Blog

  • Beautiful Secret - Christina Lauren

    Beautiful secret

    376 pages

     

    Lorsque Niall, le frère de Max (héros de Beautiful Stranger, le bad boy anglais de la finance et séducteur notoire à Wall Street) vit pour la première fois une passion dévorante. Il traverse New-York de long en large pour concrétiser sa course à l'amour et à la luxure à travers Big Apple ! Il peut compter dans sa démarche sur l'aide de son frère et de ses amis.

     

    * - * - * - * -  * - * - * - * - * - *

     

    Un tome différent des autres et des personnages plus attachants

    Nous avions jusque-là, dans les autres tomes masculin, l’habitude d'avoir des couples assez surprenants avec le mâle Alpha et une petite copine assez caractérielle qui se dévoilaient vite et étaient accros l’un à l’autre. Ils n’avaient aucune gêne pour faire l’amour dans des endroits fou à la vue de tous et dans différentes positions. Dans ce tome-là, le couple change pour devenir plus timide et mettre du temps à se chercher et à se dévoiler. Nous trouvons dans ce tome Niall un homme charmant et doué en affaire mais brisé par son ex-femme. Il est donc timide, méfiant ; il manque un peu de confiance en lui et est surtout mystérieux.  C’est ce côté timide et sans expérience de Niall qui m’a totalement fait craqué, il sort du cliché bel homme, macho et coureur de jupons. J’ai aimé le découvrir au fur et à mesure que Ruby le découvrait, sans précipitation et en douceur, en comprenant ses hésitations et ses craintes. Naill est pour moi mon personnage préféré de la série car c’est un homme discret qui se dévoile et apprend à se faire confiance, ce qui le rend totalement irrésistible. Ruby est totalement différentes de lui, elle se lâche totalement dans le jeu de séduction et devient torride.

     

    Le scénario inversé de Christina & Lauren

    La plume des auteurs est toujours aussi légère et addictive, on n’a vraiment pas envie de lâcher ce roman. J’ai vraiment Sur-Kiffé le scénario inversé comparé aux autres tomes, c’était juste fantastique ! Nous nous retrouvons avec Naill, un véritable gentleman et non un coureur de jupon et avec Ruby, une prédatrice sexy plutôt qu’avec une héroïne naïve.

     

    Une saga qui n'oublie pas ses précédents tomes

    C’est vraiment agréable de retrouver les personnages des autres tomes à chaque lecture et de les voir participer à l’histoire, c’est vraiment se mélange qui est rafraichissant, car chaque tome à deux héros principaux mais grâce à l’apparition des autres personnages les tomes sont reliés et c’est un plaisir de les lires et de ne pas être concentré que sur deux nouveaux personnages qui n’ont aucun lien avec les tomes précédents.

     

    C’est pour moi le meilleur des tomes masculin de la saga beautiful avec une bonne dose de romantisme et de sensualité, je valide donc en disant que ce tome est mon coup de cœur de la saga.

  • Alyson Noel_ Beautiful Idols : Rivalité

    Rivalite

    396 pages 

    4 eme de couverture :

    Tout le monde veut devenir quelqu’un
    Layla Harrison n’en peut plus de flemmarder sur la plage. Elle rêve de devenir reporter et de décrocher des scoops. Aster Amirpour arracherait bien les yeux du prochain directeur de casting qui lui dira encore: « On cherche des métis, mais pas ton genre ». Tommy Phillips rêve de s’offrir une guitare à douze cordes et de prendre sa revanche sur son père , un roi des nuits hollywoodiennes qui l’a abandonné.
    Madison Brooks, elle, a pris son destin en mains. Depuis longtemps. Elle est la star montante la plus glam de Hollywood. 
    Son nom est sur toutes les lèvres et elle n’a pas eu besoin de faire grand-chose pour ça. Juste cacher son passé et chausser des Louboutin.
    Mais Layla, Aster et Tommy entrent dans la compétition.
    Sur l’invitation d’un VIP du monde de la nuit californienne, ils vont concourir pour devenir la nouvelle star du Clubbing. Aventure ou cauchemar ?
    Alors que leurs rêves commencent à peine à scintiller et à percer le smog de L.A…. Madison Brooks disparaît. Ils sont tous soupçonnés. Est-ce le prix à payer pour leurs espoirs et leurs mensonges?

    ~

    Dans une ville qui se nourrit de jeunesse et de beauté, Hollywood Boulevard ressemble plutôt à une ex-sirène de l'écran qui aurait eu des jours meilleurs. Et le soleil omniprésent est un implacable compagnon qui se chargede faire ressortir ses rides et ses taches de vieillesse.​

    L’auteur

    Alison Noël est une auteure que j’avais déjà lue avec la série ‘Eternel’, que j’avais tout simplement dévoré, une histoire fantastique qui est a l’opposé de celui-ci. Elle est aussi l’auteur de la série ‘Radiance’, de la série ‘les chasseurs d’âmes’.Elle est aussi l’auteur de nombreux one shots ‘ il faut sauver Zoé’, ou bien ‘ l’été ou ma vie à changé’. Au départ j’étais un peu déroutée. L’auteur change complètement de genre pour nous raconter les coulis d’une sorte de téléréalité avec 3 personnages-clés, autant dire que l’idée déboîte.


     

    L’histoire

    Comment dire j’ai connu mieux de cette auteure ou alors j’ai grandi différent. Je me souviens que plus jeune j’adorais cette auteure au point qu’elle était ma préférée, encore maintenant je relis de temps en temps ‘Eternel’. Sans aucun doute cette série est dans l’air du temps et va forcément plaire aux jeunes. Il s’agit de Layla, Tommy et Asher qui se lancent dans un concours, ce concours consiste à avoir le meilleur chiffre d’affaires dans l’un des clubs d’Ira, l’organisateur de ce concours. L’idée en soi n’est pas trop mal, mais l’histoire met du temps à se lancer, certes on connaît toute la psychologie des personnages, l’histoire est bien lancée mais ça reste très plat si l’on n'est pas très fan de téléréalité, de boîte de nuit ect. Si c’est le cas vous allez vous ennuyer ! Mais quand l’histoire démarre enfin, je pense que c’est le rebondissement ultime, une star disparaît et la police enquête. Et j’ai eu l’impression que les trois personnages sont impliqués !


     

    Les personnages

    Les personnages sont dans l’air du temps, on n'a pas de problème de compréhension. Je pense que Layla est le personnage qui n’a rien mais qui essaie de tout faire pour réussir en utilisant les coups bas. Asher, c’est la fille qui a tout mais avec une famille qui n’accepte pas ce qu’elle est, c’est une famille très stricte. Enfin Tommy, le dragueur de service, toujours là quand il faut où il faut. Ces trois personnages vont finir par s’allier pour clamer leurs innocences par rapport à cette disparition. De plus le personnage qui m’a le plus accrocher à l’histoire est Ira, il est un peu comme un papa poule mais sait quand il faut virer des personne de la compétition, rendre les compétiteurs fous mais surtout faire sortir la vraie nature des compétiteurs. Je pense que l’auteur à créer tous ces personnages pour montré les différentes personnalités dans sa globalité, évidemment, les dessous de ces compétitions. Les coups bas, les alliances, toutes les stratégies c’est assez intéressant de les lire et puis ça divertie.


     

    Conclusion

    C’est une histoire qui convient très bien aux jeunes et à ceux qui aiment le show-biz, dans le fond c’est surtout une histoire de compétition. Il se lit très vite. J’aimerais quand même savoir la suite parce que cette histoire de disparition m’intéresse. Bonne lecture à vous.

    ~

    Un souffle de vent caressa sa joue, transportant un discret bruit de pas et un parfum qui lui parut étrangement familier, sans qu'elle parvienne à l'identifier. Pourtant, elle attendit un instant avant de se retourner, quelques secondes, le temps de faire un vœu en croisant les doigts, tout en suivant des yeux la trajectoire d'une étoile filante qu'elle avait d'abord prise pour un avion et qui traçait un grand arc brillant sur le ciel de velours noir.

     

    Tour irait bien.

     

    Elle n'avait aucune raison de s'inquiéter.

     

  • Lydia Valldepérez_ Dans le désert du vide : Déchirure

    51llu3oloul

    426 pages 

    4 eme de couverture :

    1933. La guerre d’Espagne se profile à l’horizon. Soledad, Juan et Jaime vivent dans un petit village du golfe de l’Ebro, au cœur de la Catalogne espagnole. Soledad, fille d’un propriétaire terrien, au destin dramatiquement lourd à porter dès ses treize ans. Juan, un garçon très pauvre qui s’épuise à travailler pour faire vivre ses vieux parents tout en rêvant d’égalité et de justice. Jaime, un jeune étudiant en médecine, fils de notable, catholique, mais sympathisant à la cause républicaine. Les évènements tragiques d’une guerre fratricide, républicains contre franquistes, vont les jeter sur des chemins douloureux. La guerre va faire de Juan et Jaime deux amis inséparables, et ils aimeront la même fille, Soledad. A travers le regard de trois êtres sensibles et attachants entraînés dans un conflit qui les dépasse, « Dans les Déserts du Vide » emporte le lecteur dans les affres de la guerre civile espagnole, le tenant en haleine jusqu’à un dénouement surprenant, et laisse une marque durable dans le cœur et la mémoire.

    ~

    L’auteure

    Je suis toujours admirative des auteurs indépendants parce qu’ils doivent tout faire tout seul. Je remercie cette auteure de m’avoir fait confiance pour ces deux tomes. Je ne la connaissais pas et ça a été très sympathique d’échanger avec elle. Cette auteure m’a fait découvrir l’Espagne de 1933 et je lui suis très reconnaissante.

     

    L’histoire

    Au premier abord l’histoire est assez étrange, elle vous saute à la gorge et vous êtes obligé de subir ce qu’elle vous offre puis, une fois qu’elle vous connaît elle se radoucit pour au final ne plus vous lâcher. Dans le fond j’ai beaucoup aimé cette lecture mais je vous vois venir il faut s’accrocher, je sais les premiers chapitres sont très durs mais il faut s’accrocher. L’histoire se passe dans l’entre-deux-guerre, on est tout de suite plongé dans les mœurs de l’époque qui vont sûrement vous choquer au début du moins. J’ai eu peur que ce livre tourne autour de sujets malsains cela fait certes partie de l’histoire mais heureusement ce n’est pas la globalité du livre, je pourrais même dire seulement quelques chapitres. Ce qui est aussi sympa dans ce livre c’est qu’il y a aussi un fond de guerre. Finalement je me suis laissée emporter par cette histoire pas comme les autres et le fait qu’il y est 4 points de vue différents ne nous ennuie pas loin de là !

     

    les personnages

    Mine de rien je les ai trouvés attachants mais à leur manière même si nous n’avons rien en commun. Soledad et jaime sont mes préférés mais leur destin m’a énervé, je les voulais ensemble ! Soledad c’est un personnage tellement malchanceux et j’avais beaucoup de compassion pour elle et pourtant face à l’amour elle est très réticente et reste fidèle à jaime qu’elle croit mort. J’aurais aimé une vraie histoire d’amour entre eux. J’ai l’impression que le personnage de Soledad a la malédiction des hommes, c’est-à-dire que tous les hommes qu’elle rencontre ou veut épouser finiront par la quitter. Je trouvais cela assez déroutant parce que les mœurs étaient très sévères, j’avais de la pitié pour elle. Il avait aussi Juan, un homme éperdument amoureux de Soledad mais qui va être piégé par sa famille et obligé d’en épouser une autre. Je pense que ce sont les mœurs qui m’ont le plus dérangé. Le fait que la femme se face déshonorée volontairement ou involontairement pour le reste de sa vie c’est un déchet. Je n’étais vraiment pas d’accord avec ça.

     

    la conclusion

    C’est un roman qui offre beaucoup sur tout, que j’ai beaucoup aimé. C’est un roman qui dérange mais remet les choses à leur place. Au final on est content de notre vie. Il nous apprend la rudesse de la vie. J’ai adoré cette recherche que l’auteur y a ajoutée. Je le recommande.

  • Gustave Flaubert_Madame Bovary

    Madamebovary

    349 pages 

    4 eme de couverture :

    Pour son malheur, Emma Bovary est née femme et vit en province. Mère de famille contrainte de demeurer au foyer, elle mène une existence médiocre auprès d'un mari insignifiant. Pourtant, Emma est nourrie de lectures romantiques et rêve d'aventures, de liberté et surtout de passion. L'ennui qui la ronge n'en est que plus violent, au point de la pousser à l'adultère.


     

    ~

    "N'importe! elle n'était pas heureuse, ne l'avait jamais été. D'où venait donc cette insuffisance de la vie, cette pourriture instantanée des choses où elle s'appuyait?"


     

    L’auteur

    Ce n’est pas mon premier livre de cet auteur. J’ai une relation assez conflictuelle avec cet auteur. Parce que tout le monde l’adore, en tout cas plus que les autres auteurs de sa génération. J’ai lu « Éducation Sentimental » et « Madame Bovary » et pourtant il me manque encore ce petit plus qui me fera dire ça c’est un auteur que j’aime. C’est un auteur très connu, il a fait beaucoup de livres connus ou moins connus. Mais je ne pense pas qu’il faille commencer par ces deux-là ou alors il faut vraiment être dans la bonne période et en avoir envie.


     

    L’histoire

    Je pense que l’histoire est assez connu, appréciée ou détestée. Après avoir lu ce livre, je comprends tout ce que disent les gens à propos de ce livre. Il est étrange et triste à la fois. Il nous laisse un sentiment de soulagement quand on le referme. Je pense même que ce livre aura du mal à décoller son étiquette de livre de cours. Je l’avoue l’histoire n’est pas transcendante mais il se lit quand même. Je peux aussi comprend que des personnes aiment ce livre, il n’est pas complètement négatif. Il faut vraiment le lire quand on en a envie ou besoin parce que ce n’est pas un livre que l’on doit imposer. L’histoire en soi est assez simple, il s’agit de la vie d’Emma qui n’est pas satisfaite de sa vie et va finir par la rêver. On suit ce personnage dans toutes ses péripéties. Je ai trouvé l’histoire aux reflets de son époque. Ce livre est composé en plusieurs parties, c’est le style de l’époque. Je n’ai pas vraiment fait attention à quoi elles correspondaient c’est assez flou peut-être aux grandes étapes de sa vie.


     

    Les personnages

    Les personnages sont de leur époque, très distinguée, riche, propres sur eux. Emma a une vie plus sulfureuse et je ne sentais pas proche de ce personnage mais en même temps si. C’est un personnage qui est marié à une autre mais qui rêve une autre vie ça reste aussi un sujet actuel. On peut dire que les personnages sont peu attachants mais on a une telle compassion et une telle pitié pour ces personnages tellement caricaturaux que cela en deviendrait presque lyrique.


     

    L’idée du rêve

    C’est un peu pour cela que ce livre est une torture pour les étudiants et le must pour les enseignants et je peux comprendre, on a vraiment de quoi faire avec la notion du rêve. Tout d’abord son contexte, Emma voit des hommes dans les fêtes mondaines et en rêve toutes les nuits pour pallier sa vie qu’elle n’aime pas, de fil en aiguille ses rêves vont être de plus en plus fort et de plus en plus créatif. Le rêve a été le seul échappatoire qu’Emma a trouvée pour se sauver de son mari, c’est assez triste. Il nous berce et nous offre la possibilité de changer de vie pendant la durée du sommeil et Gustave Flaubert l’a bien démontré.


     

    Conclusion

    je n’ai pas trouvé ce livre très transcendant mais il n’est pas non plus totalement mauvais. Ce livre reste une œuvre classique à part entière, il faut juste qu’il trouve le public qui le traitera à sa juste valeur.

     

    ~

    "Vous est-il arrivé parfois, de rencontrer dans un livre une idée vague que l'on a eue, quelque image obscurcie qui revient de loin, et comme l'exposition entière de votre sentiment le plus délié?".

     

  • John Steinbeck_Des souris et des hommes

    Dessourisetdeshommes

    175 pages 

     

    4 eme de couverture :

    Lennie serra les doigts, se cramponna aux cheveux.
    - Lâche-moi, cria-t-elle. Mais lâche-moi donc. Lennie était affolé. Son visage se contractait. Elle se mit à hurler et, de l'autre main, il lui couvrit la bouche et le nez. - Non, j'vous en prie, supplia-t-il. Oh, j'vous en prie, ne faites pas ça. George se fâcherait. Elle se débattait vigoureusement sous ses mains... - Oh, je vous en prie, ne faites pas ça, supplia-t-il. George va dire que j'ai encore fait quelque chose de mal.
    Il m'laissera pas soigner les lapins.

     

    ~

    - Tu resteras là sans rien dire. S’il s’aperçoit combien t’es idiot, il nous embauchera pas, mais s’il te voit travailler avant de t’entendre parler, ça ira. T’as compris ?
    - Pour sûr, Georges, pour sûr que j’ai compris.

     

    L’auteur

    Je ne connaissais pas cet auteur, mais cette année, je me suis enfin dit pourquoi pas. Il a un plume assez dure on pourrait l’apparenter à des mains caleuses. C’est un auteur qui a son actifs 29 livres, qui pour la plupart me tente aussi comme la lune noire, le raisin de la colère ou bien à l’est d’Eden. On peut dire que ce n’est pas un débutant et qu’il a un style bien à lui, très dur mais en même temps amical. Je dirais même sur certain passage très bizarre. En tout cas j’ai fait une très belle découverte.

     

    L’histoire

    Dans cette globalité j’ai trouvé cette histoire très triste. Il s’agit de deux cowboys sur la route de leur nouveau travail. Ils rêvent de vivre et travailler dans leur propre ferme. Ce livre est court mais en même temps il ne faut pas plus pour apprécier la justesse de la plume. C’est assez lyrique parce qu’il apporte beaucoup d’espoir et de légèreté. Je me suis laissée entraîner dans cette histoire pleine de détermination. On retient de ce livre qu’il ne faut jamais lâcher, qu’il faut croire en ses rêves et tout faire pour les réaliser. Mais surtout pour l’auteur l’amitié c’est sacrée. Qu’on le veuille ou non c’est un très bon roman si l’on se met dans le contexte de l’époque. Certes il y a des scènes qui peuvent choquer mais c’est lié à l’époque.

     

    Les personnages

    Ils sont très particuliers, on a l’impression de suivre les deux personnages emblématiques des Daltons, George représente Joe et Lennie représente Averelle. C’est assez agaçant même un peu cliché qu’on s’attache à se faible d’esprit et ce meneur. Lennie c’est un peu comme un enfant avec des muscles et un corps d’homme. À l’époque on ne connaissait pas les maladies du cerveau ou bien le choc post-traumatique et ont traité les personnages atteints de ces troubles de débile ou de benêt. C’est assez triste mais en même temps George s’occupe de lui-même s'il en a marre et on peut dire que leur amitié et incassable.

     

    La conclusion

    J’ai conscience que ce livre ne peut pas plaire à tout le monde, c’est une évidence, mais on ne peut pas partir ignorent, il faut le tester pour savoir s'il vous plaira.

     

    ~

    Ce qui compte, c'est parler, C'est être avec un autre. Voilà tout.

     

  • Maya Banks_À fleur de toi, tome 2

    A fleurdetoi

    461 pages

    4 eme de couverture :

    Jace Crestwell et Ash McIntyre sont les meilleurs amis du monde et partagent tout leur entreprise, leur succès... et leurs nombreuses conquêtes. Jusqu'au jour où Jace croise la route de Bethany. Sans bien comprendre ce qui lui arrive, une évidence s'impose à lui : voilà une femme qu'il désire pour lui seul. Pour la première fois, il connaît le sentiment de jalousie.
    Comment écarter Ash sans mettre leur amitié en péril ? Et, surtout, comment sortir Bethany des démons de son passé ?

    ~

    Les contes de fées existaient bien, même pour les filles comme elle. Elle avait rencontré son prince charmant et – pensa-t-elle, en jetant un coup d’œil amusé à ses escarpins – elle avait même les chaussures de princesse pour le prouver !

     

    L’histoire

     

    Dans le tome 1, nous avons eu des prémices sur la relation qu’entretenaient Ash et Jace avec les filles. Je dois avouer que je m’attendais légèrement à la scène et au fait qu’un des deux allait tomber amoureux de la nana d’un soir. On entre dans un autre style, les plans à trois. Certaines scènes sont parfois très crues et ça peut nous paraître assez choquant mais je vous rassure il n’y en a qu’une. On reconnaît très vite le style de l’auteur qui nous raconte avec brio l’histoire du Trio. Je me suis éclaté à suivre leurs parcours leurs façons de vivre. Je dois quand même l’avouer que cette histoire est étrange mais sympathique. C’est une narration assez simple et addictive, il n’y a pas de problème avec ça c’est même un pur bonheur. Dans la forme c’est une histoire érotique mais plus on creuse que ce soit les personnages ou bien leurs vies, d’autres problèmes se montrent. Ce roman est très centré sur la pauvreté, je trouvais cela très actuelle et très énervant parce qu’on n’y remédie pas à ce fléau. Jace essaie d’améliorer le quotidien de ce foyer pour femme mais ce n’est qu’une petite goutte. L’histoire est construite sur un je t’aime moi non plus qui est assez déconcertant mais aussi sur une attraction particulière de Jace l’obligeant à être possessif et protecteur.

     

    Les personnages

    On retrouve les personnages du tome 1 c’est-à dire Jace et Ash, ces deux tombeurs et on apprend à les connaître encore mieux. Je trouve que ce duo fonctionne très bien tant qu’une fille ne dérègle pas cette entente. C’est dans ce tome qu’arrive Bethany. Ce trio fonctionne très bien jusqu’à ce qu’il éclate.

     

    Bethany

    Je pense que c’est un personnage qui apporte un message très fort. Elle est SDF et doit subvenir à son frère d’adoption. Elle accepte alors la proposition de Jace et Ash. Bien que ce soit un personnage que je n’ai pas souvent compris parce qu’elle a des réactions de gamine, écervelée. De plus elle ne veut pas de l’aide de Jace et ne croit pas en l’amour de ce dernier. On ne sait pas réellement où elle veut aller. C’est assez frustrant. J’avais l’impression qu’une fois qu’une personne a connue la rue, elle veut y rester coûte que coûte.

     

    Jace

    L’homme d’affaires, qui tombe amoureux de cette inconnue et qui lui demande un plan à trois ce qui est très normal. Depuis il va essayer de séduire cette jeune femme et lui montrer son amour. Il apprend qu’elle est à la rue et va tout faire pour la garder. Je dois avouer que ce personnage reflété plus l’amour que le personnage féminin. Ce n’était pas trop grave parce qu’on reste scotché à Jace.

     

    Ash

    Ash c’est le meilleur ami, celui avec qui il fait tout même partager ses conquêtes d’un soir et ne comprend pas le comportement de Jace à l’égard de Bethany pour lui ce n’est qu’un coup d’un soir et n’arrive pas à accepter que son ami le ‘quitte’ pour une fille. Alors je dois avouer que dès le tome 1 j’ai trouvé leur amitié très exiguë. Bien heureusement tout se finit bien j’attends de voir avec qui Ash va finir !

     

    Conclusion

    C’est un roman qui se lit bien, une romance un peu exiguë et une amitié qui se transforme. L’auteure nous livre un autre point de vue de ce cercle d’amis que je trouve très bien construit. Je pense que ce livre ne ce présente plus. À ceux qui veulent le découvrir, foncer !

    ~

    Jace à Bethany

    -Tu devrais faire ça plus souvent, tu sais.

    -Faire quoi ? Demanda-t-elle en fronçant les sourcils.

    -Sourire.

     

  • Oblivion le pouvoir des cinq - Anthony Horowitz

    Oblivion

    731 pages
     

     

    Cinq adolescents ordinaires

    Cinq pouvoirs extraordinaires.

    Une seule chance de sauver l’humanité.

     

    Dix ans se sont écoulés, depuis que Matt, Scott, Pedro, Jamie et Scarlett ont été séparés, dispersés aux quatre coins du globe. Dix ans qui, pour eux, n’ont duré qu’une seconde. Ils se réveillent dans un monde de cauchemar, un monde où tout a changé. Les Anciens, incarnation du Mal, ont pris le contrôle. Isolés, les Cinq n’ont aucune chance de les vaincre.

     

    Quelque chose va pourtant réuni les cinq adolescents. Une force irrésistible, qui les attire vers l’Antarctique, vers une terre de ténèbres et de glace où le maléfique Roi des Anciens prépare l’apocalypse. Une terre qui porte un nom : Oblivion

     

    * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - *

     

     

    Un dernier tome pour quitter la saga

     

    C’est le dernier tome de la série de ces 5 gardiens mais le seul que j’ai lu, mais j’ai pu comprendre toute l’histoire indépendamment des autres tomes. Il est divisé en cinq partie qui correspondent chacune à un gardien et à leur élément, c’est ce qui permet de comprendre l’histoire, car cela résume bien leur capacités.

     

     

    Les gardiens pour une fois tous réunis

     

    Chaque gardien est relié à un élément : Matt avec la Terre, Pedro avec le Feu, Jamie avec l’Eau, Scott avec la Glace et Scarlett avec l’Air. Les héros participent ensemble au combat final qui les entraine contre les Anciens qui représentent le Mal et tout ça se passe en Antarctique. Contrairement aux autres tomes où ils ne sont pas ensemble, car un tome est relié à un gardien. Ils sont, dans ce dernier tome attirés vers cet endroit, vers le repère du roi maléfique des Anciens, c’est là que la bataille finale aura lieu.

     

     

    Une bataille finale impressionnante dans un livre prenant

     

    Cette dernière bataille, avec tant de détails et d’action est digne des plus grands effets spéciaux du monde du cinéma, j’avais vraiment l’impression d’avoir été au milieu de l’action, au milieu de l’écran géant. C’est pour moi une bonne histoire et un livre génial qui aurait largement pu se suffire à lui-même.

     

     

  • Alfred de Musset_ Confession d'un enfant du siècle

    Confession d un enfant du siecle 1

    331 pages

    4 eme de couverture :

    Alors ces hommes de l'Empire, qui avaient tant couru et tant égorgé... se regardèrent dans les fontaines de leurs prairies natales, et ils s'y virent si vieux, si mutilés, qu'ils se souvinrent de leurs fils, afin qu'on leur fermât les yeux.

    Ils demandèrent où ils étaient ; les enfants sortirent des collèges, et ne voyant plus ni sabres, ni cuirasses, ni fantassins, ni cavaliers, ils demandèrent à leur tour où étaient leurs pères.

    Mais on leur répondit que la guerre était finie, que César était mort, et que les portraits de Wellington et de Blücher étaient suspendus dans les antichambres des consulats et des ambassades, avec ces deux mots au bas : Salvatoribus mundi. Alors s'assit sur un monde en ruines une jeunesse soucieuse.

    ~

    "Mon histoire n’est pas longue à dire : je ne puis ni l’aimer, ni en aimer une autre, ni me passer d’aimer ."

    L’auteur

    Alfred de Musset, grand poète et dramaturge romantique du XIXe siècle. On le connaît par sa liaison avec la célèbre George Sand. Je ne connaissais pas plus que cela cet auteur mais le défi Classique et là pour nous faire découvrir ou redécouvrir d’autres auteurs. Cet auteur a une plume exceptionnelle, elle nous fait lire des monologues entiers sans qu’on se lasse. C’est une très belle découverte et j’aimerai beaucoup découvrir ses autres œuvres.

     

    L’histoire

    Je pense que du début à la fin j’ai dit Whaou. Dans la première phrase, on nous annonce la couleur celle de l’amour. Toute sorte d’amour sera évoqué, celui bafoué ou non. J’étais vraiment à fond dans ce classique. C’est mon préféré de cette année, même un mini coup de cœur. Certes il ne plaira pas à tout le monde, mais je pense fortement qu’il va envoûter les amoureux de la belle littérature, celle des grands poètes torturés qui manient les mots avec souplesse et amour. Pour faire court c’est l’histoire d’Octave qui découvre les joies comme les peines liées à l’amour. Il nous explique avec précision ses moments avec des monologues riches et intenses. Un être torturé qui essaie d’oublier, d’aimer, se détruire. Je pense qu’entre nos époques, l’amour n’a pas changé. La structure est en 4 parties faisant référence aux différentes étapes de l’amour et de sa vie.

     

    Les personnages

    Je souriais beaucoup en voyant ce personnage tomber éperdument amoureux puis finir par devenir fou et suspicieux. Octave est un personnage tellement riche et intéressant que cette lecture est passé trop vite. C’est un personnage qui découvre l’amour, qui se rend compte qu’il n’est pas comme il avait espéré. Il part de désillusion en désillusion pour finir complètement névrosé par cet amour détruit, piétiné. La magie des mots nous berce et nous fait comprendre qu’il faut faire confiance et surtout aimer réellement une personne et pas ce contenté d’une personne qui ne nous convienne pas.

     

    La conception de l’amour

    L’amour dans ce livre est assez conceptuel. Si l’on devait prendre à la lettre ce que dit Octave toutes les femmes sont mauvaises, créer des adultaires et sont libertines. C’est un personnage qui est tombé à la mauvaise époque car il préfère la monogamie, hors c’est une période très libertine dans sa condition. Octave est condamné à se contenter de prostitué pour son plaisir alors que lui voudrait une femme, sa femme. C’est assez triste au final parce qu’il ne la trouvera pas avant d’être fous et détruit. Heureusement il y a de tout dans l’amour et tout le monde trouve chaussure à son pied.

     

    Conclusion

    C’est un livre que j’ai adoré pourtant le long monologue des poètes torturé ne m’intéresse pas. Alfred de Musset a une plume qui nous accros et nous détend. On le lit avec délectation alors pour les curieux n’attendez pas !

    ~

    "Il y a de certains amours dans la vie qui bouleversent la tête, les sens, l'esprit et le cœur ; il y en a parmi tous un seul qui ne trouble pas, qui pénètre, et celui-là ne meurt qu'avec l'être dans lequel il a pris racine."

     

  • Émile Zola_Germinal

    Germinal

    580 pages 

    4 eme de couverture :

    Une des grandes grèves du siècle dernier racontée par un journaliste de génie qui en a fait un réquisitoire, un formidable " J'accuse " contre le capital, le roman de la lutte des classes et de la misère ouvrière. Un livre de nuit, de violence et de sang, mais qui débouche sur l'espoir d'un monde nouveau lorsque le héros, Etienne Lantier, quittant la mine " en soldat raisonneur de la révolution ", sent naître autour de lui une " armée noire, vengeresse... dont la germination allait bientôt faire éclater la terre ". Germinal marque l'éveil du monde du travail à la conscience de ses droits et c'est au cri sans cesse repris de " Germinal ! Germinal ! " que la délégation des mineurs de Denain accompagna le convoi funèbre de Zola à travers les rues de Paris.

     

    ~

    Des hommes poussaient, une armée noire, vengeresse, qui germait lentement dans les sillons, grandissant pour les récoltes du siècle futur, et dont la germination allait faire bientôt éclater la terre.

     

    L’ auteur

    Émile Zola est un grand homme, un homme engagé dans des valeurs qui nous sont aujourd’hui complètement normales. Son œuvre est à l’image de son talent, grandiose. Cet auteur ne s’arrête pas à une seule œuvre mais il a constitué une sorte de Saga appelé les Rougon-Macquart. On suit plusieurs personnages dans les complications liées à leurs conditions de vie et leur époque. J’ai déjà eu la chance de lire deux autres de ses ouvrages qui ont été de très bonnes lectures comme l’assommoir et Th érèse Raquin. On sent vraiment la passion de l’auteur dans ces textes et l’on ne doit pas le lire par intérêt mais par envie sinon le livre ne vous racontera pas sa belle histoire.

     

    L’histoire

    On est plongé dans un univers que nous ne connaissons pas avec des conditions de vie et de travail horrible. Je pense que ce livre n’est pas assez compris. L’histoire est certes très connue mais peu de personnes aiment cette recherche. Je le comprends tout à fait parce que je n’ai pas aimé étant adolescente et puis avec le temps, peut-être la maturité mais quelque chose à fait que j’étais prête à le relire. Alors prenez le temps avant de le lire, il faut vraiment avoir envie. Zola a une plume exceptionnelle. On sent dans ce roman que Zola défend les pauvres, et l’on ne peut pas passer à côté sans rien penser. J’ai été révolté de voir toute cette misère, toute ces difficultés à travailler dignement puis le fait que l’exploitation des hommes soit normale. Je trouve cela très honorable qu’ils finissent tous par se révolter mais c’est triste parce qu’ils ne verront pas la couleur de la liberté. On sent une réelle révolte monter dans les consciences des ouvriers et on a envie d’être avec eux pour le combat final.

     

    Les personnages

    Les personnages sont assez bourrus et très caractéristiques de cette époque. Il faut vraiment se détacher pour ne pas s’indigner.Petit à petit, le travail arasant et le fait qu’ils ne puissent pas manger à leur faim, les révoltent. On voit ces personnages miséreux rongés par ce travail qui les tue à petit feu. Dans ce malheur il reste quand même des personnes généreuses et qui ont du cœur comme les Maheu. De plus Étienne institue ce mouvement de grève, il le perfectionne et motive les troupes. On peut imaginer qu’Étienne est la représentation littéraire de Zola.

     

    Dans la misère se cache l’amour

    On pourrait penser que la misère aurait tout dévasté mais non. Sous cette énorme couche de misère il y a Catherine qui sort avec Chaval parce qu’elle n’est pas vraiment éprise mais il est intéressé par elle donc elle fait avec. En somme jusque-là tout va bien. Mais Chaval est un homme violent et méchant avec Catherine. Etienne qui depuis le début nourrit des sentiments pour Catherine finit par avouer son amour. On ne peut pas dire que l’histoire d’amour soit de la romance parce que c’est un détail rajouté pour combler. Je dois avouer que cela met du beurre dans les épinards.

     

    Conclusion

    J’ai beaucoup mieux apprécié cette lecture hors du contexte de la jeunesse et des cours. On se sent plus concerné, on a plus ce besoin de combattre avec eux. Ils sont les précurseurs de nos conditions actuelles et je pense qu’en lisant ce livre vous avez des chances de les remercie d’avoir donner leur vie pour une bonne cause !

    ~

    La vérité est en marche et rien ne l'arrêtera.

  • La rousse qui croyait au père Noël - Suzanne Marty

    La rousse qui croyait au pere noel

    144 pages

    Flamme est apprentie comédienne et célibataire. Le 1er janvier, elle se pose un ultimatum : si elle n’a pas obtenu un seul rôle payé ou trouvé l’amour avec un grand A avant son anniversaire, elle abandonne la course aux rêves. Car est-il raisonnable à 39 ans de croire encore au père Noël ?

     

    * _ * _ * _ * _ * _ * _ * _ *

     

    Je tiens tout d'abord à remercier l'auteur, Suzanne Marty pour l'envoi de son livre sous forme de service presse.

     

    Flamme est une jeune femme rousse qui je trouve porte bien son nom. Malheureusement pour elle à l’approche de la quarantaine, elle se rend compte qu’elle ne rêvait pas de cette vie. On dit souvent heureux en affaires malheureux en amour, dommage pour Flamme, elle n’a ni l’un, ni l’autre et ce n’est pas faute d’avoir essayé… Plutôt figurante qu’actrice, célibataire endurcie il était temps qu’elle se pose un ultimatum pour pouvoir changer de vie, ou au moins réaliser quelques objectifs.

    Il est temps qu’elle reprenne sa vie en main, avant qu’il ne soit trop tard, elle décide donc de s’offrir les vacances qu’elle attend depuis un bon bout de temps, et ces vacances vont radicalement la changer !

    Ces vacances ne commencent pas en laissant les vieilles habitudes de Flamme de côté, mais petit à petit elle arrive à se libérer de sa coquille parisienne pour enfin revivre.

    Ce chick-lit est doté de petites touches d’humour, d’un style d’écriture fluide qui rendent ce roman léger et agréable à lire. On se demande si elle arrivera à trouver le prince charmant modern qu’elle recherche, qui il sera et surtout est-ce qu’il restera avec elle ? Le personnage de Flamme est très attachant, rêveuse avec une petite touche de réalisme, timide et drôle, mais bien vivante lorsqu’elle se dévoile, je me suis vraiment attachée à ce petit bout de femme original qui ne cours malheureusement pas les rues.

    Un livre de courte durée mais qui nous met une tonne de baume au cœur et nous fait sourire radieusement, c’était un agréable moment et une bonne surprise d’avoir rencontré ces personnages attachants, j’aurais juste aimé que l’histoire dure plus longtemps tellement je me sentais bien dans ce livre rafraichissant.  

    Ce fût un excellent moment en compagnie de Flamme qui nous fait rompre avec le quotidien et croire encore un peu au père Noël en retrouvant l’insouciance d’antan.

     

    Vous pouvez retrouver l'univers de Suzanne Marty sur : www.suzannemarty.fr

    et également sur les réseaux sociaux : Telechargement 1Twitter

     

  • Et si demain n'existait plus ? 2 Diane - Ludovic Metzker

     

     

    Et si demain n existait plus diane

    461 pages

     

    À travers le monde entier, une guerre se prépare entre les clans de Chasseurs et la W.C.C. désireuse d'en finir coûte que coûte avec ces êtres qui se proclament les « Enfants de la Terre ». Entièrement nue et amnésique, Diane se réveille au beau milieu d'une forêt et se trouve aidée par un groupe de la W.C.C. dont les membres sont loin d'imaginer qu'ils viennent de faire entrer le loup dans la bergerie. Si sa mémoire semble fragile, son instinct de meurtrière refait surface et cette fois-ci, Diane est bien décidée à se venger de ceux qui l'ont trahie et à percer le mystère de sa seconde résurrection.

     

    Je tiens tout d'abord à remercier l'auteur, Ludovic Metzker pour sa gentillesse et sa bonne humeur ainsi que BoD pour ce service presse.

     

    * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - *

     

    Nous commençons ce deuxième tome en apprenant le passé de Diane, cette personne si méprisable que nous avons eu la malchance de rencontrer dans le premier tome. Nous découvrons comment la terre a eu pitié d’elle et a décidé de lui offrir une deuxième vie. Nous suivons l’évolution du nouveau monde à travers des évènements sordides en visitant plusieurs pays, cela commence à Rome en Italie, nous continuons notre découverte près de Clermont-Ferrand en France pour ensuite voyager au-delà de l’océan Atlantique pour atterrir à la Nouvelle-Orléans aux Etats-Unis d’Amérique pour finir ce voyage à Vladimir en Russie. Nous en savons plus sur le fonctionnement des « Chasseurs », leurs règles, leur système et leur façon de punir les leurs. C’est grâce à cela que nous comprenons pourquoi Diane à perdue la mémoire.

     

    Tout au long du livre nous réfléchissons à notre quotidien, aux gestes malsains que nous destinons à la terre qui nous a accueillis à bras ouverts. Cette moralité nous fait réfléchir au fait que nos gestes sont importants et ont un impact et surtout que depuis la naissance de l’Homme, il n’a rien fait pour la remercier de nous laisser vivre sur elle.

     

    Diane est affreuse, je m’attendais à lire des passages horribles et dérangeants en finissant le premier tome mais je ne m’attendais pas à un tel degré d’atrocité. En les lisant j’avais l’impression que Diane me faisait du mal à moi et non aux personnages présents dans le livre, j’ai ressenti tellement de peur, de dégoût et de haine envers elle à ces moments-là.

     

    Nous avons fait la rencontre furtif de Katia qui ne nous laisse pas trop juger de sa méchanceté envers les humains par rapport à Diane.

    J’ai été surprise et à la fois heureuse d’avoir eu des nouvelles de la famille de Marie.

     

    Malgré toute ma haine envers Diane c’est avec étonnement que l’auteur a su me la faire apprécier à la fin du livre, oui je l’apprécie mais non je ne lui pardonne en rien son passé monstrueux.

     

    Je ne sais vraiment pas à quoi m’attendre dans le prochain tome avec Katia en premier plan, sera-t-elle pire que Diane ?  

     

    " # " # " # " # " # " # " # " # "

     

    "Retirez à un homme la chose qu'il aime par dessus tout et alors, vous en ferez un véritable monstre ! Nous ne naissons pas sociopathes, nous le devenons par la force des évènements !"

     

     

    Vous pouvez découvrir les ouvrages de BoD ici : https://www.bod.fr/boutique-en-ligne.html

    Vous pouvez découvrir l'univers de Ludovic Metzker sur : www.ludovicmetzker.com et sur Telechargement 1

     

  • Franck Thilliez_Pandemia

    Pandemia

    642 pages

    4eme de couverture :

    Comme tous les matins, Amandine a quitté sa prison de verre stérile pour les locaux de l'Institut Pasteur. En tant que scientifique à la Cellule d'intervention d'urgence de l'Institut, elle est sommée, en duo avec son collègue Johan, de se rendre à la réserve ornithologique de Marquenterre pour faire des prélèvements sur trois cadavres de cygnes. Un sac avec des ossements est trouvé dans l'étang.

    ~

    "La grippe n'avait pas de cerveau, mais la nature l'avait dotée d'un objectif : trouver sans cesse des hôtes, pour s'y reproduire."

     

    L’auteur

    Franck Thilliez est un auteur que j’apprécie beaucoup, écrivain à succès mais surtout psychopathe de l’intrigue et magicien du suspense. Vous connaissez sûrement l’un de ses titres, comme Puzzle, Deuil de miel, train d’enfer pour ange rouge et bien d’autres … Cela reste un auteur très talentueux qui pousse ses recherches à l’extrême ce qui apporte une réelle finesse au récit. Un auteur talentueux, que je ne cesse d’apprécier à chaque roman.

    L’histoire

    Nous entrons dans un laboratoire de Paris, pour explorer les différents virus. Une fois la découverte de ce laboratoire il est trop tard pour reculer. Nous sommes happé par une enquête à double sens, autant du point de vue scientifique que policière. Le récit est tellement précis que l’on vit cette enquête et ses recherches avec autant de passion que l’auteur. Attention, il faut bien s’accrocher parce qu’il y a beaucoup de chapitres, beaucoup de pages et les points de vue s’enchaînent rapidement. L’auteur nous instaure son climat si caractéristique qu’on a peur du moindre bruit. Je ne le dirais jamais assez cet auteur est fou mais on en demande toujours plus !

     

    Les personnages

    J’ai été très heureuse de retrouver le personnage de Sharko mais aussi de découvrir Lucie. Je me suis un peu spoiler leur relation mais ce n’est pas un problème. De plus j’ai découvert un personnage très particulier, celui d’Amandine. Laborantine très expérimentée j’ai pris plaisir à la découvrir.

     

    Amandine

    Laborantine expérimentée, maniaco-dépressive et nécrosé. J’ai trouvé cette femme passionnée mais emprisonné dans sa vie et dans la maladie de son mari. Je l’ai beaucoup aimé parce qu’au fil du livre ses tics, ses tocs s’accentuer mais pour rien au monde elle n’aurait laissé un virus se propager. Si je devais la résumer je dirais que c’est une femme passionnée par son métier, amoureuse de son mari au point de le surprotéger mais surtout phobique des microbes. J’ai adoré ce personnage plein de vie qui ne recule devant rien, elle apporte vraiment le plus qu’il faut et nous livre une fin mémorable.

     

    Sharko et Lucie

    Je trouve que ce couple fonctionne très bien. Je n’ai connu que le personnage de Sharko mais le fait que Lucie soit là, tout est différent. Sharko tient à sa famille et doit à tout prix savoir qui est l’homme en noir. Lucie est son moteur, quand elle a contracté la maladie Sharko a redoublé d’efforts pour le trouver même jusqu’à aller dans un autre pays. Je trouve que ce nouveau couple est tellement mignon qu’u-delà de l’enquête et de toute cette adrénaline on s’attache à eux.

     

    Conclusion

    J’ai adoré ce roman du début à la fin. Je me suis sentis autant laborantine qu’enquêtrice. J’ai vécu ce roman à 100 à l’heure et je n’ai pu m’en séparer. j’avais un tel engouement que je l’ai dévoré. Pour les curieux n’hésitez pas, il faut quand même aimer ce côté scientifique parce qu’il est très poussé. Je vous le conseille fortement !

     

    ~

    « Le Déluge arrivera d’abord par le ciel, puis l’Apocalypse sortira des entrailles de la terre. Les couleurs vireront au noir, puis au rouge. Toi qui a lu ce message, sache que je remonterai des abysses les plus insondables et que je viendrai te chercher. Que tu sois bien caché, ou visible au milieu de la rue.

    Ce monde doit être purgé, nettoyé. Une armée noire, vengeresse, germe lentement dans les sillons, grandissant pour les récoltes du siècle futur, et dont la germination va faire bientôt éclater la terre. »

     

  • Exilium Les legs noirs première partie - Frédéric Bellec

    Exilium 2

    320 pages

     

    C’était il y a quatre mois, lors de mon premier face-à-face avec les rigueurs de l’hiver saint-amandois. Trois discrets élèves du lycée où j’exerce comme pion m’ouvraient les yeux sur leur étrange faculté de se transformer en une improbable et redoutable créature. Je fus terrorisé. Mais ils m’aidèrent à surmonter mes peurs pour comprendre leur place dans l’ordre naturel des choses. Je devins leur meneur, et l’un d’entre eux mon gardien.

    C’était il y a quatre mois, lors de mon premier face-à-face avec les rigueurs de l’hiver saint-amandois. Trois discrets élèves du lycée où j’exerce comme pion m’ouvraient les yeux sur leur étrange faculté de se transformer en une improbable et redoutable créature. Je fus terrorisé. Mais ils m’aidèrent à surmonter mes peurs pour comprendre leur place dans l’ordre naturel des choses. Je devins leur meneur, et l’un d’entre eux mon gardien.
    Partager cette expérience dans mon premier témoignage fut éprouvant mais me servit de thérapie post-traumatique. Je restai convaincu qu’après cela plus rien ne pourrait m’effrayer.
    Jusqu’à ma confrontation avec quelque chose de plus grand, plus fort, imprévisible. Et pour la première fois : maléfique !
    Cet ouvrage relate les événements survenus après ceux rapportés dans mon premier témoignage.

     


    * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - *

     

    Je tiens tout d'abord à remercier l'auteur, Frédéric Bellec pour sa gentillesse ainsi que BoD pour ce service presse.

     


    Impatiente comme une puce de me retrouver à nouveau dans l’univers d’Exilium en compagnie de Fred et des Legs, c’est du coup dès réception que j’ai plongé dans la lecture de ce second tome. 

    J’ai été surprise lors de ma rentrée dans l’histoire car je pensais retrouver directement mes compagnons si fascinants pour en apprendre plus sur les évènements de l’hiver dernier mais je n’étais pas déçue car avec ce petit passage dans les années 1771, j’en ai su un peu plus sur cette mystérieuse apparition dans l’arbre de la cours. De retour à notre époque, la lecture fut un véritable délice ! Des évènements étranges se sont produits en présence de Lewis et sa dulcinée, on évolue donc avec cette peur, la peur de l’inconnue, car les questions se pressent et s’accumulent mais aucune réponse ne vient soulager cette envie de savoir. 

    Toujours aussi contente de retrouver le trio Lewis, Guilhem et Kevin, ils sont toujours autant attachants. J’ai beaucoup été touchées par Guilhem et Kevin, je ne peux vous en dire plus, si vous voulez savoir, il faudra le lire (ahah la sadique, bah ouais, sinon c’est un spoil) 

    On évolue constructivement aux côtés de Fred qui commence à assimiler les conseils de l’Abbé dans sa nouvelle fonction de meneur et on en découvre plus sur Maïwenn qui est surprenante ! Cette fille me fascine de par sa personnalité, sa maturité et son don exceptionnel. Je suis heureuse d’en avoir appris plus sur elle et j’espère vraiment la retrouver dans les prochains livres.

    Avec cette fin, j’ai vraiment l’eau à la bouche pour savoir comment l’histoire va évoluer, et enfin avoir des réponses à mes questions ! 

     

     

    " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # "

     

    "Le courage, c'est pas ne plus avoir peur, c'est de la surmonter. Celui qui vit sans peur ne peut pas être courageux. C'est parce que tu domines ta peur que tu peux prendre de bonnes décisions. Alors, ne touche à rien, reste comme tu es !" Guilhem

     

    Vous pouvez découvrir les ouvrages de BoD ici : https://www.bod.fr/boutique-en-ligne.html

    Vous pouvez découvrir l'univers d'Exilium sur : http://exilium.leroman.fr et sur Telechargement 1

     

  • Nos étoiles contraires - John Green

     Nos etoiles contraires

    331 pages

     

    Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu'elle s'y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d'autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l'attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.

     

    * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - * - *

     

    J’avais peur au début car je ne voulais pas me plonger à nouveau dans une histoire où lorsque je ferme le livre, les larmes coulent. Je ne voulais pas non plus un roman qui insiste sur la mal chance des personnes atteintes de maladies jusqu’à me faire ressentir de la pitié pour elles. J’ai été heureuse de découvrir ce roman, vraiment heureuse car c’est ce que j’ai ressentie en fermant ce livre, de la joie, du bonheur.

    J’ai adoré connaître les espoirs, les craintes, les déceptions et les rêves d’Hazel cette jeune fille au nom peu connue, atteinte d’un cancer en phase terminale mais j’ai encore plus adoré la légèreté que ce roman dégage avec l’autodérision qu’Hazel et Augustus, son amoureux, ont face à leur maladie, mélangé avec le fait d’être écrasé par la réalité de la maladie en contrepartie, j’ai pu éprouver un grand huit émotionnel, sans toutefois me lamenter sur le sort d’Hazel; car elle était heureuse.  Leur force m’a émue, car malgré leur maladie, ils ont la joie de vivre, la hargne pour la combattre et l’espoir de vaincre contre elle, ils ne se lamentent pas et n’attendent pas la guérison pour profiter de la vie. C’est un véritable livre d’amour sous tous ces angles et un véritable roman d’espoir qui nous force à profiter de la vie une fois fini, car en l’ayant lu, on comprend, on se rend compte que chaque instant compte et que tout est important, que rien que nous puissions faire aujourd’hui ne doit être reporté à demain, car personne ne sait si demain existera. John Green est un grand, indéniablement ! Nous apporter autant dans un roman aussi petit portant sur la maladie et la mort sans une once de pitié, mais avec énormément de bonheur, c’est vraiment exceptionnel !

     

    " # " # " # " # " # " # " # " # " # " # "  # " # " # " # " # " # " # " # " # " # "

     

    « Tu m’as offert une éternité dans un nombre de jours limités, et j’en suis heureuse »

    Hazel Grace Lancaster

     

     

  • Emma Straub_Modern lovers

    Modernlovers

    416 pages

    4 eme de couverture :

    Zoe, Elizabeth, Andrew et Lydia formaient un groupe de rock estimé dans leur jeunesse. Des années plus tard, Zoe, mariée avec Jane, élève Ruby, insolente et capricieuse. Elizabeth et Andrew ont également un enfant et Lydia s'est suicidée. Pendant l'été, les couples battent de l'aile, les adolescents se dévergondent, la crise de la quarantaine explose et le passé resurgit.

    ~

    Rien dans la jeunesse n'était juste : les jeunes n'avaient rien fait pour la mériter, les vieux n'avaient rien fait pour la perdre.

     

    L’auteur

    Il s’agit du premier livre que j’ai lu de cette auteure. Emma Straub a aussi écrit ‘les vacanciers’. Il s’agit d’une auteure assez surprenante qui joue avec le présent et les sujets actuels qui nous touchent de près et c’est très intéressant. Je pense que si j’ai l’occasion de lire son premier livre je le ferais.

     

    L’histoire

    En soi c’est une histoire très contemporaine, je n’ai pas accroché plus que ça mais ce n’est pas un avis négatif. Ce livre peu en intéresser plus d’un, je m’explique, le livre est formé en 4 parties, Il y a 2 couples et leurs 2 enfants. Ce livre traite de plusieurs sujets comme le fait d’avoir des parents homosexuels, de cacher son infidélité, croire en des rêves qui ne sont plus fondés. L’auteur a une plume très simple et compréhensible on est tout de suite plongé dans ses petites vies. Dans le fond ce livre n’est pas méchant, il montre les bons points comme les mauvais de notre société. On ne peut pas se perdre on ne peut que lire.

     

    Les personnages

    Les personnages sont assez étranges, et en même temps tellement palpables. On les suit dans leurs vies et leurs problèmes et on nourrit une certaine compassion. Cela ne m’a pas dérangé le couple Jane et Zoey parce qu’il est actuel et il vit comme un couple hétéro. La relation de Zoey et sa meilleure amie Élisabeth est quand même très étrange, on a l’impression d’un couple inachevé et en même temps Élisabeth est très protectrice et intrusive dans la vie de Zoey. Andrew est, je pense, le personnage le plus mystérieux mais surtout manipulable et naïf. Ses 4 parents ne voient même pas ce qui se joue sous leurs yeux, c’est-à-dire le couple que forment leurs enfants. De plus ces personnages sont liés par leur jeunesse et c’est d’autant mieux de les suivre parce que de nombreux flashs-back surviennent. Elle a ajouté des personnages qui tiennent la route et qui puissent très bien rendre accros ces lecteurs.

     

    Conclusion

    C’est une histoire qui nous divertit sans plus. On le lit simplement sans arrière-pensées. Les personnages nous attachent à l’histoire. Pour les curieux qui veulent le lire allez-y. Pour un contemporain il nous divertit sans nous monter la tête.

    ~

    La maternité est le seul job qui devient de plus en plus dur chaque année, sans jamais, jamais d'augmentation de salaire.

     

  • Olivia Zeitline_Et j'ai dansé pieds nus dans ma tête

    Oliviazeitline

    144 pages

    4 eme de couverture :

    Le roman-thérapie qui donne envie de suivre son intuition : une histoire inspirante, des clés pour s'initier à la magie de l'intuition, une invitation à vivre en accord avec soi. Présentation Une salle de réunion aseptisée d'un grand groupe du CAC 40. Un décor qui tangue... Charlotte, 33 ans, chef de projet marketing sous pression, craque en plein meeting et se met à danser pieds nus devant ses collègues. Première alerte. Charlotte quitte sa vie « rangée » de salariée. Trois ans après son burn-out, elle a renoué avec la danse, un rêve enfoui dans son corps et dans sa tête depuis l'âge de ses 18 ans. Mais tout ne se passe pas comme elle l'avait imaginé : les factures impayées s'accumulent ; sa relation amoureuse avec Tom, un journaliste free lance, s'étiole ; son rêve semble s'éloigner... Mais un soir, une petite voix dans sa tête la prévient d'une rupture imminente avec Tom. Peur ou intuition ? Le lendemain, Tom la quitte. Nouveau déclic. Charlotte ne peut plus ignorer ces messages intérieurs qui ne cessent de l'interpeller. Avec l'aide de Stella, son amie violoncelliste, elle entame un cheminement personnel vers un dialogue avec cette voix. A mesure qu'elle l'apprivoise, coïncidences et rencontres-clés se multiplient : Stéphane Loiseau, célèbre chorégraphe, et Asar, danseur contemporain, lui rouvrent les portes – jusqu'alors obstinément fermées – de la danse professionnelle. Charlotte apprend petit à petit à s'écouter, à accueillir ses émotions, et continue d'évoluer dans ses projets professionnels comme dans sa relation amoureuse. Elle va enfin s'autoriser à vivre son rêve, oser se mettre à nue dans sa créativité, envoyant valser ses peurs et ses certitudes. Cette voix de l'intuition la réveille au mouvement de la vie et à l'amour. La plus belle chorégraphie dont elle n'ait jamais rêvé. Poétique et touchante, cette belle histoire qui nous plonge dans l'univers vibrant de la danse, ouvre la voie à une réflexion sur nous-mêmes : suivre son coeur serait-il la clé pour construire une vie pleine de sens ? Comprendre les mécanismes de l'intuition, savoir l'accueillir, développer cette énergie du coeur pour s'accepter et faire les meilleurs choix de vie, c'est ce que nous apprend ce roman, à travers les nombreux conseils pratiques et pistes de réflexion distillés dans le récit et les dialogues. C'est à travers le thème de la danse que l'auteure tire habilement le fil de l'histoire et celui de l'intuition. Allégorie de la vie, la danse est surtout un terrain privilégié du développement personnel. Présence à soi et au monde, expression de sa créativité, source de bien-être, rituel pour sortir de sa zone de confort et lâcher ses peurs... : Olivia Zeitline explore les vertus thérapeutiques de la danse en l'abordant sous toutes ses expressions – classique, contemporaine (hip hop, électro...) ou encore folklorique (rituels soufis, danses tribales...). Grâce à un long travail de documentation, nourri d'échanges avec des professionnels reconnus (Hervé Moreau, danseur étoile de l'Opéra de Paris, Thierry Malandain, directeur du Centre chorégraphique national de Biarritz...), elle a récolté une formidable matière sur le spectacle vivant. Plus qu'une fiction, ce roman est un déclic, un appel au lecteur à dépasser l'intellect, ouvrir son coeur, laisser la magie opérer, pour entrer dans la ronde de la vie...

     

    ~

    Je vis mes intentions, mes envies pour le futur comme si elles s’étaient déjà réalisées.

     

    L’histoire

    Lors de cette lecture assez courte mais qui va à l’essentielle. J’ai beaucoup aimé où voulait nous emmener l’auteur. Je pense même que c’est très important de le lire parce qu’il nous fait comprendre que le travail c’est bien mais trouver sa voie c’est mieux. On se croirait dans un livre qui veut nous endoctriner mais positivement, c’est une sorte de thérapie qu’on applique même en dehors de ce livre. Il s’agit de Charlotte, une prisonnière de sa fonction dans le marketing et qui suite à un Burn out, changer de vie. Le style de narration n’est pas pour comprendre les relations que Charlotte entretient avec les autres mais comment Charlotte change son fort intérieur et ses habitudes. j’ai trouvé cela très sympa et addictif. C’est une réelle thérapie parce que même si on n’a pas de problème ça nous touche. L’auteure donne des conseils qui sont utiles en toutes circonstances et c’est là l’importance de livre.

     

    Les personnages

    Ce qui est agréable dans ce livre c’est que tout le monde peut être un jour ou l’autre comme Charlotte. Sauf que Charlotte a des amies fantastiques qui lui expliquent comment s’écouter et avoir une vie meilleure. Le personnage central est vraiment Charlotte c’est elle qui prend les décisions comme changer de vie, enlever les mauvais amis de son entourage ou bien choisir les opportunités. L’auteur a ajouté des personnages secondaires aussi fantastique parce qu’ils font changer Charlotte autant que nous. Pendant cette lecture mon regard à changé. C’est une lecture qui fait vraiment du bien !

     

    S’écouter soi-même

    Je pense que le livre nous fait comprendre que si aujourd’hui on subit plutôt que l’on accueille le bonheur, c’est la conséquence d’une vie sans grand intérêt. On nous met dans des cases qui ne nous correspondent pas, on n’écoute les mauvaises personnes qui nous montrent des chemins qui ne nous correspondent pas. Le seul fait de s’écouter de s’affirmer, de chercher ce qui nous plaît vraiment et pas ce que les autres veulent pour nous est déjà un grand pas. On n’est le seul maître à bord ! Alors réveillons-nous et que le monde soit meilleur.

     

    Conclusion

    Ce livre est une réelle thérapie quand on le finit on a l’impression d’avoir toute les clés en main pour être heureux. C’est une sensation qui ne nous quitte pas et je vous conseille fortement de le découvrir c’est un peu comme l’auteur Gounelle mais en plus féminin. Bonne lecture à vous.

     

    ~

    Même si tout te semble opaque, la lumière est toujours proche.

  • Anne-fleur Multon_Allô Sorcières, viser la lune

    Allo sorcieres

    168 pages

    4 eme de couverture :

    Aliénor, Itaï, Azza et Maria ont 13 ans et habitent chacune aux 4 coins de la planète, mais de leur rencontre sur un forum, naissent tout à la fois une grande amitié ET une chaîne Youtube à succès !

    Des vidéos sur l'astronomie, par Aliénor, aux conseils d'Itaï en jeu vidéo, d'Azza en pâtisserie et de Maria en photo, les filles partagent leurs passions et voient grossir leur confiance et leur communauté.

    Quand Itaï se voit écartée d'un championnat d'e-gaming prétendument masculin, elles ont l'outil en main pour médiatiser l'affaire et lutter contre cette injustice !

     

    ~

    Etre raciste, ça voulait dire se méfier, mépriser ou même détester des personnes dont la couleur de peau ou la culture étaient différentes des nôtres.

     

    L’auteur

    Je viens de découvrir cette auteure qui fait beaucoup parler de son livre. Je dois avouer qu’elle a tapé fort, son livre ne touche pas que les enfants mais aussi des parents ou bien des adolescents. Il s’agit certes d’un premier roman mais je trouve qu’elle a vraiment saisi le genre jeunesse pour conquérir tout le monde. Même si son livre est qualifié de jeunesse n’ayez pas peur il ne l’est qu’à moitié !

     

    L’histoire

    J’ai dévoré ce livre ! Il est frais, léger mais surtout addictif et chaleureux. Ce livre va plaire à toutes celles et ceux qui ont encore une âme d’enfant ! l’histoire en soi n’est pas de la grande intrigue mais elle est très efficace. Le vocabulaire est très actuel, on ne peut que sourire aux nombreuses références. Dans un autre sens c’est très effrayant parce qu’une gamine de 13 ans soit aussi connecté qu’une adolescente de 15 ans. Il s’agit d’Aliénor, 13 ans, qui vit en Guyan, elle rencontre ses futures meilleures amies sur Twitter. Itaï, Azza et Maria, chacune vivant dans un pays éloigné, mais une compétition de jeux vidéo vont toutes les rapprocher. Ce livre aborde beaucoup de sujets avec un regard enfantin et c’est d’autant plus intéressant, parce qu’inconsciemment il change le regard des enfants sur ces différents sujets. Aliénor nous montre ce que c’est le racisme parce qu’elle a un père blanc et une mère métisse, elle nous montre aussi que peu importe la distance, l’amitié peut aussi naître mais surtout elle nous apprend à être déterminée et courageuse et qu’il n’y a pas d’âge pour ça.

     

    Les personnages

    Elles sont très dans l’air du temps donc il n’y a pas de problème niveau adaptation. Elle nous parle. Aliénor est pleine de vit et j’avais l’impression en la lisant de l’avoir à côté de moi entrain de me raconter sa vie en sautillant partout d’excitation c’était vraiment super. J’ai eu l’impression de devenir son amie. On a envie de la suivre et de connaître ses 3 autres copines qui finalement sont complémentaires à Aliénor. Maria la timide rêveuse, Itaï, la gameuse, et Azza, celle qui arrive à faire 6 choses en même temps. On crée du lien avec ses différents personnages, on les trouve adorables mais surtout elles ont toutes ou presque des parents formidables.

     

    Conclusion

    C’est un livre à découvrir que vous soyez jeune ou moins jeune, il a le mérite de vous faire rire. Certes il est très enfantin et on a parfois l’impression de retomber à nos 13 ans mais il nous divertit et nous rend plus joyeux je vous le conseille vivement ! Surtout aux grincheux ! Bonne lecture à vous.

     

    ~

    Mais tout d'un coup, j'avais le ventre un peu serré : mes copines allaient-elles m'aimer ?
    Même si on se connaissait toutes très bien, on ne s'était jamais vraiment vues, et je craignais soudain de les décevoir.

     

  • Michel Bussi_Maman à tort

    Mamanatord 1

    567 pages

    4 eme de couverture :

    Quand Malone, du haut de ses trois ans et demi, affirme que sa maman n’est pas sa vraie maman, même si cela semble impossible, Vasile, psychologue scolaire, le croit. Il est le seul… Il doit agir vite. Découvrir la vérité cachée. Trouver de l’aide. Celle de la commandante Marianne Augresse par exemple. Car déjà les souvenirs de Malone s’effacent. Ils ne tiennent plus qu’à un fil, qu’à des bouts de souvenirs, qu’aux conversations qu’il entretient avec Gouti, sa peluche. Le compte à rebours a commencé. Avant que tout bascule. Que l’engrenage se déclenche. Que les masques tombent. Qui est Malone ?

     

    L’auteur

    J’ai eu envie de découvrir cet auteur depuis un moment déjà. Que cela soit la blogosphère ou même les libraires je n’ai rencontré que peu d’avis négatif ! Auteur célèbre des livres ‘N’oubliez jamais’ ‘un avion sans elle’ ou bien ‘Nymphéas noirs’ bien-sûr il en existe beaucoup plus ! Dès que j’ai vu ce livre, dans ma pal, je n’ai pas hésité et je n’ai pas été déçu du voyage !

     

    L’histoire

    J’ai dévoré littéralement ce livre, il n’est pas comme les autres. Je dois avouer que l’intrigue met du temps à arriver mais une fois que l’histoire est installée on doit se laisser entraîner parce que l’histoire ne nous attend pas. Je n’arrive pas à ordonner mes pensées mais je sais que j’ai beaucoup aimé. On ne voit pas les pages passer, inconsciemment on mène une double recherche, on essaie de comprendre pourquoi l’auteur nous à emmener dans ce chemin et on découvre que la mémoire des petits est très facile à manipuler parce qu’elle n’est pas encore formée comme nous. Si on ne leur répète pas sans cesse les choses ils ne le retiennent pas. C’est vraiment intéressant parce que cela apporte le plus qu’il faut dans l’histoire.

     

    Les personnages

    On a plusieurs points de vue quand la narration en a besoin, Marianne reste le personnage central, adulte. Ensuite vient Malone. Marianne est commissaire de police, célibataire, avec un objectif précis : avoir un bébé pour ses 40 ans. Ce personnage est très accrocheur, j’avais envie qu’elle trouve cet assassin mais aussi les braqueurs de banques. Juste pour prouver que les femmes en sont aussi capables. Les personnages évoluent dans l’enquête, on découvre de nouveaux personnages et des points de vue comme le psychologue ou bien la famille de Malone et je crois que je ne me suis jamais attendue à cette fin !

     

    Conclusion

    C’est un livre génialissime ! Si j’en avais un deuxième de cet auteur je n’hésiterais pas à le lire ! Pour celle ou ceux qui ne l’auraient pas encore découvert qu’est-ce que vous attendez ? C’est un livre rempli de suspense de recherche d’envie de vie ! Tout pour qu’une lecture soit génialissime !

  • Nathalie P._Conséquences : Fais-moi vivre

    Consequences tome 1 fais moi revivre 943265 264 432

    266 pages

    4 eme de couverture :

    Parfois, la vie est injuste et s’acharne contre vous, alors j’ai dû fuir la France.
    Je débarque à l’aéroport JFK de New York, chez ma meilleure amie pour retrouver un semblant de vie et tenter de me reconstruire là-bas. C’est sans compter sur une incroyable rencontre et ce lourd secret entre nous. Je ne sais pas si je pourrais lui faire une place et si nous arriverons à surmonter le poids des épreuves… Mais je sais déjà que mon cœur lui appartient. Je pressentais toutefois que rien n’était fini et que mon passé allait me rattraper pour tout dévaster sur son passage, pour nous faire du mal. Et que je risquais de tout perdre, à nouveau…

     

    ~

    /!\ Attention coup de cœur !

     

    L’auteure

    Nathalie P. est une auteure/ amie que j’avais hâte de découvrir, je tiens à vous prévenir que mon coup de coeur n’est pas dû à mon amitié mais par le roman en lui-même. Auteur du livre mon cœur t’appartient que j’ai aussi envie de lire après ce coup de cœur. Si j’avais des réticences il n’y en a plus ! C’est une auteure qui n’est pas non plus super-connu mais quand même donc la découverte est d’autant plus grande, je vous conseille très fortement de tester ses livres.

     

    L’histoire

    Que dire de l’histoire, je l’ai tout simplement adoré, dévorée et j’en voulais encore ! Si vous me suivez régulièrement vous pouvez constater que c’est assez rare. On devient tout simplement accros mais surtout émotives à cette lecture, on est attendrie par ses personnages, on est angoissé, même terrorisé mais c’est peut-être un peu exagéré… Ou pas. C’est une romance que vous n’allez pas oublier. L’histoire peut s’apparenter à 50 nuances plus sombres mais en mieux ! Il s’agit de Laura une femme assez mystérieuse, artiste dans l’âme et une chance assez prononcer qui rencontre Gregory, un homme d’affaires et homme de rêve. Je pense qu’au-delà de l’histoire d’amour qui est déjà assez prenante, on a les conséquences de l’ancienne vie de Laura et c’est là que tout devient intéressant ! Je dois avouer que je n’avais pas de réelles attentes, je pensais à une simple histoire d’amour mais j’ai été agréablement surprise !

     

    Les personnages

    Les personnages restent très addictifs mais au début j’avais un problème avec Laura. Elle avait des réactions assez étranges que cela soit envers Gregory ou bien elle-même. On avait l’impression que ce personnage voulait se détruire, se rendre malheureuse. Je l’avoue c’était des réactions très gamins même Grégory l’a avoué ! Quant au personnage masculin, j’ai tout de suite été conquise même si je me demande encore pourquoi il la choisit, il est tellement gentil amoureux, accro. Vers la fin du livre je l’ai trouvé trop protecteur et surtout maniaque du contrôle mais ça nous passe facilement au-dessus. Mais surtout il y a un voire deux personnages dont je ne peux pas voir parler sinon se serait vous dévoiler le meilleur !

     

    Les conséquences

    Je crois que c’est ma partie préférée ! Cela nous touche à plus ou moins des degrés différents. On pourrait aussi l’apparenter au Karma pour celles et ceux qui y croient.! Je pense que les conséquences sont très présentes dans ce livre parce qu’elle handicape la vie de Laura même si elle les oublie, elles reviennent toujours l’hanter. C’est un livre qui nous fait prendre conscience qui ne faut pas négliger notre passé pour construire notre avenir et les accidents peuvent nous coûter notre vie. J’ai beaucoup apprécié ce côté-ci de l’histoire je ne dis pas l’histoire d’amour était aussi intéressante mais l’adrénaline et l’action ne sont pas comparables.

     

    En conclusion

    Qu’est-ce qu’il vous retient encore de ne pas dévorer ce livre ? C’est un livre qui s’apprécie à sa juste valeur. Il est assez polymorphe et peut plaire à tout le monde. Il rend accros et on n’a pas envie de finir ce livre jusqu’à ce que l’auteure nous le referme brutalement le récit et nous laisse un sentiment d’énervement et des envies de meurtre. Ne vous inquiétez pas elle va nous laisser attendre jusqu’au mois d’octobre ! Quelle frustration ! Bonne lecture à vous <3

  • Alessia Jourdain_C'était écrit

    Cetaitecrit

    142 pages

    4 eme de couverture :

    "Moi, Juliette, je vais me marier au plus merveilleux des hommes, David. Pour le meilleur et pour le pire ! Il est magnifique. Vous savez, parfait ! Grand, doux, sensible, beau et sexy en diable ! J’ai eu la (bonne ?) idée de nous réserver une semaine sous le soleil de Valencia, Espagne. Ville où je n’étais plus retournée depuis mes dix-huit ans. Seulement voilà… Je n’avais pas prévu de tomber sur lui, Alberto, le mec qui avait fait vibrer mon cœur quelques années plus tôt…
    Alors, pour le meilleur, ou pour le pire ?"

     

    ~

    L’auteure

    Il faut être indulgent, c’est une jeune auteure qui m’a donné la possibilité de lire son roman en avant-première et comme première impression je me suis dis que cela va être sans plus mais au final j’ai beaucoup aimé la plume de cette auteure qui est fine et en même temps accessible. J’ai trouvé vraiment sympathique de la découvrir, c’était une très belle surprise et je pense qu’elle pourrait plaire à beaucoup de personnes.

     

    L’histoire

    Ce roman m’a fait passer par plusieurs émotions et parfois même d’incompréhension face à la situation. Je trouve la structure du texte très bien écrit et cohérent. L’histoire est très prévisible mais en même temps je ne voulais pas que cette mini prophétie. Il s’agit de Juliette offrant un voyage en Espagne à son futur mari. Au final les vacances ne se passent pas comme prévu, parce que la ville de ses vacances n’est autre que la ville ou 13 plutôt, elle avait rencontré et aimé Alberto, un autre homme. En tout point cela s’apparenterait à une histoire d’amour mais c’est bien plus que cela. En effet j’ai trouvé vraiment intéressant c’est le fait que toute sa vie soit racontée et pas seulement l’épisode qui a changé sa vie. Avec tous ceux qui se passent dans ce livre, on passe de l’attendrissement à l’étonnement puis à l’indignation. Au début je dévoré les conversations entre Juliette et David puis l’histoire ait pris un autre tournant.

     

    Les personnages

    Les personnages sont très complets, on s’attache très vite. Juliette était quand même un personnage que j’avais du mal à cerner parce qu’elle changeait souvent d’avis mais surtout elle a trompé son futur mari que javais apprécié dès le début. Le portrait de l’homme idéal tendre intentionné et amoureux transi. Son seul défaut et qui a coûté son couple c’est le fait qu’il travaille trop. Au fil du livre, ce jeu du Je t’aime moi non plus portent ses fruits et l’amour triomphe pour une longue vie heureuse

     

    Le destin amoureux

    Que peut-on dire du destin amoureux. Le fait que deux êtres sont programmés pour se croiser tout au long de leur vie, ayant les mêmes centre d’intérêt commun ou similaire. Je pense que ces personnages se sont rencontré 13 ans plus tôt et finissent par se retrouver et se rendre compte que rien ne s’est oublié et que même si Juliette allait se marier, tout n’est pas encore scellé. Le destin amoureux fait rêver parce qu’on rêve tous secrètement ou non de trouver l’amour de sa vie. Aujourd’hui c’est assez contractuel, nous décidons quel homme allait partager notre vie et parfois l’homme de notre vie s’impose à nous comme une évidence.

     

    Conclusion

    J’ai beaucoup aimé suivre cette histoire, même si les actes de Juliette ne m’ont pas toujours plu. Le destin fait toujours rêver et je pense très sincèrement qu’il peut plaire à tout le monde, d’autant plus qu’il a une couverture qui rappelle très fortement l’été la plage mais surtout que l’histoire nous fait penser à l’été ! C’est une belle découverte

     

×