce fut un véritable coup de foudre platonique. À cette époque, Loan était en couple avec Lucie depuis quatre ans, si bien qu'il n'avait d'yeux que pour elle. 

    Mais seulement un an plus tard, beaucoup de choses ont changé : Loan est un homme abattu depuis que sa petite-amie l'a quitté. Quant à Violette, elle commence tout juste une idylle avec le beau Clément – chose que Loan se surprend à détester. 

    Alors quand sa meilleure amie, encore vierge, le supplie d'être son premier, il hésite. La proposition de Violette sent la mauvaise idée à plein nez... mais après tout, il ne s'agit que d'une fois. Rien qu'une. 

    Pas vrai ?

    ~

     

     

    L’auteure

    C’est une auteure que je ne connaissais pas du tout mais qui par la force des choses s’est imposée à moi. J’ai pris beaucoup de plaisir à la lire. C’est une idée qui n’est certes pas original mais qui n’a pas rêvé de concrétiser une amitié pour qu’elle dure éternellement ? C’est une lecture et une auteure que je découvre avec beaucoup de plaisir et surtout qui nous fait rêver à l’éventuel moitié.

     

    L’histoire

    Je trouve que c’est un très bon roman ! Il m’a fait sortir de ma panne livresque pour quelque livre mais j’ai passé un super moment. L’histoire est simple il s’agit d’une histoire tout d’abord d’amitié entre Loan et Violette. Une amitié tellement présente qu’ils ne se rendent pas compte qu’ils sont faits l’un pour l’autre. Je sais que cela n’a pas l’air très transcendant dit comme ça mais c’est un livre que j’ai adoré ! Et le mot reste très faible. Il est doux, bien écrit il y a plusieurs points de vu, on n'est pas du tout en manque d’information au contraire on se délecte de tous ces détails. De plus on ne peut pas vraiment prétendre que l’amitié garçon/fille soit possible quand les deux se complètent et se comprend on remarque qu’il y a bien plus derrière. Puis un autre point non négligeable et qui fait le succès des histoires d’amour c’est le fait d’aimer la personne pour ce qu’elle est et non pour celle qu’on veut qu’elle soit.

     

    Les personnages

    J’ai juste adoré ces personnages, je les ai suivis avec tellement de jalousie et d’envie ! Leurs histoires sont tellement magiques que je n’avais qu’une envie c’est d’avoir cette histoire. Loan est un garçon parfait, attentionné, compréhensif, d’un soutien important qu’on sent tout au long de l’histoire. Violette est un personnage comme nous normale, joyeuse qui n’a pas de chance en amour. Je me suis tout de suite identifié à Violette et j’aurais aimé avoir un Loan. On sent dans l’écriture de l’auteur qu’il y a bien plus que ça on sent un vécu peut-être en tout cas on sent l’authenticité du récit. On participe à toutes les étapes de leurs amitiés jusqu’à l’amour et j’ai trouvé cela tellement beau finalement. Je pense qu’une fois qu’on a trouvé une personne qui partage beaucoup de points communs et qui nous plaît c’est quelque chose de merveilleux.

     

    Conclusion

    Ce livre nous berce et nous donne une telle force qu’on croit en l’amour véritable. Peut-être que vous pouvez le considérer comme un livre de fille mais je pense qu’il vaut vraiment lui laisser une chance ! On passe par tellement d’émotion, de sensation qu’il vaut le détour. Je le conseille fortement !

     

     

     

     

  • L'ortie - Arielle Caisne

    L ortie

    171 pages

     

    Roman autobiographique d’une femme qui fut violée à l’âge de six ans par un jeune voisin de dix ans son aîné. Remarquablement écrit, ce récit raconte la détresse d’une enfant qui vit un drame sans qu’aucun des adultes qui l’entourent ne lui inspire la confiance pour dire, pour arrêter le cauchemar. C’est la souffrance indicible de ces viols répétés qui est cause de son alopécie.

     

    * - * - * - * - * - * -  * - * -  * - * - * - * - * - * - *

     

    J’ai lu ce livre étant jeune, je devais avoir 10 ans mais j’étais déjà très mature et comprenais déjà des choses qui pour d’autres enfants n’existaient pas encore, dont ils n’avaient pas conscience. C’est un livre très dur, qui m’a vraiment chamboulée étant jeune, au point que je me souvienne intégralement de l’histoire rien qu’en voyant la couverture du livre ou on y repensant. Il est d’autant plus difficile à lire du fait qu’il est autobiographique et que l’on sait que ce n’est vraiment pas évident de vivre avec ça tous les jours.

    L’auteur a vécu cette atrocité à un âge si jeune, 6 ans par son voisin de 10 ans son ainé qui était censé la garder lorsque sa mère sortait. L’auteur nous fait bien comprendre l’innocence de la jeunesse et la méchanceté et le désintérêt que l’Homme peut avoir envers les siens.

     

    On se rend compte qu’arrivé à l’âge adulte tous ses souvenirs sont intactes et que cet acte laisse malheureusement des traces nettes et indélébiles !

    On lit les lignes et au fur et à mesure on se rend compte que c’est de plus en plus difficile à lire, je ne peux pas dire que l’on ressent ce que cette jeune fille a ressenti à ces instants là mais on est tellement mal d’être impuissant face à ces actions, on ne peut rien faire malgré que l’on soit dans la confidence, ce qui n’est pas le cas des autres personnes présentent dans cette autobiographie car aucun d’entre eux ne s’est rendu compte de quelque chose..

     

    C’est un roman poignant sur l’enfance d’une petite fille qui a connu l’horreur et qui n’a pu se confier. Les mots utilisés par l’auteur nous montrent l’atrocité qu’elle a vécue pendant des années et qui a détruit son enfance. On voit comment il est dur encore à l’heure d’aujourd’hui de vivre avec ce passé et de se construire une vie normal sans y penser, car cet acte détruit une personne et détruit une vie.

     

    Personnellement je ne comprendrais jamais un tel acte de violence et je trouverais toujours ça inhumain. 

  • Le silence des agneaux - Thomas Harris

    Le silence des agneaux

    377 pages 

     

    Le FBI est mis en échec par un psychopathe qui accumule les meurtres dans le seul but de récupérer leur peau. Lorsqu'il enlève la fille d'un sénateur, les fédéraux confient à la jeune Clarice Starling, encore élève stagiaire, l'inquiétante mission d'interroger le Dr Hannibal Lecter, emprisonné à vie pour meurtres et cannibalisme. L'ancien psychiatre, grâce à ses connaissances sur la psychologie des déviants criminels, reste la seule personne à pouvoir mettre le FBI sur la piste du tueur. Lecter accepte de communiquer avec Clarice mais à la condition qu'elle dévoile ses peurs, ses souvenirs d'enfance. En échange, il va peut-être l'aider à retrouver le tueur...

     

    * - * - * - * - * - * - * - * - * - *

     

    Une délicieuse lecture ! 

    C’est un livre qui est très bien construit, on est emporté aux côtés de Clarice Starling élève stagiaire au sein du FBI, et on ressent ses appréhensions, ses peurs, son stresse mais également son assurance tout au long de l’histoire ! L’action ne s’arrête pas, on est tout au long de la lecture à la poursuite d’un tueur qui vient désormais d’enlever la fille du sénateur. Entant que lecteur nous n’avons presque qu’aucun répit, il va s’en dire qu’il est impossible donc de s’ennuyer pendant cette lecture.

     

    Le Dr Hannibal Lecter et l'agent Clarice Starling.

     

    Le Dr Lecter est un personnage très intéressant, mais qui contrairement à certains ne me fait pas peur plus que ça, oui oui, je le trouve même gentil.. Allez savoir pourquoi. C’est un homme avec une grande mémoire, beaucoup de suspens et quelqu’un de mon point de vue très attachant. On ressent qu’il est traité comme un animal par la plupart des personnes qui l’entourent, et qu’il attire la curiosité des autres. Mais à l’inverse on comprend que la nouvelle recrue du FBI le fascine et l’intrigue également. Il se dégage quelque chose de fort entre ses deux personnages, une complicité et surtout une confiance presque absolue et inexpliquée.

    J’ai trouvé très impressionnant la façon dont réfléchissaient le Dr Hannibal Lecter et L’agent Starling et surtout la façon dont ils communiquent ensemble, sous forme d’échanges donnant-donnant afin que chacun y trouve son compte. De plus je ne trouve pas qu’Hannibal soit quelqu’un de dérangé, mais plutôt une personne très intelligente qui est incomprise puisqu’il mange des personnes soit par vengeance, soit pas nécessité, je pense que pour lui cette façon de manger les gens est égale à une condamnation sans procès, de la part du juge.

     

    Une adaptation cinématographique réussie

    Je n’ai malheureusement pas été surprise de la façon dont Starling trouve le tuer, de la façon dont se déroule l’histoire également car je venais de découvrir tous les films quelques temps avant, je ne comptais pas spécialement lire les livres mais je suis tombée sur celui-là dans une boite à livre et il m’a fait de l’œil, j’ai donc cédé. Evidemment j’ai lu celui-là en attendant de me procurer les livres avant et après, donc j’ai commencé cette saga dans le désordre..POur avoir vu le film et lu le lire, je n'ai pas de préférence entre l'un ou l'autre car certains détails évoqués dans le livre et non présents dans le films m'ont fait pencher pour lui mais certains scènes du film non décrites dans el livre à fait rééquilibrer la balance. 

     

    En conclusion

    C'est un très bon livre, et une très bonne adapation cinématographique, où les personnages sont merveilleusement bien joués par Anthony Hopkins et Jodie Foester dans les rôles d'Hannibal et de l'agent Starling.

     

     

     

  • Sophie Nicholls_Une robe couleur de vent

    Une robe couleur de vent

    352 pages

    4 eme de couverture :

    Par un matin d'hiver, Fabbia Moreno et sa fille Ella arrivent dans la petite ville de York. Fabbia veut essayer de fuir les fantômes du passé en ouvrant un magasin de vêtements vintage : une boutique de rêve, comme les femmes de York n'en ont encore jamais vu. Car la flamboyante Fabbia possède un don pour dénicher la robe idéale et l'adapter à chaque cliente. Bientôt, derrière la vitrine du magasin, les destin s'entremêlent, les identités se révèlent et les amours s'épanouissent... mais aussi la méfiance et la jalousie. L'exubérance de Fabbia dérange, et la jeune Ella, à la peau cuivrée, est une adolescente bien mystérieuse. Parviendront-elles à s'intégrer dans la communauté ? Quel sombre secret cache Fabbia derrière ses robes rouges et son accent chantant ? Sa fille elle-même sait-elle tout du passé des siens ?

    ~

    L’auteure

    Je ne connaissais pas cette auteure. La couverture m’a beaucoup intrigué je m’attendais à une chouette histoire avec beaucoup de rebondissement, de secret et bien plus encore. Il s’agit du tout premier livre de cette auteure et j’avais envie de découvrir son univers et peut-être même voyager.

     

    L’histoire

    C’est un livre très douillet, une belle découverte. C’est une lecture très cocooning qu’on apprécie sous la couette avec un thé ou tout autre boisson. Il n’y a pas d’action particulière, On rencontre Fabia et sa fille Ella, on suit leur vie dans leurs boutiques d’anciens vêtements. Alors ce n’était pas ma période pour lire ce livre, je n’étais pas du tout dans l’esprit du livre. Je ne dis pas que je n’ai pas aimé mais je pense que je suis passé à coté de toute la beauté du livre de part ses nombreuses descriptions sur les tissues et surtout l’amour de Fabia pour les vêtements. C’est une livre qu’on pourrait comparer à un long fleuve tranquille, il se lit facilement et apporte des ondes positives. L’histoire est rythmée par le passé de Fabia et je trouvais que cela rendait le livre plus intéressant par ailleurs j’ai beaucoup moins aimé la fin très embryonnaire à mon goût.

     

    Les personnages

    Je trouve que les personnages sont assez typiques en tout cas pour Ella. Elle reste mon personnage préféré, elle apporte vraiment de la maturité malgré le regard adolescent. Ce personnage apporte aussi la profondeur, la magie et surtout la spontanéité ! Tout au long du livre et donc de sa vie je l’ai trouvé très indépendante et je l’ai limite admiré pour cette force. Je me suis vraiment concentré sur ce personnage malgré qu’il y es la mère et sa gentillesse combinée à la volonté féroce de protéger sa fille et son histoire et bien sûr le beau-père qui rend heureuse cette mère seule. Évidement je ne me suis concentré que sur Ella parce que c’est celle qui sort vraiment du lot.

     

    Conclusion

    Ce livre reste très divertissant, il conviendrait bien à ceux qui veulent de la légèreté et surtout ne veulent pas une lecture compliquée. Il reste un livre très doux à lire et qui fait quand même rêver, bien qu’il n’y ai pas d’action ! Il est parfait pour cet hiver

  • Aurélie Valognes_Mémé dans les orties

    Memedanslesorties

    264 pages 

    4 eme de couverture : 

    Ferdinand Brun, 83 ans, solitaire, bougon, acariâtre – certains diraient : seul, aigri, méchant –, s'ennuie à ne pas mourir. Son unique passe-temps ? Éviter une armada de voisines aux cheveux couleur pêche, lavande ou abricot. Son plus grand plaisir ? Rendre chèvre la concierge, Mme Suarez, qui joue les petits chefs dans la résidence. Mais lorsque sa chienne prend la poudre d'escampette, le vieil homme perd définitivement goût à la vie... jusqu'au jour où une fillette précoce et une mamie geek de 93 ans forcent littéralement sa porte, et son cœur.Un livre drôle et rafraîchissant, bon pour le moral, et une véritable cure de bonne humeur !

    ~

    L’auteure

    Je n’avais jamais lu un livre de cette auteur et le fait que j’en ai eu l’occasion j’ai sauté dessus. Je trouve cette auteur fantastique parce qu’elle nous créer une lecture doudou, un peu cocooning qu’on a besoin de temps en temps. Cette auteure à réussit à me faire passer un très bon moment même si j’étais sceptique par rapport à son personnage principal. C’était une très belle lecture.

     

    L’histoire

    On rencontre Ferdinand, 83 ans et son quotidien. Il déteste tout le monde, mais depuis qu’il a perdu la seule ‘personne’ à qui il tenait, sa fille décide de l’envoyer en maison de retraite. C’est là que l’histoire commence. Alors j’ai eu beaucoup de mal à le lire d’une traite pourtant j’ai adoré. L’histoire est très douce mais en même temps très rude. C’est une lecture que je trouve doudou, elle nous fait rire, nous rend gagas nous fait comprendre comment les personnes âgées vivent. J’ai trouvé cette histoire vraiment passionnante mais il faut s’accrocher à l’histoire. Dans le fond je comprends pourquoi il a de très beau avis. On passe un très bon moment.

     

    Les personnages

    Ferdinand est un personnage que j’ai détesté au début, c’est un personnage ronchon, qui n’aime pas le changement et qui se complaît dans cette vie de méchanceté. Je l’avoue qu’il m’énervait mais aussi me faisait rire parce qu’il était tellement caricatural que c’était presque ironique. Puis la vie a fait que le changement a touché Ferdinand. Il est devenu plus amical, plus généreux même plus heureux. La morale était que même les plus réfractaires aux changements finissent par changer. Au final cette lecture nous apprend tellement de choses que c’est vraiment une partie de plaisir de lire cette auteure.

     

    Conclusion

    C’est un livre en demi-teinte d’abord on déteste ce personnage rustre et puis on l’aime on est attendrie parce qu’il accomplit, les rencontre qu’il fait mais surtout qu’il n’est jamais trop tard pour changer. Je le conseille pour ceux qui veulent une lecture sympathique et qui créer un cocon. Foncez !

  • Raphaelle Giordano - Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une

    Tadeuxiemevie

    217 pages 

    4 eme de couverture : 

    Tout à la fois roman et livre de développement personnel, suivez Camille sur le chemin de la vie de ses rêves. Débordée par son travail, son couple et son rôle de mère, la trentenaire a perdu sa joie de vivre, mais une rencontre va tout changer... Dans la lignée des livres de Laurent Gounelle, un parcours initiatique touchant, mais aussi un inspirant coaching riche en techniques créatives. Comme Camille, apprenez à enchanter votre vie !

    ~

     

    L’auteure

    Cette auteure est vraiment très forte ! Je ne savais rien de cette auteure a part qu’elle avait de très bon avis. Quand j’ai eu l’occasion de le lire en livre numérique mon engouement était tel que je le voulais dans ma bibliothèque. C’est presque un livre que je relirais chaque année simplement pour me remémorer cette très belle lecture. L’auteure n’est pas simplement une auteure elle est beaucoup plus et pour moi elle a changé ma vie en beaucoup mieux et je l’en remercie !

     

    L’histoire

    On rencontre Camille mère de famille, qui fait un accident. Elle rencontre alors celui qui va devenir son routinologue. Il va alors aider Camille à comprendre ce qui ne va plus dans son quotidien et ce qu’il faut changer. Quand on entre dans ce roman nous ne nous doutons pas de l’ampleur que cela peut avoir sur nous. Si l’on suit les conseils de Claude, on comprend l’impact que ces gestes au quotidien. Ce que j’ai trouvé très sympas c’est que c’est effectuer comme les échelons du karaté. Claude offre à Camille une perle de Lotus à chaque étape qu’elle franchit. Même quand on lit sans suivre aucun conseil on a l’impression de grandir mentalement. Cette auteure à une réelle force pour nous faire changer et nous faire comprendre que la vie a besoin de changement.

     

    Les personnages

    Camille est un personnage qui s’englue dans sa vie bien rangée. La rencontre avec Claude va l’intriguer. C’est une personne qui suit l’opinion des autres, ne veut pas froisser mais surtout ne s’épanouit pas. Au fil du livre on la voit qui doute mais qui change petit à petit sa façon de voir. On a vraiment l’impression de partager avec Camille parce qu’on est aussi en thérapie finalement. C’est une lecture qui nous ouvre et nous fait comprendre avec certes des idées bateaux mais qui marche tout simplement. Et les personnages sont tellement sympathiques et attachants qu’on se laisse faire et la magie opère.

     

    Conclusion

    J’ai adoré ce livre du début à la fin. Il deviendra un livre que je lirais, relirais sans m’en lasser. Je vous le conseille très fortement. Il apporte tellement de légèreté d’accroche de vie que nous ne pouvons pas échapper à cette lecture. Il nous donne de bonnes ondes et l’on se sent mieux après.

  • Camilla Grebe_ Un cri sous la glace

    Un cri sous la glace

    446 pages 

    4 eme de couverture :

    Emma, jeune Suédoise, cache un secret : Jesper, le grand patron qui dirige l’empire dans lequel elle travaille, lui a demandé sa main. Il ne veut cependant pas qu’elle ébruite la nouvelle.
    Deux mois plus tard, Jesper disparait sans laisser de traces et l’on retrouve dans sa superbe maison le cadavre d’une femme, la tête tranchée, que personne ne parvient à identifier.
    Peter, policier émérite, et Hanne, profileuse de talent, sont mis en tandem pour enquêter. Seul hic, ils ne se sont pas reparlés depuis leur rupture amoureuse dix ans plus tôt. Et Hanne a aussi un secret : elle vient d’apprendre que ses jours sont comptés.

    S’ensuit un double récit étourdissant où chaque personnage s’avère cacher des zones d’ombres. À qui donc se fier pour résoudre l’enquête ?

     

    ~

    L’auteure

    Un cri sous la glace est un livre qui était très longtemps dans ma pal et que j’avais envie de découvrir. C’est le deuxième livre de cette auteure, il s’agit d’un Thriller aux décors suédois qui sont très sympathiques. On découvre une auteure qui ne se laisse pas faire devant son imagination et on se laisse aller à l’intrigue.

     

    L’histoire

    Alors alors, c’est un roman qui démarre sur une scène de crime qui pour les amoureux de thriller peut paraître normal. Une femme décapitée est retrouvée chez un chef d’entreprise célèbre, Jasper. Seul autre problème Jasper aussi à disparu, tout porte à croire que c’est lui le tueur. L’histoire est composée de 3 points de différents sur celui des enquêteurs et d’une ‘copine ‘ à Jasper et je pense qu’on y fait pas autant attention qu’on devrait a ses différents points de vue. J’ai trouvé la fin un peu trop rapide, on avait l’impression qu’elle avait tout gardée pour elle depuis le début et que vers la fin elle ne pouvait plus se retenir, c’est assez frustrant. Au-delà de ça, on a une abondance d’information qui n’est pas négligeable ! On entre alors dans un jeu dangereux.

     

    Les personnages

    On rencontre Emma, jeune femme en apparence équilibrée, amoureuse de Jasper. Plus l’histoire se déroule et plus on croit à ce scénario, on déteste Jasper qui apparaît comme un meurtrier, un macho et un connard. On rencontre aussi Hanna, une sorte d’enquêtrice malade qui ne devrait plus exercer et enfin Peter, l’enquêteur, efficace mais pas trop, ex d’Hanna mais qui ne prend pas ses responsabilités vis-à-vis de son fils. Je me suis beaucoup attaché a ses différents personnages, malgré les hauts et les bas mais surtout Emma est un personnage formidable. On apprend à la connaître, on l'a suit, elle nous endort, on invente des stratagèmes loufoques mais au final Emma reste le personnage-clé de ce roman.

     

    Conclusion

    C’est un très bon thriller, la psychologie des personnages est envoûtante, un scénario bien ficelé seul bémol c’est la chute un peu trop brutale. Pour les amateurs de bon thrillers je le conseillerais quand même parce qu’il a ce petit quelque chose qui nous dit ‘j’aime ce roman’.

     

  • Marquer les ombres - Véronica Roth

    Marquer les ombres

    471 pages

    Dans une galaxie dominée par une fédération de neuf planètes, certains êtres possèdent un “don”, un pouvoir unique. Akos, de la pacifique nation de Thuvhé, et Cyra, soeur du tyran qui gouverne les Shotet, sont de ceux-là. Mais leurs dons les rendent, eux plus que tout autre, à la fois puissants et vulnérables.
    Tout dans leurs origines les oppose. Les obstacles entre leurs peuples, entre leurs familles, sont dangereux et insurmontables. Pourtant, pour survivre, ils doivent s’aider – ou décider de se détruire.

     

    * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - *

     

    Une préparation mentale pour rentrer dans l'histoire

    Tout le monde a entendu parler de ce livre après le fulgurant succès de la saga divergente ! Je me suis dit, allez hop ! Pourquoi pas ? Après tout j’ai aimé son style d’écriture et la saga, recommençons à la lire. Je ne me suis attendu à rien, je n’avais pas vraiment entendu d’avis sur ce livre avant de commencer ma lecture et j’ai essayé au maximum de laisser de côté l’univers de divergente pour me plonger totalement dans le nouvel univers que l’auteur voulait nous faire découvrir.

     

    Une histoire trop détaillée avec beaucoup de choses à assimiler

    J’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans le livre avec le nombre de choses à assimiler, les noms des planètes, des personnages, leur spécificité, les liens qu’ils avaient les uns avec les autres, j’ai bien dû mettre au moins 3 jours à pouvoir comprendre le fonctionnement de l’univers et à retenir qui est qui. J’ai trouvé le livre très difficile avec la quantité d’information à  assimiler le tout sans actions, j’avais l’impression de passer une éternité sur la description complexe de quelque chose que je ne comprenais pas du tout. J’ai eu beaucoup de mal à m’accrocher mais j’ai tenu bon et je n’ai pas abandonné ma lecture. Mais je me suis sentie encore plus perdu lorsque l’on changeait de plan entre les deux personnages.

     

    Une deuxième partie plus rythmé et attrayante

    La deuxième partie était quant à elle plus dans l’action et plus rythmée, mais cela n’a pas fait pencher la bascule pour au moins l’équilibrer… J'ai compris vraiment tardivement le lien entre l'histoire et le titre que l'auteur lui à donné.

     

    En conclusion

    Je reste du coup très déçu du livre et je ne pense pas lire la suite de la saga car je n'ai pas été transportée dans l'histoire du début à la fin et j'en suis ressortie lessivée d'avoir fait énormément d'efforts pour comprendre ce que l'auteur nous proposais. Du coup, je pense plutôt rester sur le côté positif que j’ai éprouvé en lisant la saga divergente.

  • Métro 2034 - Dmitry Glukhovsky

    Metro 2035

    413 pages

     

    La Sevastopolskaya, une des stations habitées les plus méridionales du métro moscovite, produit une grande part de l'électricité qui alimente celui-ci. Harcelée par des monstres des tunnels sud, elle ne doit sa survie qu'au courage de ses défenseurs et à l'afflux constant de munitions en provenance de la Hanse. Cependant, la dernière caravane d'approvisionnement n’est jamais revenue de la ligne Circulaire, pas plus que les groupes de reconnaissance envoyés à sa recherche.

     

    * - * - * - * - * - * - * - * - *

     

    Une ambiance tout aussi froide

    Le deuxième tome a su gardé l’univers post-apocalyptique, l’atmosphère glauque et la froideur du métro moscovite du premier tome qui pour moi est un point essentiel lorsqu’il y a une suite, afin de rester dans la même ambiance.

     

    Des personnages nouveaux

    Malheureusement dans ce deuxième tome l’auteur a changé la plupart des personnages qui accompagne Artyom dans sa nouvelle aventure. C’est pour moi un bon point car si certains arrivent à les faire durer, il est impératif pour l'auteur de ne pas laisser tomber le lecteur dans l’ennui en ayant fait le tour des personnages. Juste un peu dommage car je n'en savais pas assez sur les anciens compagnons d'Artyom, j'aurais aimé en savoir un peu plus ou du moins savoir ce qu'ils étaient devenus. 

     

    Une simplicité de lecture plus prononcée que dans le premier tome

    J’ai, dans ce deuxième tome réussi à mieux me situer dans ce souterrain grâce à la limitation géographique. J’ai plus apprécié ce deuxième tome car l’action était plus au rendez-vous que dans le premier malgré un long temps d’attente avant le commencement.

     

    En conclusion 

    C'est donc pour moi un bon livre et une lecture divertissante qui nous permet de nous projeter dans un monde apocalytpique, peut être dans notre monde futur, qui sait ? J'achèterai dans les prochains temps le tome suivant de cette saga : Métro 2035

  • Amélie Romarin_Le dernier train

    Le dernier train



    122 pages 

    4 eme de couverture :

    « J’ouvre les yeux. À ma grande surprise, je découvre que je suis dehors. Je regarde le ciel sans comprendre. Des nuages blancs recouvrent toute la surface du ciel. Le bruit de la mer parvient encore à mes oreilles et je comprends que mon corps est posé sur le sable. Je tourne la tête à droite et puis à gauche. La plage. Je suis à la plage… » Lindsay, fraîchement diplômée, décide de tout quitter et de commencer une nouvelle vie…

     

    ~

    L’auteure

    Il s’agit d’une auteure autoéditée qui m’a parlé de son livre et je me suis dit pourquoi pas. Le titre de ce livre est très intrigant on peut s’imaginer pleins de scénario sans avoir ouvert ce livre. J’aimais beaucoup l’idée de lire son premier roman, on a une sorte de grande responsabilité mais franchement je n’ai pas été déçu !

     

    L’histoire

    Il s’agit d’une nouvelle assez courte mais efficace en soi. On rencontre Lindsay qui décide de partir en Flandre. Elle quitte tout ce qu’elle connaît, ses repères pour se constituer une nouvelle vie ailleurs. J’ai eu du mal avec ses monologues intérieurs qui était beaucoup trop narcissique mais ils restent nécessaires pour mieux comprendre ce personnage, comprendre pourquoi il agit ainsi et cela répond à la major partie de nos questions donc j’ai fini par passer outre. Le roman est assez linéaire dans l’ensemble avec un élément perturbateur qui apporte la douceur suffisante au roman pour qu’on l’apprécie pleinement. C’est assez perturbant de ce dire qu’elle a quitté sa famille, son copain ( parce qu’il ne voulait pas la suivre en wallonie) pour simplement rester seule en Flandre. Je suis quand même resté sur ma fin j’ai trouvé cette nouvelle très courte certes elle reste très efficace mais j’aurais aimé plus un après ou que sais-je. En tout cas cette fin ferme la boucle de cette histoire.

     

    Les personnages

    On apprend à connaître Lindsay, on ne comprend pas réellement cette volonté de couper les ponts avec sa famille, elle qui critique son oncle. Hors Lindsay est exactement comme son oncle elle quitte tout pour une nouvelle vie. Je crois que c’est le personnage qui m’a causé de l’incompréhension du moins au début. Puis Mathias a fait son entré. C’est le personnage masculin par excellence, celui qu’on rêve d’avoir, celui qui est patient, compréhensif, amoureux mais le cache. Mathias est mon personnage préféré. Certes il est très idéalisé mais il m’a fait tellement rêvé que cela ne peut faire que du bien.

     

    Conclusion

    J’ai apprécié cette découverte. Cette lecture n’est vraiment pas méchante, elle est très agréable et divertissante surtout quand Mathias est arrivé. Ce format-là le rend plus efficace. Qu’est-ce que vous attendez ? Laissez-vus tenter !

×